Tag Archive: Écologie



Campagne « plastiques » : une bouteille à la mer ?

Biocontact mensuel gratuit disponible en magasin bio – juillet/août 2019 –
Ploufragan,  France. / AFP / LOIC VENANCE
En amont des débats entourant l’adoption du projet de loi sur l’économie circulaire, l’ONG Agir pour l’environnement lance une vaste campagne intitulée « Plastiques : une bouteille à la mer ? », visant à obtenir l’interdiction des plastiques à usage unique et la mise en œuvre d’une véritable politique de prévention de la mise sur le marché des emballages plastique. Cela passe notamment par la mise en place d’une expérimentation d’un retour de la bouteille en verre consignée. Chaque année, près de 5 milliards de bouteilles plastiques finissent incinérées, mises en décharge ou au bord d’une route, dans un sous-bois ou dans un cours d’eau !
Alors qu’en dehors des bouteilles et flacons, seuls 3 % des plastiques triés sont réellement recyclés, force est de constater que l’objectif du projet de loi sur l’économie circulaire d’un recyclage à 100 % des plastiques est au mieux une illusion, au pire une volonté maladroite de verdir le secteur de la plasturgie et de l’industrie agroalimentaire.
Ce que le Gouvernement nomme maladroitement une économie circulaire est au mieux un dernier tour de piste avant la mise au rebus définitive. La deuxième vie d’une bouteille plastique sous forme de fibres textiles se traduit par une contamination massive des eaux de lavage. En effet, laver quatre kilogrammes de vêtements en polyester peut conduire à la dissémination de plus de 700 000 microfibres synthétiques dans l’environnement. En fin de vie, les polaires et autres vêtements synthétiques deviennent des déchets ultimes dont la seule issue est actuellement l’incinération.
Face à cette contamination de l’environnement, il n’y a rien d’étonnant à constater que les selles humaines concentrent jusqu’à neuf types de plastiques et que les océans deviennent progressivement une soupe de plastique remplaçant progressivement le plancton.
Dans le cadre de la campagne « Plastiques : une bouteille à la mer ? », Agir pour l’environnement demande également la mise en place d’un registre permettant de connaître précisément la composition des plastiques avant de généraliser le recyclage. Rien que pour les plastiques à usage alimentaire, l’Europe autorise 582 molécules différentes, plastifiants, colorants, retardateurs de flamme… Agir pour l’environnement s’interroge sur le devenir de ces additifs et le risque de réintroduire, via le processus de recyclage, des substances désormais interdites (comme le bisphénol A).


Agir pour l’environnement 2, rue du Nord – 75018 Paris Tél. : 01.40.31.02.37 Site : http://www.agirpourlenvironnement.org
Comment réduire le plastique au quotidien ?
– Refuser : Il suffit de dire « non, merci » aux sacs, pailles, couverts glissés dans le sac, stylos bille, touillettes à café, gobelets, bouteilles d’eau, gadgets publicitaires… en plastique.
– Réduire : Il s’agit de réduire sa consommation de plastique dans certains domaines, en visant certains produits : choisir d’arrêter le shampoing classique au profit du shampoing solide, acheter des cotons-tiges en carton ou cure-oreille en bois, des couverts en bambou, des yaourts en pots en verre ou se mettre à fabriquer son nettoyant ménager, boycotter les habits en matières synthétiques au profit d’autres matières naturelles comme le coton, le lin…
– Réutiliser/Réparer : Acheter d’occasion dès que possible, ne pas racheter des boîtes alimentaires mais utiliser celles que l’on a, réparer au lieu de racheter les appareils électroniques ou encore réutiliser des objets en plastique.
– Recycler : En France, le système n’est pas encore au point et présente de nombreuses faiblesses. Çà n’est pas l’idéal mais c’est mieux que de jeter sans trier. Pensez à recycler tout ce qui est possible, sans négliger les flacons de produits de beauté par exemple, qui finissent dans la poubelle de salle de bains et rarement dans le bac jaune.
– Anticiper : Il faut avoir sous la main une alternative face au plastique quand il apparaît : disposer d’un sac en toile dans son sac à main pour les courses impromptues et des sachets en tissus pour acheter en vrac, un mug au bureau, une paille en inox avec vous quand vous sortez…
– Changer : Boycottez les hyper- et supermarchés au profit du marché et des commerçants, changez vos produits de référence jusqu’à ce que vos nouvelles habitudes deviennent automatiques.
C’est possible ! Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas, et le meilleur plastique celui que l’on n’achète pas. Pas la peine de tout changer : nous n’avons pas besoin de quelques personnes parfaitement zéro plastique mais d’une armée de consommateurs qui changent quelques habitudes. Par quoi allez-vous commencer ? ■

https://resistanceinventerre.wordpress.com/2019/08/10/campagne-plastiques-une-bouteille-a-la-mer/


Magnifique site à consulter et à partager.

La société solidaire et durable

Chers lecteurs,

La Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie est la plus haute montagne du monde en bordure de mer.

Au sommet, les neiges éternelles culminent à près de 6000 mètres d’altitude. C’est dans cette nature presque vierge que vivent les descendants du peuple Tayronas, civilisation précolombienne d’Amérique du Sud. Ils avaient créé un véritable paradis sur terre.

Lorsque les « envahisseurs » sont arrivés, leur culture a failli disparaître sous les coups répétés des occidentaux avides et sans limites dans l’exploitation du sol et des indigènes.

Mais qui est ce peuple ?

Ce sont les Indiens Kogis, les derniers héritiers des Tayronas, l’une des plus grandes sociétés précolombiennes du continent sudaméricain !

Au nombre de 12.000, repliés dans les hautes vallées de la Sierra Nevada de Santa Marta, en Colombie, ils ont développé leur culture au coeur d’un territoire géographique unique : un massif montagneux culminant à 5.800 mètres et situé…

Voir l’article original 286 mots de plus


http://equiterre.org/solution/recettes

Accueil

RECETTES

Vous ne savez pas quoi faire de votre bette à carde
Vous ne savez pas quoi faire de votre bette à carde? Vous trouverez ici les recettes qui vont mettre en valeur vospaniers de légumes.
Partagez-nous vos délicieuses recettes!
Consultez aussi notre page sur les méthodes de conservation des légumes.

Nom de la recette

 Filtrer par plat
– Tout –
Boissons
Entrée
Plat principal
Dessert
Plat végétarien
Plat végétalien
Salade & Crudité
Sauce & Trempette
Soupe & Potage
Pain & Pâtisserie

Filtrer par saison

– Tout –
Printemps
Été
Automne
Hiver

Ingrédients

Plat principal
Provenance: Ferme C’est dans l’panier!

Ingrédients:

bette à carde
Entrée
Sauce & Trempette
Provenance: Ferme D-Trois-Pierres

Ingrédients:

basilic
céleri
herbes
Dessert
Provenance: Nanamarmelade

Ingrédients:

miel
Plat principal
Plat végétarien
Provenance: Cuisiner les légumes oubliés du Québec, Anne Samson, Modus Vivendi, http://www.groupemodus.com

Ingrédients:

aubergine
Plat principal
Plat végétarien
Plat végétalien
Provenance: Ferme D-Trois-Pierres

Ingrédients:

aubergine
céleri
poivron
tomate
Plat végétarien
Provenance: Nanamarmelade

Ingrédients:

aubergine
Sauce & Trempette
Provenance: Les Fermes le Duchay

Ingrédients:

aubergine
Plat principal
Provenance: Ferme Claunik

Ingrédients:

bœuf
Entrée
Plat principal
Provenance: Ferme Au petits oignons

Ingrédients:

betterave
Dessert
Provenance: Nanamarmelade

Ingrédients:

citrouille
Plat principal
Provenance: Ferme Claunik

Ingrédients:

bœuf
Plat principal
Provenance: Ferme Claunik

Ingrédients:

bœuf
Plat principal
Provenance: Ferme Claunik

Ingrédients:

céleri
oignon
Plat principal
Provenance: Ferme Aux petits oignons

Ingrédients:

bok choy
chou
orange
Plat principal
Provenance: Ferme Aux petits oignons

Ingrédients:

bok choy
chou
Plat végétalien
Provenance: Nanamarmelade

Ingrédients:

chou de Bruxelles
panais
Soupe & Potage
Provenance: Caroline R., partenaire

Ingrédients:

betterave
carotte
céleri
chou
tomate
Entrée
Provenance: Denise Allaire

Ingrédients:

ail
Dessert
Plat végétalien
Pain & Pâtisserie
Provenance:

Ingrédients:

cacao
Boissons
Provenance: Revue Décoration chez-soi

Ingrédients:

herbes
Sauce & Trempette
Provenance: Aliments Massawippi, http://www.alimentsmassawippi.com/recettes

Ingrédients:

carotte
céleri
concombre
courgette
piment
tofu
Entrée
Plat végétarien
Plat végétalien
Salade & Crudité
Provenance: Bioferme Laval inc.

Ingrédients:

aubergine
Plat principal
Provenance: Les Fermes Le Duchay

Ingrédients:

aubergine
Entrée
Plat végétarien
Provenance: Florence K

Ingrédients:

betterave
fleur d’ail
Entrée
Provenance: Ferme Aux petits oignons

Ingrédients:

patate
topinambour
Dessert
Pain & Pâtisserie
Provenance:

Ingrédients:

chocolat
œuf
Boissons
Provenance:

Ingrédients:

chocolat
thé
Boisson
Provenance:

Ingrédients:

chocolat
thé
Plat principal
Provenance: Ferme C’est dans l’panier!

Ingrédients:

kale
Plat principal
Plat végétarien
Plat végétalien
Provenance: René Philippe, Ferme D-Trois-Pierres

Ingrédients:

chou
pomme
Plat principal
Plat végétarien
Provenance: Michel Daigle, restaurant Le Bergerac de Jonquière

Ingrédients:

chou-rave
Accompagnement
Végétarien
Végétalien
Provenance: Ferme D-Trois-Pierres

Ingrédients:

chou
chou-fleur
maïs
poivron
Plat principal
Plat végétarien
Plat végétalien
Provenance:

Ingrédients:

coriandre
gingembre
piment
Dessert
Provenance: Cuisiner local toute l’année, Vivianne Moreau, Les Éditeurs réunis, 2009

Ingrédients:

sirop d’érable
Dessert
Pain & Pâtisserie
Provenance: Isabelle J.

Ingrédients:

rhubarbe

http://lejardindejoeliah.com/2016/05/17/se-nourrir-de-prana/

Se nourrir de prâna.

TRANSMIS PAR JOELIAH LE 17 – MAI – 2016
Monique Mathieu reçoit cet enseignement : « Chacun de vous et tout ce qui vit sur Terre se nourrit de prâna ! Dans l’air que vous respirez, il y a cette Énergie Lumière mais vous n’en avez pas conscience. Si vous ne vous en nourrissiez pas, vous n’existeriez plus, parce que le prâna que vous absorbez lors de votre respiration nourrit non seulement votre corps de matière mais nourrit également vos corps subtils, et d’ailleurs beaucoup plus vos corps subtils que vos corps de matière. Le prâna est nécessaire à la vie. Alors comment ne se nourrir que de prâna ?

Certes, certains peuvent ne se nourrir que de prâna, mais sur ce monde de troisième dimension, nous ne le conseillons pas.

Il faut que vous viviez totalement cette troisième dimension jusqu’au bout. Vous pouvez transcender énormément de choses, mais vous avez tout de même un corps de matière qui vibre à une certaine fréquence. Si vous arriviez à ne nourrir votre corps que de prâna, il ne vibrerait plus du tout en troisième dimension.

Certaines personnes pourraient en être perturbées, d’autres pourraient le vivre harmonieusement. Ceux qui peuvent ne vivre que d’énergie, (parce qu’en fait le prâna est également une énergie d’Amour Universel, c’est de l’Amour Lumière), ne font pas partie de ce monde.

Les enfants de ce monde, jusqu’à ce qu’ils aient passé la transition, doivent nourrir leur corps de matière, car ce corps le leur réclame. Cependant de plus en plus, avec la puissance de votre pensée (car il faut faire intervenir votre pensée sur la matière de votre corps) vous aurez un besoin moins important de nourriture. Vous le saurez, votre corps ne pourra plus supporter certaines nourritures, et nous ajoutons ceci :

47179829_sPlus vous élèverez votre fréquence vibratoire, plus votre corps aura des difficultés importante pour supporter ce que vous appelez les médicaments.

Lorsque vous absorberez des médicaments il y aura un rejet, parce que vous donnerez à votre corps quelque chose qui n’est plus du tout en harmonie avec ce qu’il devient, et cela pourra non seulement lui être néfaste, mais pourra presque devenir un poison pour lui.

Des êtres sont obligés de prendre des médicaments car il en est ainsi en troisième dimension et ils ont mis les pieds dans un certain engrenage ; nous leur dirons pas qu’il ne faut pas continuer, mais petit à petit ils pourront diminuer les doses, et en parlant à leur corps, en ayant conscience de la toute puissance de la pensée sur leur corps de matière, ils pourront accomplir des miracles et ne plus avoir du tout besoin de tous ces produits chimiques qui empoisonnent beaucoup plus qu’ils ne guérissent.

En cette fin de troisième dimension, vous n’aurez plus besoin de ce que vous appelez les médicaments. D’ailleurs il n’y en aura plus ! Comme votre conscience sera libérée de ses voiles, vous aurez la capacité de vous auto-guérir en parlant à vos cellules, à vos organes, mais toujours au travers de l’Amour qui émanera de ce qu’il y a de plus sacré en vous, la Présence Divine, et de votre âme.

Votre âme peut aussi faire des miracles sur vous. Vous ne vous rendez pas compte de son pouvoir illimité par rapport à la matière. Vous donnez toujours le pouvoir à l’extérieur, à d’autres ! Apprenez aussi à donner le pouvoir à vous-même, à votre âme, à votre divinité.

Pour conclure nous dirons qu’il est bien évident que certaines nourritures ne vous conviendront plus mais qu’elles vous rendront mal à l’aise, qu’elles vous donneront des problèmes de digestion, des douleurs, etc. C’est à vous de bien comprendre comment fonctionne votre corps et à lui donner ce qui lui convient.

Nous sommes certains que vous l’apprendrez très vite parce que votre corps aura de plus en plus de réactions par rapport à ce que vous lui donnez à manger et à boire. Ayez surtout conscience de cela. Pour nous le reste a une moins grande importance.

Surtout, ayez en permanence à la conscience que chaque fois que vous respirez de l’air, vous respirez des particules d’Amour Lumière, que vous respirez du prâna en permanence. C’est votre nourriture, c’est la nourriture de vos corps subtils. Sans cette Lumière en particules, vous n’auriez plus d’énergie. C’est d’une certaine manière le « reconstituant » de toutes vos énergies ».

 Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

  • qu’il ne soit pas coupé
  • qu’il n’y ait aucune modification de contenu
  • que vous fassiez référence à  notre site  http://ducielalaterre.org
  • que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu

Image : http://fr.123rf.com/profile_ivandanru

© 2016, Le Jardin de Joeliah.

Print Friendly
Pour un moment présent, conscient et élevant. Offert par Joéliah.

S’il y en a au Québec comme lui, ce serait super de le savoir.http://www.lepotagerdesante.com/videos/pascal-poot-conservatoire-de-la-tomate-lodeve.html

 


Sacs de plastiques biodégradables avec…du chardon, plante du futur.

 

 

 


                            L'éco-citoyen et l'eau

robinets
Page mise à jour le 02/12/2015

Sommaire
Pourquoi économiser l'eau ?
Les gestes au quotidien pour l'eau
L'eau dans la fabrication des produits
Actualités sur les gestes éco-citoyens
Discussions sur les gestes éco-citoyens
Commentaires
© C. Magdelaine / www.notre-planete.info
Pourquoi faut-il économiser l'eau ?

L'eau qui nous est délivrée est prélevée dans le milieu naturel et donc soustrait à une nappe, une rivière ou un lac qui sont autant de réserves d'eau naturelles pour la végétation et les animaux.
Une fois utilisée, l'eau est en partie traitée puis rejetée encore impropre dans l'environnement.
Le prélèvement, le pompage, le traitement, la distribution, l'évacuation et l'épuration de l'eau sont des opérations coûteuses qui en outre, consomment de l'énergie et nécessitent de l'espace.
20 % de l'eau traitée et mise en distribution est perdue à cause de fuites. Cela représente 1 milliards de m3 par an.
Le cycle urbain de l'eau exige des infrastructures coûteuses à établir et à entretenir. En stabilisant ou en réduisant notre consommation d'eau, on diminue la construction de nouveaux ouvrages de captage, de distribution et d'épuration dont les nuisances sont manifestes (odeurs notamment)
Un accroissement de la consommation conduirait à aller chercher des ressources de moindre qualité qui exigent des traitements plus sophistiqués.
                         La consommation d'eau en France
consommation_eau
Un Français consomme environ 150 l d'eau potable par jour pour ses besoins domestiques dont seulement 7% pour l'alimentation !
Source : Centre d'Information de l'Eau, 02/2007
148 litres d'eau, c'est la quantité d'eau que chaque personne consomme par jour pour les usages domestiques (lessive, douche, vaisselle,...). Elle est de 172 m3 par abonné et par an, tous usages confondus (domestiques et non domestiques) (ONEMA, 07/2014)

Les gestes au quotidien

Eviter de faire couler l'eau inutilement
Vous pourrez ainsi l'economiser (sous la douche, pour la vaisselle...). Par exemple, fermer le robinet pendant les trois minutes où l'on se lave les dents peut économiser quelques dizaines de litres d'eau ! D'ailleurs j'en profite pour vous rappeler que l'on devrait se laver les dents trois fois par jour ! ;-)

Opter pour des systèmes de chasse d'eau à deux débits
Appelées aussi chasses d'eau à deux réservoirs, elles permettent de réduire le volume d'eau utilisé d'environ 15 litres par jour pour un foyer de deux personnes. Et si vous n'en avez pas, il vous suffit de placer une bouteille d'eau pleine de sable dans le réservoir de la chasse d'eau de vos toilettes, moins d'eau sera ainsi gaspillée. Une chasse d'eau classique consomme entre 6 et 12 l d'eau, une double commande 3 à 6 litres...

                            Essayer les toilettes sèches !
Les toilettes à litière biomaitrisée peuvent remplacer, si vous avez un jardin et la possibilité de faire du compost, nos toilettes classiques qui utilisent de l'eau.
Le principe ? Les excréments et l'urine s'entassent pendant quelques jours dans un réservoir (placé en dessous de la cuvette) qui contient de la sciure ou des copeaux de bois qui recouvrent chaque passage. Une fois la poubelle presque pleine, on se sert de ce mélange (papier toilette compris) pour en faire du compost... Ce n'est pas dégoûtant, c'est juste l'exploitation du cycle naturel de la matière organique...
Les avantage ? On économise des milliers de litres d'eau, on évite l'emploi de composés chimiques nécessaires au traitement de l'eau et on se fait de l'engrais gratis ;-)

                        Vérifier qu'aucun robinet ne fuit
Faites donc réparer les robinets et chasses d'eau qui fuient : de 10 litres par jour pour un robinet qui goutte jusqu'à 600 litres par jour dans le cas d'un simple filet d'eau dans la cuvette des WC !

                              Prendre des douches
La douche est plus tonique et hygiénique que les bains et consomme de 50 à 80 litres d'eau contre 150 à 300 litres pour un bain.

                  Equiper vos robinets de réducteurs de débits
Mitigeurs et aérateurs limitent significativement votre consommation d'eau : jusqu'à 70% ! Appelé mitigeur, aérateur, économiseur ou mousseur, ce dispositif se place facilement à la sortie de vos robinets. Son rôle est de diminuer le débit d'eau qui coule en dispersant le flux. Cela ne nuit pas du tout à l'usage courante de l'eau (douche, vaisselle...).
Par défaut, l'eau du réseau de distribution est délivrée à 3 bars, c'est à dire 17 l/mn, un mitigeur classique peut abaisser le débit à 12 l/mn tandis que les certains mitigeurs mécaniques haut de gamme économisent jusqu'à 70% d'eau.
Il peut même en résulter un confort d'utilisation avec la baisse de pression : faire couler de l'eau fait beaucoup moins de bruit !
Pour un foyer de 4 personnes, les aérateurs placés sur les robinets et les éco-douchettes génèrent une économie annuelle de l'ordre de 30 % soit 6,5 m3 avec un mousseur et 29 m3 avec une éco-douchette, pour un prix modique : environ 5 euros par économiseur.

                        Penser à récupérer l'eau du robinet
Une partie de l'eau que vous utilisez et qui n'est pas souillée par des produits chimiques peut-être utilisée pour d'autres usages. Par exemple, lorsque vous patientez pour faire venir de l'eau chaude au robinet, profitez en pour récupérer l'eau encore froide pour arroser ensuite vos plantes. De même, si vous utilisez de l'eau du robinet à table, le surplus éventuel en fin de repas peut servir à arroser vos plantes ou à remplir l'évier pour la vaisselle.

                    Profiter de la pluie pour nettoyer la voiture
Il pleut ? Profitez-en pour sortir votre voiture du garage, mettre un imperméable et passer un coup d'éponge sur votre voiture. Un bon moyen de faire des économies puisque le lavage de la voiture réclame en moyenne 200 litres d'eau. Attention, ne rajoutez aucun produit chimique ni nettoyant, cela va polluer les eaux pluviales. Si vous souhaitez nettoyer parfaitement votre voiture, il faut vous rendre dans des stations de lavage qui traiteront les eaux usées.

Attention ! En France, il n'est pas permis d'exploiter les eaux pluviales pour nos usages domestiques qui réclament plus de salubrité.

Récupérer l'eau de pluie ou celle des puits pour arroser
L'eau de pluie peut être récupérée pour arroser le jardin. Si vous avez la chance d'avoir un forage ou un puits dans votre jardin, profitez-en pour l'exploiter (avec modération en cas de sécheresse).

Faire pipi dans la douche
Profitons de notre douche pour faire pipi ! Nous économisons ainsi une chasse d'eau. Il faut simplement veiller, comme dans les toilettes, à ne pas en mettre partout ;-).

La récupération d'eau de pluie
Pour économiser l'eau et ainsi préserver la ressource en eau, il est intéressant de stocker l'eau de pluie dans une citerne. De plus, en milieu urbain les sols n'étant plus perméables (tout béton), si l'eau n'est plus systématiquement rejetée dans les conduites d'évacuation cela évite d'éventuelles inondations.

Fabrication / production et consommation en eau de quelques produits

Pour fabriquer nos produits de consommation, d'importantes quantité d'eau sont nécessaires. On parle "d'eau virtuelle". Voici quelques chiffres à titre indicatif.

                    Produits alimentaires et consommation en eau

Outre ses atteintes graves à l'environnement et à ses préjudices pour la santé, les produits issus de l'industrie agro-alimentaire ont nécessité d'importantes quantité d'eau.

Litres d'eau moyens nécessaires pour produire quelques produits alimentaires courants
Produit	Litres d'eau
1 litre d'eau minérale	9 l
1 litre de soda (Coca-Cola)	2,5 l
1 litre de lait	790 l
1 tasse de café	132 l
1 tasse de thé	27 l
1 litre de bière	300 l
1 litre de jus d'orange	de 22 à 1000 l suivant la région de production
1 hamburger	2 900 l
1 kg de blé	625 l
1 kg de riz	3 000 l
1 kg de porc	4 800 l
1 kg de boeuf	15 500 l
1 kg de poulet	3 900 l
1 kg de pommes de terre	287 l
1 kg de sucre de canne	1 700 l
1 kg de sucre de betterave	900 l
1 oeuf (issu d'élevage en batterie)	180 l
1 kg de pain	1 000 l
1 kg de pâtes	1 849 l
1 kg d'oranges	560 l
Fabrication de biens de consommation et consommation en eau

L'industrie exige de la vapeur d'eau, mais en utilise également abondamment pour le nettoyage, les systèmes de climatisation, les systèmes de refroidissement et de congélation, le transport. Le raffinage du pétrole, les industries agroalimentaires, la métallurgie, la production chimique, les industries de la pâte à papier, et bien d'autres, consomment d'énormes quantités d'eau. Il en va de même pour les activités minières, notamment l'extraction de l'or.

Litres d'eau moyens nécessaires pour fabriquer quelques produits courants
Produit	Litres d'eau
1 litre de carburant	18 l
1 Jean	10 000 l
1 t-shirt en coton	2 700 l
1 ordinateur	1 500 l
1 voiture	400 000 l
1 kg de papier	750 l
1 kg de carton	60 à 400 l
1 kg de ciment	35 l
1 kg d'acier	600 à 800 l
En savoir plus

Sources

« Bilan eau » ou « empreinte hydrique » - Partage des eaux
Usages : consommations industrielles - CNRS
Water Footprint
Centre d'information sur l'eau
Masquer1 commentaire

Vous aussi, vous pouvez ajouter votre commentaire !

Capucine le 05/12/2015 à 13:26	0 D'accord 0 Pas d'accord
Pour se laver les dents , je récupère l'eau dans un gobelet , le pipi revient cher , tiens j'avais pas penser le faire
à la douche .
Ajouter votre commentaire :

Vous devez être membre et connecté pour ne plus avoir à répondre aux questions suivantes tout en profitant de fonctionnalités avancées : mise en forme du texte, ajout de liens, images, édition de vos commentaires, signalement à la modération...

Votre nom ou pseudo : 

Vous êtes un humain ? Prouvez-le ! Sur quelle planète vivons-nous ? C'est la 

Votre commentaire :


Merci de lire l'article avant de poster votre commentaire. Tout commentaire répétitif, provoquant, irrespectueux, incompréhensible, religieusement ou politiquement engagé, non constructif, publicitaire, sera immédiatement supprimé. Toute récidive entraînera le bannissement définitif du posteur.



 Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/ecologie/eco-citoyen/eco_eau.php

http://www.notre-planete.info/ecologie/eco-citoyen/eco_eau.php

La Paix sur Terre


33 ans plus tard cette chanson a sa totale place dans le coeur de chacun(e) pour plus de JE T’AIME ET MOINS DE HAINE. La Paix sur Terre s.v.p. et ceci est, KésaK

Nicole SEIBERT

https://www.youtube.com/embed/CJ_GgmSRd7o » target= »_blank »>

https://www.youtube.com/watch?v=CJ_GgmSRd7o

 

« Et Dieu a dit : « Aime ton ennemi »
alors je lui ai obéi et me suis aimé moi-même »
Khalil Gibran


10 jus de légumes et leurs vertus

https://leblogdefannyfreya.wordpress.com/2015/05/17/10-jus-de-legumes-et-leurs-vertus/

jus-legumes


Il est toujours surprenant de constater que nous les Québécois n’évoluons pas dans cette avenue de l’écologie et du bon sens. Sommes-nous paresseux ou inconscient?  À moins que nous soyons que  »QUÉBÉCOIS » !

Québécois veut dire  » Dérange-moi pas dans mon confort ».

Merci Jule pour cette trouvaille   

https://leblogdejule.wordpress.com/2015/04/02/la-poubelle-province-documentaire/


LE BLOG DE JULE

Véganisme, Zéro déchet & autres envies

ALLER AU CONTENU PRINCIPAL

Zéro déchet : Manuel d’écologie urbaine (lecture)

6 AVRIL 2015 / JULE

Sur ma liste de souhait du dernier Noël, j’ai fait un effort pour demander des choses en lien avec mes nouvelles valeurs et qui pourraient m’aider à rendre mon quotidien plus « vert ». Parmi ces suggestions se trouvait le livre Manuel d’écologie urbaine- Peut-on vivre 100% écolo en ville? des auteurs Guillaume Jan, Eudoxie Jantet et Céline Vautard. Mes parents me l’ont offert et j’en ai terminé la lecture le mois dernier.

manuel-c3a9cologie-urbaine

Manger bio est-il si bon pour la planète? Quels vêtements porter pour ne pas favoriser le dérèglement climatique? Dans quelle banque placer son argent? Habiter un immeuble est-il plus écolo que de construire une maison individuelle? Quels sont les dix commandements que chaque consommateur un peu soucieux de l’environnement devrait respecter? […] Ce petit manuel vous donne les pistes pour orienter votre comportement de manière à réduire votre impact sur la planète, dans tous les domaines de la vie quotidienne : le logement, l’alimentation, les transports, le travail, les loisirs, la santé, l’économie, la mode.

Dans l’ensemble, le livre était intéressant, mais après avoir luZéro déchet de Béa Johnson, je n’ai pas autant appris, particulièrement dans les chapitres sur l’alimentation (on y mentionnait le véganisme- yay!), les transports, les loisirs et la mode. Pour ce qui est des autres chapitres (logement, travailler, économiser et bien-être), j’en ai appris davantage. Malheureusement, tous les liens et les adresses données dans le livre sont en France ou ailleurs en Europe. C’est d’ailleurs un détail que j’avais particulièrement aimé de l’édition québécoise de Zéro déchet : j’ai des ressources que je peux réellement utiliser, car elles sont au Québec (et pas seulement à Montréal, il y en a aussi quelques-unes en région, si je me souviens bien). Je trouve que c’est là le point faible majeur de ce livre, sauf, évidemment, si vous êtes Français (et je sais que vous êtes quelques-un(e)s à me lire 😉 ).

Alors oui, j’en recommande la lecture, mais comme introduction à un mode de vie durable, à moins, encore une fois, d’être Français!

Évaluez ceci :

Rate This

Tu peux partager, je n’ai rien à cacher!

 

Sur le même thème

poubelle_province

« La poubelle province » – Documentaire

Dans « Développement durable »

achats-vrac-3

Zéro déchet : achats en vrac #3

Dans « Environnement »

versus001-2-of-39

« Versus » : Montréal a maintenant son magazine végane!

Dans « Environnement »

Développement durable, Environnement, Véganisme, Zéro déchet – Bureau, Zéro déchet – Chambre, Zéro déchet – Cuisine, Zéro déchet – Divers, Zéro déchet – Entretien ménager, Zéro déchet – Salle de bain, Zéro déchet et minimalisme


« À Nous de Choisir » – Trilogie 2015 – Parties I & II

Ce petit film de 59 minutes, je le considère comme étant d’une très grande importance et même vital. Ça fait plusieurs jours que je gardais le lien pour voir ce documentaire et je me disais’ J’ai plus important à faire que de visionner ce film’’, erreur.

J’ai débuté l’écoute car il y avait une petite voix qui me parlait alors j’ai cédé en me disant je vais voir 5 minutes et ensuite, terminé. Je n’ai jamais pu arrêter une seconde tant les propos ont piqués ma curiosité même si je connaissais déjà plusieurs sujets. L’intelligence et la justesse des réflexions de M. Jacques Fresco m’ont interpellés, surtout pour le thérapeute que je suis.

Je pense que vous rentabiliserez votre temps et votre façon de penser et d’agir. Pour moi, ces 59 minutes ont été précieuses et je me sens enrichi.

Bonne écoute, même si c’est sous titré en Français, c’est très facile à lire. À partager à grande échelle, merci.

Bernard.

http://www.thechoiceisoursmovie.com/about/


SOUVENEZ-VOUS DE TOUJOURS FAIRE LE LIEN ENTRE L’EAU AUTOUR DE VOUS ET L’EAU QUI EST EN VOUS.

IMAGINEZ L’EFFET D’UNE PENSÉE NUISIBLE SUR L’EAU DANS VOTRE CORPS (ÉMOTIONS).

CETTE PENSÉE SELON QU’ELLE EST NUISIBLE OU BÉNÉFIQUE, PEUT DEVENIR  UN POISON, UNE DESTRUCTION OU UN REMÈDE, UNE PROPULSION POUR VOUS.

TRANSFORMER NOTRE VOCABULAIRE EST VITAL SI NOUS VOULONS ÉLEVER NOS VIBRATIONS  ET NOUS PROPULSER VERS L’ASCENSION.

Une vidéo passionnante sur l’eau

https://www.youtube.com/watch?v=dJMj3jBcrS8

Conseils sur l’eau :

Ne buvez jamais l’eau du robinet (si vous n’avez pas le choix, filtrez la).

Ne lavez pas vos aliments avec l’eau du robinet a moins qu’elle ne soit bien filtrée (et encore…).

Ne mettez jamais de glaçons dans vos verres quand vous allez au restaurant ou dans un bar, les glaçons sont faits avec l’eau de la pire qualité.

Ne réchauffez jamais rien au micro-ondes (jetez le!).

Ayez toujours une pensée positive tournée vers l’eau avant de la boire.

Utilisez un système de filtration suffisamment puissant pour enlever le Fluorure de l’eau (pour votre maison, surtout pour l’eau de votre chauffe eau car c’est avec ça que vous vous douchez et le fluorure passe par les pores de la peau).

Ne laissez jamais de l’eau en bouteille plastique a la chaleur.

Vous êtes composé de 80% d’eau donc évitez les pensés négatives car cela vous détruit.

N’achetez jamais de jus de fruits a base de concentré mais uniquement des jus de fruits organiques sans eau rajouté ni aucun additif, ou mieux pressez les vous même.

N’achetez jamais de sodas (l’eau qu’ils contiennent est de la plus basse qualité pour réduire les couts et faire un max de profit).

N’achetez jamais de bières bas de gamme qualité (en de basse qualité)

Défendez le droit a la gratuité de l’eau et dénoncez les multinationales qui privatisent les eaux de source pour créer des sodas et des jus de fruits (achat responsable, sans nous ces sociétés n’existeraient pas, c’est chacun d’entre nous qui est responsable de leur existence).

Soutenez stopmensonges.com

La vérité nous libérera aussi de cet esclavage financier, mais pour le moment nous sommes obligés de faire appel à votre soutien (la publicité rapporte trés peu).
Une autre chose trés importante aussi pour nous aider est de partager cet article sur vos réseaux sociaux en cliquant sur les boutons ci-dessous.
Namasté
Laurent

Beaucoup de vidéos sur les sons et chakras: http://stopmensonges.com/sons-frequences-vibrations-la-vie-432-hz-vs-440-hz-les-frequences-qui-soignent/

ARTICLE PRÉCÉDENT

Qui est Dieu ?

PROCHAIN ARTICLE

Kerry Cassidy – interview en francais (juin 2014)


Je n’ai jamais entendu un exposé de la sorte. Les ministres de l’agriculture au Québec et partout ailleurs devraient le consulter ET C’EST URGENT.

Regardez cette vidéo vous n‘en reviendrez pas.

Cliquez sur ce lien, je n’ai pas réussi à placer le vidéo.

 

https://www.facebook.com/video.php?v=845053318848876

C’est officiel on est dans la merde:

https://www.facebook.com/touvabien?fref=nf

Fil d’actualité

 

J’aime la Page

 

C’est officiel, on est dans la merde

Acteur/réalisateur · 11 588 J’aime

· 6 novembre

 

Claude Bourguignon est juste magistral, 20mn incroyable.

Né en 1951, c’est un ingénieur agronome français, ancien collaborateur de l’INRA. Fondateur du LAMS (Laboratoire d’Analyse Microbiologique des Sols), il travaille en France, mais aussi en Europe, en Amérique et en Afrique.

Il est parmi les premiers, dans les années 1970, à avoir alerté sur la dégradation rapide de la biomasse et de la richesse des sols en micro-organismes (bactéries et champignons microscopiques), ainsi que sur la perte d’humus et de capacité de productivité des sols agricoles européens, ou des sols auxquels on appliquait les mêmes méthodes en climat tropical ou subtropical. Il a contribué à développer des techniques alternatives qui se sont avérées très efficaces, mais qui demandent une bonne technicité et connaissance du fonctionnement écologique des sols.

Partager · 1 0601234 517


À PARTAGER À GRNADE ÉCHELLE S.V.P.

MERCI, VOTRE HÔTE BERNARD

https://docs.google.com/file/d/0B7Ynw5ZGtaT8SFl2NjNuVy1XUW8/edit?pli=1

http://www.pro-consigne.org/

Pro Consigne Quebec

1

  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur Twitter

Inscrivez-vous
à notre infolettre

Téléchargez notre
Guide à l’intention
des partenaires de
Pro-Consigne Québec

Projet

Documentation

Questions/réponses

Médias

Nouvelles

Colloques

Pourquoi la consigne au Québec?

Au Québec, il existe un consensus social sans précédent en faveur du maintien et de la bonification du système de consigne publique. D’ailleurs, grâce à la participation de la population québécoise, c’est plus d’un milliard de contenants consignés qui sont récupérés et recyclés chaque année. Pour le Québec, la consigne, c’est payant!En savoir plus

Le saviez-vous ?

Notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d’abolition

 

L’avenir de la consigne au Québec est présentement incertain. À la fin de 2014, le Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de Lutte contre les changements climatiques devra annoncer le résultat d’une étude comparative entre le système de consignation et celui de la collecte sélective pour la récupération des contenants de boisson au Québec. Les conclusions de ce document pourraient avoir comme conséquence ultime l’abolition de la consigne publique dans la province.

Pourtant, être performant n’est pas une question de choisir un système au détriment de l’autre, mais plutôt de se donner tous les leviers nécessaires pour maximiser la quantité et la qualité de la matière récupérée. C’est en utilisant les forces et les avantages de l’ensemble de nos systèmes de récupération en fonction des situations ou des lieux où sont consommées les boissons que nous réussirons à optimiser la récupération et le recyclage des matières au Québec.

Partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

Tous nos partenaires

front commun quebec

Pro-Consigne Québec est une initiative du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets.

Tous nos partenaires

Actualités

Un centre de dépôt à Montréal cet été : encouragez l’initiative en y rapportant vos contenants consignés!

Montréal, 22 juillet 2014 – La Coopérative de solidarité Les Valoristes organise un dépôt temporaire de contenants consignés cet été sous le pont Jacques-Cartier, au coin des rues De Lorimier …

En août 2014, Pro-Consigne Québec déménage!

Montréal, 28 juillet 2014 – Veuillez noter qu’à partir du 29 août 2014, Pro-Consigne Québec aura une nouvelle adresse! Si jamais vous avez besoin de nous contacter par la poste, veuillez prendre…

La consigne ailleurs au Canada : comment ça marche en Colombie-Britannique

Montréal, 23 juillet 2014 – Serait-il possible d’avoir une consigne élargie à tous les contenants de boisson au Québec? Absolument, si l’on suit l’exemple de la Colombie-Britannique! Voici c…

Le centre de tri Société V.I.A appuie la mission de Pro-Consigne Québec

Montréal, 27 juin 2014 – Pro-Consigne Québec vient d’accueillir un nouveau membre dans sa liste de partenaires: la Société V.I.A. inc. La Société V.I.A. est responsable d’activités de colle…

Toutes les nouvelles ->

© 2014
Pro-consigne Québec
Site conçu par Bon Melon

Je supporte la consigne!

Accueil

Contact


1ère partie:

 

café

Le commerce équitable Dossier mis à jour le 04/04/2014

843 lectures: Le commerce équitable

© C. Magdelaine / http://www.notre-planete.info
Source : http://www.notre-planete.info/ecologie/alimentation/commerce-equitable.php

Sommaire Le commerce équitable : présentation Les labels du commerce équitable Le commerce équitable : atouts et polémiques Le commerce équitable : les polémiques Interview d’une professionnelle Actualités sur le commerce équitable Discussions sur le commerce équitable © C. Magdelaine / http://www.notre-planete.info Commerce équitable : définition DR « Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au Sud de la planète. Les organisations du commerce équitable (soutenues par les consommateurs) s’engagent activement à soutenir les producteurs, à sensibiliser l’opinion et à mener campagne en faveur de changements dans les règles et pratiques du commerce international conventionnel. » Cette définition donnée par Artisans du Monde vient renforcer le concept du commerce équitable lancé lors de la conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED) en 1964 à Genève : « Trade not Aid » (« du commerce pas la charité »). A la suite de cette conférence, la société civile a réagi dans les années 70 pour soutenir les petits producteurs de café d’Amérique Latine, touchés par une crise économique très grave qui engendra une baisse importante du cours du café sur le marché mondial. Les petits producteurs se sont alors organisés en coopératives pour pallier leurs difficultés jusqu’à ce que la fluctuation des cours dans les années 80 bouleverse ces regroupements au profit des industriels du Nord. La fin de cette décennie voit naître le label Max Havelaar (1988) et d’autres initiatives luttant contre les inégalités commerciales entre le Nord et le Sud. Le commerce équitable connaît alors son premier véritable essor sur les marchés européens. En 1996, les quatre organisations du commerce équitable, à savoir FLO (Fair Trade Labelling organisations International), l’IFAT (International Fair Trade Association), NEWS (Network of European World Shops) et l’EFTA (European Fair Trade Association) se sont regroupées au sein de la FINE (F pour FLO, I pour IFAT, N pour NEWS, E pour EFTA) pour promouvoir ensemble le commerce équitable. Ceci a permis d’institutionnaliser au niveau européen et international les grandes lignes de ce qu’allait devenir le commerce équitable tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Comprendre le commerce équitable – Qu’est ce qui motive cette nouvelle forme de commerce ?

Dans un contexte économique mondial aux inégalités criantes, la nécessité de trouver une alternative en faveur des petits producteurs du Sud s’avère indispensable pour encourager une nouvelle vision des rapports commerciaux Nord/Sud. 20% des pays les plus pauvres produisent 1% du PIB mondial. Alors que 20% des pays les plus riches en produisent 86%. D’après ces chiffres, on se rend compte qu’il est impossible de nier le phénomène d’accroissement entre très riches et très pauvres. On peut se voiler la face et nier cela ou bien comprendre qu’il s’agit d’une atteinte au principe d’égalité, d’équité, voire même de dignité. Le commerce équitable a pour but de lutter contre ce fossé grandissant des inégalités Nord/Sud via des actes commerciaux plus justes. Son origine pourrait trouver sa source dans l’article 23 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 : « quiconque travaille a droit à une rémunération équitable lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine ». Les paysans du Sud se regroupent en coopératives sur le principe que l’union fait la force. Faire partie du commerce équitable, c’est : Respecter la condition sine qua non que les producteurs reçoivent un salaire plus juste. Celui-ci ne tient pas compte des fluctuations du marché mondial, il est calculé sur une base fixe. En cas de hausse, cette méthode permet aux producteurs de percevoir un peu plus d’argent, et en période de crise, un salaire minimum doit pouvoir être redistribué. Le revenu perçu par un producteur permet de couvrir ses frais et de nourrir sa famille convenablement. Il est à noter que les conditions de travail sont également améliorées : les producteurs sont mieux protégés grâce à des vêtements adaptés à leurs tâches et leur temps de travail n’est plus synonyme d’exploitation. Même si ce n’est pas toujours idéal, c’est mieux que les conditions « habituelles » imposées par le marché. Pour prendre un exemple, un producteur de bananes dans le circuit commercial ordinaire perçoit 15% du prix de vente en Europe alors qu’un producteur issu d’une coopérative du commerce équitable recevra 30% du prix de vente pour son travail. Il s’agit là d’un produit dont la différence à l’achat pour un Européen n’est pas énorme par rapport aux marques ordinaires. Ce faible écart entre les prix se ressent cependant sur place. Alors que les producteurs du commerce équitable ont un cadre de travail décent, les conditions auxquelles sont soumis les petits paysans surexploités par des géants comme Dole ou Chiquita sont inacceptables et irrespectueuses des droits de l’Homme. Pas de travail illégal des enfants. C’est-à-dire que les enfants sont envoyés à l’école. Ils ne sont en aucun cas exploités comme cela peut-être le cas dans de grandes multinationales (Nike par exemple). On peut remarquer qu’un produit à base de mangue (provenant du Cameroun) commercialisé en Allemagne lutte par exemple contre la prostitution infantile. On peut donc associer commerce équitable et mieux-être des pays du Sud en combinant plusieurs projets. Les producteurs sont contraints à ne pas surdoser les pesticides ou insecticides, si toutefois ils en utilisent ! En effet, 70% des produits du commerce équitable sont issus de l’agriculture biologique. Cette démarche en faveur du développement durable est appuyée par l’interdiction formelle d’utilisation d’OGM dans ces produits. Une partie du prix que paie le client final représente une prime (entre 5 et 10% du prix que paie le consommateur). Cette dernière est utilisée collectivement pour des projets sociaux de différentes natures qui profitent non seulement aux petits producteurs mais aussi à leur famille et à l’environnement. La coopérative peut décider d’investir dans un programme de formation à l’agriculture biologique, de construire une école ou un hôpital, de restaurer une route ou de mette en place un service de transports en commun… Devenir consom’acteur © C. Magdelaine / notre-planete.info La population se sent de plus en plus préoccupée par le respect de la nature et le respect de l’autre dans les relations commerciales pour améliorer leur mode de vie… Entre 2000 et 2004, le marché du commerce équitable a connu une hausse de 27 %.

Il est vraiment simple de devenir consom’acteur.

Qu’entend-t-on par ce terme ? Il s’agit d’un néologisme liant « consommation » – telle que nous la connaissons, en grande surface – et le fait de passer à l’acte, le fait de tenir un rôle certain au sein de cette abondance de biens que l’on peut acheter à tout va et sans se soucier de rien. Devenir un consommateur engagé donc, c’est tout d’abord moins consommer, et surtout consommer de façon réfléchie ! Il ne faut pas céder au « green marketing » en se disant pour chaque produit : « je peux acheter ça parce que c’est moins dangereux pour la planète », surtout si l’on n’a aucune utilité dudit produit ! Chacun à son échelle, en choisissant ne serait-ce qu’un produit issu du commerce équitable, peut agir en consommant de façon plus « citoyenne ». Les produits du commerce équitable sont devenus accessibles au grand public : que ce soit en grandes et moyennes surfaces (grandes enseignes comme Leclerc, Auchan, Carrefour, Monoprix, Casino,…), dans des magasins spécialisés (Artisans du Monde, biocoop,…) ou encore sur Internet

(ethic-factory.fr ; http://www.decodurable.com ; http://www.ekitabl.com) !

Les produits proposés par le commerce équitable sont divers. On notera surtout la diversité de cafés, thés, chocolats, mais on trouve également un large choix de vêtements (souvent en coton bio) et de chaussures, ainsi que d’objets issus de la branche artisanale (objets décoratifs ou musicaux, souvent en matériaux recyclés ou naturels) et cosmétiques. Se décider pour un ou deux produits et les acheter automatiquement équitables responsabilise votre démarche de consommateur et vous permet de faire avancer la machine éthique !

Les labels et les marques du commerce équitable

Label Nom Signification Max Havelaar Le label Max Havelaar a été crée en 1988 dans une démarche d’aide aux producteurs de café d’Amérique Latine. Il est aujourd’hui le label numéro 1 de certification des produits issus du commerce équitable au niveau international. Associations et marques indépendantes spécifiques commerce equitable

 

Bio équitableNom Signification Bio équitable Association créée en 2002 qui fédère les PME autour de projets plus respectueux de l’homme et de l’environnement dans une optique de développement durable. Artisans du MondeArtisans du Monde Premier portail du commerce équitable fondé en 1981 qui met l’accent sur trois points : la vente, l’éducation et la participation aux campagnes de pression en faveur de changements au niveau du commerce international.

Alter EcoAlter Eco Entreprise dédiée au commerce équitable créée en 1998. En 2006, elle est à l’origine de l’association du même nom qui a pour but de financer des projets de développement dans les pays du Sud. EthiquableEthiquable Ethiquable est une société coopérative fondée en 2002, numéro 1 du marché du commerce équitable en grandes surfaces. Elle est dédiée à la conception, fabrication, distribution de produits issus du commerce équitable.

LobodisLobodis Lobodis est la première société française de torréfaction et d’importation de cafés équitables. Elle a développé la sous marque Escale équitable pour des produits tels que le sucre, le thé, le riz, le chocolat.

Jardin BiologiqueMarques indépendantes BIO Nom Signification Jardin Biologique Jardin biologique est une marque d’alimentation biologique qui propose une gamme de produits issus du commerce équitable (quinoa, thé…) BjorgBjorg Entreprise spécialisée dans l’agro-alimentaire biologique existant sur le marché depuis une vingtaine d’années qui propose des produits issus du commercer équitable (jus de fruits…)

Marques des grandes distributeurs

Agir SolidaireNom Signification Agir Solidaire Agir Solidaire est la gamme de produits équitables proposée par l’enseigne Carrefour Ethikeco

EthikecoSous marque de l’enseigne Leclerc dédiée au commerce équitable.

Auchan Les produits du commerce équitable d’Auchan sont reconnaissables par le logo de l’enseigne et le label Max Havelaar.

Géant et associés Géant et associés La marque Casino par exemple commercialise des produits labellisés Max Havelaar sous le nom « Commerce Equitable – pour un monde solidaire ».

Intermarché et associésIntermarché et associés Ces enseignes commercialisent des produits du commerce équitable de marques indépendantes, labellisés Max Havelaar.

Suite ici:   http://wp.me/p1iuBl-Ko   Lire la suite


 

SUITE…..de la partie #1

Monoprix et associés Ces enseignes commercialisent des produits du commerce équitable de marques indépendantes, labellisés Max Havelaar.

fleur commerce équitable

Les atouts du commerce équitable

Production de fleur commerce équitable en équateur © notre-planete.info

On ne remettra pas en cause la qualité des produits issus du commerce équitable, notamment celle des produits alimentaires et vestimentaires. Il s’avère en effet que la majorité des produits sont issus du bio : un pas pour une agriculture moins polluante – donc un environnement plus vert – et pour un corps plus sain au final. De plus, l’achat de produits issus du commerce équitable est une façon pour les pays européens de découvrir de nouveaux produits. Le quinoa était encore inconnu il y a quelques années, par exemple. Il s’agit aussi de faire des gestes « quotidiens » – lors de l’achat de denrées alimentaires ; mais le commerce équitable représente également une forme d’intérêt pour une autre culture avec des produits typiques (bien qu’un voyage écologique dans le pays ait souvent des atouts encore plus pittoresques que l’achat d’un bibelot de décoration issu du commerce équitable). Il peut aussi correspondre à une nouvelle façon de faire plaisir. Si pour un anniversaire on hésite dans les rayons, le commerce équitable dispose d’une large gamme de produits qui permette d’élargir le spectre d’un cadeau de choix, sans forcément dépenser énormément plus que pour un cadeau « classique » !

Les polémiques que soulève le commerce équitable

Voici une petite liste mettant en avant la complexité du thème que nous abordons au travers de pistes de réflexion… Il s’avère que la sphère commerciale est très imbriquée dans les problématiques environnementales.

Un produit issu du commerce équitable est plus cher

Cela n’est pas toujours vrai. De plus, ne vaut-il mieux pas mettre un peu plus cher pour un produit et consommer un produit de qualité qui respecte ses producteurs ?

La question des transports

Un sachet de thé qui vient du Sri Lanka n’a malheureusement pas un bilan carbone neutre ! Mais quitte à choisir un produit que l’on ne trouve pas sous nos latitudes, autant que le fabricant reçoive un revenu plus juste… De plus, certains produits issus du commerce équitable bénéficient d’une compensation carbone. Avec l’augmentation du baril de pétrole, on peut également se poser la question de la viabilité d’un tel trafic. Si le coût de ces produits déjà chers ne cesse d’augmenter, y aura-t-il toujours des acheteurs ?

Certains petits producteurs sont marginalisés si ils n’adhèrent pas au commerce équitable

En théorie, les petits agriculteurs se regroupent en coopérative pour pouvoir, ensemble, surmonter la pression du marché international. Fair-trade met l’accent sur les petits producteurs familiaux. Or cela n’empêche pas la marginalisation de certains petits producteurs qui ne répondent pas aux contraintes imposées par la coopérative. Cela peut provenir par exemple de leur appartenance à un cartel mais aussi du fait de la qualité et de la quantité terre cultivable. Les coopératives peuvent aller jusqu’à monopoliser le marché en empêchant aux autres petits producteurs de commercialiser leurs produits.

Les travers de Max Havelaar

Max Havelaar a pris de telles proportions que cette entreprise est comparable à une multinationale. Comme toute multinationale, il y a des problèmes d’organisation et donc un manque de moyens pour vérifier toute la traçabilité de tous les produits certifiés/labélisés Max Havelaar. Max Havelaar se cantonne bien trop sur les produits dits « coloniaux » : cacao, chocolat, babanes, sucre… où la demande est forte. De surcroît, il incite les petits producteurs a s’engager dans ces productions rentables en contradiction avec leurs productions locales, pourtant bien plus intégrées dans leur environnement et leur culture. Enfin, le label Max Havelaar vérifie surtout la production de la matière première et beaucoup moins la transformation. Donc en théorie un petit Bengali pourrait être chargé de la torréfaction du café avec un salaire miséreux.

Le commerce équitable incite à l’utilisation d’intrants et de pesticides

N’améliorant pas les externalités négatives du marché de l’export, le Commerce Equitable contribue, tout en limitant certains de ses impacts, à ces inconvénients : comme les agriculteurs ne sont pas contraints de cultiver bio, ils sont poussés à se tourner vers les produits chimiques, entrant ainsi dans le cercle vicieux de l’utilisation d’intrants qui ne permet pas la regénération naturelle du sol et demande de plus en plus de produits chimiques.

Le commerce équitable ou le néo-colonialisme

Le commerce équitable suscite souvent la critique en tant que nouvelle forme de colonialisme. Certains producteurs des pays du Sud voient cette prime comme une nouvelle forme de paternalisme et comme une velléité des pays occidentaux de contrôler leur devenir en calquant leurs projets suivant nos schémas sans prendre en compte leurs besoins réels. Ils estiment être mesure de définir eux mêmes l’utilisation de ladite prime. Ceci est partiellement faux dans le sens où le commerce équitable n’est pas voué à durer dans le temps. Il s’agit d’un tremplin pour que les producteurs en difficulté dans les pays du Sud puissent éviter les fluctuations (parfois violentes) du marché international. Le but du commerce équitable est en aucun cas la conquête d’un territoire sans foi ni loi, mais bien de soutenir un développement économique et durable sur place, à amener à une autonomie des populations, et non piller leurs ressources. Le commerce équitable ne réduit pas les emballages Concernant les emballages, on peut encore exiger mieux ! En effet, un sachet de thé du commerce équitable est souvent emballé dans une petite boîte en carton recyclé puis dans un emballage individuel en papier ou en plastique. Ceci est largement critiquable d’un point de vue environnemental ! Que de déchets pour une tasse thé ! Alors qu’une marque comme Tetley – complètement hors du circuit du commerce équitable – a réfléchi à supprimer les emballages de certaines sortes de sa gamme en offrant au client 5 sachets de thé supplémentaires grâce à la l’espace gagné dans la boîte en carton recyclé. Il existe bien évidemment la solution d’acheter du thé en vrac, mais le plus visible dans les rayons reste le thé en sachets…

Le problème de la transparence et de la clarté sur les produits

Les inscriptions données au dos des paquets de riz, de quinoa, sur les étiquettes de jus de fruits etc… peuvent permettre aux Européens de se renseigner sur l’origine du produit, et d’aller plus loin en présentant des avancées que le commerce équitable provoque, tels que l’interdiction du travail des enfants, l’alphabétisation et les projets mis en œuvre dans les coopératives d’où vient le produit.

Le commerce équitable ne favorise pas la décroissance

Les personnes prônant la décroissance diront que le commerce équitable est sans doute une bonne initiative, mais il s’agit malgré tout de consommation… Evidemment, comme nous l’avons déjà souligné plus tôt, l’intérêt n’est pas de consommer plus juste parce que c’est bon pour la conscience ! Au contraire ! Il s’agit de consommer mieux, en connaissance de causes, en « faisant sa part », voire de consommer moins !

Pourquoi les producteurs du Sud et pas du Nord ?

La question revient souvent de savoir pourquoi aider des producteurs à l’autre bout du monde tandis que l’agriculteur de notre village a du mal à subsister. Force est de constater que le contexte est totalement différent : un agriculteur des pays du Nord pourra subvenir aux besoins vitaux de sa famille avec ce qu’il gagne. Même s’il connaît des difficultés, cela ne remettra ni en cause la scolarisation de ses enfants, ni l’alimentation de sa famille au quotidien. Aussi, les subventions attribuées par l’UE représentent une aide supplémentaire et non sans importance pour ce producteur. Alors qu’à l’inverse, le petit paysan du Sud ne reçoit pas de subvention et n’a aucune certitude de pouvoir envoyer ses enfants à l’école, ni même de pouvoir sustenter son entourage !

Le commerce équitable : interview

Fleurance LaroppeInterview de Fleurance Laroppe, spécialiste de la question du commerce équitable, active dans la région de Sarrebruck (Allemagne) Fleurance Laroppe en Equateur © Fleurance Laroppe

Bonjour Mme Laroppe, comment en êtes-vous venue au commerce équitable ?

Il y a dix ans, à plusieurs associations « tiermondistes », nous avons fondé une Plateforme des ONG Nord-Sud de la Sarre. Au bout de trois ans, nos actions ne touchaient que les convaincus, et ce que je recherchais personnellement, c’était de sensibiliser la population, d’amener les gens à réfléchir sur les interdépendances Nord-Sud, et bien sûr à AGIR ! … Le CE (Commerce Equitable) y répondait à merveille !

Quand avez-vous commencé à vous engager pour cette cause ?

Dans le cadre d’une rencontre nationale d’ONGs Nord-Sud à Hambourg, j’ai découvert que dans le Nord de l’Allemagne, il y avait deux Campagnes du CE. Cela m’a tout de suite inspirée, et en rentrant à Saarbrücken, j’étais enthousiaste à l’idée de lancer une Campagne au niveau du Land de la Sarre ! C’était en 2001. Partant de « ground zéro », il a fallu tout, tout inventer : créer des formes d’actions, former une équipe, élaborer des dépliants, chercher des financements, etc.

Avez-vous senti une évolution depuis que vous avez commencé dans ce secteur ?

Il y a eu en gros trois phases : la première pour inventer, créer et tester. La deuxième pour élargir la palette des activités et des groupe-cibles… La troisième pour établir des coopérations avec d’autres groupes CE, mais aussi avec des institutions étrangères, par exemple avec le Jardin Botanique de l’Université, où nous proposons des Parcours-découverte de la Plante au Produit fini équitable, ou la Bibliothèque Municipale, oú nous organisons des petits déjeuners équitables.

Etes-vous optimiste face au développement du commerce équitable ?

La Campagne « Fairtrade Town » permet de s’infiltrer – si je puis dire – dans tous les secteurs de la société au niveau d’une Ville, et ainsi de faire passer le message tous azimuts. En fait, c’est cette stratégie que nous poursuivions depuis sept ans dans le cadre de notre Campagne « La Sarre s’engage pour le CE », et qui nous permet aujourd’hui de décrocher la timbale « Première Ville du CE en Allemagne ». Imaginer que ce mouvement FTT, à l’instar de la GB et de la Belgique, va prendre dans chaque ville aura comme heureuse conséquence de fortement dynamiser le CE.

Dans votre vie quotidienne, comment mettez-vous en pratique vos idées ?

Je me dope au café équitable pour me réveiller le matin, et au vin rouge équitable pour arroser un bon dîner ! Mais surtout, j’en parle énormément autour de moi. Si j’offre un cadeau, il y a 95% de chance qu’il vienne du CE !

Vous revenez tout juste d’un séjour en Amérique Latine où vous avez rencontré des petits producteurs travaillant pour le commerce équitable. Quelles sont vos impressions après 4 semaines d’observations et de rencontres ?

Difficile d’en faire une brève synthèse. Je vais donc choisir deux éléments particuliers. Le premier, c’est que tous mes interlocuteurs, producteurs ou organisations, m’ont posé la question de savoir si « LA CRISE » allait affecter le CE. J’ai tout simplement répondu que NON ! Pourquoi ? La marge aisée d’une population n’est pas victime de la crise, disons 20%. Ces personnes sont donc un potentiel qui n’est pas encore exploité, puisque pour le café, par exemple, seulement 1% de la population allemande boit actuellement du café CE ; 19% restent à conquérir, ou ne serait-ce même que 5% comme c’est le cas des Britanniques. Grâce à la Campagne « FTT », ces nouveaux potentiels vont être exploités. Le second élément, c’est d’avoir rencontré de remarquables leaders … des individus qui ont eu une vision, et qui ont fait des miracles en mettant en action leur idée. Segundo, un petit producteur de café était en 1994 désespéré face à la chute des cours du café. Il a pensé qu’il fallait s’organiser entre petits producteurs et chercher ensemble à exporter. Aujourd’hui, cette coopérative, née de son idée, compte 7000 petits producteurs qui profitent du CE. Edifiant !! Et ce n’est pas le seul exemple.

Merci et bon courage !

En savoir plus Références Actualités sur le commerce équitable La société de consommation face aux défis écologiques dossier d’Edwin Zaccaï et Isabelle Haynes pour « Les problèmes politiques et sociaux » de la Documentation Française Le commerce sera équitable, Tristan Lecomte, Ed. Eyrolles Le commerce équitable, Tristant Lecomte, Ed. Eyrolles Commerce équitable 20 réponses pour agir, Joaquim Munoz, Ed. Michalon Entre valeurs et croissance : Le commerce équitable en question, Sylvain Allemand, Ed. Les Carnets de l’info La consommation écologique : ne plus accrocher sa vie à un chariot ! Ezzedine El Mestiri, Ed. Jouvence La Plate-Forme pour le Commerce Équitable Artisans du Monde Commerce équitable, la garantie Fairtrade Max Havelaar Site national de la Quinzaine du commerce équitable Fairfriends Veja Ideo Le Laboratoire du Commerce Equitable Oser le marketing durable Alter-Eco Auteurs Emmanuelle Orvain Fanny Vuckovic Christophe Magdelaine, responsable du site ↑ Haut de page ↑  En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour établir des statistiques et personnaliser votre navigation. En savoir plusFermer notre-planete.info est un média web indépendant qui informe et sensibilise sur l’environnement, l’écologie, les sciences de la Terre, la nature et le développement durable Mentions légales  |   Qui sommes-nous ?  |   Presse  |   Publicité  |   Contact  |   Liens et logos  |   Partenaires  |

Soutenez nous ! © 2001-2014 notre-planete.info ® v. 20140403 – tous droit
Source :
http://www.notre-planete.info/ecologie/alimentation/commerce-equitable.ph

Écolo au bout des doigts


http://davidsuzuki.org/fr/modedeviecie/mode-et-beaute/ecolo-au-bout-des-doigts/?mkt_tok=3RkMMJWWfF9wsRokuaTLZKXonjHpfsX56%2BQtUKW%2BlMI%2F0ER3fOvrPUfGjI4DSsRnI%2BSLDwEYGJlv6SgFS7jNMbZkz7gOXRE%3D

Écolo au bout des doigts

Le 13 décembre 2013 | Affiché dans Mode & beauté | Laissez un commentaire

Photo: Écolo au bout des doigts

(Crédit : Noel Giger via Flickr)

Par Patricia Lachance

Le vernis, c’est l’accessoire du moment. À tel point que, sur les tapis rouges, la manucure des stars suscite souvent autant d’intérêt que leurs bijoux. Pour briller dans nos partys du temps des Fêtes, on mise nous aussi sur de jolis ongles (avec une touche écolo, bien entendu). Leçon de manucure en quelques étapes.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Préparer la surface

D’abord, on enlève toute trace de vieux vernis à l’aide d’un dissolvant. Si l’odeur forte de ce type de produit peut parfois être rebutante, rien n’indique qu’il soit toxique chez l’humain — du moins s’il contient de l’acétate d’éthyle comme principal actif. Comme cette substance peut néanmoins irriter l’épiderme, on peut se tourner vers des formules à base de soja, plus douces pour la peau et moins nocif pour l’environnement.

Une fois les ongles nus, on leur redonne une jolie forme légèrement arrondie ou en amande (hyper tendance). On suggère de limer les ongles toujours sur le même sens afin d’éviter qu’ils ne se dédoublent.

L’heure du bain

On fait ensuite tremper nos mains pendant 10 minutes dans un grand bol d’eau chaude à laquelle on ajoute quelques gouttes de savon liquide (de type Marseille et sans ingrédients toxiques) et le jus d’un citron bio (qui blanchira nos ongles). On frotte la surface et le dessous de chaque ongle avec une petite brosse. Puis, à l’aide d’un petit bâtonnet de buis (disponible dans la plupart des pharmacies), on repousse un à un nos cuticules.

On les nourrit

Pour protéger nos ongles, on masse une petite quantité d’huile d’olive sur leur surface et leur cuticule. Pour prévenir les mycoses (ces champignons qui s’attaquent parfois aux ongles), on peut également ajouter quelques gouttes d’huile d’arbre à thé aux propriétés antifongiques. Puis, on enlève l’excédant d’huiles avec un linge sec pour favoriser l’adhérence de la laque.

À la laque!

Dans nos petits flacons colorés se trouve souvent un cocktail d’ingrédients toxiques. Parmi ces derniers, le phtalate de dibutyle (DBP), un plastifiant qui peut provoquer chez l’humain des mutations génétiques. Santé Canada interdit d’ailleurs cette substance dans la fabrication de jouets pour enfant, mais pas encore dans les cosmétiques.

On trouve aussi parfois dans nos vernis du toluène, un solvant dommageable pour le système nerveux et les fonctions de reproduction. Certaines résines contenues dans les laques peuvent également dégager du formaldéhyde, un gaz irritant réputé cancérigène. Heureusement, certaines marques ont choisi de rayer ces ingrédients chimiques de leur formule. Je vous en propose d’ailleurs quelques-unes, sur ellequebec.com.

Mais attention, il n’y a pas que ces 3 ingrédients qui peuvent être toxiques. Certains vernis peuvent aussi contenir des métaux lourds et d’autres substances nocives. Mieux vaut analyser à la loupe l’étiquette de chaque produit avant d’en faire l’achat. Avec la bonne formule entre les doigts, on peut se livrer sans crainte à notre créativité! Couleurs, textures, motifs… on vous livre d’ailleurs toutes les dernières tendances en la matière ici.

Quoi faire avec nos vieux flacons?
Tout comme vos gallons de peinture, la majorité des écocentres récupèrent les vieux flacons de vernis afin que ces résidus domestiques dangereux ne se retrouvent dans l’eau et le sol. Informez-vous auprès de votre municipalité.


http://equiterre.org/

Découvrez nos familles championnes

Par sa campagne Sportifs pour la planète, Équiterre a rencontré des sportifs passionnés, des entraîneurs et parents impliqués qui ont des préoccupations environnementales. Équiterre vous présente son premier témoignage…

LIRE LA SUITE img

1

2

3

4

APPRENEZ LA VÉRITÉ SUR LES SABLES BITUMINEUX!

10 décembre 2013

Équiterre se voit fort déçu que la commission parlementaire chargée d’évaluer le projet d’inversion de la ligne 9b d’Enbridge recommande sa réalisation. Transporter du pétrole issu des sables bitumineux jusqu’au Québec revient à cautionner l’une des industries les plus…

Actu - Apprenez la vérité sur les sables bitumineux!

LIRE LA SUITE img

Share on facebookShare on twitterMore Sharing Services

LES IDÉES-CADEAUX D’ÉPLUCHE TA VILLE

9 décembre 2013

À l’occasion du temps des fêtes, Annick Girard d’Épluche ta ville partage ses idées-cadeaux pour les locavores de votre entourage (personne qui ne consomme que des produits locaux, produits à une courte distance de son domicile).

Actu - Les idées-cadeaux d'Épluche ta ville

LIRE LA SUITE img

Share on facebookShare on twitterMore Sharing Services

LE RÉSEAU DES FERMIERS DE FAMILLE S’AGRANDIT!

9 décembre 2013

Nous sommes ravis de vous annoncer l’arrivée de 9 nouvelles fermes dans le réseau des Fermiers de famille d’Équiterre. Notre bonheur est d’autant plus grand que deux d’entre elles sont situées en Abitibi et dans Charlevoix, régions qui n’étaient pas encore desservies par notre réseau!  …

Ferme À l'Accueil chaleureux par Déborah Lindsay

LIRE LA SUITE img

Share on facebookShare on twitterMore Sharing Services

UN TEMPS DES FÊTES BIO ET LOCAL

3 décembre 2013

Partager un repas 100% bio et local avec ceux que vous aimez, c’est possible.

LIRE LA SUITE img

Share on facebookShare on twitterMore Sharing Services

DOSSIER ENBRIDGE : ÉQUITERRE FÉLICITE LA COMMUNAUTÉ MÉTROPOLITAINE DE MONTRÉAL ET L’ADMINISTRATION CODERRE

3 décembre 2013

À l’occasion du dépôt de son mémoire aujourd’hui, dans le cadre de la consultation publique du gouvernement du Québec sur l’inversion du flux de l’oléoduc 9B d’Enbridge, Équiterre tient à féliciter la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et le maire de Montréal, malgré leur…

Actu - Commission parlementaire Ligne 9 (3 dec 2013)

LIRE LA SUITE img

Share on facebookShare on twitterMore Sharing Services

Syndiquer le contenu

COMMUNIQUÉS DE PRESSE
PUBLICATIONS
RÉSEAUX D’ÉQUITERRE

Équiterre © 2010 – 2011  | Médias | Contact | Plan du site | Archives |


http://equiterre.org/

LA PRESSION MONTE POUR L’INDUSTRIE PÉTROLIÈRE

1 novembre 2013

La résistance aux carburants fossiles, premiers responsables de la destruction du climat, se raidit partout dans le monde. Des promoteurs habitués à faire la pluie et le beau temps voient leurs projets ralentis ou bloqués les uns après les autres, en Australie, au Canada, aux États-Unis et ailleurs

Actu - Obsolescence programmée industrie pétrolière

LA FONDATION POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE NATUREL S’OPPOSE AU PROJET DE PIPELINE DE TRANSCANADA

29 octobre 2013

La Fondation québécoise pour la protection du patrimoine naturel (FQPPN) a récemment pris la résolution de s’opposer au projet d’oléoduc Énergie Est de la compagnie TransCanada. La FQPPN possède 12 kilomètres de terres constituant la Réserve naturelle des Battures-de-Saint-Augustin-de-…

LIRE LA SUITE img

Share on facebookShare on twitterMore Sharing Services

L’ESPÉRANCE DE VIE, L’ESPOIR DU CHANGEMENT

29 octobre 2013

Beau billet de blogue, porteur d’espoir, de Sidney Ribaux, directeur général d’Équiterre, paru dans la chronique « développement durable » du journal Métro aujourd’hui.

LIRE LA SUITE img

Share on facebookShare on twitterMore Sharing Services

RÉPONDEZ AU SONDAGE ÉPLUCHE TA VILLE ET GAGNEZ!

28 octobre 2013

Depuis le 30 mai dernier, Épluche ta ville invite chacun et chacune à partir à la découverte de l’alimentation saine et locale à Montréal. Que ce soit par des happenings alimentaires festifs et colorés, ou à travers les initiatives présentées dans son web documentaire, Épluche ta ville.

NOVEMBRE 2013
  • 02 – 03 | Formation technique en maraichage sur petite surface par Jean-Martin Fortier, fermier de famille aux Jardins de la Grelinette
  • 04 | Rencontre d’information citoyenne sur le projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada, Saint-Augustin-de-Desmaures
  • 05 | Cocktail-bénéfice d’Équiterre à Québec
  • 07 | Rencontre d’information citoyenne sur le projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada, Rivière-du-Loup
  • 08 | Visites guidées gratuites de la Maison du développement durable, Montréal
  • 14 | Stimuler l’innovation en développement durable : un gage de performance au sein des PME québécoises, Cocktail-conférence, Maison du développement durable
  • 15 | Visites guidées gratuites de la Maison du développement durable, Montréal
  • 16 | Journée nationale d’action pour défendre notre climat et nos collectivités, Canada
  • 16 | Des sables bitumineux à la solidarité des peuples, Montréal
  • 22 | Visites guidées gratuites de la Maison du développement durable, Montréal
  • 26 | Table-ronde : les premiers pas du Québec dans la marché du carbone, Maison du développement durable, Montréal
  • 29 | Visites guidées gratuites de la Maison du développement durable, Montréal
DÉCEMBRE 2013
  • 06 | Visites guidées gratuites de la Maison du développement durable, Montréal
  • 10 | Webinaire, « La planification des cultures en maraîchage biologique diversifié » (Partie 1 de 2)
  • 13 | Visites guidées gratuites de la Maison du développement durable, Montréal
  • 17 | Webinaire, « La planification des cultures en maraîchage biologique diversifié » (Partie 2 de 2)

VOIR TOUS LES ÉVÉNEMENTS img


http://equiterre.org/

Afficher ce courriel dans votre navigateur.

Subscribe to the English newsletter.

Croquez dans l’été avec les petits fruits d’ici

Juillet 2013

Geste - Croquez dans l'été avec les petits fruits d'ici

Mangez-les nature. Garnissez-les de crème fouettée. Jazzez vos salades. Voici quelques idées pour apprécier pleinement les petits fruits locaux… et votre été!

Lire la suite

Épluchez la ville avec nous

Actu - Cet été, Épluchez la ville avec nous!

Épluche ta ville se déplace sur le terrain cet été. Venez nous rencontrer pour savoir comment et pourquoi manger plus de fruits et légumes locaux.

Lire la suite

Tadam! Voici les plus beaux pissenlits

Actu - Gagnant concours pissenlits

Merci d’avoir participé à notre concours « J’aime les pissenlits » en si grand nombre. C’est avec plaisir que nous vous présentons les gagnants. 

Lire la suite

Marche de la guérison des sables bitumineux: affichez votre appui

http://www.equiterre.org/actualite/marche-de-la-guerison-signez-la-petition

Le 5 juillet, les chefs des Premières nations et les chefs Métis organisent près de Fort McMurray une Marche liée aux répercussions des sables bitumineux dans la région. Voyez comment vous pouvez les soutenir.

Lire la suite

Réclamez une meilleure protection contre les pesticides

Au cours des dernières décennies, des familles de... (PHOTO ARCHIVES GREENPEACE)

L’usage de pesticides chimiques à des fins esthétique représente un risque inutile pour la santé et l’environnement. Aidez-nous à passer le mot : partagez cette lettre ouverte parue aujourd’hui dans le journal Le Soleil sur vos réseaux sociaux.

Lire la suite

Actualités

Calendrier

Solutions citoyens

Solutions organisation

Choix de société

Emplois et stages

Démonstration culinaire festive 

Venez célebrer ce soir la première livraison de paniers bio à la Maison du développement durable. En savoir +

Le saviez-vous?

Pipeline d’Enbridge : Les deux tiers des québécois demandent qu’une évaluation environnementale indépendante soit faite (Photo: Environmental Defence Canada) En savoir +

Espaces de bureau à louer

Au cœur du Quartier des spectacles. En savoir +

Partenaires

Au nom de nos membres, nous remercions Green Communities Canada pour leur prix soulignant nos 20 ans de travail pour l’environnement.

Nous joindre | Équiterre, Maison du développement durable, 50, rue Ste-Catherine Ouest, bureau 340,
Montréal (Québec) H2X 3V4 CANADA
Être à l’affût de ce qui se passe en développement durable ? Pas pour moi ! Merci de me désinscrire de ce bulletin.

Trop de bulletins d’informations ? Vous pouvez résilier l’abonnement ou, mieux encore, planifier un nettoyage automatique.


http://www.naturequebec.org/accueil/

DEVENEZ MEMBRECONTACTEZ-NOUS

  • Nature et fraîcheur : Pour des villes en santé

DERNIÈRES NOUVELLES

Marche et rassemblements contre Monsanto
Au Québec, plus de 500 personnes se sont mobilisées sous une pluie battante pour dénoncer l’industrie des organismes…Lire la suite

Lancement de la Politique de souveraineté…
Plus de 5 ans après la publication du rapport Pronovost qui proposait une vaste réforme de l’agriculture au Québec, le…Lire la suite

Destruction d’un des derniers habitats de la…
Nature Québec a écrit aujourd’hui au ministre fédéral de l’Environnement, Peter Kent, pour qu’il fasse adopter un décret…Lire la suite

NATURE QUÉBEC EXPRESS

Pour rester au courant

S’abonner à l’infolettre

Voir les derniers bulletins

PUBLICATIONS RÉCENTES

La Sainte-Anne sauvée des eaux. Un projet qui était coûteux pour le Québec économiquement et sur le plan de l’écologie. (1.1 MO)

Un chantier pour notre génération. Le Québec sort du nucléaire : il faut maintenant faire le ménage ! (1.3 MO)

Des pratiques agricoles efficaces, un impact bénéfique pour le climat (11.1 MO)

L’exploitation du diamant : à quel prix ? (0.9 MO)

PRISE DE PAROLE

L’ÉQUIPE

© Natasha Genest

CALENDRIER

25 mai 2013 : Marche mondiale contre Monsanto
Venez nombreux à la Marche mondial contre Monsanto, le 25 mai prochain, à 14 h, au Square Dorchester à Montréal. Monsanto…Lire la suite

6 juin 2013 : Cocktail bénéfice
Nature Québec vous convie à un cocktail dînatoire le 6 juin 2013 à Québec. Joignez-vous à nous et participez à cette…Lire la suite

13 juin 2013 : Planète coeur : santé cardiaque et…
Conférence du Dr François Reeves -Planète coeur : santé cardiaque et environnement Auteur de Planète…Lire la suite

870, avenue De Salaberry
Bureau 207
Québec (Québec) G1R 2T9
Carte google

conservons@naturequebec.org
Voir les coordonnées de l’équipe

418 648-2104

418 648-0991

JE FAIS UN DON

À PROPOS
NOUS SOUTENIR
PROJETS
COALITIONS
COMMISSIONS
CONTACT
NOUVELLES
ABONNEMENTS
MÉDIAS
PUBLICATIONS
ACCÈS RÉSERVÉ

Une production de

Conception et stratégie


https://www.facebook.com/pages/Exotisme-Qu%C3%A9bec/453024498126245

Photo de couverture

Exotisme Québec

Exotisme Québec

Photo : Le beau temps frappe à la porte et l'exotisme tout autant.  Qui aurait dit il y a quelques années qu'il aurait été possible d'avoir des palmiers et autres plantes du sud, sur nos terrains et plantés en pleine terre... Maintenant tout cela est possible et il faut connaître une foule de choses pour préserver longtemps ces plantes que nous aimons tant.

 

J’aime · · Partager


Accueil

Bulletin d’information

Compte utilisateur

English

Accueil » Actualité

Premier bâtiment LEED® PLATINE Nouvelle Construction (NC) au Québec

Publié le 07 mai 2013

En ce mois d’avril, le Conseil du bâtiment durable du Canada a décerné à la Maison du développement durable (MDD), un bâtiment écoloqique et démonstratif qu’Équiterre occupe à Montréal avec d’autres organisations, la certification LEED® PLATINE Nouvelle construction (NC). Ce faisant, la MDD devient le premier bâtiment au Québec à atteindre le niveau PLATINE NC, soit la plus haute distinction possible dans le système de reconnaissance des bâtiments écologiques LEED®, une marque d’excellence reconnue internationalement. Alors que cette certification nécessite un minimum de 52 points sur un total de 70, la Maison a atteint son objectif en obtenant 59 points.

Le système LEED® évalue la performance du projet en reconnaissant le rendement dans cinq secteurs clés de la santé humaine et environnementale, soit :

  • l’aménagement écologique des sites
  • la gestion efficace de l’eau
  • l’efficacité énergétique
  • le choix des matériaux
  • la qualité des environnements intérieurs.

Les idéateurs du projet sont allés au-delà des exigences de la certification LEED® :

  • en ajoutant, par exemple, un mur végétal de près de 38 m2
  • en faisant appel aux services de l’entreprise d’insertion sociale Le Boulot Vers pour construire les armoires de cuisine et certains meubles
  • en utilisant du bois de fond de rivière pour recouvrir les garde-corps de l’escalier et de la passerelle.

La sensibilisation et l’éducation du public sont au cœur de la mission de la Maison, qui propose notamment un centre de ressources sur le développement durable et nombre d’activités de rencontres, d’échanges et de réflexion.

Pour plus d’informations

Une série de conférences sur « Les rouages de la performance » de la Maison sera donnée par Normand Roy d’Équiterre à partir d’aujourd’hui:

Flux d’information :


  • Ce printemps, mobilisez-vous pour la défense de la Terre et des prochaines générations‏

Fondation David Suzuki (fondation@davidsuzuki.org)

2013-03-27

Important

De :
Fondation David Suzuki (fondation@davidsuzuki.org)Vous avez déplacé ce message vers son emplacement actuel.

Ce printemps, mobilisez-vous pour la défense de la Terre et des prochaines générations @media only screen and (max-device-width: 480px) { div[class= »header »] { font-size: 16px !important; } table[class= »table »], td[class= »cell »] { width

Ce printemps, mobilisez-vous pour la défense de la Terre et des prochaines générations.

Joignez votre voix à celle de milliers de citoyennes et citoyens qui, partout sur la planète, se mobilisent pour la défense de la Terre et des prochaines générations.

Marche pour la terre

Le 21 avril, marchons pour la Terre!
À la suite du succès retentissant de la marche du 22 avril l’an dernier, un rassemblement pour la Terre se tiendra à Montréal le dimanche 21 avril prochain. La Fondation David Suzuki, l’AQLPA, Environnement Jeunesse, Équiterre, Greenpeace, le Jour de la Terre Québec et Nature Québec invitent les citoyennes et les citoyens de toutes les régions et de toutes les générations à prendre part au rassemblement. La Marche s’inscrit dans un mouvement global visant à stopper le développement des énergies fossiles, à résoudre la crise climatique et à défendre les droits des prochaines générations. Appuyez le mouvement en signant la Déclaration de la Marche pour la Terre et en encourageant vos amis, votre famille et vos collègues à faire de même pour que notre voix soit entendue à Québec, à Ottawa et partout dans le monde. Et joignez-vous au mouvement le 21 avril prochain.

Nos blogueurs

Nouveau webzine « Mode de vie & compagnie » : l’art de vivre, c’est une science!
C’est en présence d’une centaine d’invités, dont Marie-Soleil Michon et Marco Calliari, réunis à la Maison du développement durable pour un cocktail, que la Fondation David Suzuki a donné le coup d’envoi le 11 mars dernier à : « Mode de vie & compagnie », son nouveau webzine sur l’art de vivre écoresponsable. Au fil des saisons, des blogueurs passionnés partageront leurs expériences réussies (et ratées!), des recettes simples et savoureuses, ainsi que des conseils pratiques pour vous donner envie d’adopter des habitudes quotidiennes saines, écoresponsables—et agréables. Rendez-vous sur www.modedevieetcompagnie.com dès aujourd’hui ou suivez le webzine sur Facebook, Twitter et Pinterest.

« SWITCH »: lancement d’une nouvelle alliance pour une économie verte au Québec.
Devant l’urgence croissante d’agir pour contrer les changements climatiques, un groupe composé de financiers, de gens d’affaires, d’ingénieurs et de groupes environnementaux, dont la Fondation David Suzuki, a lancé : « SWITCH », une nouvelle alliance qui souhaite accélérer le virage vers une nouvelle économie verte au Québec. L’alliance demande au gouvernement d’assurer la cohérence de ses interventions en adoptant une vision claire, tout en identifiant les mesures susceptibles de stimuler cette économie verte pour l’ensemble du Québec.

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE

Signez la Déclaration du 21 avril et encouragez vos amis et votre famille à faire de même pour que notre voix soit entendue partout au pays et dans le monde.

LE SAVIEZ-VOUS?

Les poules pondeuses d’œufs « en liberté » n’ont pas toujours accès à l’extérieur. Consultez le blogue de Marie-Soleil Michon dans « Mode de vie & compagnie » pour faire le choix d’œufs écolos.

PARTENAIRE

MDV& pinterest

Ce courriel a été envoyé lephareeclaireur@hotmail.com
Demandez du leadership | Faites un don
Se désabonner | Politique de respect de la vie privée
Fondation David Suzuki
540 – 50, rue Sainte-Catherine Ouest,
Montreal, QC, H2X 3V4
514-871-4932 | fondation@davidsuzuki.org

Trop de bulletins d’informations ? Vous pouvez résilier l’abonnement ou, mieux encore, planifier un nettoyage automatique.

%d blogueurs aiment cette page :