Archive for octobre, 2012



Guérison de la conscience, suite du billet #2

Bouddha sur Lotus

Que pourrais-je bien ajouter aux informations précédentes?

La conscience n’est-elle pas le but ultime de notre évolution sur terre?

Je pense que oui, sinon pourquoi tant de groupuscules s’acharneraient à nous maintenir dans l’ignorance? Il faut considérer aussi l’énergie statique qui se colle à nous comme un aimant. Ces énergies sont très nuisibles pour notre santé physique mais nuisent beaucoup à notre conscience.

L’énergie statique bloque la libre circulation de l’énergie vibrante et vivante. Il nous faut dès lors se nettoyer de ces énergies malsaines en prenant un bon bain avec du sel de mer et en terminant par une douche d’eau fraiche afin de refermer les pores de la peau. L’eau chaude ouvre les pores et elles agissent telles des portes, alors n’importe quoi peut s’introduire par ces portes. IL faut être conscient que nous sommes les gardiens de nos portes et nous avons la responsabilité de laisser entrer que ce que nous désirons. Alors, si nous sommes inconscients, peut-t-on être surpris qu’il y ait des intrus en notre corps, notre temple?

Imaginez un peu, ce n’est qu’un des innombrables aspects à conscientiser.

IL ne faut donc pas être étonné de se sentir mal, fatigué, démoralisé etc..

De même que l’on doit nettoyer son corps, l’on doit nettoyer sa conscience tout autant d’une façon quotidienne.

Comment?

Par de belles pensées, mantras, chants sacrés et aussi par la visualisation.

Se lever le matin et avoir une pensée de gratitude et demander le meilleur pour notre journée illumine notre conscience.

Se coucher en étant reconnaissant de tous ces instants merveilleux que nous avons vécus, faisant oublier les moins important.

Se coucher en visualisant la Lumière pure et blanche qui pénètre en nous, sur nous et tout autour de nous apportant un balayage et une réharmonisaton et peut-être même des transfigurations si nous le faisons avec conscience, ardeur, foi et constance.

Ces courts exercices favorisent une augmentation de notre taux vibratoire et amplifie le meilleur en nous et autour de nous. Ces mêmes exercices nous conscientisent à notre conscience.

Il est plus que temps maintenant d’être conscient et responsable de qui nous sommes, de nos pensées, de nos gestes et de leurs impacts sur notre conscience et la conscience collective.

Nous sommes responsables de ce que nous vivons, nous sommes responsables de ce que nous faisons vivre aux autres et à notre planète. Comme tout est inter-relié à la grandeur des uni_vers, notre état de conscience a un impact certain sur ce Tout.

Si nous conscientisons que nous avons une conscience, avec constance et détermination nous parviendrons à être conscientisé d’une façon consciente par notre conscience.

Conscientiser que nous sommes conscients de notre conscience est la clé de la plénitude et celle-ci nous conduit à une nouvelle qualité de vie, une nouvelle étape dans notre évolution humaine et spirituelle et d’une façon souhaitable vers l’ascension.

Cette qualité de vie que nous favorisons dans notre vie a un impact sur la conscience collective toute entière.

Plus nous regardons des films de violence, plus nous amplifions la violence en notre société. Alors si nous voulons une société consciente, il nous faut commencer par soi-même.

C’est pourquoi les Êtres de Lumière viennent de nous retransmettre cette technique de guérison de la conscience.

Cette façon de faire nous a été apportée en canalisation par le canal de Philippe-William Sinclair car c’est la façon la plus adéquate, précise et lumineuse en ces temps qui passent si vite.

Plus il y aura de personnes qui guériront leur conscience, plus l’impact sera exponentielle.

Les thérapeutes qui ont été formés, ont reçus plusieurs outils, pas juste pour nettoyer la conscience mais pour la transformer, aussi pour vous conscientiser à votre rythme et à poursuivre votre travail à la maison.

Relisez plusieurs fois ces billets, à chaque lecture vous comprendrez d’une autre façon et déjà vous aurez entrepris une démarche qui n’est pas vaine.

Je vous reviens dans un futur billet avec d’autres précisions et aussi, je vais inviter les thérapeutes de toutes catégories et les personnes qui désirent devenir thérapeute* en guérison de la conscience à ajouter ce potentiel à votre curriculum vitae. Plus il y aura de thérapeutes qui seront formés, plus la qualité de vie augmentera pour chacune de ces personnes et pour la collectivité humaine toute entière.

* Thérapeute= Toutes personnes devenant consciente et conscientisée sans avoir de clientèle est par le fait même thérapeute car même seule, elle agit sur la conscience collective et cela fait toute la différence.

Si vous avez des questions, ne vous gênez pas pour me le faire savoir.

Laissez-moi vos commentaires s.v.p, je désire savoir si je me suis exprimé avec toute la clarté possible.

Ce sujet me tient à coeur et votre conscience tout autant.

Merci de me lire et si cela vous intéresse, abonnez-vous afin d’être tenus à jour.

Soyons LE meilleur ici comme ailleurs!

Bernard Bélanger, P.D.L.

Thérapeute et Formateur en santé globale.


Les paroles qui guérissent

IL faut Savoir pour Vouloir et Vouloir pour Pouvoir(s.v.p), C. Godefroy nous le fait vibrer avec tant d’intensité que maintenant nous Savons,Voulons et Pouvons. Merci Charlie de ce divin héritage.

Spectaculaire mais surtout DIVIN, enivrant,guérisseur,multiplicateur,c’est ÇA la VIE. Vous en aurez des frissons et votre journée sera plus que belle et différente. Merci à Daniel Lévi pour cette divine interprétation.

À écouter, réécouter et à propager sur toute la planète et vers chaque personne qui a besoin de cette intensité d’amour.


UN CANCER DU SEIN RICHE EN ENSEIGNEMENTS
(article tiré du numéro 11 de Néosanté)

Depuis deux mois, j’ai entrepris de vous partager pourquoi et comment j’avais décidé de vérifier la validité des travaux du docteur Ryke Geerd Hamer depuis que j’avais eu connaissance de ses travaux en 1988. Scientifique de formation, spécialisé dans le domaine de l’épistémologie des sciences, je ne suis pas du style à croire naïvement tout ce qu’on me dit, tout simplement parce que la thèse présentée paraît séduisante ou alternative. Dans le monde des thérapies parallèles, j’ai entendu tellement d’âneries déguisées en explications pseudo-scientifiques que j’ai appris à ne pas m’emballer lorsque je découvre une nouvelle approche de la santé. C’est donc en confrontant les théories de Hamer à des faits, à des observations, à des témoignages de première main que je me suis fait, petit à petit, une opinion précise de son travail. Sachant que toute conclusion est forcément provisoire, jusqu’à preuve du contraire…

Quand éduquer son enfant devient un calvaire

Début novembre 1998. À l’époque, je vis dans un petit village de l’Est du Brabant Wallon, en Belgique. Grâce à l’école du village, j’ai fait la connaissance de parents d’enfants qui fréquentent les mêmes classes que mes trois filles. Avec certains d’entre eux, des affinités se sont créées et je bavarde volontiers avec l’un ou l’autre à la sortie des cours. Nous nous rendons aussi des services mutuels, lorsque l’un d’entre nous n’est pas disponible pour assumer ses obligations parentales. C’est ainsi qu’une amitié est née avec Sylvie, femme courageuse et dynamique de quarante-trois ans, durement éprouvée par le décès de son mari, deux ans auparavant, suite à un cancer du foie. Sa fille Morgane était dans la classe de ma plus jeune fille lorsque le drame est arrivé.

Un soir, Sylvie vient sonner à ma porte. Elle est effondrée. Sa vie de mère monoparentale est devenue un véritable enfer. De plus, elle ressent depuis quelques mois une grosseur suspecte au sein gauche.« Jean-Jacques, me dit-elle, je suis extrêmement inquiète. J’ai vraiment l’impression d’être une très mauvaise mère pour Morgane. J’ai besoin de ton aide et de tes conseils… » Et elle me raconte qu’elle a perdu le contrôle sur les réactions de sa fille. Étant veuve et seule avec sa fille de six ans, elle se voit dans l’obligation de jouer à la fois le rôle de mère et le rôle de père. Mais chaque fois qu’elle dit NON à sa fille, chaque fois qu’elle lui pose une limite, Morgane fait des crises d’une intensité inouïe, tapant des pieds avec force, hurlant avec violence et se frappant la tête contre les murs. À un point tel qu’à plusieurs reprises, elle en a perdu connaissance. Quand je lui demande comment elle vit cette situation, elle me répond : « Je suis désespérée et inquiète pour ma fille. Déjà qu’elle manque de père depuis la mort de mon mari, mais en plus, je suis vraiment une très mauvaise mère. Je crains donc que mon enfant manque de tout ce dont elle a besoin… » me répond-elle.

À travers ses phrases, je comprends tout de suite l’origine de la grosseur dans son sein gauche. Comme le décrit Hamer, lorsque la femelle mammifère craint que son petit manque de nourriture, elle va multiplier le nombre des glandes mammaires et en modifier les performances, les rendant capables de produire un lait infiniment plus riche que le lait maternel ordinaire. Cette réaction naturelle du corps est caractérisé par la médecine officielle de cancer du sein. Pour Hamer, comme il l’énonce dans sa cinquième loi, il s’agit d’un « programme bien-fondé de la nature pour assurer la survie en situation d’urgence. » C’est bien ce que vit Sylvie : elle est convaincue que son jeune enfant est en train de manquer de tout (à la fois d’un père vivant et d’une bonne mère), il faut donc qu’elle compense en urgence ce manque essentiel et vital en développant, grâce à son cancer glandulaire du sein gauche1, une capacité à sur-nourrir sa fille…

Comme Sylvie est davantage préoccupée par les problèmes comportementaux de sa fille, je n’insiste pas sur sa grosseur au sein et je choisis de me centrer sur le véritable problème (comment éduquer son enfant adéquatement) plutôt que sur la conséquence de ce problème (la tumeur cancéreuse). Comme le disait Hippocrate, lorsque tu soignes une maladie, ne cherche pas seulement la cause, mais la cause de la cause. Je donne donc à Sylvie des conseils très précis, de manière très directive. Pendant deux heures, je résume à Sylvie ce que j’enseigne dans les formations de parents que je dispense depuis plusieurs années. Et je termine en lui disant :« Si tu appliques mes conseils à la lettre, tu verras, ta fille retrouvera son équilibre et vous connaîtrez à nouveau l’harmonie. » En lui disant cela, je suis convaincu de la réussite de ma stratégie, car elle se base sur mes propres expériences à la fois personnelles et professionnelles.

Quelques semaines plus tard, Sylvie interpelle ma femme pour lui confirmer que mes conseils ont superbement bien fonctionné. Sa fille ne fait plus aucune crise, l’harmonie s’est réinstallée entre elles et elle se sent à nouveau comme une bonne mère…

Une guérison spontanée aux allures inquiétantes

Mars 1999. C’est la première fois que je revois Sylvie depuis notre rencontre de l’automne précédent. Nous nous croisons « par hasard » dans l’agence bancaire du village. Sylvie manifeste une grande agitation. Elle vient de retirer de l’argent de son compte pour filer à l’hôpital en urgence : elle m’annonce en panique qu’elle doit se faire enlever le sein gauche au complet pour cause de cancer ! Je me souviens alors de sa grosseur au sein gauche que j’avais choisi de ne pas évoquer avec elle. Me rappelant ce qu’elle avait dit à ma femme également, je pensais sincèrement que tout était rentré dans l’ordre. L’accalmie avec sa fille aurait-elle été de courte durée ? Sa grosseur au sein avait-elle une autre origine ? Tout à coup, je suis pris d’un doute. Je lui demande alors de me préciser le diagnostic médical qui lui a été présenté. Elle me répond qu’elle a consulté quelques semaines auparavant et qu’on lui a découvert des microcalcifications, raison pour laquelle elle doit subir en urgence une ablation complète du sein…

Je sursaute en entendant cela. Puis je lui dis : « Mais c’est une excellente nouvelle que tu aies des microcalcifications ! Allons plutôt nous chercher une bouteille de champagne qu’on fête ensemble ta guérison. » Elle me regarde abasourdie. De mon côté, je ne lui laisse pas le temps de réfléchir et je l’emmène illico dans mon bureau. Je sors un des livres de Hamer et je lui montre le passage qui décrit les microcalcifications comme le résultat de la désagrégation d’une tumeur glandulaire au sein. Je lui explique que pendant l’automne, elle a probablement démarré une tumeur cancéreuse qui s’est guérie d’elle-même depuis qu’elle ne s’inquiète plus pour sa fille. Et j’ajoute : « Ces microcalcifications en sont la preuve formelle. Ce que tu as dans ton sein, c’est tout simplement comme du lait caillé. »

Finalement, Sylvie s’est quand même rendue à l’hôpital, mais a postposé l’opération jusqu’à plus ample information. Elle a exigé de son oncologue qu’il lui fasse une biopsie pour mettre en culture les cellules prélevées. Trois semaines plus tard, l’hôpital la rappelait pour annuler l’opération : aucune activité maligne n’avait été détectée au niveau des microcalcifications.

Aujourd’hui encore, je repense à ce concours de circonstances qui a permis à Sylvie de garder sa belle poitrine intacte. Si elle avait subi un dépistage en novembre, son cancer en phase active aurait été découvert – elle serait rentrée dans la machine infernale de l’opération, de la chimiothérapie et de la radiothérapie. Alors que la simple résolution de son problème parental suffisait à la guérir. Si elle ne m’avait pas croisé « par hasard » une heure avant d’entrer à l’hôpital, on lui aurait enlevé un sein parfaitement sain à cause de l’ignorance de son oncologue. Conclusion de cet épisode : le dépistage systématique n’est pas nécessairement synonyme de prévention. Parfois, c’est même le contraire qui se passe. Dans le cas de Sylvie avec qui je suis encore en relation aujourd’hui, cette aventure s’est bien terminée. Ce n’est pas le cas pour toutes les femmes. Nous verrons cela le mois prochain.

ABONNEZ-VOUS maintenant

Dès aujourd’hui, découvrez une revue mensuelle de santé globale axée essentiellement sur le décodage du sens des maladies. Sans aucune publicité, cette revue de grande qualité est disponible dans tous les pays francophones, y compris le Québec.

Si vous souhaitez vous abonner au magazine Néosanté, dans sa formule papier ou électronique, cliquez sur ce lien.

Si vous souhaitez vous réabonner et bénéficier d’une réduction sur votre abonnement, cliquez sur ce lien.

Si vous souhaitez gagner un abonnement gratuit, parrainez quatre nouveaux abonnés. Pour en savoir plus, cliquez sur ce lien.

Dans Néosanté Magazine, vous trouverez des informations sur :

— Les causes conflictuelles des maladies : dans chaque numéro, cinq pathologies graves ou bénignes sont décryptées à la lueur de leur sens biologique. Dans le « cahier décodages, vous retrouvez notamment les articles de Bernard Tihon, auteur du livre « Le Sens des Maux ». Dans la rubrique «le plein de sens », d’autres maux et dysfonctionnements sont abordés via les témoignages de patients et de thérapeutes partageant leur vécu et leurs pistes d’interprétation.
— Les outils de bioprévention : déclenchées à l’étage cérébral, les maladies ne sont pourtant pas imputables aux seules défaillances du psychisme. Une hygiène de vie naturelle, et singulièrement une alimentation de type ancestral, permettent de se forger un corps plus réactif aux chocs émotionnels et un cerveau moins vulnérable au stress.
— Les nouvelles thérapies : prendre conscience qu’une «mal-d-dit » est la traduction en maux de mots non dits permet parfois d’en guérir. Mais cette démarche de n’est pas toujours suffisante et il faut souvent effectuer un travail de« déprogrammation » en profondeur. Agissant sur le corps et/ou l’esprit, certaines voies thérapeutiques nouvelles méritent d’être empruntées.
— Les dérives de l’allopathie : l’éclosion de la nouvelle médecine est freinée par les rumeurs et les mensonges colportés à son sujet. Et pour conserver ses privilèges, l’ allopathie conventionnelle dissimule l’ampleur ses propres échecs. Néosanté vous informe aussi sur les erreurs et les errements d’une médecine classique inféodée aux firmes pharmaceutiques

Découvrez aussi qui sontles collaborateurs de Néosanté Magazine:

  • Docteur Eric Ancelet
  • Docteur Cyrinne Ben Mamou, PhD
  • Docteur Françoise Berthoud
  • Jean-Philippe Brebion
  • Gilles Carat
  • Daniella Conti
  • François Couplan
  • Jean-Jacques Crèvecœur
  • Laurent Daillie
  • Pryska Ducoeurjoly
  • Roger Flammetti
  • Christian Flèche
  • Thibault Fortuner
  • Docteur Marc Girard
  • Corinne Grumberg
  • Docteur Michel Henrard
  • Françoise Joet
  • Nathalie Limauge
  • Ananda Meyers
  • Yvette Olivier
  • Yves Patte
  • Pierre Pellizzari
  • Renaud Russeil
  • Docteur Alain Scohy
  • Docteur Olivier Soulier
  • Bernard Tihon
  • Docteur Eduard van den Bogaert

Amazon Rainforest Relaxation



Dr.R. Béliveau avec Denis Levesque

Pour que vos yeux restent en pleine
santé et même pour prévenir le cancer,
le docteur Richard Béliveau recommande
de consommer du curcuma.
Vous retrouvez cette information aux
pages 9 et 10 de l’ebook « La Santé des
Yeux par la Nature« .
Mais qui est le Dr. Béliveau ?
En fait, il suffit de taper son nom
sur Google pour que plus de 125’000
articles soient générés en 0,29
secondes!
Le Docteur Richard Béliveau,
titulaire d’un doctorat en biochimie,
est directeur du laboratoire de
Médecine Moléculaire, chercheur au
service de neurochirurgie de l’Hôpital
Notre-Dame (CHUM) et titulaire de la
Chaire de Neurochirurgie
Claude-Bertrand au Canada.
Il est également l’auteur de plus de
230 publications dans des revues
médicales à l’échelle internationale.
Ses thèmes de recherche sont la
prévention et le traitement du cancer.
Par ses travaux, le docteur Béliveau
et son équipe ont su faire comprendre
aux gens qu’ils ont un pouvoir sur leur
santé et qu’ils peuvent prévenir le
cancer en modifiant leur mode de vie et
leur alimentation.
Ce médecin d’envergure mondiale vous
recommande donc de consommer du curcuma
pour préserver la santé de vos yeux.
Ath… Le curcuma…
Rien que vous l’écrire me transporte
en Inde sur un air de cithare…
Je salive déjà à l’idée de manger un
sauté de poivron à l’indienne ou de
‘simples’ pâtes au curry…
Bien manger pour être heureux et en
bonne santé, quel concept génial!
Bien amicalement,
Christian
PS: d’après le Dr Béliveau, 1/2
cuillère à café de curcuma par jour
ajoutée à votre alimentation
quotidienne permet déjà d’obtenir
une bonne dose préventive contre
le cancer et pour protéger vos yeux…
…………………………………………………
©2012 Christian Godefroy, Chesières
Reproduction autorisée sans aucune modification
du texte avec mention de l’origine :
wwww.cpositif.com
…………………………………………………
chalet Imniac 27, Chesieres, VD CH 1885, SWITZERLAND
To unsubscribe or change subscriber options visit:
http://www.aweber.com/z/r/?jAyMLBxs7LSszGyMjAzsDLRmtCwsDOwc7Bw=


La Vague Quantique (rappel).


Suite du billet #1

Nebuleuse-de-la-lyre-M57

La Conscience est définie de par la façon que l’on a été éduqué, la façon dont nos parents nous ont programmé, de la vision que nous avons de nous, de ce qui nous environne, d’où nous nous présentons à l’heure actuelle entre passé présent et futur. L’agent précurseur est nous en tant que vortex d’ouverture de conscience.

Si nous sommes conscientisés pour nous ouvrir sur le bien, nous obtiendrons le bien, si nous sommes conscientisés à tord dans nos peurs, nous enrichirons ces peurs. Est-ce normal de vivre par instant des peurs, doutes etc? Oui car notre vie est une MODULATION.

Pourquoi certaines personnes sont pessimistes à longueur de journée et pourquoi serait-il impossible d’être optimiste toute la journée? Il serait plus facile d’être optimiste? NON

L’un et l’autre sont de forces égales, donc c’est le YIN et le YANG. Si quelqu’un est pessimiste, on peut parler d’inconscience, de routine, de programmation mais surtout savoir ‘’dans quel milieu avez-vous grandi?’’. Qu’avez-vous vu toute votre vie?  Ce que nous oublions c’est que c’est nous qui l’avons demandé. Ça c’est ce qui est le plus dur à accepter.

Lorsque je conscientise qu’aujourd’hui j’ai compris, que j’ai le choix, alors là tout est différent et tout est possible. IL faut aussi lâcher-prise sur les karmas et cesser de les nourrir.

Aujourd’hui, j’ai le choix de dire’’ Dans cette vie-ci je ne suis pas conscient de tout ce qui a été vécu alors je choisi de laisser derrière moi tout ce passé dépassé en le bénissant et en ne donnant aucun pouvoir à ceci dans ma vie actuelle.’’.

Avant de guérir la conscience des autres, on commence par guérir la sienne. Ce qu’il faut comprendre c’est qu’en se guérissant soi-même, l’on permet aux autres de se guérir parce qu’ils contacteront ce que nous aurons vécu.  Une guérison n’est pas un baume mais une libération. Je guéris mon esprit, je libère ma conscience.

La nuit, je désire retrouver un état d’Âme nécessaire et essentiel pour continuer ma guérison au fil des heures qui suivent et demain ma journée n’en sera que meilleur et plus belle.

L’état d’Âme est un choix et ce choix détermine la réussite ou non-réussite de vos buts, de vos rêves, de la qualité de votre nuit ou journée et par la suite de votre devenir.

Je souhaite que  ces deux premiers billets vous permettent  de mieux comprendre l’importance de la Conscience. J’espère aussi  vous donnez toutes les motivations essence-ciel pour que vous puissiez ressentir au plus profond  de vous l’intérêt ou tous les intérêts  de recevoir un tel soin, voir vous inscrire aux ateliers-formation. Vous pourrez ainsi retransmettre ce trésor capital en tant qu’Humain ou en tant que praticien(ne) ou thérapeute.

La suite dès que possible.

Pour être certain de recevoir les autres publications, pensez à vous abonner dans l’espace  »Je m’abonne » en haut à droite. Merci de me laisser vos commentaires ou questions. À bientôt,

Bernard, votre accompagnateur.


8bc6Terre au centre des MaîtresGuérison de la conscience. Billet #1

Voici un sujet d’importance planétaire qui devrait en intéresser plus d’Un.

Nous savons tous que nous en avons plus qu’assez d’espérer que quelque chose change mais voilà, nous avons l’impression que c’est très très long. Pourtant, les vibrations de la planète augmentent de plus en plus. Ceci déclenche des réactions physiques, émotionnelles, psychiques et spirituelles. Toutefois, ces réactions sont souvent incomprises et amènent des insécurités.

Il y a encore une majorité de personnes qui ne sont pas éveillées et pour elles c’est souvent le stress, l’angoisse etc..

Ce qu’il y a de primordial à produire  par tous et chacun c’est la conscientisation de notre conscience et de toutes personnes prêtes à voir et entendre autres choses que la désinformation médiatique. Comme il y a encore un grand nombre de personnes qui ne sont pas prêtent ou qui ne le peuvent pas pour un tas de raisons cachées au grand publique, il n’y a qu’une façon de parvenir à aider la masse et la planète, c’est par une intervention sur notre CONSCIENCE qui elle réverbère sur la conscience collective et planétaire.

Nous sommes toutes et tous inter-reliés donc, tous ce que nous vibrons se répercute sur la conscience collective. EX:  Si je me fais violence, ou si je violente une personne d’une façon verbale ou autre, mes pensées, émotions rejoignent l’égrégore de violence dans la conscience planétaire et l‘ amplifie. Plus un égrégore est puissant plus il se matérialise. Si vous avez des pensées nuisibles, vous en subirez les conséquences et l’inverse pour les pensées justes et bonnes. C’est l’intensité des émotions qui déterminent la puissance de l’égrégore et la rapidité avec laquelle il se concrétisera.

Voilà pourquoi, il est si VITAL de conscientiser notre conscience.

Il est crucial de savoir que le but ultime de notre présence sur terre est d’être conscient de qui nous sommes, de notre pouvoir divin et d’exprimer ce potentiel afin d’être Maître de notre Vie.

Vous aurez remarqué(e) que tout se transforme en vous et autour de vous. Les transformations sont apportées avec de plus en plus de rapidité et d’efficacité.

Pour transformer notre qualité de vie et de rendre à notre planète ses lettres de noblesses, il faut agir d’une façon autre. Il nous faut agir sur NOTRE  conscience avant d’agir sur LA CONSCIENCE d’une personne qui elle, agira sur la conscience collective. LORSQUE NOUS AGISSONS  sur la conscience d’une personne, il est évident que c’est avec son accord et celle de son Âme. En intervenant de cette façon, l’impact sera beaucoup plus rapide, profonde et efficace sur la conscience collective.

Tout est imprégné dans la conscience, que ce soit nos pensées, le passé, les pensées de la collectivité etc.

Les gens tentent de par différentes techniques de contacter l’Âme, l’esprit, les corps énergétiques, le corps physique mais ils oublient une chose plus qu’importante c’est que nous vivons dans une collectivité et que tout est inter-relié.

Je vous donne un exemple : Prenons une bambouseraie, ce qui se produit chez un bambou à plusieurs kilomètres, intervient chez les autres bambous, on nomme ceci ’’collectivité’’. Je pourrais parler du subconscient, de l’inconscient, du supra-conscient et du conscient mais avant toute chose il y a LA CONSCIENCE.

Chaque personne vit avec sa propre conscience mais étant relié à la conscience collective qui transporte des informations, des connaissances. Tant que nous sommes inconscient, nous sommes sous l’influence de la conscience collective et ceci nous joue de vilains tours.

Certains comprendront parmi vous ce qui suit; ce que nous contactons tel une vision, une idée géniale, auront remarqués que la même idée ou vision est concrétisée par quelqu’un d’autre qui aura été plus rapide à l’exécuter. POURQUOI? Soit que votre idée vous l’avez contactée d’une autre personne ou qu’une autre personne l’a contactée de vous, parce que cette idée ou vision est imprégnée dans la conscience collective.

Alors imaginez ce qui arrive quand vous avez une idée géniale ou un projet et que vous en parlez à une ou plusieurs personnes. Cette idée ou projet est alors amplifiée dans la conscience et encore plus facile à être contacté par d’autres.

Si tout est inter-relié alors chaque geste ou pensée favorisé par chaque habitant de cette planète se retrouve dans la conscience collective.

S’il survient quelque chose à un ami, un enfant ou un Être près de vous, parfois vous vous dite ‘’si j’avais su’’ j’aurais pu changer le cours des choses.

Il est important de comprendre qu’il faut enlever la notion de culpabilité et ce manque d’informations, ainsi vous devriez comprendre que vous n’avez pas à porter la responsabilité de… mais que tout est inter-relié, par contre nous avons la responsabilité d’être conscient de l’impact de ce que nous vibrons.

Si les gens étaient plus à l’écoute de leur état de conscience, dans la conscience il y aurait eu des interventions qui se seraient produites.

Vous connaissez la télépathie, il vous arrivé de penser à quelqu’un et quelques instants plus tard, cette personne vous téléphone. Ainsi fonctionne la télépathie, vous avez fait appel à la conscience et l’information jaillit.

La conscience agit tel une vague, vous tirez une pierre dans l’eau et il se produit une vague. Cette vague finira par diminuer et ensuite se fondre dans l’eau mais avec la constance dans la conscience poursuivant un même but, une même pensée, la vague sera plus intense et pourra parcourir une plus grande distance, d’où la VAGUE QUANTIQUE.

Par contre la distance dans la conscience n’a aucune importance, vous pourriez être très loin et recevoir l’information et être très près et ne pas la recevoir. POURQUOI? C’est une question d’ouverture. Si vous supposez ne pas être aptes à la recevoir ou que cette information n’est pas pour vous ou pas assez bonne et ainsi de suite alors vous fermez la porte à cette conscience.

Si en favorisant trop de protections ou en vivant dans une bulle, tout passe à côté de vous comme de la pluie sur le dos d’un canard. Ainsi, vous êtes prisonniers à l’intérieur de cette bulle, rien ne passe dans un sens comme dans l’autre. Vous êtes alors coupés du monde, isolés de la conscience donc le nuisible ne passe pas mais le meilleur non plus. Ces gens vivent alors une perte d’autonomie. Chaque personne a besoin d’une autre pour avancer, cheminer, de recevoir de l’information, de la connaissance à chaque journée et faire des mises à jour.

À suivre…..

%d blogueurs aiment cette page :