Aurore boréale2,Yukon

PROPULSE-IONS

#5

Je prends conscience, agis
avec constance, confiance, et deviens :

PROPULSE – IONS

Moi,
idée créatrice

j’émerge
en cette tête.

Je
pulse, je pulse

afin
qu’on me propulse,

pour
que je prenne forme

et
devienne création.

Façonnée
par cet être,

je
suis comme le vent

frottant
l’une contre l’autre

les
aiguilles de pins,

libérant
multitudes d’ions bienfaiteurs,

maintenant
de création, je deviens propulse-ions

Les ions :

Un ion est un atome chargé
soit d’une électricité positive, soit d’une électricité négative. Lorsque sa charge est négative, on l’appelle
tout simplement «ion négatif», et inversement.
Or, il a été prouvé qu’une atmosphère chargée d’ions négatifs agit à
merveille sur la santé, alors qu’une atmosphère chargée d’ions positifs la
détraque. D’où l’influence néfaste de
certaines conditions atmosphériques. Des
vents comme le mistral ou la tramontane, par exemple, portent une proportion
trop élevée d’ions positifs, avec leur cortège de désagréments. La même perturbation se produit avant un
orage, moment où le nombre d’ions positifs augmente subitement. Fait significatif : dans ces moments-là,
les asthmatiques, les bronchitiques et les cardiaques souffrent davantage. En revanche, après l’orage, l’atmosphère
s’emplit d’ions négatifs. Ne vous est-il
jamais arrivé de vous sentir merveilleusement bien après un orage? Vous savez maintenant pourquoi.

Rien d’étonnant à ce que
l’électricité de notre environnement agisse sur tout notre être. On l’a vu, nous sommes en fait des êtres
électriques qui captons et émettons l’électricité ambiante. Semblable à une mini usine, chacune de nos
milliards de cellules a besoin de cette énergie électrique (la bio-électricité)
pour fonctionner. Mais nous produisons
aussi des ondes électriques. Preuve en
est les examens tels que l’électrocardiogramme ou l’électroencéphalogramme, qui
enregistrent les ondes émises par le cœur ou le cerveau. Ce phénomène est si vrai qu’aujourd’hui une
personne est déclarée légalement morte lorsque son encéphalogramme est
plat. Autrement dit, lorsque
l’électricité a quitté son corps et que son cerveau n’émet plus aucune onde.

D’éminents chercheurs, tels
les Soviétiques Tchijewsky et Sokolf ou le Français Jacques Métadier, ont
formellement établi le danger représenté par un excès d’ions positifs, ainsi
que les bienfaits procurés par les ions négatifs. Ces derniers entraînent une certaine euphorie psychique et physique, permettent un bon sommeil et rajeunissent l’organisme. Ils sont rares, infiniment petits, mais leur
action organique est si importante qu’on les a nommés les vitamines de
l’air.

Quand les vitamines
de l’air s’absentent

Le professeur Jacques
Métadier rapporte les observations de deux physiciens, Prüller et Reinet :
pendant les mois d’été, période où l’atmosphère contient un grand nombre
d’ions négatifs
générés par les rayons solaires, la mortalité baisse. Elle augmente par contre en hiver et au
début du printemps, périodes où l’atmosphère est riche en ions positifs.
De plus, chaque chute brutale de la pression
atmosphérique accroît le nombre d’ions positifs… et le nombre de décès.

D’autres chercheurs ont
étudié ce phénomène. Le professeur
Robert Tocquet cite l’expérience réalisée par Tchijewsky, Winsor et
Beckett. Des cobayes (pauvres animaux!)
ont été placés dans une atmosphère totalement dépourvue d’ions négatifs. Bien que toutes les autres conditions
biologiques aient été respectées, les animaux n’ont pas survécu plus de huit
jours! Aucun organisme ne peut rester
en vie sans l’apport d’ions négatifs.

Les bienfaits des
ions négatifs

L’énergie des ions négatifs
n’a pas fini de nous étonner. Les yogis
l’appellent Prana. Elle est certainement
à l’origine du yin et du yang des Chinois.
Nous commençons seulement à mesurer toute l’étendue de ses
bienfaits. Voici ce qu’on peut constater
lorsque l’organisme est rechargé en électricité négative.

-Les grippes, les
angines et les rhumes s’améliorent sensiblement.
Les
microbes et les virus sont «électrocutés», détruits par les ions négatifs. L’atmosphère est assainie et les maladies ne
se propagent plus.

-L’oxygénation
s’effectue infiniment mieux.
Sans la présence d’ions négatifs, on peut
mourir d’asphyxie. Sans eux, l’oxygène
ne pénètre pas dans l’organisme. En
effet, les atomes d’oxygène neutres – sans charge électrique – ne disposent pas
de l’énergie nécessaire pour traverser la membrane de l’alvéole pulmonaire et
pénétrer dans le sang. En revanche,
chaque ion négatif entraîne dans son sillage 70 à 80 atomes neutres d’oxygène
dans le sang. Une belle
performance! On comprend ainsi que
l’oxygénation s’effectue mieux à la campagne ou au bord de la mer, où l’air
contient davantage d’ions négatifs

-L’asthme, les
bronchites et la sinusite s’améliorent
. Chacun sait que les gaz d’échappement, la
fumée des usines et les poussières sont néfastes pour la santé : ils
provoquent et aggravent les maladies de l’appareil respiratoire. Mais la nature nous protège en partie contre
cette pollution : la trachée est tapissée d’innombrables et minuscules
cils qui vibrent à une très grande vitesse (environ 800 vibrations/minute) et
rejettent les impuretés. Or, la présence
d’ions positifs ralentit, voire stoppe cette vibration des cils, procurant une
sensation d’étouffement. Au contraire,
les ions négatifs accélèrent la vibration.
Grâce à eux, les voies respiratoires polluées se nettoient et
s’assainissent plus vite.

-L’hypothalamus est
vivifié.
Les ions négatifs stimulent
l’hypothalamus. D’où leur impact sur
l’ensemble de l’organisme, puisque cette glande est le général en chef de toutes
nos glandes hormonales.

-Les surrénales sont
plus actives
. Elles fabriquent en effet davantage de
cortisone naturelle, qui diminue la fatigue.
Stimulées, elles nous défendent ainsi mieux contre les maladies.

-Nous sommes de
meilleure humeur.
Il existe une hormone de l’humeur : la
sérotonine. Une forte concentration de
cette hormone augmente l’irritabilité.
La présence d’ions négatifs dissipe une telle concentration et apporte
la bonne humeur.

-Nous dormons
mieux.
Les ions négatifs diminuent la nervosité, le stress,
l’anxiété. Ils permettent donc un
meilleur sommeil, plus profond et plus réparateur.

-La fatigue disparaît et
les capacités physiques s’améliorent.
Le médecin de l’équipe de France au Mundial 86 à
Mexico, le Dr Vrillac, avait emporté des ioniseurs d’air. Ces petits appareils produisent des ions
négatifs. Et ces ions sont
indispensables pour défatiguer, améliorer les réflexes, accroître la rapidité
et l’endurance. Bref, pour améliorer nos
performances physiques.

-La mémoire
revient.
Pour fonctionner, le cerveau doit impérativement
disposer d’oxygène. Or, ce dernier ne
lui parvient pas en quantité suffisante lorsque le sang est visqueux et qu’il
circule mal. Les ions négatifs répondent
à ces deux problèmes. Ils transmettent
d’abord leur bio-électricité aux globules rouges. Ceux-ci, au lieu de s’agglutiner et
d’épaissir le sang, se séparent, rendant ainsi le sang plus fluide. Ils font ensuite pénétrer dans le sang une
grande quantité d’oxygène, rapidement utilisée par le cerveau. Conséquences : la mémoire revient, la
concentration et l’attention s’accroissent, les processus mentaux s’accélèrent.

Les sources des ions
négatifs (les bons!)

La terre est la
plus grande productrice d’ions négatifs.
Voici comment elle procède : elle laisse échapper de ses entrailles
des gaz radioactifs (non dangereux) qui libèrent des électrons (des «grains»
d’énergie électrique négative). Ces
derniers, en se fixant sur des atomes d’oxygène, les transforment en ions
négatifs d’oxygène bienfaisants.

Le soleil – et
particulièrement ses rayons ultraviolets – enrichit l’atmosphère d’ions
négatifs.

Les plantes, par
l’intermédiaire de leur chlorophylle, produisent un oxygène qui – comble de
raffinement! – est particulièrement riche en ions négatifs

-Les fortes pluies,
les vagues de la mer, les chutes d’eau et les cascades,
les douches énergiques, tout cela fait naître une bonne quantité d’ions
négatifs. C’est le choc, l’écrasement
de chaque gouttelette d’eau sur une surface dure qui permet ce phénomène,
baptisé par les scientifiques «effet Lenard».

-Les éclairs, lors
des orages, sont de véritables usines d’ions négatifs. Et des quelque 45 000 orages qui éclatent
chaque jour sur la planète, jaillissent environ 30 000 éclairs par heure!

Les sources des ions
positifs (les méchants!)

Tout se passe comme si
nous, les humains, nous efforcions de détruire les ions négatifs et de créer
des ions positifs! Notre environnement,
en effet, n’est pas favorable aux vitamines de l’air : meubles en plastique,
moquettes synthétiques, métal…tout contribue à les détruire.

La vie des ions négatifs
est très courte. Extrêmement petits et
légers, ils adhèrent à tous les objets qu’ils rencontrent, et particulièrement
les objets métalliques et synthétiques.
Dès lors, ils disparaissent de l’atmosphère, et leur énergie est perdue
pour nous. Cet appauvrissement en ions
négatifs s’accompagne d’une dangereuse augmentation du nombre d’ions positifs.

-L’épais «édredon» de gaz
polluants
et de fumée qui couvre nos grandes agglomérations empêche
les rayons ultraviolets, bénéfiques, de passer.
De plus, les poussières et les fumées s’agglutinent autour des ions
négatifs et les neutralisent. Résultat : un air malsain, pauvre en ions
négatifs et riche en ions positifs.
(L’ingénieur Pierre Fluchaire estime que l’insuffisance des ions
négatifs dans les grandes villes est une des causes de l’agressivité et de la
violence.)

Les matières
synthétiques
(moquettes, meubles, vêtements), les moteurs, les câbles et
les appareils électriques sont les ennemis jurés des ions négatifs. Ils les prennent en otage et ne les libèrent
jamais!

L’air conditionné
est dangereux à triple titre. D’abord,
les ions négatifs viennent se coller à ses ventilateurs, ses gaines et son
moteur, et disparaissent donc complètement de l’atmosphère.

Ensuite, l’air que nous
respirons est composé de presque 80% d’azote : ses atomes, après brassage
dans la centrale de climatisation, se transforment en ions positifs.

Enfin, les ions positifs,
exhalés par la respiration des personnes qui séjournent dans le local
conditionné, augmentent dangereusement.

-En expirant, l’organisme
cherche à se débarrasser au plus vite des ions positifs qui l’encombrent :
quelque 300 millions d’ions positifs exhalés à chaque expiration, qui
neutralisent autant d’ions négatifs.
Voilà pourquoi nous souffrons de maux de tête, d’inattention, de
lassitude lorsque nous nous trouvons dans des petits locaux mal aérés. Ce n’est pas tant par manque d’oxygène, comme
on le croit souvent, mais par manque d’ions négatifs et accumulation d’ions
positifs.

La fumée de cigarette,
outre ses effets cancérigènes, est une grande dévoreuse de bons petits ions
négatifs.

La nature/meilleure
alliée

Les enfants aiment sauter
dans les flaques d’eau et barboter sous la pluie. Leur instinct ne les trompe pas. On l’a vu, le
choc des gouttes d’eau enrichit l’atmosphère en ions négatifs.

N’oubliez pas qu’il y a
toujours plus d’ions négatifs dehors
. Ouvrir seulement la fenêtre ne suffit
pas. Faites chaque jour, au moins deux
ou trois bons courants d’air dans votre appartement.

-Le plus souvent possible,
allez faire un petit tour, de préférence dans les espaces verts. Souvenez-vous que la terre, le soleil et
les végétaux sont nos producteurs d’ions négatifs et que chaque contact avec
eux est bon pour la santé

-Ne perdez aucune occasion
de vous promener à la campagne, à la montagne et au bord de
la mer
. Les forêts de pins ou de
sapins
sont particulièrement bénéfiques : le passage du vent dans
les aiguilles fait naître une profusion d’ions négatifs!

(Rika Zaraï, Mes secrets naturels pour guérir et réussir, p.113 à 119)

WordPress:

J’aime

Soyez le premier à aimer ceci.

Cette entrée a été publiée le Vendredi 15 août 2008 à 16 h 09 min et est classée dans Non classé. You can feed this entry. Vous pouvez laisser un commentaire ou envoyer un rétrolien depuis votre site.

Une Réponse