Lisez jusqu’à la fin pour comprendre, c’est essentiel. Bonne lecture et merci Jean-Jacques.

Créer une meilleure vie

http://creer-une-meilleure-vie.com/neosante-32-remettre-en-question-le-postulat-pasteurien/?inf_contact_key=0c7e4eeec695084ddbda7b7dc441fb81275a40e3a70d671965bf7db5772f0f67

Néosanté #32 : Remettre en question le postulat pasteurien

Néosanté #32 : Remettre en question le postulat pasteurien

Voici quelques semaines, je suis tombé sur une information hallucinante. Si elle n’émanait pas de l’Institut Belge de la Sécurité Routière, et si elle n’était pas confirmée par les instituts d’autres pays, je n’y aurais jamais cru. D’après les études faites pendant ces trente dernières années dans plusieurs pays développés, il apparaît que « tous les accidents mortels de la route, dans 100 % des cas, sont provoqués par des gendarmes (en majorité), par des policiers ou des pompiers (plus rarement) ! »Vous vous rendez compte !? Tous les accidents mortels ! Dans 100 % des cas !

J’imagine que, comme moi, vous ignoriez totalement cette information pourtant capitale ! Quand on pense aux milliards investis pour réduire la mortalité sur nos routes, on ne peut que se réjouir de la publication de cette étude scientifique effectuée avec le plus grand sérieux… Enfin, nous détenons une piste pour réduire (et peut-être supprimer complètement) les accidents mortels sur nos routes : faire disparaître les gendarmes, les policiers et les pompiers de la voie publique ! Génial, non ? Enfin une mesure dont on se félicitera longtemps…

Quoi ? Vous êtes sceptique ? Vous doutez !!!? Moi aussi, je doutais. Jusqu’à ce que j’examine la publication dans le détail. On peut y lire que, chaque fois que les chercheurs se rendaient sur les lieux d’un accident mortel, ils constataient la présence de gendarmes, de policiers ou de pompiers sur la voie publique. Vu l’étonnant systématisme de cette observation, ils ont pu établir une corrélation à 100 % entre la présence des forces de l’ordre d’une part, et la gravité de l’accident d’autre part. Du coup, la conclusion s’est imposée d’elle-même : ce sont les forces de l’ordre qui sont à l’origine de tous les accidents mortels de la route… Par contre, concernant les accrochages mineurs et les accidents non-mortels, les chercheurs explorent encore quelles pourraient être la ou les causes à l’origine de ces phénomènes… Ils penchent pour les dépanneuses, mais sans certitude. Il sera donc nécessaire de collecter des fonds supplémentaires pour soutenir les chercheurs dans leur quête au service de notre sécurité ! D’ailleurs, le prochain « Télécon » d’avril prochain (à ne pas confondre avec le Téléthon) permettra de financer cette recherche d’une importance de tout premier rang !

QUAND CORRÉLATION SE CONFOND AVEC RELATION DE CAUSE À EFFET !

J’espère, à présent, que vous avez compris ce que j’étais en train de faire avec vous, chers lecteurs. J’illustrais de manière provocatrice la manière dont les successeurs de Louis Pasteur conçoivent l’origine de la plupart des maladies. Remplacez dans mon exemple « accident mortel de la route » par « maladie grave », « forces de l’ordre » par « microbes » ou encore « gendarmes, policiers et pompiers » par « virus, bactéries et champignons », et vous vous trouverez en présence de ce que je considère comme le postulat le plus désastreux de toute la médecine moderne. Postulat qui affirme que : « Les microbes sont à l’origine de la plupart des maladies. »

Évidemment, vous pourriez objecter que les maladies infectieuses et que les grandes épidémies sont une réalité indubitable ! Il n’y a qu’à se souvenir de la peste noire qui a décimé la moitié de la population européenne au milieu du quatorzième siècle, de la grippe espagnole de 1918 qui a fait plus de morts que la guerre elle-même, des grandes épidémies de polio, de variole et de choléra, de l’épidémie de SIDA qui décime depuis plus de trente ans des millions d’êtres humains… Sans compter la tuberculose, provoquée par le bacille de Koch et le cancer du col de l’utérus provoqué par le papillomavirus. Alors, doit-on vraiment douter de ce postulat central de la médecine moderne ? Doit-on vraiment remettre en question ce leg que Pasteur a offert à l’humanité ?

Pour répondre à cette question fondamentale, revenons quelques instants à mon exemple provocateur relatif aux accidents de la route. Vous avez compris que mes chercheurs imaginaires avaient tout simplement inversé la relation de cause à effet. Il est vrai qu’ils arrivaient toujours APRÈS que l’accident mortel ait eu lieu, et qu’ils voyaient toujours la présence de gendarmes, de policiers et/ou de pompiers sur la voie publique. Du coup, ils ont déduit de cette corrélation toujours vérifiée un lien de causalité où ils ont identifié les forces de l’ordre comme étant la cause des accidents mortels. Or, nous savons tous que ce sont les accidents mortels (cause) qui nécessitent la présence des forces de l’ordre sur place (effet), et non l’inverse.

LA MÉPRISE DE LOUIS PASTEUR

Revenons aux microbes. Pasteur et ses successeurs ne se sont pas trompés en observant la présence de microbes lorsqu’une maladie ou une épidémie se déclaraient ! Pour eux, il ne faisait aucun doute que les microbes étaient bien à l’origine des maladies. Pourtant, on sait à présent que Pasteur s’est trompé. Pourquoi ? Pour au moins deux raisons…

La première raison, c’est que ce chimiste français était convaincu (sans l’avoir vérifié) que les cellules du corps humain étaient aseptiques, c’est-à-dire exemptes de tout microbe et de tout germe infectieux. Il était convaincu également que, si on observait la présence de microbes dans le corps, c’est que ceux-ci devaient nécessairement venir de l’extérieur ! Cette croyance, bien qu’il ne l’ait jamais démontrée, constitua le fondement sur lequel il échafauda toute sa théorie ! Depuis lors, les chercheurs savent pertinemment que ce postulat était totalement faux. Donc, comme je l’ai démontré dans mon article précédent, toutes les conclusions qui en découlaient devraient être fausses également. Pourtant, la médecine moderne, pour je ne sais quelle raison, a préféré conserver cette posture idéologique et étendre les conclusions de Pasteur à d’autres domaines que ceux des maladies infectieuses…

L’autre raison pour laquelle Pasteur s’est trompé, c’est qu’il ignorait que les maladies se développent toujours selon un processus en deux phases, ce que les médecins de la Chine ancienne appelaient les phases froide et chaude des maladies. Dans la phase froide de la maladie, l’individu est en stress (ou en surstress). Son système orthosympathique est activé pour lui assurer sa survie, l’essentiel de la circulation sanguine est mobilisée pour les organes vitaux, la vasoconstriction provoque le refroidissement des extrémités de membres (d’où le nom de phase froide). Habituellement, cette phase dans laquelle l’individu s’éloigne de l’équilibre ne s’accompagne d’aucun symptôme morbide visible. Lorsque l’individu a réussi à se sortir du danger, son stress diminue rapidement et il entre dans la phase chaude de la maladie. À ce moment, c’est son système parasympathique qui est activé pour permettre la réparation des lésions, la régénération, le rééquilibrage de l’organisme. Ce retour à l’équilibre s’accompagne, la plupart du temps, de symptômes visibles et de fièvre (d’où le nom de phase chaude).

Quant aux microbes, ils sont toujours présents dans l’organisme. Les biologistes modernes disent que nous portons en nous cent mille milliards de microbes dans le corps, qui pèsent au total près de deux kilos ! Comme vous voyez, on est très loin de l’aseptie prônée par Pasteur ! Par contre, ces microbes présents en permanence (qu’on soit en phase froide ou chaude), ne jouent pas tout le temps le même rôle ! Et c’est ça que Pasteur n’a pas compris. Pendant la phase froide, les microbes ne jouent aucun rôle actif : la virologie classique affirme d’ailleurs qu’ils sont, à ce moment, « non pathogènes ». Pendant la phase chaude, là, ils jouent un rôle actif : celui d’éboueurs, de réparateurs, de purificateurs…

Sont-ils pour autant la cause de la maladie ? Non, évidemment, puisque tout d’abord, ils étaient DÉJÀ PRÉSENTSdans le corps alors qu’aucune maladie ne se développait. Ensuite, ils sont TOUJOURS PRÉSENTS lorsque l’individu bascule en phase de stress et s’éloigne de l’équilibre (quelle qu’en soit la raison), mais sans jouer de rôle particulier… Enfin, ils deviennent actifs PARCE QUE l’individu sort de sa phase de stress et revient vers l’équilibre. C’est donc parce que l’individu se rééquilibre, c’est parce qu’il entre en phase chaude que les microbes sont appelés au service du corps pour accomplir ce qui est nécessaire. Exactement comme les gendarmes et les pompiers. Tant que tout va bien sur la route, les gendarmes sont déjà présents, mais n’interviennent pas. Lorsque l’accident survient (phase de stress), les gendarmes ne sont toujours pas actifs ! Après l’accident, il est nécessaire de réparer et de déblayer la chaussée : c’est là qu’ils entrent en action.

Toujours pas convaincus de mon analogie, chers lecteurs ? Le mois prochain, j’illustrerai mon propos à travers plusieurs exemples concrets. Mais en attendant, je vous invite à méditer sur les deux faits suivants. On dit souvent que la température du corps s’élève À CAUSE des microbes présents. Or, les observations montrent que c’est le corps qui contrôle l’activité des microbes en modulant sa température. Jusqu’à 38,5 °C, les microbes sont activés et se multiplient ! Aux alentours de 39,5 °C, ils sont stabilisés. Au-delà de 40,5 °C, les microbes sont éliminés… Si on empêche la montée de température à coup de médicaments antipyrétiques (contre la fièvre), on empêche en même temps la disparition des microbes ! Preuve, si l’en est, que ce ne sont pas les microbes qui contrôlent la fièvre, mais bien l’inverse… Autre fait intéressant : dans différents domaines de la médecine moderne (en particulier la cancérologie et la chirurgie), on fait appel de plus en plus souvent aux vertus réparatrices des virus pour guérir certains cancers ou pour resouder certaines fractures. Des publications de plus en plus nombreuses vantent les mérites de ces thérapies virales ! Alors, les gendarmes seraient-ils toujours la cause des morts de la circulation routière ? Rien n’est moins sûr, à présent…

LAISSEZ VOS COMMENTAIRES, VOS QUESTIONS, VOS TÉMOIGNAGES

Mon vœu le plus cher, c’est que vous laissiez, sous cet article, des références de livres ou d’articles, des études, des enseignements qui viennent compléter, enrichir les propos tenus. Je vous invite aussi à partager les bénéfices que vous avez retirés de la lecture de ce texte. Pour que les autres visiteurs de ce blog soient nourris à leur tour, non seulement par mes écrits, mais aussi et surtout par vos apports.

PETITE ASTUCE POUR PUBLIER VOTRE MESSAGE DANS DE BONNES CONDITIONS

Pour publier votre message, rendez-vous tout en bas de cette page (sous les messages des autres visiteurs de ce blog). Une fois que vous avez rédigé votre texte, vous devez obligatoirement laisser votre nom (ou votre pseudonyme), votre adresse courriel, mais vous devez aussi répondre à une question de simple calcul, en inscrivant la réponse du calcul en chiffre ! Ce petit dispositif a été installé afin de vérifier que vous n’êtes pas un robot venant polluer mon blogue.

Print Friendly Version of this pagePrint Get a PDF version of this webpagePDF

 

71 COMMENTAIRES
  1. Claude, de « J’aime l’EFT »— 19/12/2014 à 3:13En réponse à Isabelle, je souhaite parler d’un début de fibromyalgie que j’ai vécu pendant des vacances, suite à un épisode de harcèlement au travail. Bien qu’habituellement, j’utilise le plus possible des traitements énergétiques, cette fois, rien ne marchait; et il me fallait 7 à 8 gélupranes par jour pour vivre à peu près normalement.Je sais que dans ce symptôme, mon corps exprimait :
    – le refus de retourner dans ce travail
    – et l’incapacité de savoir où je voulais aller.Quand j’ai pris une décision, même mauvaise (je suis retournée dans ce travail… mais pas pour longtemps), la « fibromyalgie » et un autre symptôme (je voyais double par moments, autre façon d’exprimer les deux directions entre lesquelles j’hésitais) ont définitivement disparu en un mois.

    Je comprends mieux maintenant pourquoi l’EFT et le Reiki, qui d’habitude me réussissent très bien, n’ont pas fonctionné : je me sentais tellement dans une situation sans issue que je n’imaginais même pas qu’il puisse y avoir une solution. Donc, tout ce que j’attendais de mes techniques préférées, c’était simplement un soulagement physique, pour que, au moins, mes vacances ne soient pas gâchées ; je n’arrivais pas, à ce moment, à espérer quoi que ce soit de mieux.

    Avec le recul, il me semble que j’aurais dû utiliser l’EFT pour éliminer la croyance que la situation était sans issue, puis pour demander à l’Univers qu’il me trouve une solution, une bonne de préférence ;) .

    De ma propre expérience (pour cette maladie et pour d’autres), il m’a semblé que la maladie se déclenchait faute de mieux, quand j’avais l’impression d’être totalement coincée dans mon problème.

    J’essaye de faire correspondre cette idée avec ce qu’exprime Jean-Jacques à propos des phases froides et phases chaudes.

    – la phase froide serait celle où on refoule le problème, où on essaie de vivre au jour le jour tant bien que mal, où on repousse à plus tard une recherche de solutions (« j’ai ça, ça, ça, à faire d’abord, je n’ai pas le temps de réfléchir à l’avenir »); on se ronge probablement de l’intérieur, mais rien ne se voit vraiment. (pour moi, c’était la période qui précédait ces fameuses vacances)

    – le début de la phase chaude : celui où on ne peut vraiment plus faire semblant de ne pas voir le problème; le corps me semble alors exprimer dans les moindres détails nos désirs contradictoires, notre ressenti face à lui (pour moi : les vacances, et mon épisode de « presque fibromyalgie »). J’en analyse un autre exemple dans l’article suivant (http://www.jaime-left.com/2013/11/29/attention-rhume-et-si-vous-vous-en-passiez-cette-annee/), un « rhume-chagrin et refus », qui a fini par « fondre » en 5 mn chrono, mais … après 4 articles d’EFT et d’introspection tout de même.

    – la fin de la phase chaude : quand la décision est prise (bonne ou mauvaise), le corps et le psychisme se réorganisent, les symptômes guérissent puisqu’ils n’ont plus de raison d’être, et le problème de fond se résout … ou pas, ça, c’est une autre histoire.

    Bonne résolution de « presque nouvel an » : chaque fois que j’aurai un symptôme physique important, ou encore une vague sensation qu’un problème n’a pas de solution, je ferai de l’EFT à partir de la phrase : « Même si une partie de moi est persuadée que cette situation est sans issue, je m’ouvre doucement à l’idée que peut-être, peut-être, si : il y a une solution, et même une bonne. ».

    Une résolution comme ça, j’ai des chances de la tenir…. sauf si mon inconscient gagne des parties de cache-cache, en me dissimulant ce genre de problème : quand on est persuadé qu’un problème n’a pas de solution, on sait très bien le refouler.

    Bonne année à tous, pleine de guérisons à tous les niveaux :)

    Et encore merci, Jean-Jacques, pour tes articles qui poussent tellement à réfléchir… au départ, je voulais juste écrire un commentaire de quelques lignes

marie-andrée— 16/12/2014 à 8:02

Je voudrais dire à Catherine qui est Québécoise comme moi de ne pas avoir peur du cancer. J’ai eu un cancer du sein il y a 10 ans et j’ai suivi une cure de désintoxication et je me suis mise à l’alimentation crue avec tout plein de jus verts. On ne me donnait pas plus de 5 ans à vivre et j’ai fait 10 ans sans cancer et sans aucun médicament. Le cancer du sein est revenu en février dernier, j’ai refusé chimio, radiation, médicaments et j’ai compris que si j’avais créé ce cancer par le stress, les émotions négatives j’étais également capable de le guérir par le repos, la méditation, la prière, la visualisation et la pensée positive. Je te conseille de lire le livre intitulé:  »Guérir envers et contre tout » de Carl Simonton et Ancelin Schutzenberger. Je suis les conseils de ce livre à la lettre et je me sens en pleine forme, ce que mon oncologue ne comprend pas. Il m’a avoué que le taux de succès que j’avais présentement, d’après les examens, étaient supérieurs à tous les traitements qu’il aurait pu me donner et que ce n’était pas le cancer du sein qui allait mettre fin à mes jours. Mon mari était à mes côtés et il n’en revenait pas de ses propos surtout que j’ai un fils neuro-chirurgien qui met beaucoup de pression pour que j’accepte la chimio et la radiation. Peut-être qu’un jour ce cher fils va venir me consulter pour que je l’aide à guérir, on ne sait jamais.

Laforest claire— 16/12/2014 à 5:13

Je suis passée par plusieurs phases de mort , d’accidents et de maladie ….
Et , je peux vous dire que tout est reversible , nous détenons notre santé dans notre cerveau, c’est notre ordinateur central qui peut-être détraqué par nos émotions …. que nous ne reconnaissons pas la plupart du temps à cause de leur traitement ultra-supersonique du cerveau .
Autre fait …. des chercheurs ont reconnu que pour soigner toutes les maladies inflammatoires du colon , il suffisait d’ensemencer l’intestin de selles en bonne santé pour que la flore intestinale se refasse instantanément . Si nous tuons les bactéries, les virus macrophages et les levures , nous nous exposons à la maladie

CAth— 15/12/2014 à 1:40

Bonsoir,
J’ai eu plusieurs expériences d’épisodes de haute température (jusqu’à 41°C),le dernier il y a 2 ans 1/2, en effet suite à un stress, une période d’intense mouvance dans ma vie ! J’ai passé trois jours, au fond de mon lit, avec de l’eau à boire,et un seau pour faire pipi et j’ai laissé travaillé mon corps ! C’était chaud, chaud, il faut assumer de refuser les appels au médecin ! Au troisième jour, j’avais un grand sentiment de libération à plusieurs niveaux : physique, émotionnel (les peurs et des blocages)etc,, avec à l’issue de ce remue ménage intérieur, un renouveau de vie…. J’ai cette habitude de fonctionner ainsi sans me jeter sur le premier médicament allopathique que je trouve… et de me soigner avec des techniques intuitives ! Et ce depuis mon enfance ! Ca fait du bien de voir, qu’on est pas tout seul , face à l’aberration de la médecine moderne ! Dans le métier que j’exerce, le soin (infirmière), j’essaie de faire connaître les multiples possibilités qui s’offrent à nous pour recouvrir la santé, ce n’est pas facile du tout !!

Publicités