Tag Archive: cadeau



En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …
que la vérité dévoilée est un cadeau donné. La vérité retenue
est pire qu’un cadeau rejeté, c’est une flèche en plein coeur.

Il a été dit que « la vérité blesse », mais l’exact opposé est vrai.
Aucune vérité n’est trop blessante, et aucun mensonge n’est
inoffensif. Parce que chaque vérité ouvre votre coeur
à quelqu’un, et chaque mensonge vous en éloigne.

Sachez cela : la manière avec laquelle vous exprimez votre vérité
peut être blessante. Alors exprimez votre vérité mais choisissez
chacun de vos mots avec paix. Dès maintenant.

Avec tout mon amour, votre ami …
Neale

Neale dit aussi qu’en partageant notre vérité
à propos de quelqu’un, nous lui donnons
une carte qu’il lui manquait pour
avancer sur son chemin.
Mais dire nos 4 vérités à quelqu’un c’est
facile. Faire en sorte qu’il prenne la
carte ? beaucoup moins.
Pour bien choisir nos mots, choisissons
bien notre intention avant d’exprimer
notre vérité : le faisons-nous pour
nous-même ou pour faire cadeau
d’une carte à l’autre ?
-Jean-Philippe
Affichez les images dans votre messagerie

On this day of your life, I believe God wants you to know…
that truth spoken is a gift given. Truth withheld is more
than a gift denied, it is an arrow aimed at the heart.

It has been said that « the truth hurts, » but the exact
opposite is true. No truth is too hurtful, and no lie is
harmless. Because every truth opens your heart to
another, and every lie separates it.

Yet know this: The way you say your truth can be hurtful.
So speak your truth, but soothe your words with peace.
Right now.

Love, Your Friend …
Neale

Voir les commentaires sur le site

Ce message ferait du bien à une connaissance ? Transférez-lui ou cliquez ici !

Si cette pensée vous a été transférée et qu’elle vous a plu,
cliquez ici pour recevoir directement les prochaines pensées


Suivre les pensées de Neale Donald Walsch sur Facebook


Envie d’aller plus loin ? Rejoignez la communauté !

Accéder au site

« Je parle à chacun. Tout le temps.

La question n’est pas à qui Je parle, mais qui écoute ? »

Vous ne recevez pas les pensées tous les jours ou bien même plus du tout ? lisez mes conseils !

Pour arrêter de recevoir les pensées (et si vous êtes Bernard),cliquez ici pour vous désinscrire

rue de Tronoen, Saint Jean Trolimon, France 29120,

Unsubscribe | Change Subscriber Options


En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …
que vous venez tout juste de commencer à découvrir
votre splendeur.

Cette période de votre vie marque un Nouveau Départ.
Vous pouvez le sentir. Et vous venez tout juste de commencer
à découvrir le trésor et la gloire que Vous êtes.
Et vous avez tout juste commencé à créer
votre contribution Réelle et Durable.

Alors entamez cette journée avec énergie et enthousiasme !
Allez-y maintenant et donnez votre cadeau.
Nous vous attendons tous.
Et nous avons besoin de la merveille de Qui Vous Etes.

Avec tout mon amour, votre ami ..
Neale

-Jean-Philippe

On this day of your life, I believe God wants you to know…
that you have only just begun to discover your
magnificence.

This period of your life marks a New Beginning. You
can feel it. And you have only just begun to know the
treasure and the glory of You. And you have only just
begun to make your Real and Lasting Contribution.

So step into this day with zest and zeal! Go now and
give your gift. We’re all waiting for you. And we need
the wonder of Who You Are.

Love, Your Friend …
Neale

 


Lire et commenter sur le site
Ce message ferait du bien à une connaissance ? transférez-lui !


Cadeaux dans la boutique du site des pensées quotidiennes :
1. Le poème Le Monde Que Nous Croyons est gratuit !
2. Réduction de 20% sur la formation sur l’attraction et en bonus l’ebook
des pensées quotidiennes (ajoutez les deux au panier pour en profiter)
Code promo 2NOEL2013 Jusqu’au 25 décembre seulement !
Suivre les pensées quotidiennes de Neale Donald Walsch sur Facebook


Si ce message vous a été transféré et qu’il vous a plu,
vous pouvez vous inscrire directement pour recevoir les suivants
Cliquez ici pour recevoir les pensées

Accéder au site des pensées quotidiennes
Se désinscrire de la newsletter

17 rue de Tronoen, Saint Jean Trolimon, France 29120,
Unsubscribe | Change Subscriber Options

Trop de bulletins d’informations ? Vous pouvez résilier l’abonnement ou, mieux encore, planifier un nettoyage automatique.


Dauphin et coucher de sileilDEUX HOMMES À L’HÔPITAL

C’est une très belle histoire, qui donne à réfléchir. 

Deux hommes, tous les deux gravement malades, occupaient la même chambre d’hôpital. L’un d’eux devait s’assoir dans son lit pendant une heure chaque après-midi afin d’évacuer les sécrétions de ses poumons, son lit était à côté de la seule fenêtre de la chambre. L’autre devait passer ses journées couché sur le dos.
Les deux compagnons d’infortune se parlaient pendant des heures. Ils parlaient de leurs épouses et de leurs familles, ils décrivaient leur maison, leur travail, leur participation dans le service militaire et les endroits où ils avaient été en vacances.
Et chaque après-midi, quand l’homme dans le lit près de la fenêtre pouvait s’assoir, il passait le temps à décrire à son compagnon de chambre tout ce qu’il voyait dehors. L’homme dans l’autre lit commença à vivre pour ces périodes d’une heure où son monde était élargi et égayé par toutes les activités et les couleurs du monde extérieur.
De la chambre, la vue donnait sur un parc avec un beau lac, des canards et des cygnes jouaient sur l’eau tandis que des enfants faisaient voguer leurs bateaux modèles réduits.
Des amoureux marchaient bras dessus, bras dessous, parmi des fleurs aux couleurs de l’arc-en-ciel, de grands arbres décoraient le paysage et on pouvait percevoir la ville se dessiner au loin.
Pendant que l’homme près de la fenêtre décrivait tous ces détails, l’homme de l’autre côté de la chambre fermait les yeux et imaginait la scène pittoresque. Lors d’un bel après-midi, l’homme près de la fenêtre décrivit une parade qui passait par-là. Bien que l’autre homme n’ait pu entendre l’orchestre, il pouvait le voir avec les yeux de son imagination, tellement son compagnon le dépeignait de façon vivante…
Les jours et les semaines passèrent. Un matin, à l’heure du bain, l’infirmière trouva sans vie le corps de l’homme près de la fenêtre, mort paisiblement dans son sommeil. Attristée, elle appela les préposés pour qu’ils viennent prendre le corps.
Dès qu’il sentit que le temps était approprié, l’autre homme demanda s’il pouvait être déplacé à coté de la fenêtre. Heureuse de lui accorder cette petite faveur l’infirmière s’assura de son confort et le laissa seul.
Lentement, péniblement, le malade se souleva un peu, en s’appuyant sur un coude pour jeter son premier coup d’œil dehors. Enfin, il aurait la joie de voir par lui-même ce que son ami lui avait décrit. Il s’étira pour se tourner lentement vers la fenêtre près du lit.
Or, tout ce qu’il vit, fut un mur !…
L’homme demanda à l’infirmière pourquoi son compagnon de chambre décédé lui avait dépeint une toute autre réalité. L’infirmière répondit que l’homme était aveugle et ne pouvait même pas voir le mur. Peut-être a-t-il seulement voulu vous encourager,
commenta-t-elle…
Épilogue

Rendre les autres heureux en dépit de nos propres épreuves nous procure un bonheur extraordinaire. La peine partagée réduit de moitié la douleur, mais le bonheur, une fois partagé, s’en trouve doublé. Si vous voulez vous sentir riche, vous n’avez qu’à compter, parmi toutes les choses que vous possédez, celles que l’argent ne peut acheter.
Aujourd’hui est un cadeau, c’est pourquoi on l’appelle présent.
L’origine de ce message est inconnue, mais il apporte du bonheur à chaque personne qui le transmet. N’envoyez pas d’argent, envoyez plutôt cette page !
——–
Transmis par Sylvie B. Merci !

%d blogueurs aiment cette page :