Tag Archive: pensées



L’histoire vécue et inachevée de

M. Rayzo Sotscieau et de M. Egg Grégore.

Un jour pas si lointain,  une personne très populaire que l’on surnomme le Coq  et un personnage excentrique qui recherche la puissance,  la gloire, on lui attribue le surnom de Coude. Cela lui vient du fait qu’il joue du coude pour ce faire un nom mais cette fois, une foule de personnes s’est fait berner.

Lorsque  Coq rencontre Coude, la popularité de celui-ci augmente grâce à Coq. Ce dernier est très heureux et son travail d’intervieweur lui apporte beaucoup d’argent. Sans s’en rendre compte, Coq ne voit pas ce qui se passe, aveuglé  par les propos de Coude qui raconte des histoires qui sont supposées être vraies. Certaines le sont peut-être mais que trop souvent elles sont fausses et lourdes de conséquences.

Bien que les allégations de Coude soient très intéressantes et même captivantes, Coq se laisse charmer par ce nouveau personnage surgit de nulle part.

Coq est très populaire car on le voit partout sur internet, dans certains journaux et à la télé. Alors gonflé à bloc par son égo et son avidité, il décide de publier toutes les nouvelles de Coude sur la place publique sans même vérifier si tout est vrai et crédible.

La boule de neige

Mais voilà que toutes les personnes qui  par le monde s’intéressent à  Coq, elles publient en partageant à leur tour tout ce que Coude raconte lors des « antre-vues » précédentes.

En l’espace de quelques heures, tout le monde en parle et la boule de neige lancée à tord et à travers grossit de plus en plus. Elle devient si puissante qu’elle sème la peur et la destruction partout ou elle passe et même au-delà.

Coq semble ignorer ou être inconscient de tous les dommages que cette boule de neige provoque sur son chemin et elle semble ne jamais s’arrêter.

La pagaille

Or, quelques jours plus tard, spectateur que je suis, je vois les dommages laissés derrière elle. Il y avait des voisins qui venaient de construire de magnifiques jardins, de conclurent des ententes qui ont prises des années à se conclure pour que la Paix règne chez eux et partout tout autour.

Ce qui est encore plus bouleversant, c’est que de tous ces voisins, un groupe parmi eux a pensé qu’un autre groupe voulait tout détruire alors qu’il n’en est rien. Alors la pagaille s’est mise à prendre de l’importance et maintenant tous les voisins sont dans le doute et sur les dents.

Tout  ce remue-ménage causé par une seule personne qui a lancé la boule de neige qui est la source de tout ce carnage. De plus, cette personne  n’est même pas un des voisins concernés. Tout ceci s’est fait de façon rapide et subtile. Mais quel est le but de ce lanceur de boule de neige???

Rayzo Sotscieau et M. Egg Grégore
boomerang
manipulation-des-redeaux-sociaux

Ce qui devait arriver arriva et tous les propos de Coq et Coude sont parvenus à M. Rayzo Sotscieau. Alors Rayzo  qui tire les ficelles à la grandeur de la planète, publie à son tour toutes les interviews de Coq et Coude.

Mais il y a quelqu’un qui surveille de façon sournoise et qui aime avoir le dessus sur tout en démontrant sa force c’est M. Egg Grégore. C’est un expert en communication, peu importe que ce soit bon ou mauvais, il prend tout sans se poser de question et il amplifie.

En tant que spectateur je conscientise ce qui se passe et je me dis, je dois faire quelque chose, mais quoi?

Dans  une sorte de rêve éveillé la nuit dernière, une petite voix me parle et m’explique ce que je pourrais faire si je le désire. Il me dit ceci :

« Tente de faire une autre boule de neige qui va arrêter celle qui détruit. Ensuite, utilise la même tactique que celle de Coude, mais en discutant et en écrivant que du vrai, du beau et du bon tel que l’Amour, la Paix, la conscientisation etc.

N’attends pas, car la boule destructrice court toujours et fait des ravages à chaque instant. Comprend qu’il y a urgence d’agir et fais-le comprendre à un plus grand nombre de personnes possibles. L’Amour reconstruit, la foi transforme tout et ces deux Forces agissant dans l’Unicité ramèneront la paix entre tous les voisins. »

Alors je me mets au travail et je ne pense qu’à ce qui fait du bien à entendre, à écrire, à parler et à voir. Je me rends vite compte que je me sens mieux. Maintenant j’ai compris,  j’écris tout ce que je pense de merveilleux et je contact M. Rayzo.

Sans poser de questions il publie mes textes à la grandeur de ce monde. M. Egg Grégore n’est jamais loin. Il voit que des milliers de personnes commentent et partagent ces propos. Il décide alors de sauter sur l’occasion pour amplifier les publications de façon à ce que cela devienne viral. 

La Paix revient

Peu de temps après, le travail gigantesque de M. Egg Grégore a participé à la destruction de l’immense boule de neige destructrice. Elle fut désagrégée et mise hors d’état de nuire par le même M. Égrégore qui a créé la boule de neige destructrice. L’autre boule de neige qui transporte la joie, la paix et l’amour, participe à reconstruire ce qui a été détruit.

El la paix entre voisins est à nouveau revenue, enfin. Merci M. Égrégore d’être au service du bien et que du bien.

Qu’il en soit ainsi! Promélété, Promévété.

O0O0O0O0O

Auteur= Une goutte dans l’Océan

But= Communiquer tout ce qui est beau, bon et qui fait du bien à toutes les autres gouttes de l’Océan

Morale de cette histoire : À vous de la trouver.

Puisse cette histoire circuler et faire le travail  qu’elle désire faire pour notre plus grand bien et celui de nos voisins.

Bernard Bélanger, p.d.l
Le Phare Éclaireur
Thérapeute/Formateur en santé globale (1990)

O0O0O0O0O


Affichez les images dans votre messagerie

>>> Conversations Avec Dieu : si vous n’avez pas encore lu le livre, cliquez ICI !
Car vous passez à côté d’une expérience incroyable …


En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …

que ceux qui essaient de faire plaisir à tout le monde
cessent d’être eux-mêmes.

Norman Douglas a dit cela et il avait raison.
Ne vous inquiétez pas de « ce que pensent les autres ».
Souciez-vous seulement de savoir si vous êtes fidèle
à vous-même.

Pensez, agissez, et parlez aujourd’hui depuis
la source de votre plus haute vérité. A propos de tout.
De votre relation, de votre vocation, de vos pensées
et de vos choix.

Il est temps que vous cessiez de cacher certaines choses,
d’accord ?

Avec tout mon amour, votre ami …
Neale

-Jean-Philippe

On this day of your life, I believe God wants you to know…
that they who are all things to their neighbors cease to
be anything to themselves.

Norman Douglas said that, and he was right. So do not
worry about « what the neighbors think. » Worry only
about whether you are being true to yourself.

Think, act, and speak today from the place of your
highest truth. About all things. Including your
relationship, your life work, your thoughts and
your choices.

It is time that you came out of hiding on some things,
don’t you agree?

Love, Your Friend …
Neale

Voir les commentaires sur le site

Ce message ferait du bien à une connaissance ? Transférez-lui ou cliquez ici !

Si cette pensée vous a été transférée et qu’elle vous a plu,
cliquez ici pour recevoir directement les prochaines pensées


Suivre les pensées de Neale Donald Walsch sur Facebook


Envie d’aller plus loin ? Rejoignez la communauté !
Accéder au site

« Je parle à chacun. Tout le temps.

La question n’est pas à qui Je parle, mais qui écoute ? »

Vous ne recevez pas les pensées tous les jours ou bien même plus du tout ?

lisez mes conseils !

rue de Tronoen, Saint Jean Trolimon, France 29120,

Unsubscribe | Change Subscriber Options


C’est la Fête de l’Action de Grâce

Mère_Veilleuse Jour_Née tout le monde, prenons conscience de toutes les Grâces que nous avons reçues à chaque instant de cette année et rendons grâce à la terre pour toute cette abondance.Partageons autant que faire se peut avec toutes les personnes qui ont un criant besoin de toutes nos grâces.

C’est la Fête de la Gratitude, c’est, je pense, la pensée la plus élevée que nous puissions avoir et vibrer.

Je Nous Aime. KézaK «Nous sommes ouverts à la totalité que sont nos frères et sœurs stellaires »

action-de-grace

LA FÊTE DE L’ACTION DE GRÂCE

Les origines de la fête de l’Action de grâce remonteraient à plus de 2000 ans, alors que les druides celtiques fêtaient la saison de la moisson.

Au début de la colonie, des colons français, installés au Canada avec Samuel de Champlain, organisaient de grandes fêtes pour rendre grâce à Dieu et partageaient volontiers leur nourriture avec leurs voisins autochtones.
.
Vers la fin du 18e siècle, après la Révolution américaine, les Loyalistes s’exilent des États-Unis et s’installent au Bas-Canada, où ils apportent avec eux certaines coutumes et traditions de l’Action de grâce américaine, bien que, en tant que fête liturgique, l’Action de grâce au Canada corresponde aussi à la fête de la moisson européenne.
L’Action de grâce, qui eut lieu pour la première fois le 10 janvier 1799 au Canada, est une fête qui a changé de date un grand nombre de fois. Plutôt que d’être célébrée à une date fixe, elle était plutôt l’occasion de fêter des événements heureux, comme par exemple: la fin de la guerre entre la Grande-Bretagne et la France, la fin de l’épidémie de choléra, la fin de la Rébellion des Patriotes, les victoires sur l’ennemi, et ainsi de suite… Plus tard, elle reviendra vers ses racines et sera considérée comme un jour de remerciement à Dieu pour une récolte abondante, et pour la paix dans le pays.
La fin des récoltes
La fête de l’Action de grâce est l’occasion de célébrer la saison des récoltes un peu partout dans le monde, mais les dates et les coutumes diffèrent cependant d’un pays à l’autre.
Dès 1879, on commence à célébrer l’Action de grâce chaque année, parfois en octobre, parfois en novembre. Mais c’est en 1957 que la célébration du jour de l’Action de grâce fut fixée de façon permanente, par le Parlement du Canada, au deuxième lundi d’octobre: «Une journée pour rendre grâce au Dieu tout-puissant des bienfaits dont jouit le peuple du Canada…»
Il ne faut pas confondre l’Action de grâce canadienne et l’Action de grâce ou Thanksgiving américaine, qui est célébré par nos voisins du sud un mois plus tard qu’au Canada (soit le dernier jeudi de novembre). À l’origine, la Thanksgiving américaine est célébrée en l’honneur des grâces divines reçues pour la moisson ayant assuré la survie des premiers colons puritains (les Pilgrims), arrivés en Virginie en 1620.
En fait, la fête de l’Action de grâce est l’occasion de célébrer la saison des récoltes un peu partout dans le monde, mais les dates et les coutumes diffèrent cependant d’un pays à l’autre.

 


Prenez conscience de son extrême importance.https://expansiondeconscience.wordpress.com/2016/03/25/la-juste-respiration-par-peter-deunov/

Peter Deunov

Une respiration rapide est malsaine, car celui qui respire vite se fatigue rapidement et ne peut mener ses activités à bonne fin. Manger vite est également néfaste. Quand il se nourrit, l’homme ne doit pas se hâter; il doit au contraire mâcher lentement ses aliments afin de ne pas nuire à son estomac.

 

Ainsi donc, on doit éviter de respirer et de manger vite. Mais pourquoi l’homme se presse-t-il ? Il se presse lorsque quelque chose l’embarrasse, le gêne; quand, il est ou se croît poursuivi; quand il n’est pas libre. Certaines personnes se pressent aussi quand elles marchent. Elles risquent alors de buter quelque part, de tomber, ce qui les forcera à s’arrêter et nuira au bon avancement de leurs travaux.

La règle à observer est de partir lentement et d’accélérer progressivement le pas.

Nos contemporains respirent 20 fois, et même davantage en une minute. C’est un rythme trop rapide. Avec une telle respiration, l’oxygénation du sang se fait trop hâtivement, ce qui l’empêche de se purifier complètement.Les impuretés n’étant pas éliminées s’accumulent alors sous forme de dépôts sur les parois des artères et des veines..

Ceux qui respirent vite ont une volonté faible. Appliquez votre volonté à réduire le nombre de respirations à la minute, et descendez graduellement de 20 à 17, puis à 15, à 12.

Si vous pouvez arriver à respirer régulièrement 10 fois à la minute, cela se répercutera d’une façon bénéfique sur votre organisme.. Celui qui désire renforcer sa volonté doit s’exercer à respirer lentement. Une volonté forte peut régulariser la respiration.

La volonté se trempe au contact des difficultés; si un être ne rencontre ni contretemps, ni obstacles, ni épreuves, sa volonté s’affaiblira. C’est la cause pour laquelle bien des gens fortunés ont une volonté faible. Ils disposent en effet de tout le nécessaire, et ne rencontrent que peu de difficultés à surmonter

Certains êtres, disposant de richesses et d’autorité, pensent qu’en donnant des ordres à tout leur entourage, ils démontrent une forte volonté. Celui qui commande ainsi devient rude, mais ne développe pas sa volonté. L’homme doué d’une juste volonté n’est pas rude, dans sa main, la volonté est un marteau avec lequel il frappe sur l’enclume et façonne des objets précieux.

En parlant de la respiration, je sous-entends la respiration consciente, à laquelle la vie divine est associée; sans cette participation, l’être ne peut recevoir les forces et les biens contenus dans l’air, et que DIEU cache à ceux qui n’ont pas d’Amour pour lui. Et même s’il leur offrait ces biens, de tels êtres ne pourraient pas les utiliser justement. Tout le monde veut être sain! Ce désir est naturel, mais il faut savoir que la santé est en étroite relation avec une respiration consciente.

C’est pourquoi l’homme doit pratiquer, au moins trois fois par jour pendant dix à quinze minutes durant le matin, le midi et le soir, des exercices respiratoires, avec amour pour le prâna de l’air qu’il reçoit, et de la gratitude pour les biens qui y sont contenus ( énergie vivifiante et divine ). C’est en cela que consiste la respiration consciente. De nos jours, l’homme s’affaire à une foule de choses: il cherche à gagner de l’argent, à devenir heureux; il va au cinéma, au concert, etc. mais il ne pense aucunement à respirer consciemment !

Son opinion est que la respiration est un processus naturel, s’effectuant d’une façon mécanique, et qu’il est inutile d’y penser. Il est bien vrai que respirer est un processus naturel, mais de la manière dont les humains respirent, en général, seule la partie supérieure des poumons est utilisée; la partie inférieure reste inactive et en conséquence, elle perd de son élasticité. Une telle respiration n’est donc pas naturelle; elle n’est que superficielle, fragmentaire. Ainsi donc, respirez lentement, calmement; après avoir inspiré une certaine quantité d’air, et retenez l’air, dans vos poumons jusqu’à ce que vous en ayez extrait la force vivifiante, c’est-à-dire le « prâna », qu’il cache en lui.

Tant que vous ne sentez pas que votre ventre se gonfle et que vos poumons soient bien remplis de bas en haut d’air, et que votre cage thoracique se gonfle aussi pour que la force vitalisante du prâna puisse s’imprègner en vous, n’expirez pas. Lorsque Jacob rencontra le Seigneur, il lui dit:  » Seigneur, je ne Te quitterai pas jusqu’à ce que Tu m’aies béni ! » Et le Seigneur lui répondit :  » Dorénavant, tu ne t’appelleras plus Jacob, mais Israël.  »

Faites de même avec l’air: respirez profondément, calmement, remplissez vos poumons et n’expirez pas avant que l’air, ne vous ai donné toute la force de vie divine, qu’il renferme.

Respirez consciemment, profondément, dans toutes les circonstances de votre vie. Vous avez mal à l’épine dorsale, aux reins, respirez profondément. Vous avez mal au pied, à la main, à la tête, à l’estomac, au ventre, respirez encore profondément. Ne craignez pas la douleur: car elle est une bénédiction pour vous ! S’il n’y avait pas de maux et de souffrances dans votre vie, votre condition risquerait d’être pire que celle qui est la vôtre maintenant.

Les maladies et les souffrances amènent les humains à se corriger.
Si vous souffrez de la tête, cela signifie que vos pensées ne sont pas correctes. Dès l’instant où vous aurez de bonnes pensées, votre mal de tête disparaîtra de lui-même. Celui qui n’est pas juste envers autrui et envers lui-même aura mal aux mains. Celui qui a mal aux pieds ne manifeste pas les qualités et le bien qui sont en lui.

Donnez donc, libre cours au bien et à la justice en vous, et respirez profondément et tous vos maux disparaîtront d »eux-même.

Je répète: respirez consciemment et profondément dans toutes les conditions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, dans votre vie. Même si les conditions atmosphériques sont défavorables, si le vent souffle, si la tempête sévit, cela ne doit pas vous arrêter. Votre première tâche est de sortir et de respirer profondément. Ne vous laissez pas influencer par des habitudes et des façons de penser erronées héritées de … ; elles ne vous seront plus d’aucune utilité. Respirez lentement, calmement, régulièrement; bannissez toute crispation, toute nervosité, toute inquiétude, toute peur.

Une bonne respiration habituelle doit comporter de 10 à 12 inspirations et expirations par minute. Au cours de vos exercices, efforcez-vous d’arriver graduellement à quatre, à trois, à deux, puis à une respiration par minute ( inspiration, rétention, expiration). Si vous parvenez à cella, vous pourrez soigner toutes vos maladies, même la tuberculose..

Mais ayez soin de toujours expirer doucement, mais à fond, en comprimant le diaphragme au maximum de façon à ce qu’il ne reste plus d’air vicié dans vos poumons ( reprendre la respiration aussitôt ). En même temps que les exercices respiratoires, il serait bon aussi que vous fassiez des mouvements avec les mains, par exemple:

– mettez les mains poings fermés, sur les épaules;
– respirez profondément en dépliant lentement et complètement les bras sur les côtés à l’horizontale et en ouvrant les mains;
– retenez l’air sans bouger; puis abaissez doucement les bras de chaque côté du corps en tournant les paumes des mains vers le sol tout sol tout en expirant.

Si ce mouvement vous fatigue, reposez-vous un peu, et recommencez plusieurs fois. Grâce à cet exercice, vous recevez davantage de prâna, les vaisseaux capillaires, s’élargissent, et la circulation sanguine s’active et se renforce. Quand vous respirez, ne songez à rien d’autre qu’à l’air qui vous pénétre et sachez que DIEU est aussi présent dans l’air, et que, pour cela, vous devez respirer avec reconnaissance et vénération. Ce n’est qu’ainsi que vous pourrez être sain; et c’est la première chose dont l’homme a besoin. Pour ne pas perdre sa santé, il doit s’abstenir de certaines choses qui pourraient l’altérer. Par exemple, vous êtes en excursion par une très chaude journée d’été; vous transpirez; vous avez soif, et vous vous empressez de boire de l’eau froide à une source. C’est une erreur !

En arrivant près de la source, asseyez-vous, mettez un vêtement sur vos épaules, et reposez-vous pendant 15 ou 20 minutes en contemplant le paysage et en vous réjouissant de sa beauté; comme vous serez beaucoup mieux intérieurement, vous pourrez commencer à boire, dans ce nouvel état d »esprit, cella serra plus bénéifique pour vous. En tant qu’élèves de la vraie vie, vous devez apprendre à être patients. Quoi qu’il vous arrive, considérez que rien ne doit vous perturber; supportez les ennuis, les difficultés et les souffrances avec patience et bonne humeur. En général, les êtres ne sont pas patients, et ils fuient les incommodités et les épreuves. Ils ne savent pas que les difficultés ont pour but d’affermir leur volonté. Les gens marchent, mangent, parlent, respirent vite; cela démontre qu’ils sont impatients et nerveux.

En respirant lentement et profondément, et en retenant l’air, l’homme peu éliminer les impuretés, les sédiments qui se déposent dans les poumons et deviennent souvent la cause de différentes maladies. Certaines personnes veulent paraître avoir des idées nouvelles; mais elles parlent d’une façon et agissent d’une autre. Ce ne sont pas des êtres du « Nouveau « . Les hommes de la Nouvelles Vie se distingue par leur patience et leur maîtrise. Grâce à quelques respirations profondes ils calment leur colère, ils dominent leur
impatience et leur nervosité. Les êtres acquis aux idées nouvelles ne s’occupent pas des défauts et des erreurs d’autrui, ni même des leurs. Entretenir la pensée de ses propres fautes ou de celles des autres équivaut à se salir les mains, l’intellect et le coeur et son aura. L’homme nouveau évite cela, et s’il aperçoit quelque impureté ou quelque travers chez son ami ou chez son prochain, il l’efface donc immédiatement de son esprit.

Chaque impureté extérieure ou intérieure altère l’organisme. N »admettttez donc aucune pensée mauvaise dans votre intellect, aucun sentiment malsain dans votre coeur, aucune action nuisible dans votre volonté. Voilà pourquoi il est bon que, vous preniez le temps, le soir avant de vous coucher, d’examiner ce que vous avez accompli pendant la journée. Corrigez mentalement vos fautes, faites quelques respirations profondes, et retrouvez votre calme. Alors vous pouvez vous mettre au lit, votre sommeil sera bon et reposant. La respiration profonde fortifie le système nerveux. Plus on retient longtemps l’air dans les poumons et plus on en reçoit d’énergie divine. En respirant de cette façon même un air impur, le résultat sera encore bénéfique.

Pourquoi ? Parce que, dans, ce cas, on absorbera une moindre quantité d’air, et donc moins de poussières et moins d’impuretés. La santé dépend de la manière correcte, profonde et calme, dont on respire. Dès qu’un homme tombe malade, le rythme de sa respiration s’accélère. Quand le nombre de respirations à la minute diminue, la vie s’allonge; quand il augmente, la vie raccourcit. En respirant consciemment, pensez aux êtres sains, bons et sages. Si vous évoquez des gens méchants, malades, déraisonnables, votre respiration en sera perturbée.

Aujourd’hui, je vous donne beaucoup de nombres; ceux qui concourent à donner la santé, et d’autres qui ont une mauvaise influence. Réfléchissez-y. Les hommes qui respirent 25 fois par minute vivront à peine 25 ans; ceux: qui respirent 24 fois, vivront 26 ans; celui qui respire 23 fois à la minute vivra 28 ans; celui qui fait 22 respirations toujours dans le même temps d’une minute vivra 35 ans. Ce sont là naturellement des chiffres approximatifs, et non absolus. Mais la loi édicte que, à mesure que vous diminuez le nombre de respirations,, le nombre d »années d »exiisttence augmente.. Si vous pouvez ne respirer que 4 fois à la minute, votre durée de vie sera de 85à 90 ans; et si vous arrivez à une seule respiration, vous vivrez 120 ans.

Respirez profondément; retenez l’air longtemps dans vos poumons pour renforcer votre système nerveux, pour ne pas être influencé ou irrité par ce que vous voyez ou entendez autour de vous. Dans la vie, il y a beaucoup de scènes pénibles, dramatiques, tragiques, mais toutes ne sont pas à prendre au sérieux. Un grand nombre d’entre elles sont fictives, comme celles, qui sont représentées dans les théâtres ou aux cinémas. Sur la scène, les acteurs s’évanouissent, meurent, mais à la fin du spectacle vous les voyez ressusciter ! Dans la vie, il convient donc de discerner les choses réelles, et celles qui ne le sont pas. Quand il fait mauvais temps, comme aujourd’hui, c’est un spectacle. Le vent souffle: c’est un spectacle. Le temps est beau, calme, agréable; c’est un spectacle. Les fleurs s’épanouissent, se fanent, et de nouveau éclosent ce sont aussi des scènes du grand drame de la vie. Fixez votre attention sur les belles images; imprimez-les dans votre intellect pour qu’elles y restent éternellement.

Arrêtez-vous devant les sources pures de la montagne, devant les beaux paysages, ainsi que devant les visions qui peuvent éveiller en vous des pensées élevées et de nobles sentiments. Les gens se souviennent plus aisément dès choses laides et négatives; et ils oublient celles qui sont positives, harmonieuses. Écartez de votre intellect tout ce qui est négatif, car cela influe défavorablement sur la respiration, tandis que ce qui est positif l’améliore. Une respiration correcte exige un intellect calme et positif. Retenez donc dans votre pensée tout ce qui est beau et exaltant. Dans la beauté réside l’harmonie de la vie; dans la beauté demeure le Principe divin.

Souvenez-vous que la juste respiration dépend de l’Amour. Respirez profondément, retenez longtemps l’air dans vos poumons avec amour. Faites cela trois fois par jour, avant de vous nourrir et de vous coucher. Respirez avec joie et amour, avec un visage détendu et souriant,, en vous tenant bien droit, le torse bombé. Que votre épine dorsale soit parallèle à la ligne droite, qui joint le centre du soleil au centre de la terre. Ce sont là des règles élémentaires à observer pour être en bonne santé et pour entretenir une bonne disposition d’esprit.

En respirant correctement, vous vous unissez au rythme de la Nature et vous fortifiez votre esprit et votre corps.

Un exercice respiratoire:

Levez lentement et simultanément les bras de chaque côté, la paume des mains tournée vers le haut, jusqu’à l’horizontale, tout en respirant profondément. En retenant l’air, levez les bras verticalement au-dessus de la tête et amenez les doigts à se toucher bout à bout. Baissez ensuite les mains lentement de chaque côté du corps en expirant ( à faire 3 fois ).

TRADUCTION INTÉGRALE D’UNE LEÇON DU MAÎTRE, DONNÉE LE 29 JUILLET 1941 À SOFIA ( ISGREV ), EN BULGARIE

sur le blog de Francesca : http://herosdelaterre.blogspot.fr/ retranscription des livres de Peter DEUNOV

 

Expansion de Conscience

Peter Deunov Peter Deunov

Une respiration rapide est malsaine, car celui qui respire vite se fatigue rapidement et ne peut mener ses activités à bonne fin. Manger vite est également néfaste. Quand il se nourrit, l’homme ne doit pas se hâter; il doit au contraire mâcher lentement ses aliments afin de ne pas nuire à son estomac.

Voir l’article original 2 371 mots de plus


Deux amis se promenaient dans       les amis, merci    
le désert et commencèrent à se
chamailler. Pris de colère, l'un
frappa l'autre.

Celui qui fut frappé écrivit
dans le sable "Aujourd'hui mon
ami m'a frappé".

Ils arrivèrent près d'un oasis,
et celui qui avait été frappé fut
pris dans des sables mouvants.

Son ami saisit une branche, la
lui tendit et parvint à le
sauver.

Pendant qu'ils se reposaientamitié
dans l'oasis, celui qui avait été
sauvé pris une pierre et commença
à y graver ces mots:

"Aujourd'hui mon ami m'a sauvé
la vie".


"Dis-moi, tout à l'heure tu as
écrit dans le sable, maintenant
tu graves dans la pierre.
Pourquoi?"

"-Parce que lorsqu'on est
blessé, il faut écrire dans le
sable pour que les vents du
pardon l'effacent. Mais lorsqu'on
nous fait du bien, on doit graver
dans la pierre pour s'en souvenir
toute sa vie"


©2015 Club Positif de Christian Godefroy
http://cpositif.com


128 rue La Boetie
Paris Ile de France 75008
FRANCE

To unsubscribe or change subscriber options visit:
http://www.aweber.com/z/r/?zJzMbGwctKyMLKyMzOystGa0TCzMrOycHA==
Trop de bulletins d’informations ? Vous pouvez résilier l’abonnement.

 


samedi 5 mars 2016

« Vous souhaitez vous débarrasser d’une mauvaise habitude… Vous devez d’abord savoir qu’une habitude consiste en un cliché qui s’est imprimé sur vos corps subtils. Une fois imprimé, il se reproduit à l’infini. C’est pourquoi, même si ensuite on regrette de s’être encore laissé entraîner, cela ne sert pas à grand-chose : on commet à nouveau la faute, puis à nouveau on la regrette. C’est un enchaînement sans fin de fautes et de remords. Car le remords a lui aussi inscrit son cliché ; c’est pourquoi il revient chaque fois après la faute, mais il n’aide pas à la corriger.
Et que faut-il faire alors ? Recouvrir le premier cliché, c’est-à-dire remplacer les mauvaises habitudes en s’appliquant, peu à peu, et consciemment, à nourrir de meilleures pensées, de meilleurs sentiments, et surtout un meilleur comportement. Ce sont là autant de nouveaux enregistrements, de nouveaux clichés qui arriveront à neutraliser les anciens. Ils ne les effaceront pas, car dans la nature rien ne s’efface, mais ils les recouvriront et c’est eux désormais qui agiront. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov
Oeuvres complètes
Au commencement était le Verbe – Commentaires des Evangiles
Oeuvres complètes
La nouvelle religion : solaire et universelle
Collection Izvor
L’égrégore de la Colombe ou le règne de la paix

 

Nouvelle parution : « La création entière habite en nous » sur www.prosveta.fr

En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …
que vous devez être bon avec vous-même si vous
voulez apporter du bon aux autres.

Cela signifie prendre un jour de congé une fois de temps
en temps quand ce n’est pas prévu. Manger un morceau
de chocolat quand ce n’est pas recommandé. Faire une
sieste quand ce n’est juste pas possible.

Mettez le nez dans un bon livre pendant une heure
quand vous ne pouvez pas vous le permettre. Prenez
un bon bain quand il n’y a pas le temps. Arrêtez
tout quand vous n’êtes pas sensé le faire. Faites-le
maintenant, dès maintenant, pour l’amour du ciel.

Avec tout mon amour, votre ami …
Neale

-Jean-Philippe

Bon avec vous

 

On this day of your life, I believe God wants you to know…
that you must be good to yourself if you are
ever going to be any good for others.

This means take a day off once in a while
when it’s not scheduled. Eat of piece of chocolate
when it’s not recommended. Take a nap
when it’s just not possible.

Get your face into a good book for an hour
when you can’t afford to. Soak in a tub
when there’s no time to. Stop everything
when you’re not supposed to. Do this now,
right now, for goodness sake.

Love, Your Friend …
Neale

Voir les commentaires sur le site

Ce message ferait du bien à une connaissance ? transférez-lui !


Suivre les pensées quotidiennes de Neale Donald Walsch sur Facebook


Si cette pensée vous a été transférée et qu’elle vous a plu,
cliquez ici pour recevoir directement les prochaines pensées

Accéder au site des pensées quotidiennes

http://changerdevieaujourdhui.com/category/boostez-votre-creativite/

 7 Jan 2016
recevoir mon ebook

 

READ MORE

une-simple-pensee,je t'aime tant

C’est une très belle histoire, elle vaut la joie que l’on réfléchisse sur notre relation avec les autres….!

 > > > >   Un jour, une prof demande à ses élèves de noter le nom de tous les élèves de la classe sur une feuille et de laisser un peu de place à côté de chaque nom.
« J’ai encore ma liste. Elle se trouve dans le premier tiroir de mon bureau.» Puis, elle leur dit de penser à ce qu’ils pouvaient dire de plus gentil au  sujet de chaque camarade et de le noter à côté de chacun des noms. Cela  pris toute une heure jusqu’à ce que tous aient fini et avant de quitter la  salle de classe, les élèves remirent leur copie à la prof.  

Le week-end, la prof écrivit le nom de chaque élève sur une feuille et à  côté toutes les remarques gentilles que les autres avaient écrit au sujet de chacun.  
Le lundi, elle donna à chaque élève sa liste.  
Peu de temps après, tous souriaient.  
« Vraiment ? » entendait-on chuchoter…
 
« Je ne savais pas que j’avais de l’importance pour quelqu’un….! »

« Je ne savais pas que les autres m’aimaient tant » étaient les  commentaires que l’on entendait dans la salle de classe….!
 
Personne ne parla plus jamais de cette liste. La prof ne savait pas si les  élèves en avaient parlé entre eux ou avec leurs parents, mais cela n’avait  pas d’importance. L’exercice avait rempli sa fonction. Les élèves étaient satisfaits d’eux-mêmes et des autres.  
  
Quelques années plus tard, un élève tomba, mort au Vietnam et la prof alla à l’enterrement de cet élève.  
  
L’église était comble. Beaucoup d’amis étaient là… L’un après l’autre, ils s’approchèrent du cercueil pour lui adresser un dernier adieu.
 
 La prof alla en dernier et elle trembla devant le cercueil.
 
Un des soldats  présents lui demanda « Est-ce que vous étiez la prof de maths de Marc ? »  
 
Elle hocha la tête et dit : « oui » Alors il lui dit : «Marc a souvent  parlé de vous. »  

Après l’enterrement, la plupart des amis de Marc s’étaient réunis.  Les parents de Marc étaient aussi là et ils attendaient impatiemment de pouvoir parler à la prof. 
 
« Nous voulions vous montrer quelque chose. » dit le père de Marc et il sortit son portefeuille de sa poche. « On a trouvé cela quand Marc est tombé à la guerre. 
  
Nous pensions que vous le reconnaîtriez… » Il sortit du portefeuille un papier très usé qui avait dû être recollé, déplié et replié très souvent. 

Sans le regarder, la prof savait que c’était l’une des feuilles de la fameuse liste des élèves contenant beaucoup de gentilles remarques écrites à l’époque par les camarades de classes au sujet de Marc.

« Nous aimerions vous remercier pour ce que vous avez fait. » dit la mère de Marc « Comme vous pouvez le constater, Marc a beaucoup apprécié ce geste.»  
Tous les anciens élèves se réunirent autour de la prof.  

Coeur en couleur

Charlie sourit et dit : 

La femme de Chuck dit : « Chuck m’a prié de la coller dans notre album de mariage. »  
 
« Moi aussi, j’ai encore la mienne, » ditMarilyn « Elle est dans mon journal intime »  
 
Puis, Vicky, une autre élève, prit son agenda et montra sa liste toute usée aux autres personnes présentes. « Je l’ai toujours avec moi, » dit Vicky et elle ajouta : « Nous l’avons tous gardée.»  
 
La prof était si émue qu’elle dut s’asseoir et elle pleura … Elle pleurait pour Marc et pour tous ses amis qui ne le reverraient plus jamais.  

Dans le quotidien avec les autres, nous oublions trop souvent que toute vie s’arrête un jour et que nous ne savons pas quand ce jour arrivera.  
 
C’est pourquoi, il est important de dire aux personnes, que l’on aime et qui nous sont importantes, qu’elles sont particulières et importantes.  
Dis le leur avant qu’il ne soit trop tard.  

« Ce que tu fais aux autres fais-le bien car il te revient » Ce que l’on apporte dans la vie des autres, on le reçoit aussi dans sa propre vie en retour. 

Ce jour doit être quelque chose d’aussi important que tu l’es. Ne te poses pas de questions, fais-le avec simplicité.

coeur-damour, tu comptes pour moi

Je Nous aime un point c’est tout.

La Paix sur Terre


33 ans plus tard cette chanson a sa totale place dans le coeur de chacun(e) pour plus de JE T’AIME ET MOINS DE HAINE. La Paix sur Terre s.v.p. et ceci est, KésaK

Nicole SEIBERT

https://www.youtube.com/embed/CJ_GgmSRd7o » target= »_blank »>

https://www.youtube.com/watch?v=CJ_GgmSRd7o

 

« Et Dieu a dit : « Aime ton ennemi »
alors je lui ai obéi et me suis aimé moi-même »
Khalil Gibran


LA VAGUE QUANTIQUE OU APPRENDRE À DEVENIR MAÎTRE DE SON SUBCONSCIENT… LÀ EST LA CLÉ DE LA RÉUSSITE !

Vague Quantique et Maître de soi

Avoir LA MAITRISE sur votre subconscient peut être un outil puissant. Lorsque vous êtes en mesure de vous connecter à votre Soi supérieur, vous êtes en mesure d’obtenir des messages sur ce qui peut ou ne peut pas être vous servir dans votre vie consciente. Souvent, le subconscient a des informations importantes pour la conscience, mais ils ne parlent pas la même langue ainsi, il peut être très difficile de communiquer. Mais il est possible de puiser dans votre subconscient d’innombrables informations, ce qui vous amène par la suite a détenir une meilleure maîtrise du subconscient et bien entendu de vos pensées. Ce qui suit est une liste de conseils pour vous aider à vous relier avec une plus grande facilité avec votre subconscient.  Ceci vous permettra de vivre mieux et surtout, de vous faciliter de jour en jour LA VAGUE QUANTIQUE !

  • Écoutez votre intuition – Le subconscient essaie souvent de vous donner des messages à travers votre intuition. Souvent, ces messages viennent comme des sensations ou des flashs sur un sujet ou une personne. Ces sensations ou flashs se nomment en fait les intuitions.   Lorsque vous avez un de ces messages qui vous parvient, portez-y attention. Suivez votre intuition. Plus vous le ferez, et plus souvent vous obtiendrez des messages vous parvenant de votre esprit.
  • Écoutez vos rêves – Le langage de l’inconscient se retrouve dans les rêves. Lorsque vous êtes capable d’entendre, voir, ou ressentir les messages provenant de vos rêves, c’est dès ces instant, le point de départ où vous communiquez avec votre subconscient. Garder un cahier près de vous dans votre lit ou votre table de chevet et écrivez dès le réveil  ce que vous retevez des grandes lignes et vous verrez que les rêves parlent beaucoup et sont à la fois une source infinie d’indices qui vous permettront de développer une meilleure communication avec votre esprit et par le fait même, votre subconscient !  Soyez très attentif aux rêves répétitifs, car un message plus qu’important vous est apporté !
  • Démarrer une pratique de visualisation – Une pratique de visualisation aidera votre subconscient à se manifester davantage, et cela permettra à votre imagination de mieux s’épanouir pour parvenir à vos buts précis à atteindre…  Cette phase est plus qu’importante pour vivre une meilleure communication avec votre subconscient. Un exercice de visualisation simple est de mettre quelque chose en face de vous; comme une pomme. Regardez cette pomme avec vos yeux pendant quelques minutes et puis fermez vos yeux et continuez à «voir» la pomme dans votre esprit avec facilité.  C’est une forme de contemplation qui vous fait voir différents aspects des choses, tant le physique que sous d’autres aspect de votre vie et cela, au quotidien.
  • Surveillez votre langage au quotidien – Si vous êtes toujours à laisser passer des messages négatifs, alors vous aurez à prendre beaucoup plus de temps pour réussir ce que vous désirez transformer dans votre vie. Prenez le temps de dire des affirmations positives pour vous, et cela tous les jours.  PAIX, HARMONIE, AMOUR, SÉRÉNITÉ, SANTÉ, PROSPÉRITÉ, RÉUSSITE, ABONDANCE, CHANCE ET OPULENCE…  Souvenvez-vous des phrases à dire tous les jours durant LA GRANDE VAQUE QUANTIQUE À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE !
  • Agissez avec créativité – Le subconscient aime la créativité. Vous pourriez trouver du temps pour peindre, faire de la musique, de la danse et ainsi de suite, car le subconscient adore cela, et ceci lui permet de lâcher-prise sur les aspects négatifs des temps présent ou passé.
  • Renseignez-vous sur le pouvoir du subconscient – La meilleure façon de commencer à travailler avec quelque chose est de comprendre comment il fonctionne.  Alors, renseignez-vous par de la lecture, vous pouvez aussi faire de la recherche sur internet.  En comprenant mieux de quelle façon il fonctionne, vous pourrez ainsi atteindre vos buts et réalisations avec beaucoup plus de facilité et surtout de rapidité.   Et n’oubliez pas que tout est dans la ténacité !
  • Méditez, méditez, méditez – Une des manières les plus puissantes de vous relier et de mieux maîtriser votre esprit subconscient est d’apprendre à écouter. La meilleure façon de le faire est par la méditation. Dans une pratique de méditation, vous parviendrez de jour en jour à trouver la véritable identité de votre Moi Intérieur, et vous aurez plus de facilité de discuter avec lui car vous serez beaucoup plus calme !  Dès l’instant ou la paix prend forme en vous, cela vous permet d’entendre les messages plus profonds qu’aurait à vous retransmettre votre subconscient.   Elle est là la clé de votre réussite !

Sur cela mes aminautes, je vous souhaite une merveilleuse journée et surtout, continuez CETTE MERVEILLEUSE VAGUE QUANTIQUE À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE et que le meilleur puisse toujours nous parvenir !

LA VAGUE QUANTIQUE

Avec Grand Respect et Gratitude,

Philippe-William Sinclair

ORIGINE: http://philippe-william-sinclair.com/portfolio/equilibre-et-harmonie/

Laisser un commentaire

© Philippe-William SinclairPropulsé par WordPress.com. Thème Port.

© Recevons le Meilleur… Nous y avons Droit !

 


Putain de pantouffle

Lorsque ce vieil homme est décédé dans l’aile gériatrique d’une maison de retraite d’une petite ville australienne, tout le monde a cru qu’il ne laissait rien de valeur derrière lui.

Mais lorsque les infirmières ont fait la liste de ses maigres possessions, elles ont découvert ce poème. Sa nature et sa qualité étaient telles que le personnel de la maison de retraite en a fait des photocopies, et qu’il a été distribué à tous les employés de l’hospice.
Une infirmière a même emmené une copie du poème à Melbourne. Depuis, l’unique titre de gloire du vieil homme a été publié dans les éditions de Noël de nombreux magazines australiens, ainsi que dans des magazines traitant de la santé mentale. Ce poème simple mais éloquent a même été transformé en diaporama.
Et ce vieil homme, qui n’avait rien de plus à offrir au monde, est désormais l’auteur de ce poème “anonyme” qui connaît un grand succès sur le web.
Vieil homme grincheux.
Que voyez-vous, infirmières ? . . .. . .Que voyez-vous ?
À quoi pensez-vous.. . lorsque vous me regardez ?

vieillard

À un vieil homme grincheux, . . . . . . pas très sage, aux habitudes hésitantes .. . . . . . .. et au regard perdu dans le lointain ?
Qui bave en mangeant .. . … . . et ne répond jamais aux questions.
Qui, lorsque vous criez . . “J’aimerais que vous fassiez un effort !”
Semble ne pas réagir du tout . . . à toutes ces choses que vous faites.
Un homme qui perd . . . . . .. . . toujours une chaussette ou une chaussure ?
Qui, en résistant parfois . . . … vous laisse faire ce que vous voulez, pour le nourrir et le baigner . . . .et pour remplir ces longues journées ?
Est-ce que c’est à cela que vous pensez ?. . Est-ce que c’est ce que vous voyez ?
Alors ouvrez les yeux, infirmières. Car vous ne me voyez pas.
Je vais vous dire qui je suis . . . . .. Alors que je suis assis ici, alors que je vous obéis, .. . . . alors que je mange ce que vous me donnez.
Je suis un enfant de dix ans . . J’ai un père, une mère, des frères et des sœurs .. . . .. . qui tous s’aiment beaucoup.
Je suis un garçon de 16 ans . . . .. vif et motivé, qui n’a qu’un espoir : rencontrer . . .. . . au plus vite celle qu’il aimera.
Je suis un futur marié de vingt ans . . . ..au coeur palpitant.
Je peine à me souvenir des vœux .. .. .que j’ai promis d’honorer.
Maintenant âgé de 25 ans . . . . .j’ai désormais des enfants qui ont besoin de mes conseils . . . et d’un foyer heureux et sûr.
À 30 ans, .. . . . . mes enfants grandissent vite, unis comme les doigts d’une main . . .. par des liens qui devraient être durables.
À 40 ans, mes jeunes fils .. .sont devenus grands et sont partis, mais ma femme est toujours à mes côtés . . pour voir que je ne leur en veux pas.
À 50 ans, à nouveau, .. … des bébés jouent autour de moi, À nouveau, il y a des enfants à la maison . . . . Ma bien-aimée et moi.
Le pire n’est plus à venir, il est déjà là . . . . Ma femme n’est plus.

Je me tourne vers le futur … . . . . Je tremble de peur.
Car tous mes enfants ont désormais leurs .. . . propres petits.
Et je pense au temps qui passe . . . et à tout l’amour que j’ai reçu.
Je suis désormais un vieillard . . . . . . .. et la nature est particulièrement cruelle.
La vieillesse est une mauvaise blague . . . . . . . qui nous fait paraître stupides.
Le corps s’écroule .. .. . La grâce et la vigueur disparaissent.
Il ne reste plus qu’une pierre . . . là où autrefois j’avais un coeur.
Mais au fond de cette vieille carcasse . il reste un jeune homme, tapi dans l’ombre, et de temps en temps . . . . . mon coeur épuisé s’emballe lorsque je me souviens de tous les moments joyeux . . . . .. . Je me souviens aussi des moments douloureux.
Et j’aime et je vis . . . . . . . de nouveau ma vie.
Je repense à toutes ces années, bien trop peu nombreuses . . .. bien trop vite parties.
Et j’accepte ce triste état de fait . . . Rien ne dure éternellement.
Ouvrez donc les yeux .. . . . .. . . Ouvrez les yeux, et regardez bien.
Je ne suis pas un vieil homme grincheux.
Regardez de plus près . . . . et admirez .. .. . .. …. . MOI !!

Jeune plus longtemps que les autres

Souvenez-vous de ce poème lorsque vous croiserez une personne âgée que vous aurez envie d’ignorer, sans faire l’effort de chercher l’âme d’enfant qui vit en son sein. Car un jour, nous aurons tous cet âge avancé !
PARTAGEZ CE POÈME, S’IL VOUS PLAIT (texte original de Phyllis McCormack, traduit par Bridoz.com)


Nouvel atelier à la boutique ésotérique Le Papillon Bleu ce Mercredi le 7 Octobre

5 CLEFS

 

Mercredi le 7 Octobre de 18h30 à 19h00, révision des Clés Métatroniques pour les gens qui ont suivis  l’atelier du 26 Septembre, ceci sans frais.

 

 

 

De 19h à 21 h= Atelier « L’ancrage Arbre de Vie et Respiration »

tree guided méditation

Ce gestuel d’ancrage est celui des Passeurs De Lumière ou thérapeute en Lumino-Énergétique. Si vous avez fait cette formation, peut-être serait-il approprié de rafraîchir vos données ou réapprendre le gestuel si vous l’avez oublié.

Cet atelier est accessible à tout le monde y compris les enfants ou ados qui en ont tant besoin pour se retrouver et se repositionner. Cet ancrage active l’adn, favorise une très grande protection et élève votre taux vibratoire. Ce gestuel est excellent pour la santé sur tous les plans, il vous épure de toutes énergies statiques tout en permettant de vous revitaliser. Ce n’est que quelques uns des avantages. De plus en plus la planète bouge, le taux vibratoire augmente et il devient de plus en plus facile de perdre pied, de vivre dans les illusions donc d’être déraciné.

C’est un exercice simple et rapide. Si vous êtes thérapeute, médium ou autres  et avez tendance à capter l’énergie des autres (éponge), l’ancrage est pour vous indispensable.

De plus vous apprendrez une respiration qui augmentera votre potentiel quelqu’il soit. Vous saurez mieux éliminer le stress, retrouver plus de santé et d’énergie etc..

https://lephareeclaireur.wordpress.com/2013/09/25/comment-sancrer-a-la-terre-pour-mieux-vivre-les-transformations-a-venir/

Ces 2 heures d’atelier, c’est très peu dans une vie mais ce que vous en ferez, saura en faire toute la différence.

Je vous convie le 7 Octobre à vous offrir ces 2 heures de bien-être qui sauront  vous transformer et vous redonner de l’assurance.

https://lephareeclaireur.wordpress.com/2015/09/29/a-la-boutique-esoterique-le-papillon-bleu-le-7-octobre-atelier-lancrage-arbre-de-vie-et-respiration/

Inscriptions à la Boutique Ésotérique Le Papillon Bleu de Louiseville:

Pour inscription, appelez Carole au (819) 228-3850
Informations : Bernard au (819) 694-4686 ou lephareeclaireur@hotmail.com
Visitez le site: https://lephareeclaireur.wordpress.com
Atelier avec Bernard Bélanger,p.d.l.                                                                                   Thérapeute/Formateur agréé en santé globale(1990).

Affiche en pdf :

https://lephareeclaireur.files.wordpress.com/2015/09/atelier-ancrage-avec-bernard-bc3a9langer.pdf

 


Si ce n’est pas ça être conscient alors c’est quoi?  Un texte, une pensée, un voyage dans le temps, une interrogation, une prise de conscience, un souhait, un but, une réponse, un éveil, un espoir, une profonde réflexion, une observation, un cri de l’Âme, un appel, un contact, un partage, une réalité, une recon_naissance, un savoir, un espace de vie, la Vie, Ta Vie.

M. Bélair

 

Voici un texte qui suscite une grande réflexion. Il a été composé en 2013 par notre garçon Michaël Bélair et je vous le partage aujourd’hui.

Fils de Richard Bélair et Nicole Urbain Bélair 

 

Pour toi, ma descendance,

Il y a de fortes chances que tu ne me connaisses pas ou que cette lettre ne te parvienne jamais, mais tu dois savoir qu’à l’époque où j’écris ces quelques lignes, je pense à toi qui n’existe pas encore. Peut-être ne verras-tu jamais le jour? Peut-être ton existence n’aura été qu’un songe merveilleux, abandonné d’un couple, jadis amoureux. J’ose croire que non, car si tel est le cas, mes prédictions auront eu lieu. À qui lira cette lettre, vous devez savoir qu’elle était adressée à mon arrière-petit-fils ou à mon arrière-petite-fille et que s’il reste une trace de ma descendance quelque part, ces précieuses pages doivent immédiatement leur être rendues. Si vous ne le faites pas, lisez attentivement chaque mot et faites-en l’interprétation que vous voulez. La simplicité du message qu’elles contiennent n’est nul autre que l’héritage d’une génération passée. Ces paroles ne devraient être perdues, mais plutôt partagées. Elles n’auront pas la prétention de donner réponse à tout. En réalité, elle n’en donneront aucune qui ne soulèvera pas de nouvelles questions. J’aimerais seulement qu’elles puissent aider à avancer. Maintenant, au plus profond de ma chair, j’espère sincèrement que tu lises ces quelques mots, toi ma descendance, homme ou femme, pour que  l’espace d’un instant je puisse renaître des abîmes de tes pensées et peut-être continuer enfin d’y exister.

 

Il était tard, tard dans ma vie, la première fois que j’ai eu le courage de m’observer dans une glace. Je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas constaté à quel point je me sentais triste et abandonné. J’endurais mes 25 ans et je ne croyais plus en rien. J’observais les autres vivres, mais moi, je vivais en transparence. J’étais comme un acétate vide dans lequel on attend juste le moment de pouvoir y insérer l’image d’une idée, bonne ou mauvaise, et qui aurait pour but de définir son existence à tout jamais. J’étais là, immobile face à moi, seul, contre moi. Le regard plongé dans cet homme que je connaissais si maladroitement, mais qui pourtant me ressemblait en tout point de vue. Plus je le fixais, plus il se transformait en quelqu’un que je ne connaissais pas du tout. Son visage se déformait peu à peu comme une tache d’huile qu’on aurait laissée briller au soleil pendant des heures.

Qu’avais-je donc fait pour perdre tout contact avec moi-même? Avec mes buts et mes rêves? En avais-je déjà eu où s’étaient ceux de quelqu’un d’autre? La personne qui était en face de moi ressemblerait-elle à mon fils? Est-ce que j’aurai un fils? Soudainement, j’ai eu honte et peur de mes pensées. J’ai reçu la déflagration en plein cœur de ce que je venais de comprendre. J’enviais les autres pour ce qu’ils ne possédaient peut-être même pas. En quoi était-ce possible? La réponse, il m’a fallu des jours avant de la trouver. En fait, j’avais compris que le monde au tour de nous et la société dans laquelle nous vivions tentaient de standardiser nos vies. On essayait de nous implanter des idées préconçues de vie simple et paisible en famille, ou seul la joie émanait. En réalité, plus de la moitié des gens que je connaissais à cette époque avaient auparavant été des couples. Leurs relations avaient fini sur une mauvaise note et la plupart du temps ils avaient laissé un enfant ou deux à la traine derrière leurs nombreux problèmes amoureux. Des enfants qu’on traiterait comme des boulets une partie de leurs existences parce que les élever de façon solitaire demanderait trop de temps et d’efforts. Des enfants qu’on préféreraient donner à qui veux bien les prendre pour quelques heures, parce qu’ils étaient trop turbulents une journée et qu’on voulait faire la grâce matinée. Étions-nous rendues si égoïstes que même nos propres enfants ne pourraient plus bénéficier de ces grains de sable qui s’écoulent lentement du sablier qui raconte la chaleur de nos vies? Voulais-je un enfant parce que j’avais besoin de me retrouver en quelqu’un? Étais-je capable de lui apporter l’amour nécessaire à son épanouissement? Cet enfant que j’aurais, deviendrait-il encore plus égoïste que moi? Ce rêve, ce n’était pas le mien, mais celui des murmures soufflés par les silhouettes que j’observais. C’est facile de regarder, mais souvent on ne voit rien. On avale les idées des autres comme si c’était des régimes miracles, mais on ne se pose pas de questions à savoir si ces concepts sont faits pour nous ou pas. Finalement, j’ai eu l’impression que tout le monde voulait aller dans la même direction, mais chacun à sa façon. Sans entraide, sans harmonie, pareil à ces couples qui ne tiennent plus la route. Plongé dans leurs regards noirs et luisants, victime de leurs propres reflets et prisonnier de ce qu’on leur a permis de croire. Nous sommes les seules responsables de l’assombrissement des cieux et du royaume des idées. Inconsciemment, nous avons créé notre malheur. Nous écoutons, mais ne comprenons rien. Nous avalons, mais ne gouttons rien. Nous ne sommes préoccupés que par nous, nous seuls et nous-mêmes. Et le plus terrible dans tout ça, c’est que nous ne nous connaissons pas, Je ne me connais pas. Comment apprendre la vie à un enfant lorsque nous ne sommes mêmes plus capables d’être en relation avec nos âmes?

Je ne pourrais te dire quand nous avons perdu contact avec la réalité, mais je peux t’affirmer qu’il est impératif de le retrouver. J’ai peur pour mon monde, pour le tien. Si nous continuons ainsi, j’ai peur que tu ne puisses jamais voir le jour. Ou pire encore,que tu sois en vie, mais à ton tour assombri. J’aimerais pouvoir m’éveiller et apprendre à ton père ou ta mère comment partager une idée. Je voudrais pouvoir grandir de moi-même et ne plus être engloutie dans ce faux réconfort qui nous endort. Je veux reconnaître et connaître ce que je suis. Je veux composer mon futur et donner mon savoir à tes ancêtres pour qu’ils te l’enseignent à leurs tours. Je veux que tu te reconnaisses et que tu l’apprennes à tes enfants. Tu dois t’interroger sur ton avenir et le façonner dans tes idées. Ne sois pas hypnotisé par les conformités qu’on tente si souvent de t’administrer. Si tu les ignores, ceux qui tentent de te les imposer finiront par s’étouffer avec les cendres de leurs propres idées. Tu es maître de ta liberté et c’est à toi de la partager. Moi, je commence peut-être une nouvelle vie à tes côtés comme le spectre d’une idée, mais ici en 2013 je sors enfin de mon inutilité et j’ose, pour la première fois, engendrer l’espoir qu’un jour tu puisses exister.

Original= http://chercheuse.eklablog.fr/pour-toi-ma-descendance-a118801036

« L’empathie chez les enfants

 


       Neale Donald Walsch En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez que « Pourquoi ? » est la plus inutile des questions dans l’univers.

La seule question qui a du sens c’est « Que faire de cela ? 

Poser la question « Pourquoi cela arrive-t-il ? » peut seulement vous
enlever votre pouvoir. Poser la question « Que souhaiterai-je faire
de cela ? » crée exactement l’effet inverse.

Voici un grand secret : la raison de n’importe quelle chose
est de produire chez vous un choix par rapport à cette chose.

Pensez à cela pendant un moment. En fait,
pensez-y pour le reste de la journée.

Avec tout mon amour, votre ami ..
Neale

Pourquoi est inutile NDW

-Jean-Philippe

On this day of your life, I believe God wants you to know…
that « Why? » is the most useless question in the universe.
The only question with any meaning is « What? »

Asking « Why is this happening? » can only disempower
you. Asking « What do I want to make of this? »
does exactly the opposite.

Here is a great secret: the Why of anything
is to produce the What of everything.

Think about that for a moment. In fact,
think about it for the rest of the day.

Love, Your Friend …
Neale

Lire et commenter sur le site

Ce message ferait du bien à une connaissance ? transférez-lui !


Suivre les pensées quotidiennes de Neale Donald Walsch sur Facebook


Si cette pensée vous a été transférée et qu’elle vous a plu,
vous pouvez vous inscrire directement pour recevoir les suivantes
Cliquez ici pour recevoir les prochaines pensées

Accéder au site des pensées quotidiennes Si vous êtes Bernard, cliquez ici pour vous désinscrire

« Je parle à chacun. Tout le temps.

La question n’est pas à qui Je parle, mais qui écoute ? »


En ce mois de Juin, ouvrez grand votre coeur et votre conscience. Ressentez, écoutez, laissez tomber tous les conflits, les frustrations, colères, chicanes etc..

En cette Pleine Lune et même pour tout Juin, alignez votre pensée et vos émotions que sur les belles choses, les personnes avec qui vous êtes bien et qui vous respectent.

C’est le temps de faire la paix avez vous-même et autour de vous, peu importe les raisons.

C’est aussi le temps plus que jamais de faire la Vague Quantique.

https://lephareeclaireur.wordpress.com/category/vague-quantique-2/

Émanez votre Lumière tout autour de vous et même tout autour de notre Terre et au-delà repoussant tout ce qui est nuisible et faisant place à tout ce qui est merveilleux.

Merci de faire suivre.. et que la Force soit avec vous!

https://www.youtube.com/watch?v=vje7DbMYauk

 

 

 


Cette vérité conscientisée nous propulse de la violence à la Paix.

Une fois que nous avons franchi cette étape, quelle délivrance et quelle paix intérieure! Il suffit de laisser les autres vivent comme ils le veulent, ça ne nous regarde pas. Aimerions-nous que les autres décident de quelle façon nous devrions vivre?

Nous ne pouvons changer les autres mais nous pouvons nous transformer et ceci a un impact réel sur la conscience collective. C’est ce que nous nommons la Science Quantique. C’est d’ailleurs pour cette raison si lumineuse que Philippe-William Sinclair a créée la Vague Quantique. C’est la façon la plus rapide et facile de transformer la conscience planétaire et de parvenir au phénomène du 100e singe.

Voyez les liens à la fin.

Merci Fannyfreya d’avoir publié cette pensée si importante.

10525812_812625252101616_7359540664188281735_n

http://leblogdefannyfreya.wordpress.com/2014/12/14/saccepter-tel-que-lon-est/

L’effet Maharishi visite l’effet Sinclair et Gregg Braden

https://lephareeclaireur.wordpress.com/2014/07/27/gregg-braden-et-leffet-maharishi-visite-leffet-sinclair-de-philippe-william-sinclair/

La Vague Quantique et la science quantique

https://lephareeclaireur.wordpress.com/2013/11/05/la-vague-quantique-pour-saider-et-transformer-la-conscience-collective/

Le 100e singe

https://lephareeclaireur.wordpress.com/2013/03/15/lhistoire-du-100e-singe-ou-lespoir-de-lhumanit/

VOUS DÉSIREZ DES TRANSFORMATIONS À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE?

NE PERDEZ PLUS VOTRE TEMPS ET VOTRE ÉNERGIE À PESTER, PARTICIPEZ À LA VAGUE QUANTIQUE MAINTENANT CONNUE ET RECONNUE TOUT LE TOUR DE LA PLANÈTE

Bernard Bélanger, p.d.l. Thérapeute et formateur en santé globale(1990).


Les pensées quotidiennes de Neale Donald Walsch, le dialogue continue en français !


En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …
que la créativité c’est penser à de nouvelles choses.
L’innovation c’est faire de nouvelles choses.

Theodore Levitt a dit cela, et il avait raison. Par conséquent,
ne soyez pas seulement un créateur mais un innovateur. Mettez
vos nouvelles idées en mouvement. Ne les posez pas seulement
sur papier mais également sur la terre ferme.

Ah, oui, maintenant vous avez fait quelque chose.

Avec tout mon amour, votre ami ..
Neale

La créativité c’est donc l’art d’inventer
des idées nouvelles tandis que l’innovation
c’est l’art de les mettre en oeuvre.
Et je relie cette pensée à une précédente :
« Vous venez juste d’avoir une très bonne idée !
Ne la niez pas ! Ne la jetez pas de côté, ou « ne la remettez pas
à demain », ou quelque soit la manière d’en faire peu de cas.
Les idées sont des cadeaux venus du ciel. Ne les déshonorez pas. »
-Jean-Philippe

innovation

On this day of your life, I believe God wants you to know…
that creativity is thinking up new things.
Innovation is doing new things.

Theodore Levitt said that, and he was right.
Therefore, be not only a creator, but an innovator.
Put your new ideas into motion. Place them not just
on paper, but on the ground.

Ah, yes, now you have done something.

Love, Your Friend …
Neale


Lire et commenter sur le site
Ce message ferait du bien à une connaissance ? transférez-lui !


Suivre les pensées quotidiennes de Neale Donald Walsch sur Facebook


Si ce message vous a été transféré et qu’il vous a plu,
vous pouvez vous inscrire directement pour recevoir les suivants
Cliquez ici pour recevoir les pensées

Accéder au site des pensées quotidiennes
Si vous êtes Bernard, cliquez ici pour vous désinscrire

rue de Tronoen, Saint Jean Trolimon, France 29120,
Unsubscribe | Change Subscriber Options

Trop de bulletins d’informations ? Vous pouvez résilier l’abonneme


Eckhart Tolle – « La créativité »

Bienvenue,

Eckhart Tolle-1Le sujet d’aujourd’hui semble être… la créativité. Bien sûr, on ne sait jamais ce qui va en sortir ! Il y a une dimension particulière où la créativité émerge. C’est un peu comme la mèche qui brûle, la flamme. Sa nourriture est l’huile. Pensons à une lampe à huile. Vous êtes la flamme. Ajoutons en passant que toutes les analogies sont limitées. C’est juste une approximation pour vous permettre de sentir ce qu’est cet endroit. Vous êtes donc la flamme et vous pouvez sentir le chemin jusqu’à la source même – la mèche qui vient du récipient qui contient l’huile – en vous-même. L’endroit est la source. Donc, si quelque chose est nouveau, une chose qui est créative, cette chose dégage le parfum de la source. Laissons maintenant l’image de côté.

Et d’une certaine manière, même si les humains sont encore beaucoup identifiés à leur mental, beaucoup d’entre eux sont touchés en voyant, en entendant quelque chose qui vient de ce niveau plus profond ou en étant en contact avec cela de quelque manière que ce soit. Ce peut être une oeuvre d’art, un morceau de musique, simplement quelqu’un qui s’exprime et dont la parole émane de ce niveau plus profond ou quelqu’un qui a le sens de l’humour.

Même l’humour spontané est déjà une forme de créativité : voir tout à coup quelque chose qu’on ne verrait pas normalement, un lien entre deux choses apparemment non reliées. Vous faites subitement le lien et tout le monde rit. Certaines personnes ont ça. Certaines personnes ont une fois ou l’autre un petit domaine dans lequel ils peuvent exercer leur créativité et cela peut suffire pour vous épanouir, vous apporter un revenu pour le reste de votre vie et faire de ce talent votre contribution au monde.

Par exemple, les grands comiques qui font du stand-up, qui se produisent en solo ont ce talent. Tout ce qu’ils disent n’est évidemment pas forcément spontané, mais quand ils préparent leur spectacle, ils doivent être créatifs. Je ne sais pas s’il y a quelqu’un ici qui a essayé de faire du stand-up, c’est difficile ! Beaucoup essaient. C’est dur d’être drôle. Mais certains ont le truc et c’est étonnant d’avoir ce talent !

Le sens de l’humour est quelque chose qui vient spontanément. C’est être en contact avec ce pouvoir. C’est merveilleux d’être capable d’avoir ce contact et sentir le pouvoir qui de là jaillit dans le monde. Pour ce faire, bien sûr, il vous faut une sorte de véhicule, parce que le pouvoir doit s’écouler dans une forme ou dans une autre. Vous pouvez aussi contacter cet endroit à l’intérieur sans que cela se manifeste de façon créative, parce que vous n’avez pas développé un véhicule à cette fin, peut-être pas encore.

Le pouvoir même qui engendre la créativité peut bien sûr se manifester aussi de différentes manières qui ne seraient pas considérées comme de la créativité. Cela pourrait être un pouvoir de guérison qui devient effectif quand vous entrez en relations avec les autres, de la guérison au sens large, non pas seulement la guérison physique. L’endroit même où la créativité émerge… – Si vous n’avez pas d’instrument… – Vous ne deviendrez pas du jour au lendemain un grand musicien si vous n’avez jamais touché d’instrument, même si vous contactez cet endroit en vous.

Je ne vais pas d’un coup devenir… – Sous prétexte que je peux toucher cet endroit et être contacté à cet endroit, cela ne se manifestera pas dans mon cas sous la forme d’une grande découverte scientifique. Le véhicule n’y est pas préparé ; mon mental n’y est pas préparé. Il ne fonctionne même pas de cette façon. S’attendre à ce que je suggère la théorie des champs unifiés à laquelle Einstein n’est pas parvenu… – après la théorie de la relativité, Il a essayé le reste de sa vie à la développer. Je ne vais rien proposer dans ce sens, c’est tout à fait improbable. Le véhicule n’a pas été préparé pour cela.

Je ne vais pas devenir un grand pianiste, parce que je ne sais pas jouer du piano. Aussi profond que j’aille à l’intérieur, cela ne prendra pas ce chemin. Un grand sportif ? Non. Abstraction faite de mon âge, On doit préparer le véhicule pour la créativité. J’y reviendrai peut-être dans un moment, ça pourrait être important, mais ce qui est plus important encore, c’est l’endroit, être capable d’aller à l’intérieur à cet endroit de quiétude extrêmement vivante d’où émerge la créativité. Vous pouvez aller là et s’il n’y a pas de véhicule, cela ne s’exprimera pas sous une forme de créativité, sous une forme conventionnelle de créativité, mais cela peut en fait s’exprimer sous des formes différentes.

Je viens d’en mentionner une, laquelle est une radiation dans toutes les interactions humaines, une radiation de… – c’est difficile d’expliquer, mais vous pouvez le sentir quand vous rencontrez une personne qui est présente au moment de l’interaction. Il y a une fréquence d’énergie différente qui opère et c’est de la guérison. C’est quelque chose qui est complètement sans forme et qui ne requiert donc pas un véhicule préparé antérieurement. Vous pouvez simplement être et l’être émane alors de vous. C’est excellent. C’est là ce que peut être votre contribution, où que vous soyez.

Disons que vous avez un travail relativement inintéressant, mais vous êtes en contact avec des gens. Cela s’écoulera dans ce que vous faites et imprègnera ce que vous dites ou donnez à autrui. Même si vous occupez l’emploi le plus simple, comme à un poste de péage sur un pont. Toutes les quelques secondes, une voiture s’arrête et il vous faut dire : « 2 euros, s’il vous plaît ! Merci ». Eh bien, c’est là encore une occasion que vous pourriez utiliser. J’ai vu une fois quelqu’un qui dégageait une forte présence en disant « 2 dollars » et en rendant la monnaie : « Bonne journée ». Il y avait plus que les mots, il y avait une véritable présence. Et tous les gens qui passaient près de lui étaient touchés.

Donc, où que vous soyez, vous contactez cet endroit et le rayonnement se produit Même sans véhicule, le rayonnement naturel. Ou ça pourrait être canalisé vers un véhicule particulier. Chez un scientifique, la créativité est relativement rare. La plupart des scientifiques sont des chercheurs et travaillent de façon analytique. Or, les idées créatrices proviennent toujours d’un endroit qui va au-delà de l’analyse intellectuelle, mais il faut préparer d’une manière particulière le véhicule qu’est le mental.

J’ai lu que des chercheurs avaient constaté… – Non, ils n’avaient pas vraiment atteint le niveau le plus profond, Mais ils avaient constaté que, pour parvenir à la maîtrise de quelque chose, on avait besoin de dix mille heures de pratique – c’est une moyenne – dans quelque domaine que ce soit, le sport, la science, la musique ou autres. Dix mille heures de pratique préparent le véhicule. Cela ne veut pas dire, si vous avez vos dix mille heures de pratique, que la créativité va jaillir automatiquement. Il se peut que vous continuiez simplement de pratiquer encore et encore.

Mais quand vous en êtes là, le véhicule est prêt et il arrive parfois – pour beaucoup, cela arrive sans même qu’ils en soient conscients – il arrive qu’il y ait une percée d’un niveau plus profond et ce que vous faites alors n’est pas seulement techniquement bon –certes, après dix mille heures de pratiques, on est probablement très bon au niveau technique dans ce qu’on fait, mais c’est insuffisant pour avoir la maîtrise dans n’importe quelle matière. Il y a alors la possibilité, s’il y a l’état de conscience nécessaire, une ouverture à la présence, que le véhicule soit investi de pouvoir et que cela imprègne alors ce que vous faites. Et soudainement, c’est la maîtrise.

J’ai lu dans le livre… – Je crois que le titre était « Outliers ». Il n’est pas vraiment allé au niveau le plus profond de ce qu’est la créativité en réalité. Il a seulement examiné la surface, les dix mille heures de pratique. Les Beatles disaient, par exemple, qu’ils étaient devenus… – leur âme est toujours vivante aujourd’hui, parce qu’ils avaient cette qualité de vie et quand ils jouaient dans des petits bars à Liverpool et à Hambourg… – À Hambourg, ils avaient apparemment un contrat qui les obligeait à jouer tous les jours des heures et des heures dans des petites caves à bières miteuses et des bars. De cette manière, ils ont accumulé dix mille heures de pratique. À l’époque, ils n’étaient pas encore remarquables. La percée s’est faite ensuite. Il y a dans le livre différents exemples de ce genre.

Il arrive finalement que ce que vous produisez, que ce soit de la musique, de l’art, tout autre chose, ait une qualité qui est reconnue même par les gens qui ne sont pas eux-mêmes créatifs. Quelque chose est intéressant : si vous écoutez de la musique, par exemple au restaurant… – On était au restaurant hier soir et il y avait une musique de fond bruyante comme c’est courant de nos jours et il n’y avait rien dans cette musique à quoi on aurait pu répondre. La plupart des chansons disparaissent après quelques semaines de succès et plus personne ne les écoute jamais. Très peu de morceaux de musique durent et ceux-ci sont joués un an plus tard, cinq ans plus tard, dix ans plus tard, vingt ans plus tard et les gens y sont toujours sensibles.

La même chose s’applique à beaucoup d’œuvres littéraires et autres. Un nombre colossal de livres sont publiés, un nombre colossal ! J’ai parlé à un éditeur qui m’a dit que la plupart des livres publiés restent quelques mois en librairie et disparaissent ensuite. Personne n’en entend plus jamais parler. C’est le cas pour 95 % des livres ou même plus. Et quelques livres restent, il y a une raison. Les humains reconnaissent cette qualité… Il y a une qualité qui ne peut échapper. « Qualité » est peut-être le mot important ici.

Il y a une qualité qui ne peut échapper dans ce qui émerge de cet endroit le plus profond et cette qualité est également présente dans la manière sans forme que vous manifestez… Vous n’avez pas de véhicule, vous manifestez simplement la conscience ou la présence qui apporte de la qualité dans toute relation. Maintenant, il faut que vous ayez un ressenti de ce qu’est cette qualité plutôt que d’essayer de la comprendre par le biais de l’intellect. C’est la qualité de votre présence. C’est même la qualité de vos actions. Qualité veut dire qu’il y a la conscience qui imprègne ce que vous faites. Il y a alors de la qualité dans ce que vous faites.

On ne peut pas l’expliquer davantage, vous devez voir ce que c’est. Quand on accorde de l’attention à un autre être humain, Il y a tout à coup de la qualité dans la relation, la qualité de l’attention consciente. Quand vous êtes simplement en relation par le biais du mental conceptuel, il y a une absence de qualité, une fréquence d’énergie complètement différente entre les êtres humains. Si vous touchez la présence, vous incarnez cette qualité. Et même si vous n’avez pas de véhicule, vous êtes, vous incarnez cette qualité.

Et c’est quelque chose que les gens reconnaissent parfois chez l’enseignant spirituel, la qualité de sa présence, et c’est à quoi ils répondent. C’est pourquoi ils viennent. Le contenu est toujours secondaire, ce que l’enseignant dit. Ce qui est le plus important, quoi que dise l’enseignant, c’est la qualité de cette conscience. Maintenant, le fait que vous reconnaissiez cette qualité chez autrui veut dire que vous l’avez aussi. Il y a encore beaucoup d’humains qui ne seraient pas attirés par un enseignant spirituel, parce qu’ils ne reconnaissent pas ce qui est là. Ils n’y ont pas accès. Beaucoup y ont accès, mais ne croyez pas que cela se trouve seulement chez cette autre personne.

Pourquoi êtes-vous capables de reconnaitre la présence chez autrui ? . . . Parce que seule la même fréquence en vous peut la reconnaître en autrui. Et c’est une chose merveilleuse quand vous êtes attirés par un enseignement spirituel. Cela pourrait également prendre la forme d’un livre. Vous reconnaissez alors la vie ou la qualité qui se trouve là. Pourquoi est-ce que vous la reconnaissez ? Parce que c’est déjà vivant en vous, peut-être pas encore aussi pleinement, mais cette présence est déjà vivante en vous.

Et c’est la manière dont l’art véritable peut avoir une fonction spirituelle, parce qu’il peut éveiller cela quand l’oeuvre d’art contient une qualité qui ne peut échapper bien que l’artiste puisse ne pas incarner les qualités dans tous les domaines de sa vie. L’artiste peut n’incarner la qualité que dans cette petite sphère de son art. Et quand il s’écarte de son art, il peut être aussi inconscient que n’importe qui d’autre, parfois même plus, pas toujours, mais ça peut arriver. Et quand il retourne à son art, le changement se produit immédiatement : . . . et le pouvoir s’écoule.

Je précise bien sûr que ce pouvoir peut être dans votre vie, non pas seulement dans un petit domaine, mais de façon continue. Votre vie peut être imprégnée de cette qualité qui est là quand vous n’êtes pas identifiés aux formes, à savoir les formes-pensées, le mental humain, identifiés à cela, parce que la qualité est la manifestation du sans-forme, le sans-forme, la conscience elle-même qui circule dans le monde de la forme à travers vous. C’est presque paradoxal, parce que le mental pourrait dire : « Comment le sans-forme peut-il circuler dans le monde de la forme ? ». Or, il le fait. Il circule dans les formes.

Il y a une sorte de processus et de travail de sélection et habituellement… il y a des exceptions, mais habituellement, les choses persistent quand elles le méritent, quand elles ont cette qualité… Une oeuvre d’art par exemple. Mais il y a des œuvres d’art qui peuvent être en avance sur leur temps et peuvent être découvertes après la mort de l’artiste. Soudainement, la qualité est reconnue, Mais du vivant de l’artiste, personne ne l’avait vue. Il y a beaucoup d’exemples de cela. Il y a des grands artistes qui n’ont jamais vendu la moindre toile dans leur existence, qui sont morts dans la pauvreté. Ils moururent et 20 ans, 30 ans, 50 ans plus tard, les gens se sont tout à coup exclamés : . . . Certes, c’est un peu tard pour eux.

Donc, le reconnaître indique que c’est en soi. La qualité peut donc être indirecte, comme investie dans un morceau de musique, dans une oeuvre d’art, voire dans quelque chose qui est écrit, ou elle peut être directe. En rencontrant un être humain qui incarne cet état, vous avez un contact direct avec la qualité. Si vous la reconnaissez… – non pas que vous soyez capables de la définir intellectuellement, parce que vous ne pouvez pas le faire en réalité – vous reconnaissez qu’il y a là quelque chose et cette reconnaissance implique déjà un degré accru de vigilance. C’est une sorte d’écoute, comme une écoute, une attention vigilante.

L’erreur qui se produit parfois à ce stade, c’est que le mental interprète mal ce qui a lieu et déclare : « Cela vient exclusivement de cette personne ». Et vous vous attachez donc à une forme particulière, par exemple un enseignant spirituel. Le mental peut même dire : « Il est le seul, elle est la seule sur la planète qui ait cela, je suis son disciple et tous les autres ont tort ».

Il peut même arriver, chez un enseignant qui incarne la qualité, que le mental à un certain point puisse revenir, plus particulièrement si l’enseignant est entouré de disciples qui croient qu’il ou qu’elle est l’unique ou le seul, la seule. Bien sûr, il est l’unique, mais non pas le seul. Vous êtes aussi l’unique. Le mental fait donc une mauvaise interprétation. Même la personne qui incarne cela, peut après un temps croire qu’elle est plus spéciale que les autres. Et si vous allez auprès d’un enseignant que vous entendez dire « il y a beaucoup de grands maîtres, mais je suis le plus grand », vous savez alors que l’identification à la forme est revenue. Habituellement, c’est là où peu à peu le pouvoir de l’enseignant commence à s’affaiblir.

Il est donc important de ne pas mal interpréter les choses. Vous n’avez pas besoin de voir une supériorité – Même en pensant à un grand génie s’il s’agit d’une oeuvre d’art – de vous dire que la personne qui a créé l’oeuvre d’art doit être supérieure. Le mental humain dit qu’il y a des humains supérieurs. Cela peut être de grands scientifiques… Les plus grands êtres humains supérieurs. Et parfois, on leur élève un monument, un grand monument. Bien sûr, c’est encore une mauvaise interprétation, parce que la personne n’est pas responsable de la création. La création s’est produite, parce que la personne est devenue transparente au pouvoir ou à la lumière de la conscience elle-même. Donc, dire qu’il l’a fait n’est pas vraiment exact. Cela s’est produit à travers lui (ou elle). Non, ce n’est pas qu’il l’ait fait, qu’elle l’ait créé. Il (ou elle) a été capable d’être une ouverture pour cela.

Quoi que vous fassiez quand la présence émerge, vous commencez à sentir le pouvoir qui est là, en vous, mais ce n’est pas le vôtre, parce que rien n’est vôtre. Pourquoi rien n’est vôtre ? Parce qu’il n’y a pas vous et le pouvoir. Vous n’en êtes pas séparés, vous l’êtes. Donc, vous ne le possédez pas. L’illusion de la séparation s’efface.

Il est très important, alors que nous sommes assis ici, de sentir ce dont je parle en ce moment. C’est pourquoi nous sommes ici. Au-delà de votre mental, au-delà des émotions, il y a un champ de vie et de pouvoir, en vous. C’est partout, mais c’est là que vous le sentez, c’est en vous. Cela n’a pas de forme, mais cela peut s’écouler dans une forme et vous devez le connaître dans son aspect sans forme. Cela veut dire contacter la quiétude extrêmement vivante à l’intérieur, à savoir connaître le pouvoir dans son aspect sans forme. Et s’il devait s’écouler dans une forme, ce qui pourrait être une simple chose comme dire quelque chose d’inspirant ou de profondément significatif à un autre être humain qui a besoin à ce moment-là de ces paroles, cela veut dire que le pouvoir a pris une forme, s’est écoulé dans cette forme, et c’est alors un pouvoir manifesté.

Mais il est important de rester continuellement en contact avec l’aspect sans forme de ce pouvoir. Et connaissez-le directement, non pas comme quelque chose que vous acquérez ou que vous atteignez, mais qui est intrinsèquement un avec qui vous êtes en essence. Il n’y a donc pas le pouvoir et moi. Il n’y a pas de dualité. Même dire « j’utilise » ce pouvoir » -nous pouvons le dire au niveau de la réalité superficielle, parce que nous utilisons le langage, Mais cela n’est même pas vrai ultimement, parce qu’il y a plus d’intelligence en ce pouvoir que dans votre mental. Donc, plutôt que vous l’utilisiez, il vous utilise et il veut vous utiliser, parce qu’il fait partie de l’évolution de notre planète. Il veut s’éveiller sous cette forme dans ce monde.

Donc, la plus belle chose pour vous, dans votre vie quotidienne, c’est de sentir votre retour à cette quiétude extrêmement vivante qui est le pouvoir dans son aspect sans forme, laquelle est maintenant tandis que nous sommes assis ici. Elle est ici présente. C’est bien sûr plus facile à faire – ce n’est pas faire, mais on utilise le langage – c’est plus facile d’embrasser cela dans un groupe avec quelqu’un qui maintient la présence que de le faire peut-être au bureau ou à la maison dans un environnement bruyant. C’est donc pourquoi nous le faisons ici.

La seule manière dont cela se manifeste ici, c’est à travers les paroles. Le reste est le sans-forme dans ce champ d’énergie en vous. Tous les grands enseignants ont indiqué cette même chose. Que cela s’écoule ou non dans une forme définie est vraiment secondaire. Ou si vous continuez simplement de faire ce que vous faites, La façon de le faire change, non pas ce que vous faites. Il peut aussi arriver que le pouvoir change complètement votre vie. Vous devez voir ce qu’il fait. Il vous libère du faux sentiment d’identité. Cela concerne ce que le mental vous dit à votre sujet et au sujet des autres.

Qui suis-je ? Je suis ceci, le pouvoir silencieux et je ne peux pas être défini. Pour me connaître moi-même, je n’ai pas besoin de me définir avec des concepts. Je peux me connaître directement en étant éveillé à ce pouvoir qui est la quiétude extrêmement vivante à l’intérieur.

C’est donc magnifique : de la même façon, pour connaître les autres véritablement, vous n’avez pas besoin de les définir avec des mots ou des concepts. Vous n’en avez pas besoin pour les connaître en leur essence. Vous les connaissez par votre propre présence qui traverse les couches de leur mental et de leurs émotions qui sont habituellement confondues avec qui est l’être humain. Donc, vous percez, le pouvoir en vous perce, pour ainsi dire, traverse les barrières en l’autre que sont ses couches mentales et émotionnelles, et cela éveille la même chose en l’autre et qui attend d’être éveillé.

Chez tous les êtres humains… – bien que chez certains la densité est encore telle que vous pouvez parfois la sentir en étant assis en face d’eux. Il n’y a pas encore d’éveil, parce que les couches mentales et émotionnelles sont trop denses. Cela arrive aussi. Mais dans beaucoup de cas, l’éveil se produit à travers vous. Donc, votre fonction à partir de maintenant – pour beaucoup d’entre vous, c’est déjà votre fonction depuis un certain temps – c’est d’éveiller… – en premier lieu bien sûr, vous devez être connecté à cela, faire un avec cela autant que possible dans votre vie, mais votre fonction en ce monde est alors de l’éveiller chez les autres. Cela se produit automatiquement simplement en l’incarnant.

Cela veut dire que tout ce que vous faites dans la vie (votre travail, vos diverses activités…) est d’importance secondaire. Ce qui est de première importance, c’est la façon dont vous faites ce que vous faites et non pas ce que vous faites. La façon de faire implique l’état de conscience qui se trouve derrière le faire. C’est le comment. Et c’est d’une importance bien plus capitale que ce que vous faites.

Vous commencez donc en pratiquant, en étant cela immédiatement et non pas en disant : « Ok, il faut que j’attende des circonstances meilleures dans ma vie pour que je puisse pratiquer le fait d’être présent ». Non, c’est un report, ça pourrait prendre longtemps et vous pourriez ne jamais y arriver, parce que la vie continue de vous lancer des défis.

Donc, chaque défi peut être une excuse : « Ok, je n’ai pas le temps Pour être présent maintenant », ce qui veut dire en réalité « Je n’ai pas de temps pour le maintenant, parce que je suis trop occupé. Si seulement j’avais plus de liberté pour pratiquer ! Si seulement j’avais assez d’argent pour aller dans une station thermale où l’on bichonnerait mon corps, où je pourrais m’étendre dans l’eau recouverte de pétales de rose, dans des senteurs délicieuses, être massé avec les huiles les plus exotiques et accompagné de musique agréable ! Alors seulement, je pourrais vraiment pratiquer le fait d’être présent ».

C’est loin d’être garanti. Il est plus probable que vous vous endormiez. Or, si des choses se passent mal dans votre vie – précisons que « se passer mal » est une autre expression pour le mot « défi  » – si des choses se passent mal dans votre vie – peu importe dans quel domaine – c’est en fait la meilleure occasion pour pratiquer la présence, de loin la meilleure. Donc, les circonstances les moins favorables sont en réalité plus adaptées que les circonstances favorables en apparence.

Autrement dit, Pour le dire encore plus platement, les mauvaises choses sont spirituellement meilleures pour vous que les bonnes choses. Une fois que vous savez cela, elles ne sont plus mauvaises, parce que les mauvaises choses ne sont mauvaises que tant que vous ne savez pas qu’elles sont en réalité plus avantageuses que les bonnes choses. Elles ne sont mauvaises que parce que votre mental les juge ainsi. « Rien n’est bon ni mauvais en soi, tout dépend de ce que l’on en pense », a dit Shakespeare quelque part.

Maintenant, il vous faudra le constater La prochaine fois que vous avez l’impression que quelque chose de mauvais vous arrive. Commencez peut-être avec des petites choses : un retard à l’aéroport à cause des cendres volcaniques – « C’est épouvantable, c’est terrible, passer trois jours à l’aéroport, être allongé là, dépenser tout son argent, la compagnie aérienne qui ne paie pas d’hôtel, etc. Ok, c’est horrible !

Ou d’autres gens en Europe qui ont été en voyage pendant deux ou trois jours pour essayer de trouver un aéroport en service. Une chose tout à fait étrange ! Mais j’ai lu dans le journal que certains avaient dit : « D’un coup, voyager est redevenu intéressant ». Ces gens ont abandonné la définition « c’est mauvais » et ils ont suivi le cours du moment présent. En fait, ils ont vécu une aventure et toute leur vie, ils se rappelleront cette aventure où les avions ne volaient plus, où il leur avait fallu traverser des pays en bus, en train pendant des heures et des jours d’affilée. Et d’autres étaient probablement restés très énervés à propos de tout cela.

Donc, « mauvais »… les gens qui sont encore inconscients ne peuvent pas séparer l’événement de leurs interprétations mentales concernant l’événement considéré comme mauvais ou quels que soient les mots utilisés pour le décrire. Cela veut donc dire qu’il y a de l’inconscience. La façon mentale et émotionnelle dont vous interprétez l’événement qui se passe autour de vous ou la circonstance dans laquelle vous vous trouvez. L’événement ou la circonstance ne font qu’un. Par exemple, vous dites : « Une chose horrible vient de m’arriver ». Ok, vous n’avez pas séparé la chose du « horrible ». Vous avez assemblé la définition mentale, Le jugement et l’événement, et pour vous, il n’y a plus qu’une seule chose, une chose horrible. Non, il y a la chose et il y a le jugement « c’est horrible ». « C’est horrible », c’est une pensée ; la chose est telle qu’elle est.

Maintenant, une fois que vous avez la pensée « c’est horrible » qui est complètement confondue avec la chose, vous avez alors la réaction émotionnelle à la pensée. Elle constitue une couche qui s’ajoute à « c’est horrible ». Il y a donc deux couches de « c’est horrible », l’une est la pensée et l’autre est la réaction physique à la pensée, qui est l’émotion. Et vous les mélangez ensuite avec l’événement, remuez bien et ensuite, ils ne font plus qu’un. Et de cette façon, toute leur vie, des gens se trouvent dans des situations horribles, sans jamais réaliser qu’il y a là ce qui est, dans l’instant, les circonstances, l’événement, la situation dans laquelle ils se trouvent et qu’il y a ici leur jugement mental et leur réaction émotionnelle à ce sujet.

La séparation ne se fait jamais. Et du fait d’un schéma mental réactionnel, le mental croyant à tort que « si je me plains assez, les choses finiront par aller mieux », sans réaliser même après 50 ans de plainte que cela ne marche pas… – Je pense que ce schéma a pu se mettre en place dans l’enfance, pour pas mal de gens. Quand les enfants pleurent assez, ils obtiennent l’attention de leurs parents. Cela peut être une raison pour laquelle le schéma se développe. L’enfant apprend à travers cela que s’il pleure suffisamment, s’il fait des caprices, il aura de l’attention ou même ce qu’il veut : « Il faut juste que je fasse assez de bruit ! ». Ok !

Cela devient un schéma. Le schéma mental est alors : « J’ai juste besoin d’être assez malheureux et Dieu me donnera finalement ce dont j’ai besoin ». Et même les gens qui ne croient pas en Dieu ont ce schéma. Donc, il y a toujours un Dieu quelque part. Il y a une représentation paternelle ou maternelle et la croyance inconsciente : « J’ai juste besoin d’être malheureux, de le lui montrer et quelque chose changera ». Et malheureusement ou heureusement, ça ne marche pas bien sûr. Mais il y a beaucoup de gens en ce monde qui ne le réalisent jamais. Et même peu avant la mort, ils se plaignent encore : « La nourriture n’est pas bonne ». Ils ne réalisent jamais qu’il y a d’une part ce qui est, qui est neutre, et de l’autre leur interprétation de ce qui est, qui est le mental.

Mais une fois que vous pouvez séparer les choses, vous êtes libres. Vous pouvez voir : « Oh ! c’est juste ce qui est. Ici, je suis en rade à l’aéroport ou à l’arrêt de bus. Ici, je suis allongé dans mon sac de couchage quelque part dans un coin. C’est juste ce qui est. Pourquoi ai-je besoin d’y ajouter de la peine en le définissant d’une certaine manière et en attendant la réaction émotionnelle qui correspond à mes jugements. « C’est mal », dit le mental et arrive alors l’émotion. Et l’émotion provoque d’autres pensées : « C’est vraiment mauvais », ce qui provoque plus d’émotions. Et ce faisant, rien ne change. Vous vous trouvez donc dans une situation horrible… dans votre mental. Vous retrouvez la liberté en réalisant que la situation est neutre. La peine est ce que je lui ai surimposé.

Une fois que vous avez vu le mécanisme, vous pouvez vraiment pratiquer. La prochaine fois que quelque chose ira mal… – la vie étant comme elle est, vous n’aurez pas à attendre longtemps – la prochaine fois que quelque chose n’ira pas, vous pourrez voir qu’il y a ce qu’il y a. La réaction se reproduira peut-être, parce que c’est tellement habituel, mais immédiatement après qu’elle se soit produite, vous pourrez dire : « Oh, il y a eu la réaction et voici en fait la situation ».

Vous commencez à jongler, à jouer un peu avec les choses : « OK, puis-je maintenant permettre d’être présent à cet événement, à cette situation, à cette circonstance, et puis-je simplement observer le jugement mental comme n’étant qu’un jugement ou puis-je même peut-être l’abandonner ? ». Si vous pouvez observer le jugement comme n’étant qu’un jugement, vous vous en êtes déjà écarté un peu. Vous ne croyez plus en la réalité ultime de votre jugement. Et vous en sortez complètement quand vous pouvez vous dire : « En fait, je n’ai pas besoin du jugement, parce qu’il n’ajoute à la situation rien d’autre que la peine ».

Maintenant bien sûr, le soi construit de façon mentale se développe là-dessus, le soi égoïque qui est basé sur l’identification avec la pensée et sur l’identification avec l’émotion. Il se nourrit de la peine. Plus vous êtes en peine et plus il se renforce, comme l’incroyable Hulk . . . mais ce n’est pas nécessairement la colère, cela peut être autre chose. Cela pourrait être la victime terrible des circonstances et d’autres personnes. Mais cela renforce le… cela peut même être une contraction dans tout le champ d’énergie physique . . . ces choses horribles qui m’arrivent toujours !

Et vous pouvez alors vous plaindre. Et tout est pris personnellement, comme une insulte personnelle : la circulation pénible, les mauvais automobilistes qui me font une queue de poisson, à moi ! Un mauvais automobiliste qui vous fait une queue de poisson n’est rien de plus qu’une rafale de vent. C’est une force inconsciente de la nature. Mais le mental personnalise la chose : « il me le fait à moi ! ». Certaines personnes le font même avec le mauvais temps, mais moins qu’avec les gens inconscients. Mais c’est au fond la même chose.

Donc, soyez là quand cela arrive et pratiquez alors le fait d’être libre. En le faisant pour la première fois… – Vous vous retrouvez dans des circonstances que le mental aurait normalement étiquetées comme mauvaises et voici que vous vous dites : « Eh bien, c’est comme c’est » et d’un seul coup, vous n’y voyez plus rien de mauvais. Le mauvais n’était qu’une pensée. En réalité, ça veut dire que vous êtes là non réactif, et c’est à ce moment-là également qu’arrive le pouvoir, parce que l’état réactionnel le bloquait. Quand vous n’êtes pas dans la réaction, Le pouvoir se met à s’écouler. Vous êtes vraiment avec ce qui est et le pouvoir s’écoule à travers vous.

C’est une autre façon d’être là, d’être présent, ne pas réagir aux choses, aux événements, aux circonstances. Être non réactif vous met en contact avec le pouvoir. Et quand vous êtes en contact avec le pouvoir, il peut se manifester d’une manière ou d’une autre. Beaucoup de gens ont constaté dans leurs propres expériences qu’en se mettant à vivre de cette façon, les soi-disant mauvaises situations changeaient rapidement pour le mieux, soit parce qu’ils pouvaient vraiment apprécier ce qu’avant ils appelaient « mauvais » (simplement aller avec), soit du fait d’aller avec, la situation se redressait et changeait.

En fait, vous invitez des circonstances utiles en allant avec ce qui est au lieu d’aller contre. En fait, vous invitez l’intelligence qui sous-tend toute la création de l’univers à travailler pour vous, à vous aider. Tout à coup, vous remarquez que quelque chose d’utile se présente . . . parce que vous étiez ouvert, présent. Cela ne peut pas arriver quand vous êtes dans la réaction. C’est donc une chose merveilleuse… – C’est une pratique qui ne requiert aucune condition préalable, parce qu’heureusement, il y a tout le temps des choses qui ne vont pas, mais une fois que vous réalisez cela, Il n’y a rien qui n’aille pas. Rien ne va pas en réalité, ce n’était que le mental incapable d’être avec ce qui est.

Donc, voici la pratique de chaque jour, dans votre vie, attendez que la prochaine chose arrive, le prochain petit défi ou un gros défi, et utilisez-le alors : pas de jugement mental – ou s’il arrive si vite, vous pouvez le relâcher ; vous réalisez : « Oh, il y a là un jugement ». Séparez toujours les choses : il y a ce qui est et il y a mon interprétation à ce sujet. Est-ce que je vais en faire une seule chose ? Non. Est-ce que je veux conserver cette interprétation ? Est-ce qu’elle apporte quelque chose d’utile ? Non. Vous lâchez prise et soudainement, vous faites véritablement face à ce qui est. C’est l’intelligence.

Finalement, vous pouvez considérer que tout le reste n’est que folie, stupidité. Vous pouvez avoir deux doctorats en philosophie et demeurer complètement stupide dans votre vie quotidienne. Cela n’a rien à voir avec votre instruction en quoi que ce soit. Le monde est rempli de gens hautement cultivés qui restent piégés par ces schémas négatifs. Vous n’en avez pas idée !

Ce fut récemment le cas d’une femme qui a tué plusieurs de ses collègues à l’université en Louisiane ou en Alabama, qui était largement reconnue comme douée pour les études. De la même façon, elle était complètement emprisonnée dans son mental et son champ émotionnel au point que son mental et son champ émotionnel lui faisaient dire : « Ces gens sont horribles, ils ne m’ont pas titularisés, je vais les… ». Elle était complètement incapable de voir : « Ça, c’est ma réaction et ça, c’est ce qui est ». C’est un cas extrême.

Donc, les doctorats ne sont d’aucune aide. La véritable intelligence, c’est amener cela dans sa vie. Ce n’est pas l’intelligence appliquée au QI qui est relativement insignifiante. Voulez-vous que votre vie soit dirigée par l’intelligence ou voulez-vous perpétuer la stupidité humaine qui est aussi la souffrance ? Un autre terme pour « la stupidité », c’est « la souffrance auto-infligée », « la souffrance inconsciente auto-infligée ».

Vous utilisez donc les situations, les gens, les réactions des gens, les gens qui essaient de vous faire réagir, les corps de souffrance, le comportement des gens : ils ne se comportent pas comme ils devraient, ils ne devraient pas faire ça, elle ne devrait pas faire ça, ils devraient… Pourquoi est-ce qu’ils ne… ? Pourquoi est-ce qu’elle ne… ? Tout cela n’est que bagage inutile. Le bagage inutile peut devenir très lourd dans le mental. Vous le promenez avec vous, vous disputant, vous plaignant, racontant des histoires, à vous-mêmes et aux autres : pourquoi les choses sont si mauvaises, l’injustice avec laquelle vous traitent les circonstances et les autres.

Et dès l’instant où vous relâchez ce schéma, la présence émerge. C’est alors que vous amenez la créativité en traitant les diverses situations. Cela se produit automatiquement. Quand vous n’êtes plus dans la résistance, la véritable intelligence est la véritable créativité. Vous n’avez donc pas besoin de devenir un artiste, ni de peindre la plus belle toile. Ce qui est beaucoup plus important que cela, c’est l’être humain qui devient sensé. Cela ne me dérange pas s’il n’y a plus de tableaux, ni autres œuvres d’art. Si les gens deviennent sensés, ce sera la plus grande oeuvre d’art, non pas qu’ils ne produiront plus de toiles, mais la chose la plus fondamentale, c’est le bon sens qui émerge en l’être humain. Il peut alors être créatif, parce que l’intelligence s’écoule dans sa vie et la transforme. En premier lieu, cela supprime la peine. . . . C’est déjà suffisant !

Supprimer la peine, c’est bien sûr une façon négative de dire les choses. Quand la peine est supprimée, ce qu’il reste, c’est la vie, la joie, la gratitude pour ce qui est, l’alignement avec le moment présent tel qu’il est, le fait d’accepter les autres humains indépendamment de leurs comportements. C’est là où ils en sont pour l’instant. C’est ce qui est.

S’agissant de la créativité, la chose principale est qu’elle s’écoule dans votre vie et peu importe en quoi d’autre, dans de la musique remarquable, en peinture, une oeuvre littéraire, une belle sculpture, toute autre chose que vous faites. C’est excellent aussi, mais la chose principale… – Même les plus grands artistes ne savaient pas cela. Beaucoup étaient malheureux dans de nombreux domaines de leur vie dès l’instant où ils ne créaient pas. Donc, la toile de votre oeuvre d’art, c’est votre vie quotidienne.

Source : http://messages.terrenouvelle.ca

© 2006-2014 – Terre Nouvelle : www.terrenouvelle.ca : Publié pour vous par Amour… Pour l’Amour…

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source.

N’oubliez pas, utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes. Vous avez un Libre Arbitre, alors utilisez le et surtout, écoutez ce que vous dicte votre coeur ; Il détient la vérité, laissez le vous guider


Importante réflexion sur le vocabulaire.

Le changement est quelque chose qui nous est imposé alors que la TRANSFORMATION est quelque chose que nous choisissons d’effectuer. Le terme changement doit être revu dans noter vocabulaire car la vibration entre les mots ‘’changement et transformation’’ sont des vibrations très différentes et ont un impact sur nous,notre vie et notre conscience. Après nous être conscientisé à ces différences importantes, à nous de sensibiliser les personnes autour de nous, voir la société. Le vocabulaire des traductions n’en font pas la différence encore mais un jour pourquoi pas?

Merci de votre attention, que votre chemin soit éclairé!

Votre hôte, Bernard Bélanger, p.d.l.

Changement à accepter

http://messages.terrenouvelle.ca/changement-a-accepter/

Martine - Guidance de YosuelPar Yosuel

Lorsque Vous acceptez enfin de reprendre le chemin de votre Cœur, il Vous faut accepter le changement radical sans conditions d’aucunes sortes, mais surtout sans ne plus chercher la raison de ce que Vous êtes au travers des Autres. Et cela va Vous demander de revoir en totalité ce que Vous pensez de Vous, de la vie, des Autres et de tout ce qui est l’existence. Et cela ne pourra être ressenti qu’en cheminant en Vous, en votre Cœur, sans ne plus croire que rien ne peut changer, sans ne plus croire que ce que Vous voulez voir se manifester et une utopie, mais bien de croire en Vous, sans déroger un seul instant à votre propre Conscience.

En réalité, Vous allez passer par une multitude de phases qui Vous ramèneront inlassablement à des compréhensions et à des ressentis sur tout ce qui se joue. Et c’est là que beaucoup vont se laisser prendre à certains de leurs aspects, à certaines énergies prédominantes, sans comprendre qu’il Leur faut en réalité ne pas rentrer dans ce qui se présente, mais bien de l’accepter et de le dépasser. Ce qui veut dire que beaucoup de choses se sont créées dans l’immense toile de la conscience de masse où se côtoient toutes les pensées qui fait que ce monde est tel qu’il est, et qui fait que Vous Vous identifiez à toutes ces pensées sans en comprendre une finalité qui dépasse l’entendement humain.

Alors, dans cet état de conscience, tout peut arriver à chaque instant pour Celui qui se laisse impressionner par des ressentis, parfois fulgurants, mais qui en réalité ne sont pas ce que Vous Êtes, ne sont pas ce que Vous avez à vivre, mais de comprendre que cela représente une phase, et que toutes les phases doivent être traversées sans que Vous Vous y arrêtiez, sans que Vous jouiez à son jeu.

Le changement demande beaucoup de courage et de volonté, parce que traverser toutes ces phases est un défi que peu accepteront, tant cela demande de lâcher bien des choses qui correspondent à ce que beaucoup croient encore être une réalité intangible dans ce monde de 3ème dimension.

Et c’est ainsi.

Yosuel

Source : Medidetente – Etre soi meme

http://messages.terrenouvelle.ca

© 2006-2014 – Terre Nouvelle : www.terrenouvelle.ca : Publié pour vous par Amour… Pour l’Amour…

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source.

N’oubliez pas, utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes. Vous avez un Libre Arbitre, alors utilisez le et surtout, écoutez ce que vous dicte votre coeur ; Il détient la vérité, laissez le vous guider.


La parabole du bien ou du mal

 

La-parabole-du-bien-ou-du-mal

 

 

 

 

 

 

 

Voici une parabole taoïste très intéressante.

Un vieux fermier chinois venait de perdre son meilleur étalon qui s’était enfui. Son voisin vint faire un tour pour le consoler et le fermier répondit « Qui sait ce qui est bien ou ce qui est mal ».

Le jour d’après, l’étalon revint et ramena avec lui une horde de chevaux. Le voisin revint alors pour le féliciter sur sa bonne chance et le fermier répondit « Qui sait ce qui est bien ou ce qui est mal. »

Le jour suivant, le fils du fermier cassa sa jambe lorsqu’il tomba d’un des chevaux qui avait été ramené et le voisin revint consoler le fermier, qui répondit « Qui sait ce qui est bien ou ce qui est mal. »

Lorsque l’armée passa à travers la contrée pour faire la conscription des hommes pour la guerre, ils évitèrent le fils du fermier à cause de sa jambe cassée.
Lorsque le voisin vint féliciter le fermier que son fils était épargné, le sage fermier répondit de nouveau «  »Qui sait ce qui est bien ou ce qui est mal. »

Nous voyons les choses en termes de dualité, mais dans toute chose il y a un équilibre entre le bien et le mal. La dualité n’est qu’une illusion créée par notre mental qui donne une polarité à tout ce qu’il voit. Le symbole du Yin et du Yang représente bien l’équilibre constant qu’il y a en toute chose et qu’au final chaque chose n’est ni bien ni mal. Chaque chose est. Ceci s’applique particulièrement bien aux événements de notre vie. Nous ne devrions pas juger ce qui nous arrive et l’étiqueter comme bien ou mal, mais simplement accepter la situation telle qu’elle est et nous laisser porter par le flux de la vie. Si nous pouvons agir sur cette situation, alors faisons-le, sinon nous n’avons d’autre choix que d’accepter et de permettre à la vie de suivre son cours.

Namasté

Jérôme

Copyright ©2013-2014 par Jérôme Bibeau. Tous droits réservés. La permission est donnée de copier et distribuer ce matériel, pourvu que le contenu soit copié dans son intégralité et sans modification, distribué gratuitement, et que cet avis de copyright et les liens soient inclus.

http://ledivinensoi.com
http://www.facebook.com/ledivinensoi

http://terrenouvelle.ca/Messages

© 2006-2014 – Terre Nouvelle : www.terrenouvelle.ca Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source.

N’oubliez pas, utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes. Vous avez un Libre Arbitre, alors utilisez le et surtout, écoutez ce que vous dicte votre coeur ; Il détient la vérité, laissez le vous guider.

MERCI À JÉRÔME BIBEAU DE L’AVOIR PUBLIÉ AINSI QU’À TERRE NOUVELLE

Bernard Bélanger,p.d.l.


Krisnamurti: Question & Réponse 16 – Sur la croyance en Dieu

Jiddah Krisnamurti

La première et dernière Liberté

Question & Réponse #16

Sur la croyance en Dieu

KRISHNAMURTIQUESTION : La croyance en Dieu a été un puissant stimulant qui a poussé l’homme à mieux vivre. Pourquoi niez-vous Dieu? Pourquoi n’essayez-vous pas de ranimer la foi de l’homme en l’idée de Dieu?

Krisnamurti : Examinons avec intelligence le problème dans son ampleur. Je ne nie pas Dieu. Ce serait sot de le faire. Seul l’homme qui ne sait pas ce qu’est la réalité se complait dans des mots qui n’ont pas de sens. L’homme qui dit « je sais » ne sait pas. Celui qui vit la réalité d’instant en instant n’a aucun moyen de communiquer cette réalité.
Croire c’est nier la vérité ; les croyances font obstacle au réel ; croire en Dieu ce n’est pas trouver Dieu. Ni le croyant ni l’incroyant ne trouveront Dieu ; la réalité est l’inconnu, et votre croyance ou non-croyance en l’inconnu n’est qu’une projection de vous-mêmes, donc n’est pas le réel. Il y a partout de nombreux croyants, des millions de personnes croient en Dieu et y trouvent leur consolation. Tout d’abord, pourquoi croyez-vous? Vous croyez parce que cela vous donne du contentement, une consolation, un espoir, et cela donne aussi un sens à la vie. En fait, votre croyance n’a que très peu de valeur, parce que vous croyez et exploitez, vous croyez et tuez, vous croyez en un Dieu universel et vous vous assassinez les uns les autres. Le riche, lui aussi, croit en Dieu ; il exploite cruellement, accumule de l’argent et bâtit ensuite un temple ou devient un philanthrope.

Ceux qui ont lancé la bombe atomique sur Hiroshima disaient que Dieu était avec eux ; ceux qui s’envolaient d’Angleterre pour détruire l’Allemagne disaient que Dieu était leur copilote. Les dictateurs, les premiers ministres, les généraux, les présidents, tous parlent de Dieu ; ils ont une foi immense en Dieu. Sont-ils au service de l’humanité?

Ils disent qu’ils croient en Dieu et ils ont détruit la moitié du monde et la misère est partout. L’intolérance religieuse divise les hommes en croyants et incroyants, et aboutit à des guerres religieuses. Cela montre à quel point nos esprits sont préoccupés de politique.

La croyance en Dieu a-t-elle été « un puissant stimulant qui a poussé l’homme à mieux vivre »? Votre stimulant ne devrait-il pas être votre désir de vivre proprement et simplement? Si vous avez recours à un stimulant, c’est le stimulant qui vous intéresse, et non pas le fait de rendre la vie possible à tous. Et comme votre stimulant est différent du mien, nous nous querellons à leur sujet. Si nous vivions heureux tous ensemble, non pas à cause de notre croyance en Dieu, mais du fait de notre humanité, nous partagerions tous les moyens de production en vue de produire pour tous. Par manque d’intelligence, nous acceptons l’idée d’une supra-intelligence que nous appelons Dieu ; mais ce Dieu, cette supra-intelligence, ne vous accordera pas une vie meilleure. Ce qui mène à une vie meilleure c’est l’intelligence ; et il ne peut pas y avoir d’intelligence s’il y a croyance, s’il y a des divisions de classes, si les moyens de production sont entre les mains d’une minorité, si existent des nationalités isolées et des gouvernements souverains. Toutes ces choses indiquent un manque évident d’intelligence.

Ce sont elles qui font obstacle à une vie meilleure, et non l’incroyance en Dieu.

Vous croyez de différentes façons, mais vos croyances n’ont absolument aucune réalité. La réalité c’est ce que vous êtes, ce que vous pensez ; et votre croyance en Dieu n’est qu’une évasion de votre vie monotone, stupide et cruelle. En outre, les croyances, invariablement, divisent ‘es hommes. Il y a l’Hindou, le Bouddhiste, le Chrétien, le communiste, le socialiste, le capitaliste, etc. Les croyances, les idées divisent ; elles n’unissent jamais les hommes. Vous pouvez rassembler quelques personnes en un groupe, mais ce groupe sera opposé à d’autres groupes. Les idées et les croyances n’unifient pas ; au contraire, elles séparent ; elles sont désintégrâtes et destructives. Par conséquent votre croyance en Dieu propage en fait la misère dans le monde. Bien qu’elle ait pu vous donner une consolation momentanée, elle vous a en réalité apporté un surcroît de misères et de destructions sous forme de guerres, de famines, de divisions de classes et d’actions individuelles dénuées de pitié. Donc vos croyances ne sont pas du tout valables. Si vous croyiez réellement en Dieu, si c’était une expérience vraie pour vous, votre visage aurait un sourire, et vous ne seriez pas en train de détruire des êtres humains.

Qu’est-ce que la réalité, qu’est-ce que Dieu? Dieu n’est pas un mot, le mot n’est pas la chose. Pour connaître l’immesurable, l’intemporel, l’esprit doit être libéré du temps, ce qui veut dire qu’il doit être débarrassé de toute pensée, de toutes les idées sur Dieu. Que savons-nous de Dieu ou de la vérité? Vous ne savez rien concernant cette réalité. Tout ce que vous savez ce sont des mots, les expériences d’autrui et quelques moments d’expériences personnelles plutôt vagues. Mais cela n’est pas Dieu, cela n’est pas la réalité, cela n’est pas au-delà du champ de la durée. Pour connaître ce qui est au-delà du temps, le processus du temps doit être compris, le temps étant la pensée, le processus du devenir, l’accumulation des connaissances. Tel est tout l’arrière-plan de l’esprit ; l’esprit lui-même est l’arrière-plan, à la fois le conscient et l’inconscient, le collectif et l’individuel. Mais l’esprit doit être libéré du connu, ce qui veut dire qu’il doit être tout à fait silencieux, non pas « rendu » silencieux.

L’esprit qui parvient au silence en tant que résultat d’une action déterminée, d’une pratique, d’une discipline, n’est pas un esprit silencieux. L’esprit qui est forcé, dominé, façonné, mis dans un moule et que l’on fait taire n’est pas un esprit immobile.

Vous pouvez le contraindre pour un temps à être superficiellement silencieux, mais le vrai silence ne vient que lorsque l’on comprend tout le processus de la pensée.

Car comprendre ce processus c’est y mettre fin et la fin du processus de la pensée est le début du silence.

Ce n’est que lorsque l’esprit est complètement silencieux, non seulement aux niveaux périphériques et superficiels mais jusqu’aux couches les plus profondes, que l’inconnu peut entrer en existence. L’inconnu n’est pas un sujet d’expérience ; l’esprit ne peut pas le percevoir ; seul le silence peut être perçu, le silence devant l’inconnu.

Tant que la pensée fonctionne sous n’importe quelle forme, consciente ou inconsciente, il ne peut pas y avoir de silence. Le silence nous libère du passé, des connaissances, de la mémoire consciente et inconsciente. Lorsque l’esprit est complètement silencieux, lorsqu’il n’est pas en fonctionnement, lorsque survient cet arrêt qui n’est pas le produit d’un effort, alors l’intemporel, l’éternel entre en existence. Cet état ne s’accompagne pas de mémoire: il n’y a pas d’entité qui se souvienne, qui fasse une expérience.

Dieu, la vérité – le nom n’a pas d’importance – est quelque chose qui entre en existence d’instant en instant, et qui n’a lieu que dans un état de liberté et de spontanéité, et non lorsque l’esprit est discipliné à l’imitation d’un modèle. Dieu n’est pas du monde de la pensée ; il ne vient pas à travers des projections de nous-mêmes ; il ne vient qu’avec la vertu, laquelle est liberté. La vertu consiste à voir face à face ce qui « est » ; être face à face avec ce fait est un état de félicité. Ce n’est que lorsque l’esprit est dans cet état de félicité et de calme, sans faire le moindre mouvement, sans qu’il y ait projection de pensée, consciente ou inconsciente, que l’éternel peut naître.

—————————

Pour lire les autres textes de « La première et dernière Liberté » , voir le SOMMAIRE

Source : http://terrenouvelle.ca/Messages
© 2006-2014 – Terre Nouvelle : Publié pour vous par Amour… Pour l’Amour…
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source.

N’oubliez pas, utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes. Vous avez un Libre Arbitre, alors utilisez le et surtout, écoutez ce que vous dicte votre coeur ; Il détient la vérité, laissez le vous guider.


Un prof avait l'habitude, en fin d'études, de donner un cordon 
violet sur lequel on pouvait lire "Qui je suis fait toute la 
différence" imprimé en lettres dorées.

Il disait à chaque étudiant à cette occasion pourquoi il
l’appréciait et pourquoi le cours était différent grâce à lui.

Un jour, il a l’idée d’étudier l’effet de ce processus sur la
communauté, et envoie ses étudiants remettre des cordons à ceux
qu’ils connaissent et qui « font la différence ».

Il leur donne 3 cordons en leur demandant ceci :

« Remettez un cordon violet à la personne de votre choix en lui
disant pourquoi elle fait la différence pour vous, et donnez-lui
deux autres cordons pour qu’elle en remette un elle-même et ainsi
de suite. Faites-moi ensuite un compte-rendu des résultats. »

L’un des étudiant s’en va, et va le remettre à son patron
(car il travaillait à mi-temps) un gars assez grincheux, mais
qu’il appréciait.

« Je vous admire beaucoup pour tout ce que vous faites,
pour moi vous êtes un véritable génie créatif et un homme juste.
Accepteriez-vous que j’accroche ce cordon violet à votre veste
en témoignage de ma reconnaissance ? »

Le patron est surpris, mais répond « Eh bien, euh, oui, bien
sûr… »

Le garçon continue « Et accepteriez-vous de prendre des 2 autres
cordons violets pour les remettre à quelqu’un qui fait toute la
différence pour vous, comme je viens de le faire ? C’est pour une
enquête que nous menons à l’université. »

« D’accord »

Et voilà notre homme qui rentre chez lui le soir, son cordon
à la veste. Il dit bonsoir à son fils de 14 ans, et lui raconte :
« Il m’est arrivé un truc étonnant aujourd’hui. Un de mes employés
m’a donné un cordon violet sur lequel il est écrit, tu peux le voir,
« Qui je suis fait toute la différence ». Il m’en a donné un autre
à remettre à quelqu’un qui compte beaucoup pour moi.

La journée a été dure, mais en revenant je me suis dit qu’il y a
une personne, un seule, à qui j’aie envie de le remettre.

Tu vois, je t’engueule souvent parce que tu ne travailles pas
assez, que tu ne pense qu’à sortir avec tes copains et que ta
chambre est un parfait foutoir… mais ce soir je voulais te dire
que tu es très important pour moi. Tu fais, avec ta mère, toute
la différence dans ma vie et j’aimerais que tu acceptes ce cordon
violet en témoignage de mon amour. Je ne te le dis pas assez, mais
tu es un garçon formidable ! »

Il avait à peine fini que son fils se met à pleurer, pleurer,
son corps tout entier secoué de sanglots.

Son père le prend dans ses bras et lui dit « Ca va, ça va…
est-ce que j’ai dit quelque chose qui t’a blessé ? »

« Non papa… mais.. snif… j’avais décidé de me suicider
demain. J’avais tout planifié parce que j’étais certain que tu
ne m’aimais pas malgré tous mes efforts pour te plaire.
Maintenant tout est changé… »

————————————————————–

« Un enfant qu’on approuve apprend à s’accepter. »
Dorothy Nolte

« Un mot prononcé avec bienveillance engendre la confiance.
Une pensée exprimée avec bienveillance engendre la profondeur.
Un bienfait accordé avec bienveillance engendre l’amour. »
Lao Tseu

————————————————————–

Passez cette histoire à vos amis, à votre père, à vos enfants,
racontez-la et abonnez ceux à qui vous voulez du bien à
http://www.cpositif.com/fr/parrainage/

On vous a concocté un livre audio qui PEUT changer votre vie:

http://www.cpositif.com/fr/direct/formulesmagiques-c.pdf

Bien amicalement,

Cyril

(c)2013 Club Positif
Reproduction autorisée sans aucune modification
du texte avec mention de l’origine :
http://www.cpositif.com
……………………………………………………………..
Club Positif, 16 rue du Garet, Lyon, NA 69001, France
To unsubscribe visit:
http://www.club-positif-mail.com/me.html?x=a62e&m=ka&s=Weg&y=P&
To change your contact details visit:
http://www.club-positif-mail.com/me.html?x=a62e&m=ka&s=Weg&y=P&

Trop de bulletins d’informations ? Vous pouvez résilier l’abonnement ou, mieux encore, planifier un nettoyage automatique.


La vie n’a aucun sens. La seule signification qu’elle a, est celle que nous lui donnons.

De manière analogue, nos expériences individuelles, notre vécu personnel et même les autres personnes n’ont d’autres significations que celle que nous leur accordons.

Quant au sens que nous leur donnons, il n’a souvent rien à voir avec ce que nous vivons pour vrai, mais plutôt avec ce qu’on nous dit que nous devrions penser.

Tiré su livre ‘’ Changer pour se libérer’’. De Neale Donald Walsch


Suite à la conversation qu’il avait eu avec son maître,
Jigme réfléchit longuement. Qu’est-ce qui l’avait fait
changé finalement ? Qu’est-ce qui l’avait apaisé ?

Il n’était pas sûr de trouver la réponse. Il pensait,
en effet, qu’on explique souvent les situations après coup,
pour créer de la rationalité… mais sans avoir la certitude
d’accéder aux vraies raisons.

Cependant, il se souvint de cette rage de dents qui l’avait
saisi un jour, alors qu’il voyageait loin du monastère.
La douleur l’avait terrassé… et comme il devait prendre
son mal en patience, il avait pris le parti d’accueillir
cette douleur au lieu de lutter contre elle.
Il l’avait apprivoisée. Et ce faisant, alors qu’il se
détendait, qu’il reprenait sa respiration, la douleur
s’était calmée.
Elle n’avait pas disparu mais elle était devenue supportable
et cette accalmie lui avait permis de reprendre ses esprits.
Il avait pu ensuite trouver un guérisseur pour apaiser son mal.

Ce dernier, en le soignant, avait dit des mots étranges…
il avait parlé d’enlever la « rage dedans ».
Jigme avait ri sans trop comprendre ce qu’il voulait dire
par-là… mais les mots avaient fait leur chemin.
Si bien qu’il avait non seulement pris l’habitude d’accueillir
les sentiments et les sensations qui le dérangeaient
mais également de chercher à comprendre à quoi cela faisait
écho en lui.
Bien souvent, il trouva de belles intentions positives sous
les émotions qu’il jugeait jusqu’alors comme négatives.

Est-ce depuis ce moment que la sérénité l’avait envahi
peu à peu ?

Il ne pouvait pas l’assurer parce que la transformation
avait été progressive mais il y avait sans aucun doute un
lien entre les deux. Il ressentait beaucoup moins le besoin
de parler sans cesse et il n’avait plus peur d’être seul.

~~~~~~~~~~~~~~~~

Comme Jigme, nous avons souvent tendance à fuir ce qui nous
fait souffrir et c’est bien naturel. Mais il arrive parfois
qu’on ne puisse pas s’échapper.
Accueillir est alors une attitude intéressante à adopter.
Cela permet d’aller débusquer, sur la pointe des pieds,
le trésor qui se cache sous le buisson d’épines.
Et de le libérer afin de déployer chaque jour un peu plus
notre personnalité profonde.

Bien amicalement,

Sylvie

Cultivatrice de Joie

PS : Si vous n’avez pas reçu la première histoire
au sujet de Jigme, n’hésitez pas à me demander de
vous la renvoyer

(c)2013 Sylvie Roche

Val d’Illiez 1873, Canton du Valais, Suisse

To unsubscribe or change subscriber options visit:

http://www.aweber.com/z/r/?TOws7ByszLQsnCwcnMws7LRmtIzsrKwcLAws

l’abondance

mar26

Vous êtes la Source de l’abondance

Publié par LaPresseGalactique.org le 26 fév, 2013 sous CHRONIQUES, MANCHETTES, VIVRE L’ABONDANCE |

abondance2

Article d’Orin et Daben

Vous êtes la source de votre abondance et de votre argent. Par l’attention à votre ressenti, vos pensées, et intentions, vous pouvez acquérir le savoir-faire pour créer ce que vous voulez.

Vous êtes la source de votre propre richesse, ce n’est pas votre activité professionnelle, ni votre conjoint, ni vos investissements, ou encore vos parents qui sont à l’origine de votre propre richesse.

En étant relié à l’abondance illimitée de votre âme ou de votre Etre élevé, en étant ouvert à la connexion avec des forces supérieures ( parfois appelée dieu, le grand tout, l’esprit universel, christ ou bouddha.) , en exprimant et en diffusant vos qualités élevées de paix intérieure, de joie, d’amour, de bien être, et de vitalité, vous devenez la source de votre abondance.

Posséder de l’argent ou des choses n’est pas aussi important dès lors que vous maîtrisez le processus pour les créer. Une fois que vous maîtrisez le processus qui vous donne la faculté d’obtenir la prospérité vous ne dépendez plus de la situation économique ou des conditions extérieures, vous devenez capable de créer ce que vous voulez, quand vous voulez.

Apprendre à créer l’abondance est un processus de croissance ; ceci peut vous demander de changer vos pensées et d’accroître vos croyances sur ce que vous méritez.

Le processus pour obtenir quelques choses de nouveau, comme par exemple une voiture, une maison, ou bien un plus gros salaire, vous apportera une évolution personnelle, de nouvelles connaissances et aptitudes. Lorsque vous maîtrisez ce processus, vous devenez capable d’utiliser votre argent (ainsi que tout ce que vous créez) comme des outils pour accroître votre conscience et aider à l’expression de vous-même.

Pensez à quelque chose que vous vouliez obtenir. Remémorez vous les sentiments que vous avez eus avant et après l’avoir reçu, vos pensées positives, votre foi intérieure lorsque que vous le souhaitiez, et votre joie quand vous l’avez reçu. Vous manifestez les choses naturellement et automatiquement tout le temps, utilisez vos pensées et votre ressentis pour créer ce que vous voulez.

Commencez par observer comment vous arrivez à créer des choses simples. Commencez tout d’abord par développer vos talents de manifestation avec des choses qui sont toutes simples. Lorsque vous posséderez plus de confiance dans votre capacité à créer, vous serez alors prêt à manifester des choses plus importantes, et ceci d’une manière illimitée. Il n’y a aucune limite à ce que vous pouvez créer. Vous vivez dans un monde illimité où tout est possible.

Méditation par Orin and DaBen » S’ouvrir à Recevoir l’abondance »

Prenez une profonde respiration.

Détendez votre corps, en laissant la respiration ouvrir toutes les zones de votre corps qui sont tendues ou bloquées.

Sentez grandir le calme et la quiétude en vous-même.

Votre esprit est clair et alerte. Vous êtes en paix avec vous même ainsi qu’avec le monde.

Posez votre main sur le cœur et dites, « je m’ouvre pour recevoir ce qu’il y a de meilleur pour moi. ». Ouvrez vous pour recevoir la lumière. Laissez le centre du cœur se remplir de la lumière de votre âme.

Créez de plus en plus de lumière en vous et autour de vous. Amenez la lumière jusque dans les cellules de votre corps.

Ouvrez vous pour accueillir la joie. Remplissez vous de la joie de votre âme.

Ouvrez vous pour accueillir la paix et connaître la sérénité de votre âme. Ouvrez vous pour recevoir l’abondance.

Dites vous mentalement

« J’accepte l’abondance. Je laisse maintenant l’abondance circuler dans tous les domaines de ma vie ».

Pensez à un domaine dans lequel vous voudriez recevoir plus d’abondance. Lorsque vous pensez à ce domaine, sentez la présence de votre âme tout autour de vous.

Pensez à quelque chose que vous désirez créer en ce moment, dans votre vie. Ouvrez vous pour recevoir ce quelque chose ou s’il existe déjà dans votre vie, ouvrez vous pour l’embellir, l’élever. Visualisez ce quelque chose se manifester facilement, sans effort, et de manière joyeuse dans votre vie. Vous êtes magnétique et vous pouvez le magnétiser.

Vous méritez de l’avoir. Permettez maintenant à ce quelque chose de venir dans votre vie ou d’avoir la manifestation la plus élevée. Remerciez l’univers pour cette manifestation.

Pensez à certaines choses que vous avez déjà reçues, auxquelles vous vous êtes déjà ouvert. Reconnaissez votre capacité à recevoir. Ouvrez vous pour accepter et accueillir tous les cadeaux que votre âme vous transmet.

Vous méritez d’avoir une vie agréable, une vie joyeuse, une vie où tout arrive sans effort et sans douleur. Ouvrez vous pour recevoir l’amour de chacun, partout dans l’univers.

Maintenant revenez dans le temps présent lentement.

Source: http://www.lumeniance.fr.st.free.fr/

Une nouvelle naissanceUne nouvelle naissance

Vous êtes très proches d'une limite importanteVous êtes très proches d’une limite importante

Forcer le changement ça ne marche pasForcer le changement ça ne marche pas

Il est temps de recouvrer la mémoire de vos origines célestes.Il est temps de recouvrer la mémoire de vos origines célestes.

PENSÉE DU JOURPENSÉE DU JOUR

L’intervalle entre les penséesL’intervalle entre les pensées

LE POUVOIR DE L’INTENTION OU SAVOIR DEMANDERLE POUVOIR DE L’INTENTION OU SAVOIR DEMANDER

HILARION – 16 au 23 décembre 2012HILARION – 16 au 23 décembre 2012

 

Partagez !

Download PDF


« Lorsque quelqu’un se sent insatisfait, malheureux, il a tendance à attribuer ce malaise à un manque et il attend qu’un être, ou un objet, vienne le combler. Mais la solution n’est pas là. La solution, c’est que lui-même se décide à apporter quelque chose aux autres, à les aider, les soutenir, les consoler, ou même participer à leurs activités. À ce moment-là, une nouvelle vie commence à circuler en lui, et il n’a plus besoin de rien, il est comblé. Il a compris que, lorsqu’on cherche à apporter quelque chose de bon, déjà on reçoit. Tandis que celui qui n’apporte rien, même si on lui donne quelque chose, il ne reçoit rien.
La vie est fondée sur les échanges : recevoir et donner ; donner pour recevoir. S’il n’y a plus d’échanges, il n’y a plus de vie. »


 

 

y1p8f4dmWAJ-1pMEfXAQoRulq0MqB7ap_DYfDc1v8z5shpvkGDj3kmSH0CUa1DALOsSfsgZ9P8NrzFbOG53e2fpPw

 

L’histoire d’un pot de mayonnaise et de café.

Quand il te semble qu’il y a « trop » de choses dans ta vie, quand 24 heures ne te semblent pas suffisantes… Rappelle-toi du pot de mayonnaise et du café !

Il était une fois, un professeur de philosophie qui, devant sa classe, prit un grand pot de mayonnaise vide et sans dire un mot, commença à le remplir avec des balles de golf. Ensuite, il demanda à ses élèves si le pot était plein. Les étudiants étaient d’accord pour dire que OUI. Puis le professeur prit une boîte pleine de billes et la versa dans le pot de mayonnaise. Les billes comblèrent les espaces vides entre les balles de golf. Le prof redemanda aux étudiants si le pot était plein. Ils dirent à nouveau OUI. Après, le professeur pris un sachet rempli de sable et le versa dans le pot de mayonnaise. Bien sûr, le sable remplit tous les espaces vides et le prof demanda à nouveau si le pot était plein. Les étudiants répondirent unanimement OUI. Tout de suite après prof ajouta deux tasses de café dans le contenu du pot de mayonnaise et effectivement le café combla les espaces entre les grains de sable.

Les étudiants se sont alors mis à rire…Quand ils eurent fini, le prof dit :« Je veux que vous réalisiez que le pot de mayonnaise représente la vie. Les balles de golf sont les choses importantes comme la famille, les enfants, la santé, tout ce qui passionne. Nos vies seraient quand même pleines si on perdait tout le reste et qu’il ne nous restait qu’elles. Les billes sont les autres choses qui comptent comme le travail, la maison, la voiture, etc… Le sable représente tout le reste, les petites choses de la vie. Si on avait versé le sable en premier, il n’y aurait eu de place pour rien d’autre, ni les billes ni les balles de golf. C’est la même chose dans la vie. Si on dépense toute notre énergie et tout notre temps pour les petites choses, nous n’aurons jamais de place pour les choses vraiment importantes. Faites attention aux choses qui sont cruciales pour votre bonheur. Jouer avec ses enfants, prendre le temps  d’aller chez le médecin, dîner avec son conjoint, faire du sport ou pratiquer ses loisirs favoris. Il restera toujours du temps pour faire le ménage, réparer le robinet de la cuisine… Occupez-vous des balles de golf en premier, des choses qui importent vraiment. Établissez des priorités, le reste n’est que du sable. » Un des étudiants leva alors la main et demanda ce que représente le café. Le professeur sourit et dit :« C’est bien que tu demandes. C’était juste pour vous démontrer que même si vos vies peuvent paraitre bien remplies, il y aura toujours de la place pour une café avec un a tasse de café avec un(e)ami(e). »

Envoie ce mail à toutes les personnes avec qui tu as le gout de prendre un café.

%d blogueurs aiment cette page :