Archive for septembre, 2015



Si ce n’est pas ça être conscient alors c’est quoi?  Un texte, une pensée, un voyage dans le temps, une interrogation, une prise de conscience, un souhait, un but, une réponse, un éveil, un espoir, une profonde réflexion, une observation, un cri de l’Âme, un appel, un contact, un partage, une réalité, une recon_naissance, un savoir, un espace de vie, la Vie, Ta Vie.

M. Bélair

 

Voici un texte qui suscite une grande réflexion. Il a été composé en 2013 par notre garçon Michaël Bélair et je vous le partage aujourd’hui.

Fils de Richard Bélair et Nicole Urbain Bélair 

 

Pour toi, ma descendance,

Il y a de fortes chances que tu ne me connaisses pas ou que cette lettre ne te parvienne jamais, mais tu dois savoir qu’à l’époque où j’écris ces quelques lignes, je pense à toi qui n’existe pas encore. Peut-être ne verras-tu jamais le jour? Peut-être ton existence n’aura été qu’un songe merveilleux, abandonné d’un couple, jadis amoureux. J’ose croire que non, car si tel est le cas, mes prédictions auront eu lieu. À qui lira cette lettre, vous devez savoir qu’elle était adressée à mon arrière-petit-fils ou à mon arrière-petite-fille et que s’il reste une trace de ma descendance quelque part, ces précieuses pages doivent immédiatement leur être rendues. Si vous ne le faites pas, lisez attentivement chaque mot et faites-en l’interprétation que vous voulez. La simplicité du message qu’elles contiennent n’est nul autre que l’héritage d’une génération passée. Ces paroles ne devraient être perdues, mais plutôt partagées. Elles n’auront pas la prétention de donner réponse à tout. En réalité, elle n’en donneront aucune qui ne soulèvera pas de nouvelles questions. J’aimerais seulement qu’elles puissent aider à avancer. Maintenant, au plus profond de ma chair, j’espère sincèrement que tu lises ces quelques mots, toi ma descendance, homme ou femme, pour que  l’espace d’un instant je puisse renaître des abîmes de tes pensées et peut-être continuer enfin d’y exister.

 

Il était tard, tard dans ma vie, la première fois que j’ai eu le courage de m’observer dans une glace. Je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas constaté à quel point je me sentais triste et abandonné. J’endurais mes 25 ans et je ne croyais plus en rien. J’observais les autres vivres, mais moi, je vivais en transparence. J’étais comme un acétate vide dans lequel on attend juste le moment de pouvoir y insérer l’image d’une idée, bonne ou mauvaise, et qui aurait pour but de définir son existence à tout jamais. J’étais là, immobile face à moi, seul, contre moi. Le regard plongé dans cet homme que je connaissais si maladroitement, mais qui pourtant me ressemblait en tout point de vue. Plus je le fixais, plus il se transformait en quelqu’un que je ne connaissais pas du tout. Son visage se déformait peu à peu comme une tache d’huile qu’on aurait laissée briller au soleil pendant des heures.

Qu’avais-je donc fait pour perdre tout contact avec moi-même? Avec mes buts et mes rêves? En avais-je déjà eu où s’étaient ceux de quelqu’un d’autre? La personne qui était en face de moi ressemblerait-elle à mon fils? Est-ce que j’aurai un fils? Soudainement, j’ai eu honte et peur de mes pensées. J’ai reçu la déflagration en plein cœur de ce que je venais de comprendre. J’enviais les autres pour ce qu’ils ne possédaient peut-être même pas. En quoi était-ce possible? La réponse, il m’a fallu des jours avant de la trouver. En fait, j’avais compris que le monde au tour de nous et la société dans laquelle nous vivions tentaient de standardiser nos vies. On essayait de nous implanter des idées préconçues de vie simple et paisible en famille, ou seul la joie émanait. En réalité, plus de la moitié des gens que je connaissais à cette époque avaient auparavant été des couples. Leurs relations avaient fini sur une mauvaise note et la plupart du temps ils avaient laissé un enfant ou deux à la traine derrière leurs nombreux problèmes amoureux. Des enfants qu’on traiterait comme des boulets une partie de leurs existences parce que les élever de façon solitaire demanderait trop de temps et d’efforts. Des enfants qu’on préféreraient donner à qui veux bien les prendre pour quelques heures, parce qu’ils étaient trop turbulents une journée et qu’on voulait faire la grâce matinée. Étions-nous rendues si égoïstes que même nos propres enfants ne pourraient plus bénéficier de ces grains de sable qui s’écoulent lentement du sablier qui raconte la chaleur de nos vies? Voulais-je un enfant parce que j’avais besoin de me retrouver en quelqu’un? Étais-je capable de lui apporter l’amour nécessaire à son épanouissement? Cet enfant que j’aurais, deviendrait-il encore plus égoïste que moi? Ce rêve, ce n’était pas le mien, mais celui des murmures soufflés par les silhouettes que j’observais. C’est facile de regarder, mais souvent on ne voit rien. On avale les idées des autres comme si c’était des régimes miracles, mais on ne se pose pas de questions à savoir si ces concepts sont faits pour nous ou pas. Finalement, j’ai eu l’impression que tout le monde voulait aller dans la même direction, mais chacun à sa façon. Sans entraide, sans harmonie, pareil à ces couples qui ne tiennent plus la route. Plongé dans leurs regards noirs et luisants, victime de leurs propres reflets et prisonnier de ce qu’on leur a permis de croire. Nous sommes les seules responsables de l’assombrissement des cieux et du royaume des idées. Inconsciemment, nous avons créé notre malheur. Nous écoutons, mais ne comprenons rien. Nous avalons, mais ne gouttons rien. Nous ne sommes préoccupés que par nous, nous seuls et nous-mêmes. Et le plus terrible dans tout ça, c’est que nous ne nous connaissons pas, Je ne me connais pas. Comment apprendre la vie à un enfant lorsque nous ne sommes mêmes plus capables d’être en relation avec nos âmes?

Je ne pourrais te dire quand nous avons perdu contact avec la réalité, mais je peux t’affirmer qu’il est impératif de le retrouver. J’ai peur pour mon monde, pour le tien. Si nous continuons ainsi, j’ai peur que tu ne puisses jamais voir le jour. Ou pire encore,que tu sois en vie, mais à ton tour assombri. J’aimerais pouvoir m’éveiller et apprendre à ton père ou ta mère comment partager une idée. Je voudrais pouvoir grandir de moi-même et ne plus être engloutie dans ce faux réconfort qui nous endort. Je veux reconnaître et connaître ce que je suis. Je veux composer mon futur et donner mon savoir à tes ancêtres pour qu’ils te l’enseignent à leurs tours. Je veux que tu te reconnaisses et que tu l’apprennes à tes enfants. Tu dois t’interroger sur ton avenir et le façonner dans tes idées. Ne sois pas hypnotisé par les conformités qu’on tente si souvent de t’administrer. Si tu les ignores, ceux qui tentent de te les imposer finiront par s’étouffer avec les cendres de leurs propres idées. Tu es maître de ta liberté et c’est à toi de la partager. Moi, je commence peut-être une nouvelle vie à tes côtés comme le spectre d’une idée, mais ici en 2013 je sors enfin de mon inutilité et j’ose, pour la première fois, engendrer l’espoir qu’un jour tu puisses exister.

Original= http://chercheuse.eklablog.fr/pour-toi-ma-descendance-a118801036

« L’empathie chez les enfants

 

Le monde se transforme


Nous sommes tous inter-reliés, si nous voulons des transformations en cette vie, ce n’est pas en voulant que les autres changent mais en modifiant nos pensées et nos mots qui peuvent devenir des maux.
Merci Fanny, on ne le répétera jamais assez.

Le blog de Fanny Freya

1932414_1135737009786032_1293459530222283813_n

Voir l’article original


 

VOTRE BUT SPIRITUEL

Greg Summers (copyright)

Quel est votre but spirituel? Est-ce que c’est d’élever votre vibration pour pouvoir échapper à la densité de cette planète et effectuer votre ascension vers les sphères supérieures? Est-ce de parvenir à l’illumination ou au nirvana? Est-ce de devenir un maître spirituel et de partager vos connaissances et votre expertise? Êtes-vous censé mener une vie calme et édifiante qui devient une bénédiction pour votre famille et vos amis?

Il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse car chacun a sa propre voie. Ce que nous avons tous en commun, c’est le fait que nous sommes tous sur cette terre en ce moment. Y a-t-il une raison commune à notre présence ici? Il semble que ces temps soient uniques dans l’histoire de la terre et il ne semble pas que ce soit une coïncidence que nous soyons tous ici en ce moment. Peut-être nous n’avons pas été appelés pour nécessairement quitter la planète et faire une ascension, mais plutôt pour apporter les fréquences supérieures à la terre où nous pouvons les incarner sur le plan physique.

Existe-t-il une expérience plus extraordinaire que de combiner l’amour et la sagesse des plans supérieurs avec les émotions et les expériences physiques d’être humain? N’est-il pas plus amusant de faire partie d’une ascension globale plutôt que de se concentrer seulement sur sa propre croissance personnelle et ascension?

 Ted Murray
Source: Les Petits Messages Quotidiens
Un grand merci à Nathalie pour la traduction de ce texte
Photo: Greg Summers (copyright) http://www.coloradophotos.com

Cliquez ici si vous désirez recevoir d’autres textes de Ted Murray

Vous aimez ce texte, partagez-le en cliquant sur l’icône
« Envoyer à un ami » ou « Partager » ci-dessous
 En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …

que votre « chez vous » est vraiment là où se trouve votre coeur.
Et si votre coeur est centré sur Dieu, vous êtes « en sécurité
chez vous » partout.

En ces temps de changement continuel, beaucoup de monde
se retrouve à bourlinguer et à constamment devoir essayer de faire
encore d’un autre endroit « comme à la maison ».

« Se sentir chez soi » est une qualité que vous apportez à un endroit,
pas une qualité qu’un endroit vous apporte. Choisissez de vous sentir
chez vous n’importe où et tout le monde, partout, vous accueillera toujours.
Et un endroit où l’on vous accueille tout le temps, c’est « chez soi »,
n’est-ce pas ?

Alors sentez-vous chez vous là où vous êtes.
Cela s’appelle la maîtrise.

Avec tout mon amour, votre ami …
Neale

Quand je suis arrivé en Nouvelle-Zélande
avec ma petite famille, on a dû déménager 5 fois
en 3 mois, le temps de trouver nos marques
et de nous installer.
Avec le recul, je dirais que se sentir chez soi
c’est aussi se sentir à sa place, savoir
qu’on est sur son chemin et qu’on vit
dans le moment présent.


-Jean-Philippe

 

Envoyer à un ami Envoyer à un ami    Partager Partager

 


Tout le monde ferait son possible pour redonner de la joie à sa famille ses amis ou son conjoint souffrant d’une maladie grave. La maladie les renferme. Il suffirait de peu de temps pour les ouvrir et ensuite les reconnecter à une joie intime, profonde.

https://www.youtube.com/watch?t=382&v=isNWutV41ZY

Merci à Lilou pour ce reportage merveilleux et surtout très utile et intéressant.


Ce vidéo a faillit m’échapper car le titre ne me disait rien de nouveau. Pour mon plus grand bien je l’ai écouté et j’ai appris beaucoup.

Omraam dit que notre bouche est notre estomac éthérique, c’est par cet estomac que nous assimilons la nourriture éthérique et lumineuse mais à certaines conditions. Écoutez…

https://www.youtube.com/embed/GfpNMkPPFcI » target= »_blank »>https://www.youtube.com/watch?v=GfpNMkPPFcI

Merci Omraam, je serai davantage motivé et plus conscient encore.


poster_film_Le Papillon Bleu (2004)

Beaucoup d’entre vous ont peut-être vu ce film magnifique « Le Papillon Bleu » avec William Hurt en 2004. David ce petit bonhomme de 6 ans à l’époque,  apprend qu’il lui reste 2 ans à vivre, imaginez le désarroi de sa mère Yolande. Yolande et David ont vécu toute la gamme des émotions et 2 fois plutôt qu’une. 

Il y a le film et il y a le livre.  Si vous pouvez vous offrir les deux, vous en retirerez plusieurs leçons. Des leçons de courage, de désespoir, de crise de foi etc… mais aussi des leçons d’humilité, de persévérance, de gratitude et de lâcher-prise de toutes sortes.

Jamais vous ne trouverez autant de liens entre le papillon et les transformations.

Procurez-vous le livre écrit par David et sa mère. Vous participerez à aider ceux-ci dans leurs oeuvres et dans leur vie respective.

J’ai rencontré ce 2 personnes au salon ésotérique « Le Papillon Bleu de Louiseville » en Avril dernier. Ce sont des personnes très attachantes, des gens de coeur qui malgré les difficultés de la vie ont su garder leur simplicité et leur générosité.  Prenez quelques minutes pour visiter le site de David et passez les rencontrer au passage dans votre région.

Voyez leur agenda ci-dessous.

Yolande, David, merci d’être qui vous êtes, Namaste. J’ai hâte de vous revoir.

Bernard

http://www.lepapillonbleu.net/

BONJOUR ET BIENVENUE SUR MON SITE

Pour ceux qui ne me connaissent pas encore, je me présente, David Marenger. C’est moi le petit garçon qui était atteint d’un cancer au cervelet et malgré les traitements et opérations, était condamné à mourir.

Pour cette raison, le projet Rêves d’enfants, m’a permis de réaliser mon rêve qui était d’attraper le Morpho bleu. Quelques années plus tard et suite à ma guérison, mon histoire en a inspiré plusieurs et s’est retrouvée sur grand écran à travers le film LE PAPILLON BLEU.

La véritable histoire du papillon bleu, c’est celle de mon combat contre le cancer et de la vie qui se poursuit, que vous pourrez découvrir à travers mon livre Sur les ailes du papillon bleu, une passion plus forte que la maladie.

J’ai maintenant plus de 30 ans et me porte à merveille. À travers mon site, je vous expliquerai ce qu’est devenue ma vie, ce que je fais comme travail, ma passion, ma mission.

Voir mon AGENDA

Voir mes vidéos des Éditions de l’Homme

David et le papillon miracle: Revue Les Naturalistes Vol. 18 no 1 Printemps 2015
Consultez l’article de David
Par André Cyr
Voir l’article

Vidéo de TVCOGECO Hawkesbury 31 mars 2015
Clips de la magnifique collection de papillons présentée par David les 27-28 mars dernier à la salle des Chevliers de Colomb de L’Orignal.
Par Nicole Cayen.
Voir la vidéo: Papillon bleu

« Baie-du-Febvre : Des oies aux papillons »
Passez voir la collection de Davis et voir la plus importante halte migratoire printanière de la Grande Oie des Neiges au Lac St-Pierre
Voir l’article du Journal de Montréal du cahier Weekend d’Alain Demers

Relais pour la vie 2011 (Hebdo du Suroît)
Plus de 1500 marcheurs se sont rassemblés à la Base de Plein Air des Cèdres au cours de la nuit de vendredi à samedi pour la huitième édition du Relais pour la vie de Vaudreuil-Soulanges.

Consultez la revue Dernière Heure Vol. 17 NO12, du 10 juin, 2010
Entrevue de 4 pages avec David et Yolande

Entrevue télévisée de David et Yolande
« Des kiwis et des hommes »

Voir l’entrevue télévisée

AGENDA

25 juin au 3 septembre 2015
Exposition temporaire de la collection « cachée » de David ainsi que sa collectioin complète de 800 papillons
Souvenirs au kiosque du centre
Passez voir la collection et voir la plus importante halte migratoire printanière de la Grande Oie des Neiges au Lac St-Pierre
LIEU : Centre d’Interprétation de Baie-du-Febvre
420 Route Marie Victorin Baie-du-Febvre, QC J0G 1A0
Article du Journal de Montréal
En savoir plus…
En savoir plus…

13 septembre 2015
Exposition de David. Vente de mon livre et signatures, exposition de papillons et insectes, bijoux
Envolée de monarques à Granby
LIEU : Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin inc.
700 rue Drummond Granby J2H 0K6
Heures : 12 h à 16 h
En savoir plus…

11-12-13 octobre 2015
Exposition de David. Vente de mon livre et signatures, exposition de papillons et insectes, bijoux
Festival des couleurs de Rigaud
LIEU : Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin inc.
19 St-Jean-Baptiste Rigaud
Heures : 10 h à 17 h
En savoir plus…

31 octobre et 1 novembre 2015
Exposition de David. Vente de mon livre et signatures, exposition de papillons et insectes, bijoux
Exposition de Noël Héritage Valley – Arts & Crafts
LIEU : Cornwall Civic Complex
100 Water Cornwall
Heures : 9 h à 17 h
En savoir plus…

%d blogueurs aiment cette page :