Tag Archive: Mental



 

 


Les 7 rébellions de l’égo

PORTÉ À VOTRE CONSCIENCE PAR ARCTURIUS,
LE 28 AOÛT 2016

ego1-223x300

Les termes de séparation, de voile de l’oubli, d’illusion, de matrice holographique ou de dualité, sont autant d’expressions savantes qui tombent dans le registre linguistique de ceux qui entreprennent un chemin d’éveil spirituel. Des lectures et des discussions permettent de cerner petit à petit ces concepts. Le mental y trouve une noble utilisation, celle d’édifier une compréhension théorique d’une réalité invisible au sens commun.

L’acceptation d’une réalité invisible ne doit pas occulter sa manifestation en une réalité tangible dans chacune de nos interactions sociales et dans chacun de nos choix au quotidien.

L’écart entre la compréhension théorique et la mise à l’épreuve pratique est bien plus grand qu’on se le représente.

Le véritable travail sur soi ne se limite pas au temps d’une lecture, à l’instant d’une méditation de pleine conscience ou à l’interlude d’un dialogue constructif sur ce thème. Le travail sur soi commence lorsqu’on s’y attend le moins. Échappant à la vigilance de nos bonnes résolutions, une mise à l’épreuve surgit souvent dans le quotidien alors même que la fatigue ou l’agacement se sont déjà emparés de nous.

Si l’égo peut se décrire avec le mental,
il ne peut être soumis par le mental.

La compréhension empirique du fonctionnement de mon propre égo est un véritable défi quotidien. Je me découvre un peu dans l’introspection, je me découvre en vérité crue dans le feu de l’action.

Puisque l’égo retourne le mental contre soi,
seul le Cœur est le bouclier qui pare les coups,
seul le Cœur est l’épée qui soumet l’égo.

Il m’a fallu attendre patiemment la fréquence requise dans mon Cœur afin de confronter mon égo. Mon égo avait abâtardi mon Cœur, renvoyant au royaume de l’oubli mon essence divine. La suffisance de mon aveuglement n’avait d’égale que l’anesthésie de ma volonté de travailler mes attitudes, mes conditionnements et mes croyances.

1. L’égo ou le fils ingrat

L’égo est issu de l’Amour de Dieu, émanant de lui avec toute sa liberté. Expulsé du ventre de Dieu, il choisit de ne plus revenir en Dieu. L’égo, à qui il est attendu de vouloir faire la volonté de Dieu qui est d’être son fils, choisit de se détourner et d’user de sa liberté pour se déclarer maître. L’égo recherche la maîtrise de toute chose hors de la Source divine dont il est pourtant l’enfant et le débiteur. Lorsque le bonheur se présente à lui, il tente de le retenir. Lorsque le malheur se présente à lui, il le retient pour mieux le déclamer ou simplement s’en chagriner. Il oublie d’offrir au divin tout ce qu’il retient.

Quand je ne me soucie que des maux qui m’afflige, je me tourmente en oubliant l’offense que je porte contre le divin en moi car JE SUIS REBELLE.

2. L’égo ou la fausse adulation

L’égo cherche à légitimer la position qu’il s’est octroyée, celui de maître directeur de toute la conscience incarnée. Usurpateur des prérogatives de Dieu, il bâtit un royaume de règles autour de comportements et de croyances visant à renforcer la légitimité de son pouvoir. Il recherche avidement ce qui conforte son pouvoir et active des mécanismes de défense face à ce qui le défie. Il adule faussement l’Autre car ne l’accepte que lorsqu’il n’illumine que ses parts de lumières ou la grandeur de son royaume égotique.

Quand je me rapproche de l’Autre pour le bien-être qu’il me procure sans bousculer mes parts d’ombre, je me tourmente en fuyant le reflet de mes blessures car JE SUIS REBELLE.

3. L’égo ou la calomnie aveugle

L’égo revendique l’universalité de sa réalité en détruisant ce qui n’y appartient pas chez l’Autre. Aveuglé, il n’a plus de mots assez durs, calomnieux et mensongers afin de réduire l’Autre. L’égo impose sa vérité aux dépens de celle de l’Autre. Il décrie avec force la logique de son raisonnement et calomnie la perception apparente de l’attitude de l’Autre. L’égo emploie l’agression déstabilisatrice pour raser toute aspérité discordante. Ainsi vidé des fondements de sa propre vérité, l’Autre peut accueillir la réalité choisie par son égo.

Quand je cible l’Autre des saillies de mon égo, je me tourmente en luttant contre l’esprit de vérité car JE SUIS REBELLE.

4. L’égo ou l’empathie dévoyée

L’égo revendique le droit à ce que sa souffrance intérieure soit reconnue par l’Autre. Il appâte les phalènes empathiques de sa triste flamme. Il mendie un regard compatissant et exige des signes extérieurs d’empathie à son égard. Cette noble qualité doit lui être accordée sous prétexte que sa souffrance est insupportable. Lorsqu’il en obtient l’expression de la part de l’Autre, il s’en cajole. Il en dévoie l’essence même afin de transformer cette vertu en source d’énergie à son seul profit. Il récompense la soumission de l’Autre en encensant sa nature empathique afin de le maintenir dans ce schéma de prédation énergétique.

Quand j’attends de l’Autre de l’empathie à mon endroit, je me tourmente en dévoyant cette vertu divine car JE SUIS REBELLE.

5. L’égo ou le jugement cynique

L’égo se pèse lui-même dans le regard de l’Autre. L’abaissement de l’Autre le grandit dans sa vérité étroite. La dévalorisation de lui-même le consolide dans sa vérité étroite. L’égo rejette la perfection en toute chose. L’imperfection des apparences représente son seul entendement. Le débalancement alternatif est la revendication de sa propre individualité.

Lorsque je mesure l’Autre, je me tourmente en m’empêchant de le voir comme une partie insécable de moi-même car JE SUIS REBELLE.

6. L’égo ou la projection perpétuelle

L’égo essaye d’engendrer des vibrations de peur et de solitude chez l’autre, cachant sa peur et sa solitude intérieures après avoir rejeté le divin, source d’unification de toute chose. L’égo est le chantre de la morale toute humaine, consommant la lente apostasie de la conscience incarnée. La périphérie de l’être et tout ce qu’elle projette sur l’Autre édifie toute la vanité du royaume égotique de l’apparence. Au zénith des artifices du monde temporel, l’égo se condamne sans le savoir à une voie sans issue.

Quand je suis dans la compromission de mon être, je me tourmente en couronnant mon orgueil car JE SUIS REBELLE.

7. L’égo ou les oripeaux de l’impuissance

L’égo porte le glaive de sa propre abdication, frappant éperdument le bouclier de celui qui est dans le Cœur. Le refus de voir sa propre impéritie pousse l’égo à sans cesse répéter ses échecs. À la mesure de ses espoirs d’être le maître, il attend tout de la vie temporelle et rien de la vie céleste. La puissance d’un être s’établit quand ce n’est plus le corps qui réagit avec toutes les émotions possibles mais lorsque c’est l’énergie du Cœur qui vibre.

Lorsque je m’effondre face à la répétition de mes échecs, je me tourmente en ne recevant pas dans mon esprit la vibration du Cœur car JE SUIS REBELLE.

L’égo surdimensionné

Pour me réapproprier toute ma Lumière, j’ai dû et je dois encore faire face à mon Ombre. L’expérience de la conscience incarnée est un plongeon dans l’une des créations divines les plus abouties, celle desémotions duelles. Chacune renferme le dévoiement le plus extrême tout en recelant le potentiel le plus extraordinaire d’évolution de l’être.

Longtemps, je me concevais comme le timonier de mon existence, voguant au gré de mes seules envies et affrontant les orages que les autres m’imposaient. Ô combien étais-je dans l’erreur ! Ma navigation sous le vent ou au vent n’était pas un choix de ma conscience incarnée. Je reconnais enfin que ces choix ne traduisaient que des réflexes de mon maître égo. Parallèlement, je reconnais enfin que mon âme a toujours induit les situations à traverser pour m’inviter à mettre mon égo au service du divin en moi. Cet océan émotionnel que j’affrontais en permanence, n’était pas le fait des autres mais uniquement les conséquences de mes réactions face aux épreuves offertes par mon âme. Ces conséquences n’avaient d’existence que dans ma réalité biaisée au travers du filtre de mes perceptions, elles-mêmes travesties.

Lorsqu’une lame de fond menaçait d’éprouver la solidité de ma coque, finalement elle n’était pas la faute d’un autre. L’épreuve ne relevait que de ma SEULE décision de la prendre de plein fouet ou au contraire de m’inscrire dans le sens du courant pour la laisser s’éloigner sans dommage.

Le sillage d’un autre navire plus rapide me conduisait peu à ajuster l’angle de mes voiles mais m’amenait, encore et encore, à maugréer sur le roulis provoqué par son passage. D’une simple observation, celle d’un navire d’un autre, je pouvais refuser de voir sa Lumière inspirante pour ne percevoir que l’aspect négatif de son Ombre pourtant désclérosante.

Un rocher affleurant à la surface de l’océan n’émet de lui-même aucune vague scélérate. Seul le flot émotionnel, issu de ma volonté égotique de timonier, provoquait un déplacement d’eau se jetant sur cet îlot.

Qu’attendais-je trop souvent ? Dans le meilleur des cas, que ce rocher se brise pour me permettre de poursuivre ma route, se pliant ainsi aux attentes de mon mental-égo. Dans la majorité des cas, qu’il se défende, m’affrontant d’égal à égal, d’égo à égo, en déployant ses propres armes. Mais je vivais dans le déni de sa nature profonde que, LUI, revendiquait. Il EST de par la volonté divine. J’étais apostat par la volonté temporelle de mon égo. Je me refusais divin, ne pouvant naturellement voir le divin en l’autre. Il n’y avait de réalité possible hors de ces deux réponses pour cet îlot rocheux. Lorsqu’il se rappelait à lui-même sa nature divine, il ne s’inscrivait dans aucune de mes deux alternatives. La déception et la frustration furent mes deux fruits amers d’un besoin aligné sur moi et non pas sur l’ordre naturel. Refusant d’accepter que ce rocher réagisse hors des choix possibles que je concevais pour lui, je me mettais à le calomnier d’écueil égoïste. Mon flot émotionnel initial, rebondissant à sa surface, revenait me chahuter avec la même intensité que celle que j’avais donné à son impulsion initiale.

Qu’ai-je trop longtemps fait en réaction ? Je lui imputais la responsabilité du contre coup de ce que j’avais projeté sur lui. Puis, je prenais la fuite. Je le maudissais au point de chercher à l’effacer de la carte marine. Je niais la véritable réalité pour me confondre dans mon étroite réalité où il n’existait plus. Ainsi, il ne me fera plus souffrir avec mes propres émotions issues de mon égo non travaillé.

Ce n’est pas l’autre qui dénoue nos nœuds, c’est le changement de paradigme en soi par le renoncement à l’apostasie intérieure.

Des lectures eschatologiques m’avaient pourtant mis en garde contre les fléaux à venir, ceux de la guerre, de la pestilence, de la famine et de la mort. Tous ces fléaux sont lâchés depuis longtemps sur les êtres incarnés sur Terre. L’effondrement final de la civilisation actuelle ne résulte que de l’insolence de l’homme à se placer obstinément hors du divin, en rébellion avec la vibration sacrée en son Cœur.

Quand l’homme est livré à l’homme alors on peut dire qu’il connaît la colère de Dieu.

Dans son ultime orgueil, l’homme a cherché à se diviniser par lui-même. Pour s’extirper de cette compromission, chacun devra user de la plus grande hardiesse afin d’affronter son propre monstre et ainsi s’accueillir réellement en Dieu.

Mais quand vient le temps où l’Âme, par le truchement indirect de l’Autre, éprouve cette hardiesse, beaucoup comprennent que ce chemin d’accès à l’amour christique ne leur convient pas. Ils ne sont pas prêts à renoncer aux tempêtes jouissives et addictives engendrées par l’égo. Dieu n’est pas tel qu’ils l’imaginaient. Dieu n’est pas accessible tel qu’ils le désiraient.

Par Samuel sous www.leretourdesdragons.com

© 2016, Recherche et transmission par Michel / Arcturius.
Partager en toute liberté en citant la source et Les Chroniques d’Arcturius
Utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes.
Vous avez un Libre Arbitre, alors servez-vous en!

Vous appréciez ce site, alors supportez-nous par une contribution volontaire et devenez ainsi un Gardien Passeur!


C’est la meilleure méthode que j’ai pu entendre.


Bouddha ,conscience et éveil spirituelle

SOURCE:  http://www.conscience-et-eveil-spirituel.com/arreter-penser-atteindre-non-pensee.html

 

Voici comment arrêter de penser et atteindre la non pensée

PAR CHARYA SHREE SHANKAR

Il y a beaucoup de questions souvent posées concernant la vie spirituelle. Les plus populaires sont « Comment arrêter de penser ? », « Comment atteindre l’état de Non- Pensée ? ».

Laissez-moi vous dire une chose : la pensée ne peut pas être arrêtée.

Quand je dis cela, n’imaginez pas qu’elle ne s’arrête pas, mais tout ce que je veux dire c’est qu’elle ne peut pas être arrêtée et si elle s’arrête alors elle s’arrête de son propre accord. Ceci doit d’abord être compris car sinon vous devenez fous en chassant vos pensées, en courant derrière vos pensées.

L’état de Non-Pensée ne peut pas être atteint en arrêtant de penser ; mais quand la pensée n’est plus, la Non-Pensée EST.

Chaque effort que vous ferez pour arrêter créera une résistance, un conflit avec vous-même et vous serez en dilemme constant à l’intérieur. Donc soyez sûr que cela ne vous aidera pas. Certains pourront forcer pendant quelques instants, quelques secondes, mais ce n’est pas du tout la réelle Non-Pensée car ces instants ne sont que la conséquence des efforts pour calmer le mental.

On peut appeler ça le « calme » mais pas le « silence » qui se produit naturellement.

Personne ne peut forcer le silence, c’est impossible, c’est un phénomène naturel. Mais quand vous forcez le calme ce n’est pas le silence du tout. Dans ces états forcés, en profondeur au niveau inconscient, le mental réprimé continue de fonctionner – donc vraiment il n’y a pas de moyen d’arrêter le mental mais cela ne signifie pas que le mental ne peut pas s’arrêter du tout. Il s’arrête mais le fait de lui-même.

Alors que faire ? Quelle est la technique ?

La réponse est simple : juste observer, n’essayez pas d’arrêter, il n’est besoin de faire aucune action contre le mental. Et d’ailleurs qui le ferait ? le mental se battant contre le mental lui même. C’est une guerre civile avec votre propre mental. Ce serait simplement absurde. Cela peut vous rendre fou.

N‘ESSAYEZ JAMAIS D’ARRÊTER LE MENTAL OU DE PENSER À QUELQUE CHOSE, JUSTE OBSERVEZ-LE, LAISSEZ LE COMPLÈTEMENT ALLER EN TOUTE LIBERTÉ. LAISSEZ-LE ALLER COMME IL VEUT, LAISSEZ-LE AVOIR SA PROPRE LIBERTÉ, LAISSEZ-LE ALLER AUSSI VITE QU’IL VEUT.

Simplement, ne le contrôlez pas d’aucune façon, ne le jugez même pas. Simplement, laissez-le être.

Tout ce que vous avez à faire, c’est juste d’observer. Soyez simplement un témoin. C’est très beau. C’est comme aller au cinéma et regarder un film où l’on observe juste l’image sur l’écran. De la même façon observez juste vos pensées.

Le mental est quelque chose qui n’est pas compris par la science même aujourd’hui.

C’est tellement compliqué et démesurément puissant à la fois. Simplement observez-le, juste observez ce qui se produit, ne jugez pas et ne le voyez pas comme un ennemi. Juste regardez, c’est tout, sans absolument aucun préjugé. Si vous jugez lorsque vous regardez vous avez déjà tiré une conclusion.

J’insiste sur le fait que vous ne le voyiez pas comme un ennemi car une fois que vous voyez quelque chose comme un ennemi, vous ne pouvez pas voir profondément à l’intérieur, vous pouvez voir profondément à l’intérieur de quelque chose seulement lorsque vous regardez cela avec un grand respect, un amour profond.

Le mental n’est pas mauvais, ni votre pensée, c’est juste comme des nuages qui se déplacent dans le ciel. Laissez les pensées aussi passer dans votre ciel intérieur.

Soyez simplement un amoureux et non un combattant.

Observez simplement les subtiles nuances de votre mental. Les soudains virages, les beaux virages, les soudains sauts, l’imagination, la mémoire, les millions de projections qu’il crée. Observez sans vous impliquer, juste en observant.

Plus profond devient votre sens de l’observation, plus profond devient votre niveau de conscience, et des espaces commencent à émerger et des intervalles commencent à émerger entre les pensées. Une pensée vient et une autre n’est pas venue : il y a un espace. Un nuage est passé, un autre vient : il y a un espace.

Dans ces espaces pour la première fois vous aurez des aperçus de la Non-Pensée.

Vous aurez le goût de la Non- Pensée. Vous pouvez appeler ce goût Satori, Zen, Yoga ou quelque autre nom que vous vouliez lui donner. Dans ces petits intervalles, soudainement le ciel est clair et le soleil brille. Soudainement le monde est plein de mystères car toutes les barrières sont tombées. L’écran devant vos yeux n’est plus là.

Maintenant vous allez le voir clairement, toute l’existence va devenir transparente. Ceux-ci sont de petits moments mais ils vont vous donner un aperçu de ce qu’est le Samadhi, de petits paquets de silence qui viendront et disparaîtront mais au moins vous saurez que vous êtes sur la bonne voie. Vous allez commencer à observer encore, quand une pensée passe vous l’observez, quand un intervalle passe vous l’observez.

Maintenant vous ne choisirez plus les nuages et le soleil comme je vous l’ai expliqué mais vous verrez juste la beauté des nuages aussi bien que la beauté du soleil. Maintenant à ce stade ne négociez pas seulement pour des intervalles.

C’est de la folie car quand vous devenez attaché à vouloir uniquement les intervalles, alors vous avez décidé encore contre la pensée, alors maintenant ces intervalles disparaîtront. Ils se produiront simplement mais ne peuvent pas être fabriqués ou achetés, vous ne pouvez pas les forcer. Ils se produiront spontanément, continuez juste à observer, laissez les pensées aller et venir chaque fois qu’elles le souhaitent, laissez juste cela se produire et juste observez-le. Laissez les pensées bouger en totale liberté.

Et ensuite de plus grands intervalles viendront.

Vous serez bénis avec de petits Satoris. Quelques fois des minutes passeront et aucune pensée ne sera là. Il n’y aura pas de trafic, un état de total silence, imperturbable.

Quand de plus grands espaces viendront, vous n’aurez pas seulement la clarté de voir à l’intérieur du monde, avec de plus grands espaces une nouvelle clarté émergera, vous serez capable de voir dans le monde intérieur.

Avec les premiers espaces vous verrez à l’intérieur du monde. Vous serez soudainement dans la présence de Dieu, qui vous touchera bien que vous ne puissiez pas le saisir : à votre portée et pourtant au-delà.

Avec de plus grands espaces, la même chose se produira à l’intérieur.Dieu ne sera pas seulement à l’extérieur, vous serez soudainement surpris, Il est à l’intérieur aussi. Il n’est pas seulement dans le vu ; Il est aussi dans le voir – en dedans et en dehors mais ne vous attachez pas à cela non plus.

L’attachement est la nourriture qui permet au mental de continuer.

L’observation non attachée est la façon de l’arrêter sans aucun effort pour l’arrêter.

Et quand vous commencez à profiter de ces instants de félicité, votre capacité à les retenir pour de plus longues périodes se développent. Finalement, inexorablement, un jour, vous devenez un maître. Alors lorsque vous voulez penser vous pensez; si la pensée est nécessaire vous l’utilisez; si la pensée n’est pas nécessaire vous la laissez reposer. Non pas que le mental ne soit plus là : le mental est là mais vous pouvez l’utiliser ou ne pas l’utiliser. Maintenant c’est votre décision. Juste comme vos mains, vous pouvez les utiliser quand vous le souhaitez et quand vous ne le souhaitez pas vous pouvez les laisser se reposer aussi. Alors que j’écris cet article j’utilise mon mental également.

Pendant mes satsangs ou mes retraites, quand quelqu’un me pose une question j’utilise mon mental aussi mais après cela quand ce n’est pas nécessaire, il se repose. S’assoir à un endroit en silence n’arrête pas le mental. Il continue encore et encore jour et nuit. Vous devez remarquer une chose ici : le mental pense jour et nuit en continu, pendant plusieurs décennies et emmagasine tellement de données.

C’est vraiment mystérieux qu’autant de choses puissent être emmagasinées dans un aussi petit mental. Toute une bibliothèque est à l’intérieur, il est capable de tellement de choses, tellement illimité.

Les scientifiques ne pourront jamais créer un ordinateur qui soit similaire au mental car le mental est fait de telle façon qu’il peut se rappeler tout, emmagasine tellement de choses et ne fait pas de bruit. Avez vous observé cela ? C’est le seul disque dur qui ne fait pas de bruit du tout.

Personne ne sait quelle est la capacité du mental. Quand vous mourez, tout dans votre corps est prêt à mourir mais pas le mental.

C’est pourquoi en Orient nous disons que le mental quitte le corps et entre dans un autre utérus, car il n’est pas encore prêt à mourir.

La renaissance est celle du mental.

Une fois que vous avez atteint l’état de Samadhi, la Non-Pensée, alors il n’y aura pas de renaissance, alors vous mourrez simplement et avec votre mort, tout sera dissout, c’est à dire votre corps, votre mental : seule votre âme observante restera. C’est au delà du temps et de l’espace. Alors vous devenez un avec l’existence, alors vous n’en êtes plus séparé. La séparation vient du mental. Mais il n’y a pas de moyen de l’arrêter de force. Juste observer est suffisant.

Certaines personnes font tout pour arrêter le mental. Ils sont trop pressés. Souvent j’entend des gens, particulièrement ceux qui vont dans les pays comme le Pérou où les drogues sont largement utilisées pour des pratiques spirituelles. Ils peuvent appeler ça un rituel pour accéder à un plus haut niveau de conscience ou quoique ce soit mais le but est le même : arrêter le mental.

Vous pouvez forcer le mental à s’arrêter en utilisant de telles drogues ou psychotropes, mais là encore vous êtes violents dans la façon de faire qui est destructive et de cette façon vous essayez de devenir maître de vous même, maître de votre mental, mais les drogues sont devenues votre maître maintenant et pas vous. Vous ne deviendrez pas un maître mais les drogues le deviendront car elles sont la source de l’interruption de votre mental.

Vous avez simplement changé le patron et avez changé pour le pire en choisissant les drogues. L’importance de la méditation entre en jeu à ce stade. La méditation est la façon de comprendre le mental sans aller contre le mental, mais bien sûr vous devez être très patient car le mental est passé à travers toutes les expériences des animaux, oiseaux, plantes, pierres. Vous avez traversé tellement d’expériences d’humanité.

Vous portez la complète expérience de l’existence.

En fait, je veux vous parler d’un phénomène mystérieux. Dans notre vie nous pouvons rencontrer beaucoup de gens mais nous pouvons d’une certaine façon comparer tellement d’individus ayant chacun un mental propre, qui sont semblables à d’autres comme personne A, personne B, personne C … personne Z, ou personne A et personne X ont dû avoir la même façon de penser, les même pensées et le même être que j’appelle « inconscient collectif » car de cette façon nous pouvons dire que nous appartenons l’un à l’autre.

Les corps sont séparés mais les « mental » ne le sont pas.

Nos « mental » se superposent et nos âmes sont une.

Les corps séparés, les « mental » superposés, les âmes sont une

Je n’ai pas une âme différente et vous n’avez pas une âme différente. Tout au centre de l’existence nous nous rencontrons et nous sommes un. C’est de cela qu’il s’agit quand on parle de Dieu, le point de rencontre de tous. Entre Dieu et le monde – ici le monde concerne les corps – se trouve le mental. Le mental est le pont, un pont entre le corps et l’âme, entre le monde et Dieu.

Juste observez, soyez en alerte et abandonnez cette idée d’arrêter le mental, car sinon cela arrêtera la transformation naturelle du mental. Laissez les pensées passer à travers votre mental, ne vous y attachez pas, juste observez et amusez-vous en.

La Non-Pensée n’est pas contre le mental; la Non-Pensée est au-delà du mental, ce qui signifie que vous n’êtes plus dans le mental. La Non-Pensée ne vient pas en tuant ou détruisant le mental : la Non-Pensée vient quand vous avez compris le mental si totalement que penser n’est plus nécessaire : votre compréhension à remplacé cela. Au fur et à mesure que vous observez le mental de plus en plus, il vous amènera automatiquement vers l’état de Non- Pensée.

Love and Bliss to you
Source: http://fr.acharyashreeshankar.org/et la http://lapressegalactique.org

 CLÉMENT ARTOIS

Post navigation


Nassrine Reza – La guerre, le reflet de notre peur refoulée

J’adore sa façon d’expliquer les choses et quel calme elle dégage!

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=vzCoPzJD43k&feature=youtu.be


Eckhart Tolle – « La créativité »

Bienvenue,

Eckhart Tolle-1Le sujet d’aujourd’hui semble être… la créativité. Bien sûr, on ne sait jamais ce qui va en sortir ! Il y a une dimension particulière où la créativité émerge. C’est un peu comme la mèche qui brûle, la flamme. Sa nourriture est l’huile. Pensons à une lampe à huile. Vous êtes la flamme. Ajoutons en passant que toutes les analogies sont limitées. C’est juste une approximation pour vous permettre de sentir ce qu’est cet endroit. Vous êtes donc la flamme et vous pouvez sentir le chemin jusqu’à la source même – la mèche qui vient du récipient qui contient l’huile – en vous-même. L’endroit est la source. Donc, si quelque chose est nouveau, une chose qui est créative, cette chose dégage le parfum de la source. Laissons maintenant l’image de côté.

Et d’une certaine manière, même si les humains sont encore beaucoup identifiés à leur mental, beaucoup d’entre eux sont touchés en voyant, en entendant quelque chose qui vient de ce niveau plus profond ou en étant en contact avec cela de quelque manière que ce soit. Ce peut être une oeuvre d’art, un morceau de musique, simplement quelqu’un qui s’exprime et dont la parole émane de ce niveau plus profond ou quelqu’un qui a le sens de l’humour.

Même l’humour spontané est déjà une forme de créativité : voir tout à coup quelque chose qu’on ne verrait pas normalement, un lien entre deux choses apparemment non reliées. Vous faites subitement le lien et tout le monde rit. Certaines personnes ont ça. Certaines personnes ont une fois ou l’autre un petit domaine dans lequel ils peuvent exercer leur créativité et cela peut suffire pour vous épanouir, vous apporter un revenu pour le reste de votre vie et faire de ce talent votre contribution au monde.

Par exemple, les grands comiques qui font du stand-up, qui se produisent en solo ont ce talent. Tout ce qu’ils disent n’est évidemment pas forcément spontané, mais quand ils préparent leur spectacle, ils doivent être créatifs. Je ne sais pas s’il y a quelqu’un ici qui a essayé de faire du stand-up, c’est difficile ! Beaucoup essaient. C’est dur d’être drôle. Mais certains ont le truc et c’est étonnant d’avoir ce talent !

Le sens de l’humour est quelque chose qui vient spontanément. C’est être en contact avec ce pouvoir. C’est merveilleux d’être capable d’avoir ce contact et sentir le pouvoir qui de là jaillit dans le monde. Pour ce faire, bien sûr, il vous faut une sorte de véhicule, parce que le pouvoir doit s’écouler dans une forme ou dans une autre. Vous pouvez aussi contacter cet endroit à l’intérieur sans que cela se manifeste de façon créative, parce que vous n’avez pas développé un véhicule à cette fin, peut-être pas encore.

Le pouvoir même qui engendre la créativité peut bien sûr se manifester aussi de différentes manières qui ne seraient pas considérées comme de la créativité. Cela pourrait être un pouvoir de guérison qui devient effectif quand vous entrez en relations avec les autres, de la guérison au sens large, non pas seulement la guérison physique. L’endroit même où la créativité émerge… – Si vous n’avez pas d’instrument… – Vous ne deviendrez pas du jour au lendemain un grand musicien si vous n’avez jamais touché d’instrument, même si vous contactez cet endroit en vous.

Je ne vais pas d’un coup devenir… – Sous prétexte que je peux toucher cet endroit et être contacté à cet endroit, cela ne se manifestera pas dans mon cas sous la forme d’une grande découverte scientifique. Le véhicule n’y est pas préparé ; mon mental n’y est pas préparé. Il ne fonctionne même pas de cette façon. S’attendre à ce que je suggère la théorie des champs unifiés à laquelle Einstein n’est pas parvenu… – après la théorie de la relativité, Il a essayé le reste de sa vie à la développer. Je ne vais rien proposer dans ce sens, c’est tout à fait improbable. Le véhicule n’a pas été préparé pour cela.

Je ne vais pas devenir un grand pianiste, parce que je ne sais pas jouer du piano. Aussi profond que j’aille à l’intérieur, cela ne prendra pas ce chemin. Un grand sportif ? Non. Abstraction faite de mon âge, On doit préparer le véhicule pour la créativité. J’y reviendrai peut-être dans un moment, ça pourrait être important, mais ce qui est plus important encore, c’est l’endroit, être capable d’aller à l’intérieur à cet endroit de quiétude extrêmement vivante d’où émerge la créativité. Vous pouvez aller là et s’il n’y a pas de véhicule, cela ne s’exprimera pas sous une forme de créativité, sous une forme conventionnelle de créativité, mais cela peut en fait s’exprimer sous des formes différentes.

Je viens d’en mentionner une, laquelle est une radiation dans toutes les interactions humaines, une radiation de… – c’est difficile d’expliquer, mais vous pouvez le sentir quand vous rencontrez une personne qui est présente au moment de l’interaction. Il y a une fréquence d’énergie différente qui opère et c’est de la guérison. C’est quelque chose qui est complètement sans forme et qui ne requiert donc pas un véhicule préparé antérieurement. Vous pouvez simplement être et l’être émane alors de vous. C’est excellent. C’est là ce que peut être votre contribution, où que vous soyez.

Disons que vous avez un travail relativement inintéressant, mais vous êtes en contact avec des gens. Cela s’écoulera dans ce que vous faites et imprègnera ce que vous dites ou donnez à autrui. Même si vous occupez l’emploi le plus simple, comme à un poste de péage sur un pont. Toutes les quelques secondes, une voiture s’arrête et il vous faut dire : « 2 euros, s’il vous plaît ! Merci ». Eh bien, c’est là encore une occasion que vous pourriez utiliser. J’ai vu une fois quelqu’un qui dégageait une forte présence en disant « 2 dollars » et en rendant la monnaie : « Bonne journée ». Il y avait plus que les mots, il y avait une véritable présence. Et tous les gens qui passaient près de lui étaient touchés.

Donc, où que vous soyez, vous contactez cet endroit et le rayonnement se produit Même sans véhicule, le rayonnement naturel. Ou ça pourrait être canalisé vers un véhicule particulier. Chez un scientifique, la créativité est relativement rare. La plupart des scientifiques sont des chercheurs et travaillent de façon analytique. Or, les idées créatrices proviennent toujours d’un endroit qui va au-delà de l’analyse intellectuelle, mais il faut préparer d’une manière particulière le véhicule qu’est le mental.

J’ai lu que des chercheurs avaient constaté… – Non, ils n’avaient pas vraiment atteint le niveau le plus profond, Mais ils avaient constaté que, pour parvenir à la maîtrise de quelque chose, on avait besoin de dix mille heures de pratique – c’est une moyenne – dans quelque domaine que ce soit, le sport, la science, la musique ou autres. Dix mille heures de pratique préparent le véhicule. Cela ne veut pas dire, si vous avez vos dix mille heures de pratique, que la créativité va jaillir automatiquement. Il se peut que vous continuiez simplement de pratiquer encore et encore.

Mais quand vous en êtes là, le véhicule est prêt et il arrive parfois – pour beaucoup, cela arrive sans même qu’ils en soient conscients – il arrive qu’il y ait une percée d’un niveau plus profond et ce que vous faites alors n’est pas seulement techniquement bon –certes, après dix mille heures de pratiques, on est probablement très bon au niveau technique dans ce qu’on fait, mais c’est insuffisant pour avoir la maîtrise dans n’importe quelle matière. Il y a alors la possibilité, s’il y a l’état de conscience nécessaire, une ouverture à la présence, que le véhicule soit investi de pouvoir et que cela imprègne alors ce que vous faites. Et soudainement, c’est la maîtrise.

J’ai lu dans le livre… – Je crois que le titre était « Outliers ». Il n’est pas vraiment allé au niveau le plus profond de ce qu’est la créativité en réalité. Il a seulement examiné la surface, les dix mille heures de pratique. Les Beatles disaient, par exemple, qu’ils étaient devenus… – leur âme est toujours vivante aujourd’hui, parce qu’ils avaient cette qualité de vie et quand ils jouaient dans des petits bars à Liverpool et à Hambourg… – À Hambourg, ils avaient apparemment un contrat qui les obligeait à jouer tous les jours des heures et des heures dans des petites caves à bières miteuses et des bars. De cette manière, ils ont accumulé dix mille heures de pratique. À l’époque, ils n’étaient pas encore remarquables. La percée s’est faite ensuite. Il y a dans le livre différents exemples de ce genre.

Il arrive finalement que ce que vous produisez, que ce soit de la musique, de l’art, tout autre chose, ait une qualité qui est reconnue même par les gens qui ne sont pas eux-mêmes créatifs. Quelque chose est intéressant : si vous écoutez de la musique, par exemple au restaurant… – On était au restaurant hier soir et il y avait une musique de fond bruyante comme c’est courant de nos jours et il n’y avait rien dans cette musique à quoi on aurait pu répondre. La plupart des chansons disparaissent après quelques semaines de succès et plus personne ne les écoute jamais. Très peu de morceaux de musique durent et ceux-ci sont joués un an plus tard, cinq ans plus tard, dix ans plus tard, vingt ans plus tard et les gens y sont toujours sensibles.

La même chose s’applique à beaucoup d’œuvres littéraires et autres. Un nombre colossal de livres sont publiés, un nombre colossal ! J’ai parlé à un éditeur qui m’a dit que la plupart des livres publiés restent quelques mois en librairie et disparaissent ensuite. Personne n’en entend plus jamais parler. C’est le cas pour 95 % des livres ou même plus. Et quelques livres restent, il y a une raison. Les humains reconnaissent cette qualité… Il y a une qualité qui ne peut échapper. « Qualité » est peut-être le mot important ici.

Il y a une qualité qui ne peut échapper dans ce qui émerge de cet endroit le plus profond et cette qualité est également présente dans la manière sans forme que vous manifestez… Vous n’avez pas de véhicule, vous manifestez simplement la conscience ou la présence qui apporte de la qualité dans toute relation. Maintenant, il faut que vous ayez un ressenti de ce qu’est cette qualité plutôt que d’essayer de la comprendre par le biais de l’intellect. C’est la qualité de votre présence. C’est même la qualité de vos actions. Qualité veut dire qu’il y a la conscience qui imprègne ce que vous faites. Il y a alors de la qualité dans ce que vous faites.

On ne peut pas l’expliquer davantage, vous devez voir ce que c’est. Quand on accorde de l’attention à un autre être humain, Il y a tout à coup de la qualité dans la relation, la qualité de l’attention consciente. Quand vous êtes simplement en relation par le biais du mental conceptuel, il y a une absence de qualité, une fréquence d’énergie complètement différente entre les êtres humains. Si vous touchez la présence, vous incarnez cette qualité. Et même si vous n’avez pas de véhicule, vous êtes, vous incarnez cette qualité.

Et c’est quelque chose que les gens reconnaissent parfois chez l’enseignant spirituel, la qualité de sa présence, et c’est à quoi ils répondent. C’est pourquoi ils viennent. Le contenu est toujours secondaire, ce que l’enseignant dit. Ce qui est le plus important, quoi que dise l’enseignant, c’est la qualité de cette conscience. Maintenant, le fait que vous reconnaissiez cette qualité chez autrui veut dire que vous l’avez aussi. Il y a encore beaucoup d’humains qui ne seraient pas attirés par un enseignant spirituel, parce qu’ils ne reconnaissent pas ce qui est là. Ils n’y ont pas accès. Beaucoup y ont accès, mais ne croyez pas que cela se trouve seulement chez cette autre personne.

Pourquoi êtes-vous capables de reconnaitre la présence chez autrui ? . . . Parce que seule la même fréquence en vous peut la reconnaître en autrui. Et c’est une chose merveilleuse quand vous êtes attirés par un enseignement spirituel. Cela pourrait également prendre la forme d’un livre. Vous reconnaissez alors la vie ou la qualité qui se trouve là. Pourquoi est-ce que vous la reconnaissez ? Parce que c’est déjà vivant en vous, peut-être pas encore aussi pleinement, mais cette présence est déjà vivante en vous.

Et c’est la manière dont l’art véritable peut avoir une fonction spirituelle, parce qu’il peut éveiller cela quand l’oeuvre d’art contient une qualité qui ne peut échapper bien que l’artiste puisse ne pas incarner les qualités dans tous les domaines de sa vie. L’artiste peut n’incarner la qualité que dans cette petite sphère de son art. Et quand il s’écarte de son art, il peut être aussi inconscient que n’importe qui d’autre, parfois même plus, pas toujours, mais ça peut arriver. Et quand il retourne à son art, le changement se produit immédiatement : . . . et le pouvoir s’écoule.

Je précise bien sûr que ce pouvoir peut être dans votre vie, non pas seulement dans un petit domaine, mais de façon continue. Votre vie peut être imprégnée de cette qualité qui est là quand vous n’êtes pas identifiés aux formes, à savoir les formes-pensées, le mental humain, identifiés à cela, parce que la qualité est la manifestation du sans-forme, le sans-forme, la conscience elle-même qui circule dans le monde de la forme à travers vous. C’est presque paradoxal, parce que le mental pourrait dire : « Comment le sans-forme peut-il circuler dans le monde de la forme ? ». Or, il le fait. Il circule dans les formes.

Il y a une sorte de processus et de travail de sélection et habituellement… il y a des exceptions, mais habituellement, les choses persistent quand elles le méritent, quand elles ont cette qualité… Une oeuvre d’art par exemple. Mais il y a des œuvres d’art qui peuvent être en avance sur leur temps et peuvent être découvertes après la mort de l’artiste. Soudainement, la qualité est reconnue, Mais du vivant de l’artiste, personne ne l’avait vue. Il y a beaucoup d’exemples de cela. Il y a des grands artistes qui n’ont jamais vendu la moindre toile dans leur existence, qui sont morts dans la pauvreté. Ils moururent et 20 ans, 30 ans, 50 ans plus tard, les gens se sont tout à coup exclamés : . . . Certes, c’est un peu tard pour eux.

Donc, le reconnaître indique que c’est en soi. La qualité peut donc être indirecte, comme investie dans un morceau de musique, dans une oeuvre d’art, voire dans quelque chose qui est écrit, ou elle peut être directe. En rencontrant un être humain qui incarne cet état, vous avez un contact direct avec la qualité. Si vous la reconnaissez… – non pas que vous soyez capables de la définir intellectuellement, parce que vous ne pouvez pas le faire en réalité – vous reconnaissez qu’il y a là quelque chose et cette reconnaissance implique déjà un degré accru de vigilance. C’est une sorte d’écoute, comme une écoute, une attention vigilante.

L’erreur qui se produit parfois à ce stade, c’est que le mental interprète mal ce qui a lieu et déclare : « Cela vient exclusivement de cette personne ». Et vous vous attachez donc à une forme particulière, par exemple un enseignant spirituel. Le mental peut même dire : « Il est le seul, elle est la seule sur la planète qui ait cela, je suis son disciple et tous les autres ont tort ».

Il peut même arriver, chez un enseignant qui incarne la qualité, que le mental à un certain point puisse revenir, plus particulièrement si l’enseignant est entouré de disciples qui croient qu’il ou qu’elle est l’unique ou le seul, la seule. Bien sûr, il est l’unique, mais non pas le seul. Vous êtes aussi l’unique. Le mental fait donc une mauvaise interprétation. Même la personne qui incarne cela, peut après un temps croire qu’elle est plus spéciale que les autres. Et si vous allez auprès d’un enseignant que vous entendez dire « il y a beaucoup de grands maîtres, mais je suis le plus grand », vous savez alors que l’identification à la forme est revenue. Habituellement, c’est là où peu à peu le pouvoir de l’enseignant commence à s’affaiblir.

Il est donc important de ne pas mal interpréter les choses. Vous n’avez pas besoin de voir une supériorité – Même en pensant à un grand génie s’il s’agit d’une oeuvre d’art – de vous dire que la personne qui a créé l’oeuvre d’art doit être supérieure. Le mental humain dit qu’il y a des humains supérieurs. Cela peut être de grands scientifiques… Les plus grands êtres humains supérieurs. Et parfois, on leur élève un monument, un grand monument. Bien sûr, c’est encore une mauvaise interprétation, parce que la personne n’est pas responsable de la création. La création s’est produite, parce que la personne est devenue transparente au pouvoir ou à la lumière de la conscience elle-même. Donc, dire qu’il l’a fait n’est pas vraiment exact. Cela s’est produit à travers lui (ou elle). Non, ce n’est pas qu’il l’ait fait, qu’elle l’ait créé. Il (ou elle) a été capable d’être une ouverture pour cela.

Quoi que vous fassiez quand la présence émerge, vous commencez à sentir le pouvoir qui est là, en vous, mais ce n’est pas le vôtre, parce que rien n’est vôtre. Pourquoi rien n’est vôtre ? Parce qu’il n’y a pas vous et le pouvoir. Vous n’en êtes pas séparés, vous l’êtes. Donc, vous ne le possédez pas. L’illusion de la séparation s’efface.

Il est très important, alors que nous sommes assis ici, de sentir ce dont je parle en ce moment. C’est pourquoi nous sommes ici. Au-delà de votre mental, au-delà des émotions, il y a un champ de vie et de pouvoir, en vous. C’est partout, mais c’est là que vous le sentez, c’est en vous. Cela n’a pas de forme, mais cela peut s’écouler dans une forme et vous devez le connaître dans son aspect sans forme. Cela veut dire contacter la quiétude extrêmement vivante à l’intérieur, à savoir connaître le pouvoir dans son aspect sans forme. Et s’il devait s’écouler dans une forme, ce qui pourrait être une simple chose comme dire quelque chose d’inspirant ou de profondément significatif à un autre être humain qui a besoin à ce moment-là de ces paroles, cela veut dire que le pouvoir a pris une forme, s’est écoulé dans cette forme, et c’est alors un pouvoir manifesté.

Mais il est important de rester continuellement en contact avec l’aspect sans forme de ce pouvoir. Et connaissez-le directement, non pas comme quelque chose que vous acquérez ou que vous atteignez, mais qui est intrinsèquement un avec qui vous êtes en essence. Il n’y a donc pas le pouvoir et moi. Il n’y a pas de dualité. Même dire « j’utilise » ce pouvoir » -nous pouvons le dire au niveau de la réalité superficielle, parce que nous utilisons le langage, Mais cela n’est même pas vrai ultimement, parce qu’il y a plus d’intelligence en ce pouvoir que dans votre mental. Donc, plutôt que vous l’utilisiez, il vous utilise et il veut vous utiliser, parce qu’il fait partie de l’évolution de notre planète. Il veut s’éveiller sous cette forme dans ce monde.

Donc, la plus belle chose pour vous, dans votre vie quotidienne, c’est de sentir votre retour à cette quiétude extrêmement vivante qui est le pouvoir dans son aspect sans forme, laquelle est maintenant tandis que nous sommes assis ici. Elle est ici présente. C’est bien sûr plus facile à faire – ce n’est pas faire, mais on utilise le langage – c’est plus facile d’embrasser cela dans un groupe avec quelqu’un qui maintient la présence que de le faire peut-être au bureau ou à la maison dans un environnement bruyant. C’est donc pourquoi nous le faisons ici.

La seule manière dont cela se manifeste ici, c’est à travers les paroles. Le reste est le sans-forme dans ce champ d’énergie en vous. Tous les grands enseignants ont indiqué cette même chose. Que cela s’écoule ou non dans une forme définie est vraiment secondaire. Ou si vous continuez simplement de faire ce que vous faites, La façon de le faire change, non pas ce que vous faites. Il peut aussi arriver que le pouvoir change complètement votre vie. Vous devez voir ce qu’il fait. Il vous libère du faux sentiment d’identité. Cela concerne ce que le mental vous dit à votre sujet et au sujet des autres.

Qui suis-je ? Je suis ceci, le pouvoir silencieux et je ne peux pas être défini. Pour me connaître moi-même, je n’ai pas besoin de me définir avec des concepts. Je peux me connaître directement en étant éveillé à ce pouvoir qui est la quiétude extrêmement vivante à l’intérieur.

C’est donc magnifique : de la même façon, pour connaître les autres véritablement, vous n’avez pas besoin de les définir avec des mots ou des concepts. Vous n’en avez pas besoin pour les connaître en leur essence. Vous les connaissez par votre propre présence qui traverse les couches de leur mental et de leurs émotions qui sont habituellement confondues avec qui est l’être humain. Donc, vous percez, le pouvoir en vous perce, pour ainsi dire, traverse les barrières en l’autre que sont ses couches mentales et émotionnelles, et cela éveille la même chose en l’autre et qui attend d’être éveillé.

Chez tous les êtres humains… – bien que chez certains la densité est encore telle que vous pouvez parfois la sentir en étant assis en face d’eux. Il n’y a pas encore d’éveil, parce que les couches mentales et émotionnelles sont trop denses. Cela arrive aussi. Mais dans beaucoup de cas, l’éveil se produit à travers vous. Donc, votre fonction à partir de maintenant – pour beaucoup d’entre vous, c’est déjà votre fonction depuis un certain temps – c’est d’éveiller… – en premier lieu bien sûr, vous devez être connecté à cela, faire un avec cela autant que possible dans votre vie, mais votre fonction en ce monde est alors de l’éveiller chez les autres. Cela se produit automatiquement simplement en l’incarnant.

Cela veut dire que tout ce que vous faites dans la vie (votre travail, vos diverses activités…) est d’importance secondaire. Ce qui est de première importance, c’est la façon dont vous faites ce que vous faites et non pas ce que vous faites. La façon de faire implique l’état de conscience qui se trouve derrière le faire. C’est le comment. Et c’est d’une importance bien plus capitale que ce que vous faites.

Vous commencez donc en pratiquant, en étant cela immédiatement et non pas en disant : « Ok, il faut que j’attende des circonstances meilleures dans ma vie pour que je puisse pratiquer le fait d’être présent ». Non, c’est un report, ça pourrait prendre longtemps et vous pourriez ne jamais y arriver, parce que la vie continue de vous lancer des défis.

Donc, chaque défi peut être une excuse : « Ok, je n’ai pas le temps Pour être présent maintenant », ce qui veut dire en réalité « Je n’ai pas de temps pour le maintenant, parce que je suis trop occupé. Si seulement j’avais plus de liberté pour pratiquer ! Si seulement j’avais assez d’argent pour aller dans une station thermale où l’on bichonnerait mon corps, où je pourrais m’étendre dans l’eau recouverte de pétales de rose, dans des senteurs délicieuses, être massé avec les huiles les plus exotiques et accompagné de musique agréable ! Alors seulement, je pourrais vraiment pratiquer le fait d’être présent ».

C’est loin d’être garanti. Il est plus probable que vous vous endormiez. Or, si des choses se passent mal dans votre vie – précisons que « se passer mal » est une autre expression pour le mot « défi  » – si des choses se passent mal dans votre vie – peu importe dans quel domaine – c’est en fait la meilleure occasion pour pratiquer la présence, de loin la meilleure. Donc, les circonstances les moins favorables sont en réalité plus adaptées que les circonstances favorables en apparence.

Autrement dit, Pour le dire encore plus platement, les mauvaises choses sont spirituellement meilleures pour vous que les bonnes choses. Une fois que vous savez cela, elles ne sont plus mauvaises, parce que les mauvaises choses ne sont mauvaises que tant que vous ne savez pas qu’elles sont en réalité plus avantageuses que les bonnes choses. Elles ne sont mauvaises que parce que votre mental les juge ainsi. « Rien n’est bon ni mauvais en soi, tout dépend de ce que l’on en pense », a dit Shakespeare quelque part.

Maintenant, il vous faudra le constater La prochaine fois que vous avez l’impression que quelque chose de mauvais vous arrive. Commencez peut-être avec des petites choses : un retard à l’aéroport à cause des cendres volcaniques – « C’est épouvantable, c’est terrible, passer trois jours à l’aéroport, être allongé là, dépenser tout son argent, la compagnie aérienne qui ne paie pas d’hôtel, etc. Ok, c’est horrible !

Ou d’autres gens en Europe qui ont été en voyage pendant deux ou trois jours pour essayer de trouver un aéroport en service. Une chose tout à fait étrange ! Mais j’ai lu dans le journal que certains avaient dit : « D’un coup, voyager est redevenu intéressant ». Ces gens ont abandonné la définition « c’est mauvais » et ils ont suivi le cours du moment présent. En fait, ils ont vécu une aventure et toute leur vie, ils se rappelleront cette aventure où les avions ne volaient plus, où il leur avait fallu traverser des pays en bus, en train pendant des heures et des jours d’affilée. Et d’autres étaient probablement restés très énervés à propos de tout cela.

Donc, « mauvais »… les gens qui sont encore inconscients ne peuvent pas séparer l’événement de leurs interprétations mentales concernant l’événement considéré comme mauvais ou quels que soient les mots utilisés pour le décrire. Cela veut donc dire qu’il y a de l’inconscience. La façon mentale et émotionnelle dont vous interprétez l’événement qui se passe autour de vous ou la circonstance dans laquelle vous vous trouvez. L’événement ou la circonstance ne font qu’un. Par exemple, vous dites : « Une chose horrible vient de m’arriver ». Ok, vous n’avez pas séparé la chose du « horrible ». Vous avez assemblé la définition mentale, Le jugement et l’événement, et pour vous, il n’y a plus qu’une seule chose, une chose horrible. Non, il y a la chose et il y a le jugement « c’est horrible ». « C’est horrible », c’est une pensée ; la chose est telle qu’elle est.

Maintenant, une fois que vous avez la pensée « c’est horrible » qui est complètement confondue avec la chose, vous avez alors la réaction émotionnelle à la pensée. Elle constitue une couche qui s’ajoute à « c’est horrible ». Il y a donc deux couches de « c’est horrible », l’une est la pensée et l’autre est la réaction physique à la pensée, qui est l’émotion. Et vous les mélangez ensuite avec l’événement, remuez bien et ensuite, ils ne font plus qu’un. Et de cette façon, toute leur vie, des gens se trouvent dans des situations horribles, sans jamais réaliser qu’il y a là ce qui est, dans l’instant, les circonstances, l’événement, la situation dans laquelle ils se trouvent et qu’il y a ici leur jugement mental et leur réaction émotionnelle à ce sujet.

La séparation ne se fait jamais. Et du fait d’un schéma mental réactionnel, le mental croyant à tort que « si je me plains assez, les choses finiront par aller mieux », sans réaliser même après 50 ans de plainte que cela ne marche pas… – Je pense que ce schéma a pu se mettre en place dans l’enfance, pour pas mal de gens. Quand les enfants pleurent assez, ils obtiennent l’attention de leurs parents. Cela peut être une raison pour laquelle le schéma se développe. L’enfant apprend à travers cela que s’il pleure suffisamment, s’il fait des caprices, il aura de l’attention ou même ce qu’il veut : « Il faut juste que je fasse assez de bruit ! ». Ok !

Cela devient un schéma. Le schéma mental est alors : « J’ai juste besoin d’être assez malheureux et Dieu me donnera finalement ce dont j’ai besoin ». Et même les gens qui ne croient pas en Dieu ont ce schéma. Donc, il y a toujours un Dieu quelque part. Il y a une représentation paternelle ou maternelle et la croyance inconsciente : « J’ai juste besoin d’être malheureux, de le lui montrer et quelque chose changera ». Et malheureusement ou heureusement, ça ne marche pas bien sûr. Mais il y a beaucoup de gens en ce monde qui ne le réalisent jamais. Et même peu avant la mort, ils se plaignent encore : « La nourriture n’est pas bonne ». Ils ne réalisent jamais qu’il y a d’une part ce qui est, qui est neutre, et de l’autre leur interprétation de ce qui est, qui est le mental.

Mais une fois que vous pouvez séparer les choses, vous êtes libres. Vous pouvez voir : « Oh ! c’est juste ce qui est. Ici, je suis en rade à l’aéroport ou à l’arrêt de bus. Ici, je suis allongé dans mon sac de couchage quelque part dans un coin. C’est juste ce qui est. Pourquoi ai-je besoin d’y ajouter de la peine en le définissant d’une certaine manière et en attendant la réaction émotionnelle qui correspond à mes jugements. « C’est mal », dit le mental et arrive alors l’émotion. Et l’émotion provoque d’autres pensées : « C’est vraiment mauvais », ce qui provoque plus d’émotions. Et ce faisant, rien ne change. Vous vous trouvez donc dans une situation horrible… dans votre mental. Vous retrouvez la liberté en réalisant que la situation est neutre. La peine est ce que je lui ai surimposé.

Une fois que vous avez vu le mécanisme, vous pouvez vraiment pratiquer. La prochaine fois que quelque chose ira mal… – la vie étant comme elle est, vous n’aurez pas à attendre longtemps – la prochaine fois que quelque chose n’ira pas, vous pourrez voir qu’il y a ce qu’il y a. La réaction se reproduira peut-être, parce que c’est tellement habituel, mais immédiatement après qu’elle se soit produite, vous pourrez dire : « Oh, il y a eu la réaction et voici en fait la situation ».

Vous commencez à jongler, à jouer un peu avec les choses : « OK, puis-je maintenant permettre d’être présent à cet événement, à cette situation, à cette circonstance, et puis-je simplement observer le jugement mental comme n’étant qu’un jugement ou puis-je même peut-être l’abandonner ? ». Si vous pouvez observer le jugement comme n’étant qu’un jugement, vous vous en êtes déjà écarté un peu. Vous ne croyez plus en la réalité ultime de votre jugement. Et vous en sortez complètement quand vous pouvez vous dire : « En fait, je n’ai pas besoin du jugement, parce qu’il n’ajoute à la situation rien d’autre que la peine ».

Maintenant bien sûr, le soi construit de façon mentale se développe là-dessus, le soi égoïque qui est basé sur l’identification avec la pensée et sur l’identification avec l’émotion. Il se nourrit de la peine. Plus vous êtes en peine et plus il se renforce, comme l’incroyable Hulk . . . mais ce n’est pas nécessairement la colère, cela peut être autre chose. Cela pourrait être la victime terrible des circonstances et d’autres personnes. Mais cela renforce le… cela peut même être une contraction dans tout le champ d’énergie physique . . . ces choses horribles qui m’arrivent toujours !

Et vous pouvez alors vous plaindre. Et tout est pris personnellement, comme une insulte personnelle : la circulation pénible, les mauvais automobilistes qui me font une queue de poisson, à moi ! Un mauvais automobiliste qui vous fait une queue de poisson n’est rien de plus qu’une rafale de vent. C’est une force inconsciente de la nature. Mais le mental personnalise la chose : « il me le fait à moi ! ». Certaines personnes le font même avec le mauvais temps, mais moins qu’avec les gens inconscients. Mais c’est au fond la même chose.

Donc, soyez là quand cela arrive et pratiquez alors le fait d’être libre. En le faisant pour la première fois… – Vous vous retrouvez dans des circonstances que le mental aurait normalement étiquetées comme mauvaises et voici que vous vous dites : « Eh bien, c’est comme c’est » et d’un seul coup, vous n’y voyez plus rien de mauvais. Le mauvais n’était qu’une pensée. En réalité, ça veut dire que vous êtes là non réactif, et c’est à ce moment-là également qu’arrive le pouvoir, parce que l’état réactionnel le bloquait. Quand vous n’êtes pas dans la réaction, Le pouvoir se met à s’écouler. Vous êtes vraiment avec ce qui est et le pouvoir s’écoule à travers vous.

C’est une autre façon d’être là, d’être présent, ne pas réagir aux choses, aux événements, aux circonstances. Être non réactif vous met en contact avec le pouvoir. Et quand vous êtes en contact avec le pouvoir, il peut se manifester d’une manière ou d’une autre. Beaucoup de gens ont constaté dans leurs propres expériences qu’en se mettant à vivre de cette façon, les soi-disant mauvaises situations changeaient rapidement pour le mieux, soit parce qu’ils pouvaient vraiment apprécier ce qu’avant ils appelaient « mauvais » (simplement aller avec), soit du fait d’aller avec, la situation se redressait et changeait.

En fait, vous invitez des circonstances utiles en allant avec ce qui est au lieu d’aller contre. En fait, vous invitez l’intelligence qui sous-tend toute la création de l’univers à travailler pour vous, à vous aider. Tout à coup, vous remarquez que quelque chose d’utile se présente . . . parce que vous étiez ouvert, présent. Cela ne peut pas arriver quand vous êtes dans la réaction. C’est donc une chose merveilleuse… – C’est une pratique qui ne requiert aucune condition préalable, parce qu’heureusement, il y a tout le temps des choses qui ne vont pas, mais une fois que vous réalisez cela, Il n’y a rien qui n’aille pas. Rien ne va pas en réalité, ce n’était que le mental incapable d’être avec ce qui est.

Donc, voici la pratique de chaque jour, dans votre vie, attendez que la prochaine chose arrive, le prochain petit défi ou un gros défi, et utilisez-le alors : pas de jugement mental – ou s’il arrive si vite, vous pouvez le relâcher ; vous réalisez : « Oh, il y a là un jugement ». Séparez toujours les choses : il y a ce qui est et il y a mon interprétation à ce sujet. Est-ce que je vais en faire une seule chose ? Non. Est-ce que je veux conserver cette interprétation ? Est-ce qu’elle apporte quelque chose d’utile ? Non. Vous lâchez prise et soudainement, vous faites véritablement face à ce qui est. C’est l’intelligence.

Finalement, vous pouvez considérer que tout le reste n’est que folie, stupidité. Vous pouvez avoir deux doctorats en philosophie et demeurer complètement stupide dans votre vie quotidienne. Cela n’a rien à voir avec votre instruction en quoi que ce soit. Le monde est rempli de gens hautement cultivés qui restent piégés par ces schémas négatifs. Vous n’en avez pas idée !

Ce fut récemment le cas d’une femme qui a tué plusieurs de ses collègues à l’université en Louisiane ou en Alabama, qui était largement reconnue comme douée pour les études. De la même façon, elle était complètement emprisonnée dans son mental et son champ émotionnel au point que son mental et son champ émotionnel lui faisaient dire : « Ces gens sont horribles, ils ne m’ont pas titularisés, je vais les… ». Elle était complètement incapable de voir : « Ça, c’est ma réaction et ça, c’est ce qui est ». C’est un cas extrême.

Donc, les doctorats ne sont d’aucune aide. La véritable intelligence, c’est amener cela dans sa vie. Ce n’est pas l’intelligence appliquée au QI qui est relativement insignifiante. Voulez-vous que votre vie soit dirigée par l’intelligence ou voulez-vous perpétuer la stupidité humaine qui est aussi la souffrance ? Un autre terme pour « la stupidité », c’est « la souffrance auto-infligée », « la souffrance inconsciente auto-infligée ».

Vous utilisez donc les situations, les gens, les réactions des gens, les gens qui essaient de vous faire réagir, les corps de souffrance, le comportement des gens : ils ne se comportent pas comme ils devraient, ils ne devraient pas faire ça, elle ne devrait pas faire ça, ils devraient… Pourquoi est-ce qu’ils ne… ? Pourquoi est-ce qu’elle ne… ? Tout cela n’est que bagage inutile. Le bagage inutile peut devenir très lourd dans le mental. Vous le promenez avec vous, vous disputant, vous plaignant, racontant des histoires, à vous-mêmes et aux autres : pourquoi les choses sont si mauvaises, l’injustice avec laquelle vous traitent les circonstances et les autres.

Et dès l’instant où vous relâchez ce schéma, la présence émerge. C’est alors que vous amenez la créativité en traitant les diverses situations. Cela se produit automatiquement. Quand vous n’êtes plus dans la résistance, la véritable intelligence est la véritable créativité. Vous n’avez donc pas besoin de devenir un artiste, ni de peindre la plus belle toile. Ce qui est beaucoup plus important que cela, c’est l’être humain qui devient sensé. Cela ne me dérange pas s’il n’y a plus de tableaux, ni autres œuvres d’art. Si les gens deviennent sensés, ce sera la plus grande oeuvre d’art, non pas qu’ils ne produiront plus de toiles, mais la chose la plus fondamentale, c’est le bon sens qui émerge en l’être humain. Il peut alors être créatif, parce que l’intelligence s’écoule dans sa vie et la transforme. En premier lieu, cela supprime la peine. . . . C’est déjà suffisant !

Supprimer la peine, c’est bien sûr une façon négative de dire les choses. Quand la peine est supprimée, ce qu’il reste, c’est la vie, la joie, la gratitude pour ce qui est, l’alignement avec le moment présent tel qu’il est, le fait d’accepter les autres humains indépendamment de leurs comportements. C’est là où ils en sont pour l’instant. C’est ce qui est.

S’agissant de la créativité, la chose principale est qu’elle s’écoule dans votre vie et peu importe en quoi d’autre, dans de la musique remarquable, en peinture, une oeuvre littéraire, une belle sculpture, toute autre chose que vous faites. C’est excellent aussi, mais la chose principale… – Même les plus grands artistes ne savaient pas cela. Beaucoup étaient malheureux dans de nombreux domaines de leur vie dès l’instant où ils ne créaient pas. Donc, la toile de votre oeuvre d’art, c’est votre vie quotidienne.

Source : http://messages.terrenouvelle.ca

© 2006-2014 – Terre Nouvelle : www.terrenouvelle.ca : Publié pour vous par Amour… Pour l’Amour…

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source.

N’oubliez pas, utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes. Vous avez un Libre Arbitre, alors utilisez le et surtout, écoutez ce que vous dicte votre coeur ; Il détient la vérité, laissez le vous guider


Important message de Lady Nada

 

La physique quantique commençait à nous le dire mais voilà que Lady Nada (maitre ascensionnée) nous le confirme… Nos pensées ne sont pas nos pensées bien que souvent nous y adhérions alors, je vous livre ce message un peu « technique » mais dont la portée et les conséquence sont immense si on y réfléchi bien.

« Vos pensées sont un processus particuliers qui génèrent beaucoup de questions
En vérité, vos pensées ne sont pas vos pensées.

Vous , être humain, osciller dans 3 dimensions alternatives en même « temps »
Lorsque que vous pensez, vous vous imaginez toujours que cette pensée arrive dans le moment présent mais, il n’en est rien.
Effectivement, vos pensées sont des « propositions de pensées » envoyé dans le « passé » par votre être supérieur.

Ainsi émise dans le passé, vous faites comme les « lire » et y adhérer comme votre quant vous les recevez.
Il en est de même pour le raisonnement, vous pensez « 2+2″ et vous entendez « 4″ mais cette réponse est déjà arrivé dans le passé avant même que vous ayez eut le temps de lire l’énoncé.

C’est ainsi que les choses vous semblent logique et simples.

Que pensez vous de tout ce que vous avez retenus, que pensez vous de tous ces films, tout ces événements, toutes ces chansons ou génériques que vous avez en tête, de toutes ces connaissances que vous avez accumulées.

Pensez vous qu’elle soit dans votre tête, comme dans une bibliothèque géante…en ce cas, pourquoi certaines sont lentes a revenir parfois et pas d’ autres…

En vérité, votre cerveau est comme un poste émetteur qui envoi à votre âme une demande d’information.
Votre âme ne connaît pas le temps et va chercher la réponse dans une sorte de bibliothèque appeler annales akashiques puis, elle vous restitue l’information dans un passé très proche

pour que ainsi, vous trouviez ce que vous cherchez. Alors, parfois, il faudra donner pas mal d’ indices à votre être divin pour qu’il trouve ce qu’il cherche, parfois même, il lui faudra une nuit pour dialoguer avec vous et vous réveillez avec la réponse. Ce dernier point est assez connus et beaucoup de vos grands hommes savent que s’ endormir avec un problème permets , si on confie la recherche de la solution à son âme et non à soi même, de trouver la solution la plus efficace.

Savez vous le plus fabuleux là dedans, hé bien , avant de vous rendre la réponse, il est vérifier que votre cerveau accepte cette réponse selon ces « limites ».
Cela vient même limiter vos sens .

Ainsi, vous pourriez avoir accès à toutes les connaissances sans même apprendre et certains ont ce dons mais vos « limites » ne permettent plus cela bien que votre nouvel éveil arrive sous peu.
De ce message court, beaucoup d’ impact découle, car effectivement, si vous percevez dans le présent des messages du passé, il n’ en est pas de même de votre corps.

Lui perçoit les messages dans le passé et il y réagit, ces e-motions ,vous les ressentez..puis une pensée semble venir….. vous disant que vous êtes mal sur ceci ou cela ou ici ou là…

Si vous adhérer à cette pensée alors, elle repars dans le passé, amplifiant la douleur, la « mal à dit », le corps perçoit, vous adhérer, vous le penser, cette pensée part dans le passé et est perçu dans le présent, amplifier à chacun de ces cycles ou passages.

Ainsi, quant nous, êtres de lumières , nous vous demandons de choisir vos pensées, c’est de cela dont nous parlons, choisissez celle qui vous nourrisses et non celle qui vous ronge ou vous hante…
Vous êtes en interaction avec cela….

Je sais que vous allez avoir un fort travail mental à comprendre que « vous ne pensez pas toujours par vous même  » mais êtes simplement lecteur de pensées qui inter agissent avec votre âme et parfois aussi avec l’ombre.

Toutes pensées est un choix, j’ accepte ou je n’ accepte pas….. votre choix sera toujours respecté.
Voyez comment cette nouvelles peut avoir des impacts fabuleux dans vos vies mais, de cela , nous reparlerons bientôt…
Bénédictions

Lady Nada

Source : http://leretourdesdieux.blogspot.hu/

http://terrenouvelle.ca/Messages

© 2006-2014 – Terre Nouvelle : www.terrenouvelle.ca Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source.

N’oubliez pas, utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes. Vous avez un Libre Arbitre, alors utilisez le et surtout, écoutez ce que vous dicte votre coeur ; Il détient la vérité, laissez le vous guider.


Rêveur d’Orient Ecrit par un sage amérindien

Je ne suis pas intéressé par ce que tu fais pour vivre …

Je veux savoir ce qui brûle en toi et si tu oses rêver la réalisation de ce que tu portes dans ton cœur .

Je ne suis pas intéressé par ton âge …

Je veux savoir si tu prends le risque de passer pour un fou au nom de l’Amour, de tes rêves et de l’aventure qu’est la Vie .

Je ne suis pas intéressé à savoir quelles planètes sont en carré avec la Lune …

Je veux savoir si tu as touché le centre de ta propre tristesse, si tu as été ouvert aux trahisons de la vie ou si tu es devenu endurci et fermé par peur d’une peine prochaine.

Je veux savoir si tu peux t’asseoir avec la douleur, la mienne ou la tienne, sans bouger pour la cacher, l’amoindrir ou l’arrêter…

Je veux savoir si tu peux être dans la joie, la mienne ou la tienne, si tu peux danser avec ferveur et laisser l’extase te remplir complètement jusqu’au bout de tes doigts et de tes orteils sans nous dire de faire attention, d’être réalistes et de ne pas oublier les limites de l’être humain …

Je ne suis pas intéressé à savoir si ce que tu dis est vrai …

Je veux savoir si tu es prêt à décevoir les autres pour rester Vrai avec toi-même et si tu peux supporter d’être accusé de trahison et ne pas trahir ton Ame.

Je veux savoir si tu peux être fidèle et donc digne de confiance.

Je veux savoir si tu peux voir la beauté même lorsque ce n’est pas tous les jours joli et que la source de Vie réside en sa Présence.

Je veux savoir si tu peux vivre avec les échecs , les miens et les tiens et pourtant continuer à te tenir debout au bord du lac en criant à la pleine lune : « oui »

Je ne suis pas intéressé par savoir où tu vis et combien tu gagnes …

Je veux savoir si tu peux te réveiller après une nuit de chagrin et de désespoir, de lassitude ou de douleur et faire ce qui doit être fait pour les enfants.

Je ne suis pas intéressé de savoir qui tu es et comment tu es venu jusqu’ici …

Je veux savoir si tu peux te tenir debout au milieu du feu avec moi et ne pas te dérober.

Je ne suis pas intéressé à savoir ce que tu as appris, où tu l’as appris et qui te l’a enseigné …

Je veux savoir ce qui te nourrit de l’Intérieur lorsque tout s’effondre autour de toi.

Je veux savoir si tu peux rester seul avec toi-même

et si tu jouis vraiment de ta propre compagnie dans ces moments de vide.

Visites : 82

Mots clefs : amérindienne, sagesse

Déjà favoris !


 

Logo Lumino-Énergétique#1 D’où vient la Lumino-Énergétique  et qui en est le Père?  

La Lumino-Énergétique nous a été enseignée par le Père même de cette science quantique, M. Philippe-William Sinclair connu et reconnu dans le domaine de la spiritualité. Il est conférencier, canal de Lumière, éveilleur et j’en passe. Pour le connaitre mieux voici son adresse :

http://philippe-william-sinclair.com/

Les premiers thérapeutes en Lumino-Énergétique, appelés aussi Passeurs de Lumière, ont été diplômés en 1996.

Vu la demande croissante pour ce soin thérapeutique holistique, en 1999 M. Sinclair favorise une formation pour créer des formateurs compétents.

Cette formation a eu lieu en République Dominicaine.

J’ai eu le privilège d’être initié en ce lieu qui est un vestige de l’Atlantide, donc un lieu ou le sous-sol regorge de cristaux.

C’est un lieu de guérison reconnu et je suis bien placé pour le savoir.

Ce gestuel Sacré que transporte la Lumino-Énergétique parvient du temps des Atlantes. Coïncidence???

12,000 ans plus tard M. Sinclair retrouve les mémoires, ses mémoires et nous investit de ce gestuel d’Universalité. C’est lui-même  qui en était le Père-créateur à cette époque.

Ce gracieux soin Lumino-Énergétique est favorisé en partenariat avec des Êtres de Lumière et de la Présence de Gaïa notre Terre-Mère.

Je me remercie de m’être fait ce cadeau de valeur inestimable.

***********

Qu’est-ce que la Lumino-Énergétique ?

La description indique bien qu’il y a association de la Lumière et de l’Énergie.

De par sa combinaison, il rééquilibre le yin (féminin) et le yang (masculin). Lorsque qu’il est question de la Lumière, nous faisons références à la Source, le Père Céleste donc Yang . Il faut savoir que la Lumière ne comporte aucune polarité mais son Énergie est Yang. Bien qu’il y ait l’énergie cosmique dans L’Univers, en Lumino-Énergétique nous canalisons l’Énergie de la Terre-Mère donc Yin.

Ainsi l’Être s’éloigne des rôles agresseur-victime.

Ce soin thérapeutique harmonise les chakras, participe à aligner les différents corps, purifie l’esprit et permet à l’Âme de se réanimer.

Chaque receveur de par sa différence en besoins et en mémoires de toutes vies, s’imprègnera à son rythme de ces effluves de Lumière et d’Énergie.

Cette divine participation Source- Matrice, doit se favoriser avec l’accord de la personne ET de l’Âme.

C’est pourquoi qu’avant de recevoir une Lumino-Énergétique il est primordial de débuter le processus de guérison par une pré-rencontre.

Cette rencontre préparatoire aura plusieurs buts. J’y reviendrai plus loin en détails.

Après cette première phase accomplie, nous nous rencontrons afin de partager votre vécu depuis la pré-rencontre.

À la suite de cet échange, en principe vous êtes prêt à recevoir votre première Lumino-Énergétique.

Après ce soin, vous êtes soutenu, accompagné tout au long de votre chemin alchimique, initiatique et ascensionnel.

Les deux premiers soins sont indissociables.

Le premier est conçu pour favoriser l’élimination tandis que le deuxième permet de se recharger et se réajuster.

Les soins suivants agissent là ou il y a besoin.

Dans le prochain article, je vous explique la rencontre préparatoire à la Lumino-Énergétique.

Soyons le meilleur ici comme ailleurs.

Infos: https://lephareeclaireur.com/accueil/contact/

Site: https://lephareeclaireur.com/


«L’ego dit : « Peut-être qu’à un moment donné dans l’avenir, je serai en paix… si ceci ou cela se produit, ou si j’obtiens ceci ou cela, ou si je deviens ceci ou cela. » Ou bien l’ego dit : « Je ne peux jamais être en paix à cause de quelque chose qui s’est produit autrefois ».

Si vous écoutez ce que les gens racontent, leurs histoires pourraient toutes s’intituler Pourquoi je ne peux pas être en paix maintenant. L’ego ne sait pas que la seule occasion d’être en paix, c’est maintenant. Ou bien il le sait et a peur que vous le découvriez. Après tout, la paix, c’est la fin de l’ego.»
– Eckhart Tolle, Nouvelle Terre

La seule façon d’aimer la vie est de l’aimer non pas pour ce qu’elle devrait être, non pas pour ce qu’elle aurait pu être, non pas pour ce qu’elle sera… mais exactement pour ce qu’elle est maintenant.

Hmm, je ne sais pas pour vous, mais j’ai comme une envie de me détendre les épaules, de sourire et d’expirer profondément… 😉

Tout plein de soleil!

Psssssst: Si vous recevez ce e-mail d’un ami, notez que vous pouvez vous abonner sans frais à Matin Magique sur http://www.matinmagique.com et recevoir de petites doses de magie (comme ce message) du lundi au vendredi. Je serais ravie de vous accueillir dans la grande famille magique. 🙂

Vous pouvez partager ce message sur Twitter ou avec vos amis Facebook en les invitant à aller le lire à cette adresse: http://www.matinmagique.com/fe28.html

Si vous appréciez ce que je vous offre par le biais de Matin Magique, le plus beau cadeau que vous pouvez m’offrir est de partager cette ressource avec vos proches afin qu’ils puissent s’abonner aussi et en bénéficier. Merci!

Vous aurez tous les détails de mon projet magique ici:

http://www.matinmagique.com/msj.html

© 2012 Monde Magique International Inc. – Tous droits réservés.

%d blogueurs aiment cette page :