Archive for 29 novembre 2012



Comment puis-je faire pour vous intéresser à vous-même? 

Cet article et ses liens  https://lephareeclaireur.wordpress.com/2012/11/27/la-vague-quantique-vue-par-bernard-blanger/#respond       sont un véritable cadeau à vous offrir. Vous ne pouvez imaginer jusqu’à quel point cette célèbre phrase quantique ( QUE CETTE JOURNÉE M’APPORTE À CHAQUE INSTANT… PAIX, HARMONIE, AMOUR, SÉRÉNITÉ, SANTÉ, PROSPÉRITÉ, RÉUSSITE, ABONDANCE, CHANCE ET OPULENCE EN TOUTE BONNE CHOSE. JE DEMANDE À RECEVOIR QUE LE MEILLEUR EN TOUT, ET JE REMERCIE AVEC RESPECT ET GRATITUDE POUR TOUT CE QUI ME PARVIENT AVEC FACILITÉ À CHAQUE INSTANT DE MA JOURNÉE.) peut transformer votre vie et en plus, transformer la conscience de l’humanité.

Je suis prêt à parier que vous connaissez la loi de l’attraction, n’est-ce pas? Donc, c’est sûr et assuré que cette Vague Quantique vous portera et vous ap_Porte_Ra une meilleure qualité de vie, une plus grande confiance en vous, des pensées plus riches,une paix plus profonde,un amour de soi en constante progression et une bien meilleure santé. Votre prospérité prendra de l’expansion dans plusieurs domaines que vous ne pensiez même pas obtenir. Cette Vague Quantique vous aidera à réussir dans des aspects dont vous ignoriez même l’existence en votre for intérieur. L’étoile de la chance se rapprochera de vous tout comme celle de l’opulence et d’une façon subtile cette Vague Quantique effacera vos mémoires nuisibles qui sont contraires à la Vague.

Vous savez quelle force peut avoir une vague venant de l’océan n’est-ce pas, une Vague énergétique peut avoir cette force et même beaucoup plus, voir une force ‘’tsunamique’’ . Plus il y a de gens qui s’ajoutent à ceux qui la favorisent déjà, plus cette force devient exponentielle.

Vous connaissez le film ‘’Donnez au suivant’’ sinon vous en comprenez le principe j’en suis certain.

Que diriez-vous de faire part de ce cadeau à vos enfants, parents,amis(es) ou vos contacts réseaux ou d’affaires?

Vous en retireriez une profonde satisfaction et ressentiriez au plus profond de vous une immense joie tout en sachant que vous aurez contribués à la transformation de la conscience de cette planète.

Noël est à nos portes alors soyons généreux envers nous et nos semblables. J’ai reçu ce cadeau d’un homme plus que généreux que vous découvrirez en ouvrant ce cadeau. J’ai reçu, j’ai obtenu, cela continue et maintenant avec une gratitude infinie, je partage avec vous.

Que cette Vague Quantique vous apporte Paix,Amour,Harmonie,Sérénité,Santé,prospérité,Réussite,Abondance,Chance et Opulence en toute bonne chose. Je vous remercie avec respect et gratitude pour ce Quantique partage Universel.

Soyons le meilleur ici comme ailleurs!

Bernard Bélanger, Un Humain de la Terre.


La formulation magique et c’est pourtant si simple.

Le blé est un opiacé

(Source : Wheat belly blog, 04/2012)
Bien que ce soit la prémisse principale du livre Wheat Belly, je crains que certains n’aient pas compris tout le message :
Le blé moderne est un opiacé.
Et, bien sûr, je ne dis pas que le blé est un opiacé parce que comme vous trouvez ça bon vous avez l’impression d’être accro. Non, le blé est réellement addictif.
Le blé est addictif dans le sens où il finit par dominer les pensées et les comportements. Le blé est addictif dans le sens où si vous n’en avez pas pendant quelques heures, vous commencez à être nerveux, confus, tremblant, et commencez désespérément à chercher une autre “dose” de crackers, petits pains, ou baguette, même si ce sont les vieux crackers périmés de 3 mois au fond de la boîte. Le blé est addictif dans le sens où il y a un syndrome de sevrage distinct caractérisé par une fatigue écrasante, un « brouillard » mental, une incapacité à faire de l’exercice, et même une dépression qui dure plusieurs jours, parfois plusieurs semaines. Le blé est addictif dans le sens où ce processus de sevrage peut être provoqué par l’administration d’un médicament bloquant les opiacés comme la naloxone ou la naltrexone.

Mais la “défonce” du blé n’est pas comme la défonce de l’héroïne, morphine, ou Oxycontine. Cet opiacé, bien que se liant aux récepteurs opiacés du cerveau, ne nous « défonce » pas. Il nous donne faim.
C’est l’effet que provoque la gliadine, la protéine dans le blé qui a été modifiée par inadvertance par les généticiens dans les années 70 lorsqu’ils cherchaient à augmenter les rendements. Juste quelques changements des acides aminés et de la gliadine du blé moderne – à haut rendement et à moitié nain – l’ont fait devenir un puissant stimulant de l’appétit.
Le blé stimule l’appétit. Le blé stimule la consommation de calories : 440 calories en plus par jour, 365 jours par an, pour chaque homme, femme, et enfant. (440 calories par personne est une moyenne.) Nous en sommes témoins, sentons la prise de poids qui arrive et repoussons l’assiette, nous nous contentons de plus petites portions, et faisons plus de sport… et pourtant nous continuons à grossir, grossir, et grossir. Demandez à vos amis et voisins qui essayent d’inclure plus de « céréales complètes saines » dans leur régime. Ils font du sport, ont un « régime bien équilibré », et pourtant prennent 5, 10, 15, 35 kilos ces dernières années. Accusez vos amis de boire trop de Coca Cola à la bouteille, ou d’être des gloutons des buffets « à volonté » et vous aurez des regards noirs. Beaucoup de gens essayent fortement de contrôler leurs pulsions, leur appétit, et de contrôler leurs portions, leur poids, mais perdent la bataille à cause de l’opiacé qu’il y a dans le blé qui stimule l’appétit.
L’ignorance des effets de la gliadine du blé est responsable des imbécilités qui sortent de la bouche de gastroentérologues comme le Dr. Peter Green de l’Université de Columbia qui déclare :
Nous disons aux gens que nous pensons qu’un régime sans gluten n’est pas un régime très sain. Les substituts sans gluten des aliments avec gluten ajoutent de la graisse et du sucre. Les patients souffrant de la maladie coeliaque prennent souvent du poids et leur taux de cholestérol augmente. La majeure partie du monde mange du blé. La majeure partie du monde qui en mange va très bien à moins d’avoir une maladie coeliaque.
Dans la pensée simpliste du gastroentérologue et du monde coeliaque, si vous n’avez pas la maladie coeliaque, vous devriez manger autant de blé que vous le souhaitiez… et ne jamais penser aux effets stimulants l’appétit de la gliadine, sans parler des troubles intestinaux et du colon irritable généré par les lectines du blé, ou les sucres sanguins élevés et de l’insuline de l’amylopectine A du blé, ou des nouvelles allergies provoquées par les nouvelles alpha amylases du blé moderne.
Source: http://newsoftomorrow.org/

Publié par le quotidien qui réunit – lapressegalactique.com mercredi, novembre 28, 2012


25 novembre 2012

Les Johnson : un couple, deux enfants et zéro déchet depuis trois ans

inShare75

La famille Johnson - Thomas J. Story

La famille Johnson – @ Thomas J. Story

Béa Johnson et sa famille sont connus Outre Atlantique pour un défi qu’ils relèvent depuis trois ans : vivre sans générer de déchets.

Pourquoi ce choix ? Comment s’organise leur quotidien ? Alors que la semaine de réduction des déchets se termine aujourd’hui, j’ai voulu en savoir plus.

Une consommation vide de sens

Béa Johnson Zero Waste Home

Béa Johnson est française. Originaire d’Avignon, elle est arrivée aux Etats-Unis en tant que fille au pair. Elle y a rencontré son mari et n’est jamais repartie, adoptant alors le mode de vie américain : grosse maison, 4×4, chien, etc. Pendant sept ans, la jeune femme s’est bercée d’illusions dans le soi-disant bonheur offert par l’hyperconsommation : « au bout d’un moment j’ai ressenti un grand vide, un profond malaise et une immense insatisfaction, comme si une partie de moi mourrait » m’a-t-elle confié il y a plus d’un an.


Zero Waste HomeC’est alors qu’elle persuade son mari de déménager
, d’aller vivre à l’extérieur de cette immense agglomération qu’est San Francisco : ils choisissent Mill Valley, dans la banlieue nord, à côté de Sausalito. Tout est plus proche mais aussi plus cher, dans cette bourgade aisée, si bien que les Johnson mettent deux ans avant de trouver une demeure à leur goût. Deux ans pendant lesquels ils vivent en appartement, en laissant la majorité de leur mobilier dans un garde-meubles. Ils constatent alors à quel point le strict nécessaire leur suffit au quotidien. « L’expérience nous a plu, le reste s’est révélé superflu : on a tout vendu pour s’installer dans une maison deux fois plus petite qu’avant, on a donné tout ce dont nous n’avions plus l’usage, et nous avons entamé une nouvelle vie, avec peu de choses« , se souvient-elle.

Avec le temps, Béa Johnson s’enrichit de ce dont elle s’allège. Son mari, Scott, ne ressent pas le changement de la même manière : pour lui, c’est surtout le temps retrouvé qui compte. « Le moins on a, le plus on passe du temps ensemble, à faire ce que l’on a envie de faire« , analyse la jeune femme que vous pouvez voir témoigner avec ses proches dans la vidéo suivante:

Un quotidien sans déchet

Forts de cette prise de conscience, les Johnson commencent à s’informer et à se documenter sur l’écologie, le désencombrement, la sobriété heureuse. Béa ouvre un blog pour partager leur expérience et échanger avec d’autres sur leur changement de mode de vie. Aujourd’hui, ils ne génèrent que quelques poignées de détritus par an.

Cuisine Zero Waste HomeAu quotidien, ils revoient leurs habitudes, scrutant chaque détail, évaluant chaque besoin, raisonnant chaque envie. Pour faire les courses, Béa s’approvisionne dans des magasins où il est possible d’acheter les produits en vrac (grains, céréales, farines, quelques goûters). Elle a confectionné des sacs en tissu sur lesquels elle a inscrit le poids du sac : lors du passage en caisse, il suffit alors de peser et de déduire le poids du contenant. Elle utilise aussi des bocaux en verre de un litre dans lesquels elle met du fromage, de la viande, du poisson, de la charcuterie, et réserve le dernier pour les envies du moment (olives, miel ou huile). Depuis, sa cuisine est remplie de bocaux en verre dans lesquels sont entreposées les denrées alimentaires.

Les cosmétiques font partie, avec les médicaments et le nécessaire de bricolage, des éléments les plus difficiles à gérer sans déchets : tout est sur-emballés, alors il faut ruser.

Salle de bain Zero Waste HomeDans la salle de bain, le plus dur fut de supprimer la poubelle. Béa a remplacé les cotons par des lingettes lavables. Elle produit elle-même les cosmétiques et produits d’hygiène, et n’utilise plus qu’un produit de beauté issu du commerce : une crème de protection solaire. Pour les joues, un peu de chocolat en poudre suffit; pour les lèvres, elle fabrique son propre baume à base de cire d’abeille et d’huile de sésame, « qui ne sent pas et concentre beaucoup de vitamine E« . Naturellement, shampoing, démêlant et savon sont achetés en vrac.

Garde Robe Zero Waste HomePour les vêtements, Béa s’est inspiré de son passage dans une école de mode pour choisir des habits utilisables d’une saison sur l’autre, d’une occasion à l’autre. Aussi possède-t-elle exactement deux robes, deux jupes, trois pantalons, un short, trois pulls, sept hauts, six paires de chaussures (dont une paire de chaussons), sept culottes, quelques paires de chaussettes et collants, et un soutien-gorge. « Ma robe peut être mise sur un jean, ou sans rien, avec un t-shirt ou non« , explique-t-elle.

master Zero Waste HomeLes séances de shopping se déroulent deux fois par an : « à la mi-avril par exemple, la saison change et j’en profite pour renouveler ce qui doit être remplacé. Je vais généralement dans un magasin de fripes où je trouve tout ce qu’il faut pour les enfants, trois quart de ce qu’il me faut et la moitié de ce qu’il faut pour Scott. » Pour les costumes, elle achète du neuf de bonne qualité. Idem pour son jean et ses chaussures, qu’elle maximise pour un usage en toute saison. Sans oublier les couleurs, choisies pour être facilement assorties.

Salon Zero Waste HomeLa moitié de l’ameublement est issue de récup’, le reste a été acheté neuf et de qualité, pour durer. « Nous avons une télévision pour regarder des films, les photos et écouter la radio. Il n’y a pas de console, mais un ordinateur. Les enfants, Max et Léo, trouvent ça mieux de vivre avec moins: c’est moins dur à nettoyer et ranger. Ils ont progressivement réduit les jouets, et cela est devenu naturel pour eux« . Ils louent beaucoup de films et de livres à la bibliothèque.

Refuser avant tout

Zero Waste Home MarchesAussi Béa insiste-t-elle en permanence sur le besoin de refuser et réduire un maximum de superflu à la source. Sa devise est d’ailleurs la suivante: « refuse, reduce, reuse, recycle, rot » (refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter). Le recyclage n’est pas LA solution pour elle, ni même le principe d’éco-conception d’un produit « qui finira encore trop souvent en déchetterie« . Par son choix de vie, elle souhaite montrer à quel point il est facile de désencombrer et vivre pleinement.

Avec le temps, elle a prouvé à ses proches que ce mode de vie permettait de réaliser des économies : un tiers des dépenses pour la nourriture ont été réduites. « Les gens se disent qu’ils n’ont pas le temps et se disent que cela va coûter trop cher. Bien sûr, il faut être organisé pour y arriver. Mais après, cela prend moins de temps : on réfléchi en deux fois avant d’acheter, cela réduit les dépenses et le temps investis dans le superflu », résume-t-elle.

Le mieux pour en être convaincu est d’essayer, de tester pour approuver. « Le hic, c’est que les gens sont un peu flemmards et ont du mal à changer leurs habitudes« , estime-t-elle. Durant l’été 2011, elle a mené l’expérience « zéro déchet » pour sa mère, qui habite dans le sud-est de la France. « Ce fut facile car il y a plus de marchés en France, mais la fraîcheur du vrac n’est pas toujours optimale et je n’ai guère vu de liquide type shampoing à disposition« .

Aux Etats-Unis, son mode de vie a été largement relayé dans les médias. Béa Johnson intervient fréquemment pour expliquer les rudiments d’une « vie simplifiée » et travaille actuellement sur un livre à paraître en avril 2013, Zero Waste Home: The Ultimate Guide to Simplifying Your Life by Reducing Your Waste.

De quoi vous inspirer ?

Anne-Sophie Novel / @SoAnn sur twitter

En savoir plus

inShare75