Tag Archive: plantes



La Lettre Santé Nature Innovation par Jean-Marc Dupuis
est un service d’information gratuit sur la santé, la nutrition et le bien-être.
Pour vous inscrire, rendez-vous ici.

Pour ne plus recevoir nos messages, rendez-vous ici.

J’ai créé une herboristerie

sur mon balcon

hydropo

Chère lectrice, cher lecteur,

Il y a quelques années, certains citadins aventureux installaient des ruches sur les immeubles des grandes villes.
« Ça ne marchera jamais !! » disaient les incrédules.
Aujourd’hui, on fait du miel sur les toits de Paris.
Je prédis la même chose pour le jardinage des plantes médicinales. Dans quelques années, de nombreux citadins auront leur herboristerie sur leur balcon. A condition de commencer à planter les bonnes plantes, au bon moment, avec la bonne méthode.

Le numéro d’avril de Plantes & Bien-Être vous donne le mode d’emploi pratique et détaillé pour démarrer votre pharmacie naturelle. Ouverte 7/7, 24/24, sans jamais faire la queue ni sortir sa carte vitale…

« Commencer petit, voir grand ». Vous allez comprendre le sens de cette formule, aussi essentielle que la connaissance de l’exposition de votre balcon au soleil. Est-il plein soleil, ombragé, mi-ombre mi-soleil ? Nous vous donnons la technique pour le savoir sans vous tromper, et faire le choix des bonnes plantes.

Plantes feuilles ou plantes racines, là aussi notre article vous aide à choisir les bonnes, avec le cas très particulier de l’échinacée pâle, si précieuse pour renforcer nos défenses immunitaires.
En suivant les indications contenues dans ce nouveau numéro de Plantes & Bien-Être, vous pourrez très prochainement aller chercher directement sur votre balcon de quoi soigner :

  • les problèmes de peau,
  • les coups, blessures, hématomes,
  • les bronchites,
  • les problèmes digestifs,
  • le stress, avec l’une des plantes préférées de la médecine ayurvédique (Je ne vous dis pas laquelle car je sais qu’elle va vraiment vous surprendre par une note aromatique très particulière),
  • Les troubles du sommeil,
  • Etc.

Bien sûr, ce dossier vous dit où trouver chacune des plantes concernées, en graines ou en godets, avec des adresses de confiance où vous pouvez les commander en toute sécurité. Je suis sûre que lorsque vous aurez lu ce dossier, vous aurez envie d’essayer à votre tour.

Ce guide précieux vous accompagnera tout au long de votre aventure sur le balcon, pour déjouer les pièges et anticiper les erreurs qui entraînent souvent le découragement des herboristes en herbe.
Gardez bien cette idée en tête : « ça marchera » ! A condition de patience et de confiance…en vous-même.
Egalement dans ce numéro d’avril de Plantes & Bien-Être :

Troubles digestifs : la pire des bactéries mise KO par les plantes !

Elle s’appelle Helicobacter pylori.

Son surnom : la bactérie de l’extrême, le « Rambo des micro-organismes », capable de survivre dans des environnements particulièrement hostiles et d’entraîner une inflammation de la muqueuse de l’estomac ou du duodénum (segment initial de l’intestin grêle).

Elle peut être à l’origine de douleurs intestinales chroniques mais aussi d’un ulcère ou d’un risque accru decancer gastrique.

Helicobacter pylori résiste aux traitements les plus carabinés de la biomédecine : monothérapies (amoxicilline, clarithromycine, tétracycline, etc.) associations avec un anti-acide (Inhibateur de la pompe à protons comme l’oméprazole), trithérapie, et même quadrithérapie (quadrithérapie bistmuthée).

Invincible alors ? Vous allez découvrir dans le numéro d’avril de Plantes & Bien-Être que la Rambo des bactéries ne craint qu’une chose : les plantes (alimentaires et médicinales) !

plats sain

 

Un légume à la coupe afro !

Parmi les plus efficaces, celles de la famille des choux ou Brassicacées dont le chef de file est le célèbre brocoli, légume propret coiffé d’une coupe afro à la Jackson five.

Mais méfiance : derrière cet aspect sympathique, le brocoli concentre dans ses pousses vertes des composés appelés glucosinolates qui se transforment en sulforaphane, molécule d’action suppressive sur l’Helicobacter pylori.

Résultat : KO, la bactérie !

Faites cuire le brocoli bien vert à la vapeur douce (pas plus de 90°C) avec du jus de citron et de l’huile biologique pour en optimiser les effets. Le radis noir (rondelles ou en jus), et le raifort sous sa forme de wasabi complètent l’arsenal.

Parmi les autres plantes dont les études soulignent l’efficacité, vous retrouverez des valeurs sûres comme lecurcuma, le gingembre et de nombreuses baies comme l’aronia noire ou d’autres encore, qui risquent de vous surprendre.

Bien sûr, ce dossier pointe du doigt les aliments qui aggravent les symptômes, et qu’il faudra bannir en cas de troubles digestifs. Vous verrez qu’il y a là aussi des surprises puisque certaines épices par ailleurs excellentes pour la santé sont à éviter.

Du côté de la phytothérapie, la nigelle et l’aloe vera sont les grands classiques, à utiliser pendant au moins trois mois. La réglisse, elle, d’utilisation plus délicate devra être utilisée séquentiellement 10 jours par mois maximum en l’absence de contre-indication. (Tous les détails sont dans le dossier).

Enfin, les huiles essentielles anti-infectieuses sont une vraie légion, mais vous ne retrouverez dans ce dossier que celles qui ont fait l’objet d’études scientifiques récentes pour leur effet neutralisant directement l’Helicobacter pylori.

A lire aussi dans ce numéro d’avril de Plantes & Bien-Être :

Un anti-mite naturel 10 fois plus efficace qu’un produit chimique. Prendre de l’argile blanche et de l’argile rose, mettre un peu de poudre dans une tasse, mouiller avec de l’eau bouillie jusqu’à obtention d’une pâte épaisse qui puisse être moulée au bout des doigts. Bien sécher. Déposer ces petites boules dans un récipient en bois, verser sur les boules d’argile quelques gouttes d’huile essentielle de cèdre de l’Atlas. Les mites détestentcette odeur. Notre article vous détaille trois autres méthodes également très efficaces pour se débarrasser d’elles.

– Cosméto bio : notre délicate lotion démaquillante pour les yeux se prépare à partir du bambou, indispensable à la régénération du collagène et de l’élastine. C’est également une excellente source de silice, qui permet de conserver l’hydratation de la peau en maintenant l’humidité. Pour le visage, 50 ml de lait d’ânesse, riche en vitamines et minéraux, permettent d’assouplir et d’adoucir la peau.

– Le gattilier a une très curieuse propriété qui explique pourquoi dans tous les couvents, les moines s’en servaient avec assiduité…On l’utilise aujourd’hui comme un formidable régulateur des troubles de l’humeur et du métabolisme des graisses, particulièrement efficace contre toutes les manifestations du syndrome prémenstruel. (Attention à une contre-indication bien spécifique).

– Migraines : la spigélie soigne les migraines qui débutent à la base de la nuque, du coté gauche et qui se propagent en arc de cercle jusqu’au-dessus de l’œil gauche. Cette douleur suit le cycle du soleil. Elle démarre le matin lorsque l’astre du jour se lève et est maximale à midi, lorsque le soleil est au zénith, pour ensuite décroître et se calmer avec le crépuscule. 5 granules en 9 CH sur période longue. À alterner avec Aconit 15 CH en période courte (la posologie précise dans l’article)

– Stress, anxiété : essayez notre puissant protocole rhodiole (200 mg pendant deux semaines, à deux moments très précis de la journée). Résultat impressionnant.

A lire aussi dans ce numéro d’avril de Plantes & Bien-Être :

  • A prendre pour remplacer le paracétamol
  • Le mûrier porte-t-il malheur ? Drôle de question ? Pas si sûr…
  • Un duo naturel contre le syndrome des ovaires polykistiques,
  • Science ou tradition, qui dit le plus souvent vrai ? Les stupéfiants résultats de l’enquête d’un pharmacien.
  • Tisane à boire pour une détox de la peau (et une solution de remplacement si vous n’avez pas le temps de la préparer).

Ce nouveau numéro de Plantes & Bien-Être partira en impression le jeudi 24 mars à la première heure. Vous avez donc jusqu’au mercredi 23 mars minuit pour vous inscrire sur la liste des abonnés grâce au lien ci-dessous.

Pour en savoir plus sur Plantes & Bien-Être et réserver votre exemplaire sans attendre, cliquez ici.

Bien à vous,

Alessandra Moro Buronzo,

Rédactrice en chef de Plantes & Bien-Être 

******************************

Si vous n’êtes pas encore abonné à La Lettre Santé Nature Innovation et que vous souhaitez vous aussi la recevoir gratuitement, inscrivez-vous ici.

******************************

Pour être sûr de bien recevoir La Lettre Santé Nature Innovation sans qu’elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante.

******************************

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d’information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Pour toute question, rendez-vous ici.

Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal – France

******************************

Vous recevez ce message à l’adresse lephareeclaireur@hotmail.com car vous avez souscrit àLa Lettre Santé Nature Innovation. Si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre d’information gratuite sur la santé naturelle, rendez-vous sur notre page de désinscription.

Trop de bulletins d’informations ? Vous pouvez résilier l’abonnemen

http://www.lavoiesacreedelanature.fr/  

La Voie Sacrée de la Nature

Préserver la biodiversité de votre lieu de vie pendant la saison hivernale

Posted on 22 novembre 2012 by Martine Lesage

Nous entrons dans l’hiver au niveau de l’hémisphère nord, la Nature glisse dans le sommeil, les arbres caducs perdent leurs feuilles, certains animaux entrent en hibernation, et d’autres cherchent aussi des abris, que ce soit pour se cacher de leurs prédateurs, ou des mauvaises conditions météo

Nos hôtes du jardin, sont tellement importants dans ce rôle qu’ils jouent, que ce soit au niveau de la pollinisation des fleurs, ou simplement pour l’équilibre écologique de notre environnement, qu’il est utile de leur donner le gîte et le couvert pendant cette période ou la neige, la glace, le givre, les tempêtes, les privent de cette nourriture abondante qu’ils trouvent pendant la période estivale.

Pour préserver toute cette biodiversité, j’ai installé nombre de refuges de toutes sortes pour faire du jardin, un lieu de villégiature pour tous mes partenaires.

En effet, je leur donne de la nourriture et un abri en fonction des besoins de chacun, soit :

Des mélanges de graines pour les oiseaux, des arachides et des noisettes pour les écureuils, des mélanges de céréales pour les hérissons,

– je laisse des tas de branches et de feuilles dans un coin du jardin, afin que les petits insectes de la terre, puissent se nourrir et se protéger du froid,

– J’ai installé un abri spécifique pour les hérissons, les crapaux terrestres, les écureuils, ainsi que pour les différents insectes,

j’enveloppe aussi les plantes les plus frileuses dans des sacs textiles adaptés.

Il est important de mettre des coupelles d’eau également (en métal pour ne pas qu’elles éclatent avec le gel), surtout quand il fait froid et pour éviter qu’elle se transforme en glace je mets de l’huile de tournesol, car l’huile d’olive fige,

Tous les matins, les oiseaux attendent que je vienne remplir les mangeoires et la cantine du jardin est bien appréciée,

Tous mes partenaires se régalent tout l’hiver, et permettent ainsi dès l’entrée du printemps d’oeuvrer à leur tour, il n’y a pas d’invasion de nuisibles, toutes les espèces peuvent se nourrir avec ce qu’ils ont besoin.

Même si les sacs de graines sont un budget pendant l’hiver, je n’achète aucun produit de traitement quel qu’il soit pendant la période estivale, et la nature en est ainsi préservée.

C’est un échange avec elle et moi, un partenariat avec cette merveilleuse Nature, nous nous respectons pour vivre en harmonie dans ce même lieu.

This entry was posted in Bien Etre, Jardins and tagged abreuvoirs, biodiversité, hiver, Nature, nichoirs by Martine Lesage. Bookmark the permalink.

2 thoughts on “Préserver la biodiversité de votre lieu de vie


Aurore boréale2,Yukon

PROPULSE-IONS

#5

Je prends conscience, agis
avec constance, confiance, et deviens :

PROPULSE – IONS

Moi,
idée créatrice

j’émerge
en cette tête.

Je
pulse, je pulse

afin
qu’on me propulse,

pour
que je prenne forme

et
devienne création.

Façonnée
par cet être,

je
suis comme le vent

frottant
l’une contre l’autre

les
aiguilles de pins,

libérant
multitudes d’ions bienfaiteurs,

maintenant
de création, je deviens propulse-ions

Les ions :

Un ion est un atome chargé
soit d’une électricité positive, soit d’une électricité négative. Lorsque sa charge est négative, on l’appelle
tout simplement «ion négatif», et inversement.
Or, il a été prouvé qu’une atmosphère chargée d’ions négatifs agit à
merveille sur la santé, alors qu’une atmosphère chargée d’ions positifs la
détraque. D’où l’influence néfaste de
certaines conditions atmosphériques. Des
vents comme le mistral ou la tramontane, par exemple, portent une proportion
trop élevée d’ions positifs, avec leur cortège de désagréments. La même perturbation se produit avant un
orage, moment où le nombre d’ions positifs augmente subitement. Fait significatif : dans ces moments-là,
les asthmatiques, les bronchitiques et les cardiaques souffrent davantage. En revanche, après l’orage, l’atmosphère
s’emplit d’ions négatifs. Ne vous est-il
jamais arrivé de vous sentir merveilleusement bien après un orage? Vous savez maintenant pourquoi.

Rien d’étonnant à ce que
l’électricité de notre environnement agisse sur tout notre être. On l’a vu, nous sommes en fait des êtres
électriques qui captons et émettons l’électricité ambiante. Semblable à une mini usine, chacune de nos
milliards de cellules a besoin de cette énergie électrique (la bio-électricité)
pour fonctionner. Mais nous produisons
aussi des ondes électriques. Preuve en
est les examens tels que l’électrocardiogramme ou l’électroencéphalogramme, qui
enregistrent les ondes émises par le cœur ou le cerveau. Ce phénomène est si vrai qu’aujourd’hui une
personne est déclarée légalement morte lorsque son encéphalogramme est
plat. Autrement dit, lorsque
l’électricité a quitté son corps et que son cerveau n’émet plus aucune onde.

D’éminents chercheurs, tels
les Soviétiques Tchijewsky et Sokolf ou le Français Jacques Métadier, ont
formellement établi le danger représenté par un excès d’ions positifs, ainsi
que les bienfaits procurés par les ions négatifs. Ces derniers entraînent une certaine euphorie psychique et physique, permettent un bon sommeil et rajeunissent l’organisme. Ils sont rares, infiniment petits, mais leur
action organique est si importante qu’on les a nommés les vitamines de
l’air.

Quand les vitamines
de l’air s’absentent

Le professeur Jacques
Métadier rapporte les observations de deux physiciens, Prüller et Reinet :
pendant les mois d’été, période où l’atmosphère contient un grand nombre
d’ions négatifs
générés par les rayons solaires, la mortalité baisse. Elle augmente par contre en hiver et au
début du printemps, périodes où l’atmosphère est riche en ions positifs.
De plus, chaque chute brutale de la pression
atmosphérique accroît le nombre d’ions positifs… et le nombre de décès.

D’autres chercheurs ont
étudié ce phénomène. Le professeur
Robert Tocquet cite l’expérience réalisée par Tchijewsky, Winsor et
Beckett. Des cobayes (pauvres animaux!)
ont été placés dans une atmosphère totalement dépourvue d’ions négatifs. Bien que toutes les autres conditions
biologiques aient été respectées, les animaux n’ont pas survécu plus de huit
jours! Aucun organisme ne peut rester
en vie sans l’apport d’ions négatifs.

Les bienfaits des
ions négatifs

L’énergie des ions négatifs
n’a pas fini de nous étonner. Les yogis
l’appellent Prana. Elle est certainement
à l’origine du yin et du yang des Chinois.
Nous commençons seulement à mesurer toute l’étendue de ses
bienfaits. Voici ce qu’on peut constater
lorsque l’organisme est rechargé en électricité négative.

-Les grippes, les
angines et les rhumes s’améliorent sensiblement.
Les
microbes et les virus sont «électrocutés», détruits par les ions négatifs. L’atmosphère est assainie et les maladies ne
se propagent plus.

-L’oxygénation
s’effectue infiniment mieux.
Sans la présence d’ions négatifs, on peut
mourir d’asphyxie. Sans eux, l’oxygène
ne pénètre pas dans l’organisme. En
effet, les atomes d’oxygène neutres – sans charge électrique – ne disposent pas
de l’énergie nécessaire pour traverser la membrane de l’alvéole pulmonaire et
pénétrer dans le sang. En revanche,
chaque ion négatif entraîne dans son sillage 70 à 80 atomes neutres d’oxygène
dans le sang. Une belle
performance! On comprend ainsi que
l’oxygénation s’effectue mieux à la campagne ou au bord de la mer, où l’air
contient davantage d’ions négatifs

-L’asthme, les
bronchites et la sinusite s’améliorent
. Chacun sait que les gaz d’échappement, la
fumée des usines et les poussières sont néfastes pour la santé : ils
provoquent et aggravent les maladies de l’appareil respiratoire. Mais la nature nous protège en partie contre
cette pollution : la trachée est tapissée d’innombrables et minuscules
cils qui vibrent à une très grande vitesse (environ 800 vibrations/minute) et
rejettent les impuretés. Or, la présence
d’ions positifs ralentit, voire stoppe cette vibration des cils, procurant une
sensation d’étouffement. Au contraire,
les ions négatifs accélèrent la vibration.
Grâce à eux, les voies respiratoires polluées se nettoient et
s’assainissent plus vite.

-L’hypothalamus est
vivifié.
Les ions négatifs stimulent
l’hypothalamus. D’où leur impact sur
l’ensemble de l’organisme, puisque cette glande est le général en chef de toutes
nos glandes hormonales.

-Les surrénales sont
plus actives
. Elles fabriquent en effet davantage de
cortisone naturelle, qui diminue la fatigue.
Stimulées, elles nous défendent ainsi mieux contre les maladies.

-Nous sommes de
meilleure humeur.
Il existe une hormone de l’humeur : la
sérotonine. Une forte concentration de
cette hormone augmente l’irritabilité.
La présence d’ions négatifs dissipe une telle concentration et apporte
la bonne humeur.

-Nous dormons
mieux.
Les ions négatifs diminuent la nervosité, le stress,
l’anxiété. Ils permettent donc un
meilleur sommeil, plus profond et plus réparateur.

-La fatigue disparaît et
les capacités physiques s’améliorent.
Le médecin de l’équipe de France au Mundial 86 à
Mexico, le Dr Vrillac, avait emporté des ioniseurs d’air. Ces petits appareils produisent des ions
négatifs. Et ces ions sont
indispensables pour défatiguer, améliorer les réflexes, accroître la rapidité
et l’endurance. Bref, pour améliorer nos
performances physiques.

-La mémoire
revient.
Pour fonctionner, le cerveau doit impérativement
disposer d’oxygène. Or, ce dernier ne
lui parvient pas en quantité suffisante lorsque le sang est visqueux et qu’il
circule mal. Les ions négatifs répondent
à ces deux problèmes. Ils transmettent
d’abord leur bio-électricité aux globules rouges. Ceux-ci, au lieu de s’agglutiner et
d’épaissir le sang, se séparent, rendant ainsi le sang plus fluide. Ils font ensuite pénétrer dans le sang une
grande quantité d’oxygène, rapidement utilisée par le cerveau. Conséquences : la mémoire revient, la
concentration et l’attention s’accroissent, les processus mentaux s’accélèrent.

Les sources des ions
négatifs (les bons!)

La terre est la
plus grande productrice d’ions négatifs.
Voici comment elle procède : elle laisse échapper de ses entrailles
des gaz radioactifs (non dangereux) qui libèrent des électrons (des «grains»
d’énergie électrique négative). Ces
derniers, en se fixant sur des atomes d’oxygène, les transforment en ions
négatifs d’oxygène bienfaisants.

Le soleil – et
particulièrement ses rayons ultraviolets – enrichit l’atmosphère d’ions
négatifs.

Les plantes, par
l’intermédiaire de leur chlorophylle, produisent un oxygène qui – comble de
raffinement! – est particulièrement riche en ions négatifs

-Les fortes pluies,
les vagues de la mer, les chutes d’eau et les cascades,
les douches énergiques, tout cela fait naître une bonne quantité d’ions
négatifs. C’est le choc, l’écrasement
de chaque gouttelette d’eau sur une surface dure qui permet ce phénomène,
baptisé par les scientifiques «effet Lenard».

-Les éclairs, lors
des orages, sont de véritables usines d’ions négatifs. Et des quelque 45 000 orages qui éclatent
chaque jour sur la planète, jaillissent environ 30 000 éclairs par heure!

Les sources des ions
positifs (les méchants!)

Tout se passe comme si
nous, les humains, nous efforcions de détruire les ions négatifs et de créer
des ions positifs! Notre environnement,
en effet, n’est pas favorable aux vitamines de l’air : meubles en plastique,
moquettes synthétiques, métal…tout contribue à les détruire.

La vie des ions négatifs
est très courte. Extrêmement petits et
légers, ils adhèrent à tous les objets qu’ils rencontrent, et particulièrement
les objets métalliques et synthétiques.
Dès lors, ils disparaissent de l’atmosphère, et leur énergie est perdue
pour nous. Cet appauvrissement en ions
négatifs s’accompagne d’une dangereuse augmentation du nombre d’ions positifs.

-L’épais «édredon» de gaz
polluants
et de fumée qui couvre nos grandes agglomérations empêche
les rayons ultraviolets, bénéfiques, de passer.
De plus, les poussières et les fumées s’agglutinent autour des ions
négatifs et les neutralisent. Résultat : un air malsain, pauvre en ions
négatifs et riche en ions positifs.
(L’ingénieur Pierre Fluchaire estime que l’insuffisance des ions
négatifs dans les grandes villes est une des causes de l’agressivité et de la
violence.)

Les matières
synthétiques
(moquettes, meubles, vêtements), les moteurs, les câbles et
les appareils électriques sont les ennemis jurés des ions négatifs. Ils les prennent en otage et ne les libèrent
jamais!

L’air conditionné
est dangereux à triple titre. D’abord,
les ions négatifs viennent se coller à ses ventilateurs, ses gaines et son
moteur, et disparaissent donc complètement de l’atmosphère.

Ensuite, l’air que nous
respirons est composé de presque 80% d’azote : ses atomes, après brassage
dans la centrale de climatisation, se transforment en ions positifs.

Enfin, les ions positifs,
exhalés par la respiration des personnes qui séjournent dans le local
conditionné, augmentent dangereusement.

-En expirant, l’organisme
cherche à se débarrasser au plus vite des ions positifs qui l’encombrent :
quelque 300 millions d’ions positifs exhalés à chaque expiration, qui
neutralisent autant d’ions négatifs.
Voilà pourquoi nous souffrons de maux de tête, d’inattention, de
lassitude lorsque nous nous trouvons dans des petits locaux mal aérés. Ce n’est pas tant par manque d’oxygène, comme
on le croit souvent, mais par manque d’ions négatifs et accumulation d’ions
positifs.

La fumée de cigarette,
outre ses effets cancérigènes, est une grande dévoreuse de bons petits ions
négatifs.

La nature/meilleure
alliée

Les enfants aiment sauter
dans les flaques d’eau et barboter sous la pluie. Leur instinct ne les trompe pas. On l’a vu, le
choc des gouttes d’eau enrichit l’atmosphère en ions négatifs.

N’oubliez pas qu’il y a
toujours plus d’ions négatifs dehors
. Ouvrir seulement la fenêtre ne suffit
pas. Faites chaque jour, au moins deux
ou trois bons courants d’air dans votre appartement.

-Le plus souvent possible,
allez faire un petit tour, de préférence dans les espaces verts. Souvenez-vous que la terre, le soleil et
les végétaux sont nos producteurs d’ions négatifs et que chaque contact avec
eux est bon pour la santé

-Ne perdez aucune occasion
de vous promener à la campagne, à la montagne et au bord de
la mer
. Les forêts de pins ou de
sapins
sont particulièrement bénéfiques : le passage du vent dans
les aiguilles fait naître une profusion d’ions négatifs!

(Rika Zaraï, Mes secrets naturels pour guérir et réussir, p.113 à 119)

WordPress:

J’aime

Soyez le premier à aimer ceci.

Cette entrée a été publiée le Vendredi 15 août 2008 à 16 h 09 min et est classée dans Non classé. You can feed this entry. Vous pouvez laisser un commentaire ou envoyer un rétrolien depuis votre site.

Une Réponse
%d blogueurs aiment cette page :