Tag Archive: Public



Rêveur d’Orient Ecrit par un sage amérindien

Je ne suis pas intéressé par ce que tu fais pour vivre …

Je veux savoir ce qui brûle en toi et si tu oses rêver la réalisation de ce que tu portes dans ton cœur .

Je ne suis pas intéressé par ton âge …

Je veux savoir si tu prends le risque de passer pour un fou au nom de l’Amour, de tes rêves et de l’aventure qu’est la Vie .

Je ne suis pas intéressé à savoir quelles planètes sont en carré avec la Lune …

Je veux savoir si tu as touché le centre de ta propre tristesse, si tu as été ouvert aux trahisons de la vie ou si tu es devenu endurci et fermé par peur d’une peine prochaine.

Je veux savoir si tu peux t’asseoir avec la douleur, la mienne ou la tienne, sans bouger pour la cacher, l’amoindrir ou l’arrêter…

Je veux savoir si tu peux être dans la joie, la mienne ou la tienne, si tu peux danser avec ferveur et laisser l’extase te remplir complètement jusqu’au bout de tes doigts et de tes orteils sans nous dire de faire attention, d’être réalistes et de ne pas oublier les limites de l’être humain …

Je ne suis pas intéressé à savoir si ce que tu dis est vrai …

Je veux savoir si tu es prêt à décevoir les autres pour rester Vrai avec toi-même et si tu peux supporter d’être accusé de trahison et ne pas trahir ton Ame.

Je veux savoir si tu peux être fidèle et donc digne de confiance.

Je veux savoir si tu peux voir la beauté même lorsque ce n’est pas tous les jours joli et que la source de Vie réside en sa Présence.

Je veux savoir si tu peux vivre avec les échecs , les miens et les tiens et pourtant continuer à te tenir debout au bord du lac en criant à la pleine lune : « oui »

Je ne suis pas intéressé par savoir où tu vis et combien tu gagnes …

Je veux savoir si tu peux te réveiller après une nuit de chagrin et de désespoir, de lassitude ou de douleur et faire ce qui doit être fait pour les enfants.

Je ne suis pas intéressé de savoir qui tu es et comment tu es venu jusqu’ici …

Je veux savoir si tu peux te tenir debout au milieu du feu avec moi et ne pas te dérober.

Je ne suis pas intéressé à savoir ce que tu as appris, où tu l’as appris et qui te l’a enseigné …

Je veux savoir ce qui te nourrit de l’Intérieur lorsque tout s’effondre autour de toi.

Je veux savoir si tu peux rester seul avec toi-même

et si tu jouis vraiment de ta propre compagnie dans ces moments de vide.

Visites : 82

Mots clefs : amérindienne, sagesse

Déjà favoris !

Les 12 gardiennes de la sagesse


Pour voir le vidéo, cliquez sur le titre.
Kiesha explique sont rôle en rapport avec les 12 Gardiens. Magnifique.

Apithérapie – la propolis
Afin de souligner l´importance des abeilles dans notre écosystème, il est important de noter qu´elles participent activement à la pollinisation de nombreux végétaux (cela représente environ 80% des espèces), en particulier les plantes et arbres donnant des fruits. Il existe même certaines espèces vivent uniquement grâce aux abeilles.

Mais les abeilles ne sont pas seulement utiles pour la nature. Elles sont précieuses à l´homme. En effet, les produits de la ruche ont été utilisés depuis l´antiquité, et pour cause ! Les abeilles fabriquent de nombreuses substances permettant à l´homme de se soigner et de prévenir les maladies. Ces produits sont : le pollen, le miel, la gelée royale, la propolis. Leur venin permet également de soulager certaines maladies graves comme la sclérose en plaques ou les maladies rhumatismales. Malheureusement, ces chères abeilles le paient de leur vie.
Suite…
http://magazine.idph-europe.com/sante_naturelle/propolis-apitherapie.htm


AMELYS (Âme_Lys), ESPRIT-DEVA DE LA NATURE…

Posted: 03 Aug 2012 09:01 PM PDT
Conversation intuitive avec ERENA

Du monde des végétaux, je suis issu, je suis vivant, je suis présent… Dans ce monde, je suis à l’aise… Dans le vôtre, je me perds… Dans le monde de la Lumière, je m’inspire et j’en reçois la Vie et les essences… Je suis un esprit de la vie naturelle, de la nature dans toute sa fréquence, et je suis capable de multiplier les rencontres avec vous… Je me place sur vos sentiers, dans vos forêts, dans vos squares et vos jardins… J’ai un visage, ô pas comme le vôtre !…, mais plutôt comme une soufflerie rassemblée, une corolle de fleur, une énergie qui tourbillonne, et cet aspect de mon être correspond exactement à certaines part de votre ADN… Je peux me faire petit, petite, je n’ai pas forcément de genre masculin ou féminin, puisque mes deux énergies sont égales, comme les vôtres dans votre Moi plus haut que votre Personnalité… Je n’ai pas de préférence, j’aime tous les êtres humains, et certains enfants me reconnaissent dans leurs ébats… Nous communiquons plus facilement qu’avec vous les adultes…
J’ai déjà donné un signe à quelqu’un qui m’a entendu, (une amie : Nicole) et j’ai voulu donné un autre signe pour tous ceux qui aiment la nature… Ne la détruisez pas, respectez vos engagements à la ramener à plus de discernement, plus d’égalité, moins de pollution… Nous, les Dévas de la Nature, vous aidons depuis longtemps, mais vous êtes si nombreux à polluer que nos tâches deviennent immenses, parfois incommensurables, malgré toutes les aides de tous les Elémentaux, nous avons du mal à redresser vos effets sur notre belle planète…
Cliquez ici pour la suite »
http://www.lapressegalactique.com/2012/08/amelys-esprit-deva-de-la-nature.html#more


Bonjour, cette vidéo bien que tournée en Europe reflète la triste réalité de ce que l’on constate au Québec et au Canada tout entier.

Je me demandais depuis un bout de temps, pourquoi qu’après une période sèche à la moindre pluie il y a des inondations? En cette vidéo j’y trouve une des réponses pourtant très logique et quand à tout ce qui est dit par ce scientifique, il est plus que temps qu’il y ait prise de conscience surtout avec la monstrueuse loi omnibus c-38 qui vient d’être adoptée au fédérale.

Si cet article vous interpelle, faites-en vôtre s.v.p.

Merci et bonne santé

Bernard 

L’agriculture intensive moderne a engendré un appauvrissement des sols et une pollution telle que, même la taille du blé a été raccourcie.

Des traitements aux hormones ont fait passer le blé de un mètre cinquante de haut, à soixante dix centimètres.

Contrairement à ce qui se passait en 1950, les traitements fongiques sont passés de zéro à quatre, entrainant ainsi une déchéance de la flore entourant les champs, ainsi qu’une stérilisation des arbres.

Des agronomes intègres ont été priés de se taire, alors qu’ils voulaient dénoncer ces abus irresponsables, qui mettent en danger la santé du public.

Dans cette vidéo, Claude Bourguignon, tire la sonnette d’alarme: Revitalisation biologique des sols

Un message à faire connaitre au plus grand nombre.

Cordialement,
L’équipe du magazine IDPH-Europe
http://www.idph-europe.

http://www.idph-videos.com/revitalisation-biologique-sol-claude-bourguignon.htm


Vous savez ce qu’est une radiation, une émanation, une vibration. Mais ce que vous ne savez pas, c’est que ces phénomènes ont un lien avec l’intellect, le cœur et la volonté. À l’intellect correspond la radiation, au cœur l’émanation, et à la volonté correspond la vibration.
L’intellect irradie : son mouvement est la ligne droite. Les émanations du cœur sont des ondes circulaires. Et la volonté vibre (à gauche – à droite, en haut – en bas, en avant – en arrière).
La radiation, c’est la lumière projetée pour mieux avancer et faire des découvertes. L’émanation représente la dilatation, le don : les particules qui vont entourer de leur chaleur les êtres et les choses. Et la vibration marque le commencement de l’action.
Dans la radiation il y a la sagesse, dans l’émanation il y a l’amour, dans la vibration il y a la force. C’est pourquoi d’après l’intensité de ses radiations on voit quelle est la sagesse d’un être. D’après la nature de ses émanations on peut sentir quel est son amour. D’après la puissance de ses vibrations on découvre quelle est sa force. »
Collection Izvor
La force sexuelle ou le Dragon ailé


À l’attention des tous et chacun,
Le peuple Amazonien se fait sortir de chez lui, les cartels veulent plus d’argent et abattent des arbres par millions, ce sont nos poumons.
Accepterions-nous qu’ils viennent ici nous sortir de nos demeures????
 »Faisons aux autres ce que nous voudrions qu’ils nous fassent. » Maât

Nous avons que 2261 signataires sur la pétition qui sera envoyé aux 9 présidents des pays d’Amazonie . Ils nous faut bien plus de signatures avant le RIO+20 qui se déroulera le 20 juin 2012 .
Faites suivre le message .
>
STOP AUX MASSACRES DES PEUPLES INDIGÈNES D’AMAZONIE

http://www.petitionpublique.fr/?pi=amazonie.

http://www.causes.com/causes/647287-stop-a-l-agonie-des-peuples-indigenes-d-amazonie/actions/1651788


Publié le 5 décembre 2011 à 5h00.La Société des intimidés disparus.

Stéphane Laporte La Presse

Avant de m’apprendre l’alphabet ou la table de trois, l’école m’a appris que j’étais repoussant. Le taupin de la 1re année ne cessait de me pousser pour me faire tomber, ce qui faisait rire une bonne partie de la classe. Ce fut pour moi un choc. À la maison, j’étais tant aimé que je ne pouvais comprendre qu’à l’école, je sois aussi malmené.  Pourquoi moi? Pourquoi c’était moi qui subissais les humiliations de mes camarades et pas un autre? Ça devait être parce que j’étais moins bon que les autres. C’est cette constatation qui fait le plus mal. Beaucoup plus que les coups. Mais elle ne m’a pas hanté longtemps. J’ai vite compris que si la petite brute s’en prenait à moi, c’est juste parce que j’avais les jambes croches et que c’était facile de me faire tomber. Les petites brutes aiment la facilité. C’est pour ça qu’elles s’attaquent à ceux qui ont l’air les plus vulnérables. Ce n’est que ça qui détermine le choix des victimes. On s’attaque aux fragiles. Aux sensibles. Pas aux moins bons, juste aux moins solides. C’est la lâcheté des bourreaux. Heureusement pour moi, si mes jambes étaient faibles, mon caractère était fort. J’étais un faux fragile. Un résistant. Et quand l’intimidant a constaté qu’il avait beau m’accrocher les pieds, jamais il ne ferait tomber ma tête, il a abandonné. Au fil des ans, il y en a d’autres qui se sont essayés. Étant un handicapé allant à l’école des enfants normaux, j’étais toujours le différent de la gang. Et la différence attire ceux qui ont un trop-plein de haine à expulser. Ces épisodes d’intimidation n’ont jamais duré longtemps. Mon imperturbabilité décourageait les plus acharnés. Je n’ai pas de mérite. C’est la nature qui m’a donné une tête de cochon!
Malheureusement, il y a plein d’enfants qui n’ont que des petits coeurs d’anges. Plein d’enfants que les agissements des persécuteurs minent, marquent et détruisent. À jamais.  Ce qui est paniquant quand on est victime de la méchanceté, c’est l’isolement. Il n’y a personne pour nous défendre. Chacun sauve sa peau. Quand je me faisais jeter à terre, il y avait les cons qui riaient, mais il y avait surtout les autres qui regardaient ailleurs. Ces autres qui avaient assez d’humanité pour réaliser que ce n’était pas correct, ce que faisait le terroriste en culottes courtes, mais pas assez de courage pour s’en mêler. Ils ne voulaient surtout pas être à ma place. Et en venant à ma rescousse, ils risquaient de l’être. Pourtant, s’ils étaient tous venus, la bonté aurait gagné. Mais la bonté est difficile à faire bouger. Alors, les pas fins en profitent.
Les plus faibles dans les histoires d’intimidation ne sont pas ceux que l’on pense. Ce ne sont pas ceux qui sont attaqués, ce sont tous ceux qui laissent faire, ce sont tous ceux qui laissent défaire.
Le principal rôle de l’école, ce n’est pas d’apprendre aux enfants le français, l’histoire, les mathématiques ou la chimie, c’est d’apprendre aux enfants à vivre ensemble. À peine sevré, on quitte sa famille pour passer ses journées avec des dizaines d’étrangers. Pouvez-vous nous montrer comment nous apprivoiser? Apprenez-nous la responsabilité. Des actes que l’on fait. Et des actes que l’on ne fait pas. Il faut connaître les conséquences de nos coups, et les conséquences de notre indifférence.  Il faut se servir du français, de l’histoire, des mathématiques et de la chimie pour nous apprendre la connaissance de soi et la connaissance des autres.
Adulte, quand on est victime d’intimidation, on peut décider de quitter notre emploi, notre club de hockey ou notre mari. Enfant, quand on est victime d’intimidation, on ne peut pas décider de quitter l’école. L’école a le monopole de notre destin. Changer d’école ne change souvent pas grand-chose. Chaque école a son quota de gentils, de tièdes et de mauvais. On est pris dans le cul-de-sac du malheur. Et il n’y a qu’une façon de s’en échapper…
Voilà pourquoi l’école doit être le milieu le plus sain du monde. Voilà pourquoi l’école ne doit pas être un endroit où on apprend tout par coeur, mais tout avec le coeur. Nos enfants y abandonnent leur jeunesse, en échange, donnons-leur le meilleur de nous-mêmes.  Il faut créer la Société des intimidés disparus. À la mémoire des âmes fragiles qui n’ont pas su résister au climat hostile qui règne dans plusieurs des établissements scolaires. Il faut être attentif, prévenant et pacificateur. Il faut que cette société regroupe tous les profs, tous les élèves, tous les parents, tous les intervenants, tous ceux qui sont passés par là. Que ce soit la priorité numéro un. Que le plus important de tous les savoirs soit le savoir-vivre.  Bien sûr, il y aura encore des taupins. Bien sûr, il y aura encore des victimes. Mais s’il y en a seulement un peu moins, tous ces efforts ne seront pas vains.
Il aura fallu le suicide d’une enfant pour éveiller les consciences. Pourtant, ceux qui continuent de vivre malgré les blessures du rejet devraient aussi nous émouvoir.  Donnons leur raison d’avoir cru en la vie, d’avoir cru en eux, d’avoir cru en nous.  Arrêtons d’être complices par omission de tous les actes d’intimidation.  Pas besoin d’avoir les jambes croches pour avoir du mal à se tenir debout.
Que tout le monde se lève. Que tout le monde se tienne.
Je dis respect à tous les intimidés.

Partager